The Cassiopaea Session Transcripts

Juillet 1994 - Mars 2024

The Cassiopaea Forum

1 Année 1994

1.1 Séance du 16-juillet-1994

Séance du 16 juillet 1994 [1]

Participants : « Frank », Scarlett et Laura

Q : Bonjour.

R : Bonjour.

Q : Avez-vous des messages pour nous ?

R : Continuez à faire ce qui vient naturellement.

Q : (L) À quel égard ?

R : Étude.

Q : (L) Quel est votre nom ?

R : Mucpeor. [2]

Q : (L) Êtes-vous un « alien » d’une autre planète ?

R : Alien de votre point de vue, oui.

Q : (L) Comment se nomme votre groupe ?

R : Corsas.

Q : (L) D’où êtes-vous ?

R : Cassiopée.

Q : (L) C’est où ça ?

R : Près d’Orion.

Q : (L) J’ai entendu dire que ceux d’Orion étaient les « méchants ». Le groupe d’Orion est-il méchant ?

R : Certains le sont.

Q : (L) Êtes-vous à votre propre service ou au service d’autrui ?

R : Je sers les deux.

Q : Êtes-vous méchant ou gentil ?

R : Gentil.

Q : (L) Quelle est votre philosophie ?

R : Un.

Q : (L) Pourquoi êtes-vous ici ce soir ?

R : Prophétie.

Q : (L) Quelles prophéties ?

R : Tornades en Floride. Plusieurs.

Q : Où encore ?

R : Aussi Texas et Alabama.

Q : (L) Quand ?

R : Soleil en Balance.[3]

Q : (L) De quelle planète venez-vous ?

R : Corsoca.[4]

Q : (L) Ça se trouve où ?

R : 2 DILOR. [Ce passage est confus car le pointeur s’était mis à bouger très rapidement et la transcription est incomplète.]

Q : C’était quoi ?

R : Soyez attentifs.

Q : (L) Qu’est-ce qui va arriver d’autre ?

R : Seattle ensevelie ; le Japon cède ; le Missouri tremble ; la Californie s’écroule ; l’Arizona brûle.

Q : [Question inconnue.]

R : Allez aux aéroports de Denver.

Q : (L) Quand est-ce que tout cela se produira ?

R : Scandale — Scandale – aéroport de Denver.

Q : (L) Quid de l’aéroport de Denver ?

R : Scandale.

Q : Je ne comprends pas.

R : Nouvel aéroport de Denver.

Q : Je ne comprends pas.

R : Soyez attentifs.

Q : OK, nous sommes attentifs. Qu’essayez-vous de nous dire ?

R : Nouvel aéroport de Denver très, très, très, très gros scandale.

Q : (L) Quel genre de scandale ?

R : Gouvernement.

Q : (L) Quoi spécifiquement ?

R : Vous verrez. L’aéroport de Dallas est une base secrète ; Orlando aussi ; Miami aussi.

Q : (L) Quid de l’aéroport de Denver et quel rapport avec les prophéties ?

R : Denver révèle le gouvernement. Cherchez. Soyez attentifs.

Q : (L) Qu’avez-vous à nous dire d’autre ?

R : Montana : expérience sur reproduction humaine. Tous les gens là-bas — rayons – gaz radon.

Q : (L) Comment font-ils cela ?

R : Obligés – Ne faites pas confiance — N’ignorez pas — trop fortes impulsions — complots sinistres.

Q : (L) Que voulez-vous dire ? Je ne comprends pas ?

R : Forte impulsion est dirigée par complot sinistre.

Q : Complot par qui ?

R : Consortium.

Q : (L) Qui sont les membres de ce consortium ? Des aliens ? Le gouvernement ?

R : Tous.

Q : (L) Qui, tous ?

R : Gouvernement et autre.

Q : (L) Qui est l’autre ?

R : Inconnu.

Q : (L) Pourquoi ne pouvez-vous pas nous dire qui est l’autre ?

R : Vous savez qui.

Q : (L) Bob Lazar[5] affirme que les aliens qualifieraient les humains de conteneurs. Qu’est-ce que cela signifie ?

R : Utilisation ultérieure.

Q : (L) Utilisation par qui ? Combien ?

R : 94 pour cent.

Q : (L) 94 pour cent de quoi ?

R : De toute la population.

Q : (L) Que voulez-vous dire ?

R : Tous sont des conteneurs ; utilisation à 94 pour cent.

Q : Je ne comprends pas.

R : Seront utilisés. 94 pour cent.

Q : (L) Utilisés pour quoi ? Vous voulez dire mangés ?

R : Consommation totale.

Q : (L) Qu’entendez-vous par consommation ? Ingérés ?

R : Consommés comme ingrédients.

Q : (L) Pourquoi ?

R : Nouvelle race. Important. Se produit dans environ 13 ans.

Q : (L) Pourquoi les humains sont-ils consommés ?

R : Ils sont utilisés comme parties.

Q : (L) Nous ne comprenons pas. Comment les humains peuvent-ils être utilisés comme parties ?

R : Reprototype. Des cuves existent. Les personnes disparues se retrouvent souvent là-bas, en particulier les enfants disparus.

Q : (L) Avons-nous quelque protection ?

R : Dans une certaine mesure.

Q : (L) Comment pouvons-nous nous protéger, ainsi que nos enfants ?

R : Informez-les. Ne cachez pas la vérité aux enfants.

Q : (L) En quoi la vérité nous protège-t-elle ?

R : La conscience protège. L’ignorance expose au péril.

Q : (L) Pourquoi dire des choses aussi horribles aux enfants ?

R : Ont besoin de savoir.

Q : Je ne vois pas comment le fait de le savoir peut les aider. C’est affreux. Pourquoi dire de telles choses aux enfants ?

R : Doivent savoir — alléger la souffrance par la méditation.

Q : Pourquoi nous dites-vous cela ? C’est affreux !

R : Nous vous aimons.

Q : Sommes-nous censés le dire à d’autres ?

R : Ne révélez pas au public. On vous enlèverait.

Q : (L) Quel est le but de ce projet ?

R : Nouvelle vie ici.

Q : (L) Les aliens utilisent-ils nos émotions et nos énergies ?

R : Exact ; et les corps aussi. Chaque année terrestre, les abductions d’enfants augmentent de 10 pour cent.

Q : (L) Souffrent-ils ?

R : Dans une certaine mesure.

Q : (L) Souffrent-ils tous ?

R : Certains

Q : Qu’est-ce qui arrive aux âmes ? Est-ce uniquement physique ?

R : Physique — âmes recyclées.

Q : (L) Où vont les âmes ?

R : Reviennent ici — pour la plupart.

Q : (L) Certaines vont-elles ailleurs ?

R : Et quittent la planète humaine.

Q : Qui est responsable de cela ?

R : Consortium.

Q : (L) C’est immonde ! Je ne veux plus faire ça !

R : Immonde est subjectif.

Q : (L) Mais ce que vous nous dites est tellement affreux !

R : Nous comprenons, mais tout ne se conforme pas à votre perspective.

Q : Pourquoi cela nous arrive-t-il ?

R : Karma.

Q : (L) Quel genre de Karma pourrait provoquer cette situation ?

R : Atlantide.

Q : (L) Qu’est-ce qui peut nous protéger ?

R : La connaissance.

Q : (L) Comment acquérir cette connaissance ?

R : On vous la donne en ce moment même.

Q : (L) De quelle connaissance parlez-vous ?

R : Vous l’avez.

Q : (L) En quoi la connaissance de ce que vous nous avez dit peut nous aider ?

R : Offre une défense formidable.

Q : (L) La défense s’obtient au moyen de quelle connaissance ?

R : On vient de la donner.

Q : (L) Quoi en particulier ?

R : Ne demandez pas ce n’est pas important.

Q : (L) Nous ne comprenons pas.

R : Le fait de le savoir constitue une défense psychique.

Q : Comment le dire aux autres ? Et à qui devrions-nous le dire ?

R : Informez seulement indirectement.

Q : (L) Comment ?

R : Écrivez.

Q : Devrions-nous utiliser l’hypnose pour faire émerger ce genre de souvenirs ?

R : Ouvert.

Q : (L) L’un ou l’autre d’entre nous a-t-il déjà été « enlevé » ?

R : Oui.

Q : Qui, parmi ceux qui sont ici ?

R : Tous.

Q : (L) Combien de fois ?

R : Frank — 57 ; Scarlett — 56 ; Laura –12.

Q : (L) Pourquoi Laura a-t-elle été enlevée moins souvent ? [Laura rit.]

R : Ce n’est pas terminé.

Q : [Scarlett rit.]

R : Scarlett a été enlevée le mois dernier. Laura — 33.[ À l’âge de 33 ans ou il y a 33 ans ?]

Q : (L) Qui nous enlève ?

R : D’autres.

Q : (L) Comment se nomme ce groupe ?

R : Plusieurs noms.

Q : (L) Sommes-nous tous enlevés par le même groupe ?

R : Principalement.

Q : (L) Que nous ont-ils fait ?

R : Donné de faux souvenirs. Ont fait de toi une enfant inhibée — maux de tête — malade à l’école.

Q : (S) Où se trouve mon implant ?

R : Tête.

Q : Frank ?

R : Idem.

Q : Laura ?

R : Idem.

Q : (L) À quoi servent les implants ?

R : Dispositif d’étude.

Q : (L) D’étude de quoi ?

R : Composition de l’âme.

Q : (L) Les rituels que nous pratiquons nous protègent-ils d’enlèvements ultérieurs ?

R : Pas besoin de protection si vous avez la connaissance.

Q : (L) Comment obtenir cette connaissance ?

R : Subconscient profond.

Q : (L) Quand l’avons-nous acquise ?

R : Avant la naissance.

Q : (L) Y a-t-il autre chose que nous puissions faire pour nous protéger ?

R : Apprendre, méditer, lire.

Q : (L) Faisons-nous ce qu’il faut, en ce moment ?

R : Jusque-là. Devez-vous éveiller. Dois partir maintenant. Plus d’énergie. Je dois partir.

Fin de la séance

[1] Quelques semaines avant la présente séance, nous avions posé quelques questions-tests générales à propos des aliens et des ovnis, et le mot « Ra » était apparu plusieurs fois. Hormis le célèbre dieu égyptien, les seules autres références que je possédais provenaient des lectures d’Edgar Cayce. Cependant, quelques jours seulement après cet épisode, je tombai sur une publicité dans un magazine de type New-Age pour un livre intitulé The Ra Material censé avoir été canalisé à partir d’un « ancien astronaute ». Intriguée, je commandai le livre et le lus. Je sus immédiatement que ces informations étaient importantes, et même si nous commencions à nous lasser de nos longues veillées devant la planchette, lorsque je lus que ce groupe expérimental de channeling avait investi de nombreuses années dans un projet similaire, cela m’encouragea et, au lieu d’abandonner comme j’étais tentée de le faire, nous persistâmes.

[2] C’était un nom inhabituel. Jusque-là, les noms qui nous étaient donnés étaient tous plus ou moins familiers. Des noms comme « David », « Jean » ou « Marie » étaient courants lors des contacts de type « défunts ». Certains utilisaient des noms archaïques, mais tout de même familiers comme « Agamemnon » ou « Aquila ». Aussi, un nom totalement original sans relation connue constituait une première.

[3] Cette remarque à propos du « Soleil en Balance » deviendra extrêmement importante par la suite. Il est donc intéressant qu’elle soit apparue à la toute première séance.

[4] Le terme « Corsoca » était l’un des premiers « indices » que les Cassiopéens nous donnèrent à propos des secrets de notre réalité qui se rapportait presque directement à un ouvrage précis. Dans le livre Révélations de Jacques Vallée, on trouve au début de chaque chapitre des citations du Chant de Cassilda dans Le Roi en jaune, Acte 1, Scène 2 de Robert W. Chambers. Ce chant dit :

« Si étrange est la nuit sous les étoiles noires Si étranges les lunes tournant au ciel du soir Mais plus étrange encore… Est Carcosa

Les chansons qu’aux Hyades un jour on chantera Là où flottent en bruissant les guenilles du Roi Doivent mourir sans bruit… Dans Carcosa

Au long du lac se brisent les vagues de nuages Les deux soleils jumeaux meurent sur ses rivages Et les ombres s’allongent… Sur Carcosa. »

Ayant lu tout récemment ce poème, je fus évidemment immédiatement frappée par la similitude entre Corsoca et Carcosa. La référence aux soleils jumeaux s’avérerait également importante par la suite, mais n’avait aucun sens pour nous à ce stade. Finalement, si l’on considère l’état actuel du monde, la description de cette « Carcosa » devient particulièrement poignante.

[5] Bob Lazar est un type qui prétend avoir travaillé dans la Zone 51 sur la rétro-ingénierie de vaisseaux extraterrestres dont le gouvernement étasunien avait pu s’emparer. Il relate ses expériences dans une vidéo de présentation qui vaut le coup d’œil. Dans celle-ci, il mentionne avoir lu un dossier ultraconfidentiel au sujet des aliens dans lequel il était dit qu’ils avaient plusieurs fois qualifié les humains de « conteneurs ». Cela m’avait paru extrêmement curieux et je n’avais pas pensé que l’explication standard du corps en tant que « conteneur » de l’âme était précisément ce qui était insinué. Plus tôt dans la soirée, nous avions discuté de cette vidéo assis autour de la planchette, c’est pourquoi cette question avait été posée.

1.2 Séance du 22-juillet-1994

Séance du 22 juillet 1994 - 22 h 30 environ

Participants : « Frank », Laura et Scarlett

Q : Bonjour.

R : Bonjour.

Q : Y a-t-il quelqu’un avec nous ?

R : Écoutez, regardez. Apprenez. Arrêtez de manger.[1]

Q : En quoi manger pose-t-il problème ?

R : Mauvaise connexion.

Q : (L) Quel est votre nom ?

R : Ellaga. [2]

Q : (L) Êtes-vous un être désincarné d’origine terrestre ?

R : Non.

Q : Êtes-vous un alien comme l’individu de l’autre nuit ? [3]

R : Oui.

Q : (L) Êtes-vous d’une autre galaxie ?

R : Non.

Q : (L) D’où êtes-vous ?

R : Cassiopaea.

Q : (L) Est-ce la constellation que nous connaissons sous le nom de Cassiopée ?

R : Oui.

Q : (L) Que pouvons-nous faire pour que la connexion soit meilleure ?

R : Moins de bruit. [Il y avait de l’animation dans la pièce d’à côté. Nous avons fermé la porte.]

Q : (L) Avez-vous des informations pour nous ce soir ?

R : Invasion spatiale bientôt. Quatre à six ans. Bataille entre les forces du bien et du mal. Attendre proche. Regarder loin. Écouter. Mexique tombe ; séisme Éthiopie ; septembre – tous les deux – Nouvel An – Janvier – Paris bombe – Londres blizzard – 109 morts – Chute d’avion – Tahiti – Choléra – Montana – Janvier 1995 – gouvernement É.U. – derrière séismes Californie – Bientôt trois – Enlèvement politique Oklahoma – Février 95 – Grandes nouvelles. [4]

Q : (L) Qu’est-ce qui provoque les changements terrestres ?

R : Modifications des ondes électromagnétiques.

Q : (L) Pouvez-vous être plus précis ?

R : Brèche dans l’afflux du champ héliographique. [5]

Q : (L) Je ne comprends pas.

R : Mettez Frank sur le processeur canal ouvert.

Q : (L) Voulez-vous dire que Frank peut canaliser sur ordinateur ?

R : Oui. Faites-le maintenant. [6]

Q : (L) Est-ce qu’une météorite ou une comète va heurter la Terre ?

R : Ouvert.

Q : (L) Quels effets l’impact de la comète sur Jupiter a-t-elle sur nous ?

R : Accroissement du déséquilibre du champ.

Q : (L) Cette comète devait-elle impacter la Terre, comme le prétendent certains médiums ? [7]

R : Ouvert.

Q : [Question inconnue.]

R : On leur prélève des morceaux d’organes alors qu’ils sont totalement éveillés — les reins d’abord — et ensuite les pieds — ensuite la mâchoire est examinée sur la table — les langues coupées — la résistance des os testée — pression placée sur le muscle cardiaque jusqu’à ce qu’il éclate.

Q : Pourquoi nous dire ces choses affreuses ? !

R : Devez savoir ce que fait le consortium.

Q : À quels enfants font-ils cela ?

R : Surtout à des enfants indiens.

Q : Pourquoi ces propos me remplissent-ils d’horreur ?

R : Parce que le sujet est bouleversant.

Q : Pourquoi avons-nous besoin de savoir ces choses ?

R : Effort majeur de la part des Orions et de leurs frères humains pour créer une nouvelle race et la contrôler.

Q : (L) D’où êtes-vous ?

R : Cassiopée.

Q : (L) Où vivez-vous spécifiquement ?

R : Vivons dans l’omniprésence.

Q : (L) Qu’est-ce que cela signifie ?

R : Tous les mondes.

Q : (L) Pouvez-vous nous dire à quoi ressemble votre environnement ?

R : Difficile.

Q : (L) Eh bien, tentez le coup.

R : Quel coup ?

Q : (L) Êtes-vous au service de vous-même ou d’autrui ?

R : Les deux. Nous-mêmes à travers les autres.

Q : (L) Scarlett veut connaître les détails de ses enlèvements.

R : Le veux-tu ?

Q : (S) Oui.

R : En es-tu sûre ?

Q : (S) Oui.

R : Bientôt. Vibrations ne conviennent pas en ce moment.

Q : (L) Est-ce que ça veut dire que les vibrations de Scarlett ne sont pas bonnes pour recevoir ces informations ?

R : Exact.

Q : Pourquoi nous avez-vous donné des informations sur nos enlèvements la dernière fois ?

R : Ce n’était pas moi.

Q : Et qui êtes-vous ?

R : Ellaga.

Q : (L) Y a-t-il une dixième planète comme le décrit Zecharia Sitchin ? [8]

R : Non.

Q : (L) Vénus a-t-elle été éjectée de Jupiter ? [9]

R : Non.

Q : (L) Est-ce que Vénus a suivi une orbite cométaire pendant un certain temps ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce que Vénus est apparue dans notre système solaire depuis la région de Jupiter, et en provenance du fin fond de l’espace comme l’a suggéré Velikovsky ?

R : C’est exact.

Q : (L) Pendant l’Exode, les Juifs ont observé une colonne de fumée durant la journée, et une colonne de feu la nuit; s’agissait-il de Vénus ?

R : Non.

Q : (L) Qu’est-ce que les Juifs ont vu ?

R : Un vaisseau guide.

Q : (L) Est-ce que Sodome et Gomorrhe ont été détruites par des armes nucléaires ?

R : Oui et non.

Q : (L) Comment ont-elles été détruites ?

R : IEM

Q : (L) Que veut dire « IEM » ?

R : Impulsion Électromagnétique.

Q : (L) Jésus a-t-il été génétiquement conçu par des extraterrestres comme l’ont suggéré certaines sources canalisées ?

R : Presque.

Q : (L) Pouvez-vous expliquer ?

R : Trop complexe.

Q : (L) Marie était-elle véritablement vierge quand elle a accouché ?

R : Non.

Q : (L) Est-elle devenue enceinte normalement ?

R : Oui.

Q : (L) Avec qui a-t-elle eu des relations sexuelles ?

R : Son mari.

Q : (L) Jésus a-t-il été génétiquement modifié ?

R : Après – pendant l’enfance. Utilisez l’ordinateur. [10]

Q : (L) On a essayé. Ce n’était pas satisfaisant. Jésus était-il de quelque manière spéciale, uni en Christ comme on dit ?

R : Rapidement glorifié — Yontar [11] — anciennes guerres — enchantement civil — conseil de Zindar

Q : (L) C’est quoi, le Conseil de Zindar ? [12]

R : Mission d’échangeurs à deux cycles.

Q : (L) Qu’est-ce que cela signifie ?

R : Références vastes. Utilise Laura ordinateur Canal. [13] Dois partir

Fin de la séance

[1] Scarlett était en train de grignoter quelque chose.

[2] Un autre nom inhabituel ; j’étais intriguée.

[3] Comme tant d’autres, j’avais supposé que nous avions discuté avec des « aliens » lors de la séance précédente. En fait, les Cassiopéens ne se sont jamais décrits comme des « aliens ». Ce qu’ils avaient réellement dit, c’était« aliens de votre point de vue ».

[4] Ce qui est curieux au sujet de cette remarque est qu’en fait, le 25 février 1995, on nous a avertis d’un attentat terroriste à la bombe dans moins d’un mois. Si l’on relie cela à la mention précédente de « l’enlèvement politique Oklahoma », on trouve une relation curieuse avec l’Attentat à la Bombe d’Oklahoma City de mars 1995. Dans un des premiers rapports sur la capture de Timothy McVeigh, il est cité disant qu’il était sous le contrôle d’un implant placé dans sa hanche, et qu’il croyait avoir été enlevé et programmé par le gouvernement. Et c’était en effet des GRANDES nouvelles !

[5] Gardez aussi cela à l’esprit, ainsi que la remarque « Soleil en Balance » de la première séance, et la référence au « soleil jumeau » de l’indice « Carcosa ».

[6] Nous avons essayé et c’était du gros n’importe quoi. On en a conclu qu’il s’agissait d’une tentative pour détourner le processus.

[7] De nombreuses rumeurs courraient sur internet à l’époque de l’impact de la Comète Shoemaker-Levy sur Jupiter disant que cette comète devait frapper la Terre, mais qu’un certain groupe d’extraterrestres, et je ne me souviens plus lequel, avait décidé de « sauver » la Terre en redirigeant à la place ces comètes vers Jupiter. Naturellement, toute l’humanité était censée être reconnaissante envers ce groupe particulier pour avoir sauvé nos fesses !

[8] J’avais lu récemment La 12e Planète, de Zecharia Sitchin, qui postule qu’une race supérieure d’extraterrestres habitait notre monde autrefois. Sitchin affirme qu’il s’agissait de voyageurs stellaires, qu’ils étaient arrivés il y a des lustres et avaient créé génétiquement l’humanité pour en faire leur esclave. Il affirme que les Fils d’Anak mentionnés dans la Bible sont les Annunaki, et qu’ils sont également les Néfilim de la Bible. Il prétend que ce sont une race de géants chercheurs d’or venue d’une planète renégate de notre propre système solaire, connue des Sumériens sous le nom de « Planète du Croisement ». Cette planète « croise » le plan de l’écliptique tous les 3 600 ans, et lorsqu’elle est suffisamment proche, ces êtres font un « saut » sur Terre pour jeter un œil à leur création. Ceci est censé se reproduire bientôt. Le titre du livre vient du fait que Sitchin propose qu’il y a 12 maisons du zodiaque parce qu’il y avait 12 « planètes ». Il inclut le soleil et la lune dans son décompte parce qu’ils ont une signification zodiacale. Mais, en réalité, il s’agit vraiment d’une 10e planète, si l’on exclut le soleil et la lune. Il oublie de noter que la Terre est exclue des considérations zodiacales en raison du fait que l’astrologie est géocentrique. Mais c’est un point mineur. Le plus important est qu’il semble y avoir quelque chose dans l’idée de la « manifestation » d’un essaim cométaire tous les 3 600 ans en raison de la fragmentation d’une comète géante, comme l’on décrit les astronomes Victor Clube et Bill Napier dans leurs livres The Cosmic Serpent et Hiver Cosmique. Cette idée a été étayée plus avant par Firestone, West et Warwick-Smith dans The Cycle of Cosmic Catastrophes. Je ne connais aucune autre source canalisée qui ait évoqué ces idées, en ait discuté et ajouté de nouvelles informations à ce pot commun qui, par la suite, s’est révélé exact sur la base d’évaluations scientifiques.

[9] C’est ce qu’avait proposé Immanuel Velikovsky pour expliquer pourquoi les anciens astronomes et créateurs de mythes prétendaient que Vénus était née de Jupiter.

En suivant la trace de Vénus à travers les mythes et légendes du monde entier, Velikovsky a émis la théorie que Vénus avait croisé la Terre dans son orbite vers le milieu du quinzième siècle av. J.-C. Cet événement fut consigné dans la Bible comme les plaies d’Égypte qui permirent aux Juifs d’échapper à la servitude. Cherchant à vérifier sa théorie, Velikovsky a passé des semaines à essayer de trouver un récit égyptien des événements de l’Exode. Il a finalement découvert une traduction d’un papyrus égyptien qui contenait la description d’une grande catastrophe incluant les plaies d’Égypte. Ce document s’appelait « Les admonestations d’un Sage », ou « Papyrus Ipuwer ».

Le lecteur voudra très certainement lire Mondes en Collision car c’est l’un des livres les plus rationnels jamais écrits. Même si Velikovsky se trompait dans certaines de ses conclusions concernant des mythes et des légendes, ses observations et propositions d’une nouvelle façon de regarder le cosmos ne sont pas encore pleinement appréciées. Et, selon les Cassiopéens, il avait, au moins, partiellement raison.

[10] À nouveau, nous étions encouragés à « utiliser l’ordinateur » ou une forme « d’écriture automatique » comme moyen de canalisation. Oui, cela aurait été certainement plus facile et plus rapide, mais je n’avais pas l’impression que le contact avait été suffisamment vérifié pour justifier de sauter le pas. Bien après coup, il m’est venu à l’esprit qu’il s’agissait d’une combinaison entre l’idée de canaliser et de travailler en réseau par le biais de l’ordinateur.

[11] Cette référence à « Yontar » apparaît à nouveau dans une autre séance comme le nom d’une planète. La question qui se pose ici est : Les planètes sont-elles aussi des êtres comme le suggère cette référence à d’ « anciennes guerres » ? Les comètes et les astéroïdes sont-ils les munitions « des dieux » ?

[12] Zindar ou Zendar fut aussi donné comme un nom planétaire dans une séance ultérieure.

[13] La canalisation par ordinateur est à nouveau suggérée, mais cette fois cela m’est spécifiquement adressé. Mais, je n’y croyais pas. Pas encore, en tout cas. Plus tard, cependant, j’ai eu le sentiment qu’une grande partie de L’Onde avait été écrite dans un « état spécial

1.3 Séance du 27-juillet-1994

Séance du 27 juillet 1994

Participants : « Frank », Scarlett, Laura

Après un bref échange avec un « défunt » facilement identifiable que nous avions renvoyé, nous nous étions servis de nos symboles Reiki et avions spécifiquement demandé nos interlocuteurs de Cassiopée. Voici ce qui filtra :

Q : Nous voulons communiquer avec les Cassiopéens.

R : Je suis Ra gardien de lumière.

Q : Qu’avez-vous à nous dire ?

R : Ovnis pas tous mauvais.

Q : Pourquoi la connexion est-elle aussi mauvaise ce soir ?

R : Vous voyez vous êtes fatigués.

Q : [Question inconnue.]

R : Niveau jusqu’à 6.

Q : [Question inconnue.]

R : Planète.

Q : [Question inconnue.]

R : Toujours. Laissez-moi partir s’il vous plaît.

À l’évidence, l’énergie était très faible lors de ce dernier contact. Il était également curieux que le personnage de « Ra » soit apparu et se soit présenté comme « gardien de lumière ». Ce fut à peu près le dernier « intrus » avant que les C’s ne deviennent nos habitués.

1.4 Séance du 30-juillet-1994

Séance du 30 juillet 1994

Participants : « Frank », Scarlett, Laura

Q : Bonjour.

R : Bonjour.

Q : Et qui est avec nous ce soir ?

R : Nom Panua Nom Oz Nom Pamala

Q : (L) D’où êtes-vous ?

R : Corsoca.

Q : (L) Avez-vous des messages pour nous ?

R : Soyez prudents.

Q : (L) Vis-à-vis de quoi ?

R : Des aliens.

Q : (L) Lesquels ?

R : Orions.

Q : (L) Que font-ils ?

R : Vous suivent.

Q : (L) Est-ce un engin extraterrestre qu’Ann, Scarlett et Laura ont aperçu hier soir ? [1]

R : Vous feriez mieux de le croire.

Q : (L) À qui l’engin appartenait-il ?

R : Orion.

Q : (L) Est-il apparu spécialement pour nous ?

R : Non.

Q : (L) Savent-ils que nous les avons vus ?

R : Oui.

Q : (L) Sont-ils partis parce que nous les avons vus ?

R : Oui.

Q : (L) Prévoyaient-ils d’enlever quelqu’un ?

R : Peut-être. Tu es la prochaine.

Q : (L) Quoi ?

R : À être enlevée.

Q : (L) Qui ?

R : LK.

Q : (L) Par qui ?

R : Orion.

Q : (L) Quand ?

R : Ouvert.

Q : (L) Pourquoi ?

R : Pour contrôle de connaissance. Engin au-dessus maintenant.

Q : (L) Au-dessus de la maison ?

R : Absolument.

Q : (L) Est-il bon pour moi d’être enlevée ? [2]

R : Neutre.

Q : (L) Serai-je enlevée parce que je les ai vus la nuit dernière ?

R : En partie. Mike et John t’ont mouchardée. [3]

Q : (L) Sont-ils de mèche avec les aliens ?

R : Pas sciemment.

Q : (L) Comment, alors ?

R : Subconsciemment. Implants.

Q : (L) Avons-nous des implants ?

R : Deux implants ; un moniteur.

Q : (L) Quelle est la différence entre un moniteur et un implant ?

R : Tous sont des moniteurs. L’implant est permanent. Frank et Laura ont chacun un implant permanent. Scarlett a le moniteur depuis trois mois. Elle aura l’implant après.

Q : (L) Pourquoi ?

R : Vous surveiller et vous observer.

Q : (L) Pourquoi ?

R : Vous êtes tous des êtres de niveau supérieur. Implant de Frank : a quatre ans. Implant de Laura : a cinq ans.

Q : (L) Les enfants de Laura ont-ils été enlevés ?

R : Pas encore.

Q : (L) Les enfants de Scarlett ont-ils été enlevés ?

R : Un.

Q : (L) Lequel ?

R : Le dernier.

Q : (L) Qui nous pose des implants ?

R : Orions.

Q : (L) Et l’on ne peut rien y faire ? C’est à vomir !

R : Question de perspective.

Q : (L) À quoi ressemblent les Orions ?

R : Des Gris.

Q : (L) Est-ce que ce sont des Gris au nez pointu comme je l’ai lu dans certaines sources ? [4]

R : Deux types de Gris.

Q : (L) Sont-ils insectoïdes ?

R : Non.

Q : (L) Ont-ils une âme de groupe ?

R : Non.

Q : (L) Éprouvent-ils des émotions ?

R : Non.

Q : (L) Veulent-ils que les corps humains leur servent de réceptacles ?

R : En partie.

Q : (L) À quoi ressemble leur planète ?

R : Similaire à la Terre.

Q : (L) Quelle est la planète décrite dans plusieurs livres comme un désert avec d’énormes araignées aux pattes comme des troncs d’arbre ? [5]

R : Uzuli

Q : (L) Certains d’entre nous ont-ils déjà été enlevés par des araignées géantes ?

R : Personne ne l’a été.

Q : (L) Alors pourquoi des gens ont-ils vu cette planète ?

R : C’est l’une des planètes de ZR 4.

Q : (L) C’est quoi ZR 4 ?

R : Zeta Reticuli 4. Il y a sept planètes. La quatrième.

Q : (L) Quelles autres informations pouvez-vous nous donner ?

R : Base des aliens tout près d’ici petite.

Q : (L) Êtes-vous ceux que l’on appelle les « Garçons qui venaient du Brésil » ? [6]

R : Oui. Anclote Gulf Park [7] servait de base militaire. Sous-terre.

Q : (L) Pourquoi sous terre ?

R : Pour dissimuler.

Q : (L) Avec quel groupe êtes-vous ?

R : Fédération. Parmi beaucoup d’autres.

Q : Y a-t-il un quelconque moyen d’empêcher les abductions par Orion ?

R : Non.

Q : (L) Pourquoi ?

R : Cela interférerait avec la loi universelle du libre arbitre et du service de soi.

Q : (L) Mais nous n’avons pas envie d’être abductés. Ne pouvons-nous pas l’empêcher ?

R : Peu probable. Ils ont plus de pouvoir que vous.

Q : (L) Bon, alors pourquoi ne pouvez-vous pas nous aider ?

R : Interférerait avec la progression naturelle de votre race et de la leur. Les Juifs ont fait appel à nous pour les sauver — n’avons pas pu. Et les indigènes de votre pays [pour les sauver] de votre race — n’avons pas pu empêcher cela non plus. Progression naturelle, voyez-vous ?

Q : (L) Allons-nous être anéantis par les aliens, dans le cadre de cette progression naturelle ?

R : Peut-être. Qu’est-ce qui vous fait penser que vous êtes spéciaux ?

Q : (L) Jésus nous a dit que Dieu nous aime. Est-ce vrai ?

R : Mais c’est l’âme qui importe, pas le corps. Le corps meurt, pas l’âme.

Q : (L) Eh bien, tout ça nous fiche vraiment les jetons.

R : Non. Vous êtes énergie. Il existe une énergie qui provient de la connexion entre l’âme et le corps ; plus tard, le corps est utilisé comme parties.

Q : (L) À quelle fin utilisent-ils notre énergie et nos corps ?

R : Créer une nouvelle race. La leur est en train de s’éteindre.

Q : (L) Bon, ils enlèvent des gens, les tuent et que font-ils avec ?

R : Ils les découpent en rondelles.

Q : (L) Est-ce qu’ils meurent ?

R : Transfert maximal de matière et d’énergie au cours de la transition.

Q : (L) En d’autres termes, vous êtes en train de dire qu’une mort lente et douloureuse leur donne le maximum de ce qu’ils veulent ? C’est absolument immonde.

R : Tu as demandé la vérité. Tu dis que c’est immonde, mais ce n’est que la forme ultime du service de soi.

À ce moment-là, ma fille, qui se tenait à proximité et observait, mentionna avoir lu dans un livre que les Amérindiens croyaient que la mort lente et atroce d’un ennemi leur donnait plus de pouvoir. Lorsqu’elle eut fini de parler, les Cassiopéens continuèrent.

R : Qu’en est-il de vos animaux de laboratoire ? N’est-ce pas aussi du service de soi ? Quid des insectes indésirables, et cetera ?

Q : (L) Nous étions là en premier !

R : Les insectes aussi. Les Gris veulent votre planète maintenant.

Q : (L) C’est dégoûtant.

R : La progression naturelle est-elle dégoûtante ?

Q : (L) Ce qui est en train d’arriver, est-ce que c’est similaire à ce qu’a décrit Jésus dans la parabole du blé, où les ouvriers arrachent d’abord les mauvaises herbes ?

R : À peu près.

Q : (L) À quel genre de personnes ces choses sont-elles infligées ?

R : Humains de bas niveau. [8]

Q : (L) Qu’arrive-t-il aux humains de haut niveau ?

R : Certains survivront.

Q : (L) Jésus se réincarnera-t-il dans un corps ?

R : Non.

Q : (L) Jésus est-il un alien ?

R : L’un de nous. [9]

Q : (L) Va-t-il y avoir une guerre atomique ?

R : Non.

Q : (L) Est-ce qu’il y aura une guerre dans le ciel avec les aliens ? [10]

R : Oui.

Q : (L) Et ça se passera entre le groupe d’Orion et la Fédération ?

R : Oui.

Q : (L) La guerre sera-t-elle visible depuis la Terre ?

R : Oh, oui.

Q : (L) Quand cela aura-t-il lieu ?

R : Cela a déjà commencé. Va s’intensifier de plus en plus.

Q : (L) Pourquoi n’avons-nous pas conscience du fait que cela a déjà commencé ?

R : À ce stade, dissimulé en météo. Batailles encore dans une autre dimension pour l’instant. Se produiront dans celle-ci d’ici 18 ans. N’importe quand au cours de cette période. Pas déterminable avec précision. Pourrait être demain comme dans 18 ans.

Q : (L) 18 ans à partir de maintenant, ça nous amène en 2012. Cette date a-t-elle une signification spéciale ?

R : D’ici là.

Q : (L) La Terre sera-t-elle affectée par une comète ou une planète ?

R : Peut-être. Un à la fois s’il vous plaît. Arrêtez d’avoir des pensées physiques — ce sont de basses fréquences.

Q : (L) Que voulez-vous dire par « pensées physiques » ? Qui a des pensées physiques ?

R : Tout ce qui a à voir avec le corps ou l’animalité — minimisez autant que possible — cela élève le niveau de vibration. [11]

Q : (L) Devrions-nous être végétariens alors ?

R : C’est se concentrer sur le physique. Le corps n’est pas important.

Q : (L) Cela veut-il dire que c’est mal de se préoccuper du corps d’une manière ou d’une autre ?

R : À peu près. Ne vous concentrez pas sur la vie dans le corps. Concentrez-vous sur l’esprit.

Q : (S) Cela veut-il dire que Laura devrait ne pas se préoccuper de sa pathologie cardiaque ?

R : Ne t’en préoccupe pas. Traite l’esprit.

Q : (L) Eh bien, les troubles cardiaques indiquent que le cœur est fichu. Pourquoi mon cœur est-il fichu ?

R : Énergie désordonnée.

Q : (L) Comment pouvons-nous améliorer l’énergie pour la réception ?

R : Méditez en général.

Q : (L) Mais nous aimons être dans un corps et avoir l’opportunité d’aimer et d’apprécier la nature et toutes les merveilles de la création. C’est naturel de ne pas vouloir rompre avec quelque chose d’aussi agréable.

R : Concentration pour essayer de prolonger la vie dans le corps. Vous y aurez toujours accès.

Q : (L) Serons-nous heureux si nous déménageons en Guyane britannique ? [12]

R : Peu probable.

Q : (L) Serons-nous heureux si nous restions ici et réparions la maison ?

R : Plus probablement. Pas de lave-vaisselle ni de lave-linge en Guyane. Pas d’électricité. Pas de climatisation. Es-tu prête à cela ?

Q : (L) Mais on ne veut pas rester ici et se faire manger par des aliens !

R : Les aliens mangent aussi les Guyanais.

Q : (L) Mais où devrions-nous aller quand la Floride sombrera ? [13]

R : Qui a dit que la Floride allait sombrer ?

Q : (L) Sommes-nous choisis ?

R : Qu’est-ce qui est choisi ? Vous seuls pouvez choisir. Le choix dépend de votre nature, du libre arbitre, de l’observation et de l’écoute. Ce n’est pas où vous êtes qui est important. C’est qui vous êtes et aussi ce que vous voyez.

Q : [Question inconnue.]

R : N’avez-vous pas compris depuis le temps ?

Q : [Question inconnue.]

R : À toi de le découvrir. Utilise un autre mode pour cela. [14] Assez donné. Dois partir.

Fin de la séance

Comme le lecteur a pu le constater, nous posions tout un tas de questions aléatoires à propos des aliens et des abductions qui s’appuyaient sur tout ce que nous avions lu, ou dont nous avions entendu parler, sur le sujet.

Notes:

[1] Nous étions toutes les trois allées voir un ami et avions observé un engin triangulaire stationnaire très inhabituel avec une lumière brillante à chaque coin. Quand nous avons quitté la route pour nous arrêter sous l’appareil, celui-ci a filé à toute allure aussitôt que je suis sortie de la voiture.

[2] Mes sentiments étaient encore mitigés vis-à-vis du phénomène des abductions. Beaucoup de groupes et de sources propageaient l’idée que c’était « pour le bien de l’humanité », même si ce type d’activité était fondé sur la violation du libre arbitre, la douleur, la terreur et la souffrance.

[3] Le premier individu mentionné ici prétendait être un ufologue bardé d’un tas de soi-disant « qualifications » qui se sont plus tard révélées bidon. C’était tout un personnage qui allait et venait dans sa décapotable blanche, affublé d’un chapeau de paille et de vêtements de safari, avec dans la poche un « détecteur d’ovni » travesti en paquet de cigarettes qui se mettait à l’occasion à biper furieusement. C’est là qu’il se précipitait vers un téléphone pour signaler la présence d’un ovni à quelque organisation secrète à laquelle il prétendait appartenir. Il était obsédé par le « Bigfoot ». Tout cela était plutôt comique et typique du genre de cinglés que l’on trouve dans le milieu de l’ufologie. Quant au second individu, je n’aurais jamais imaginé une seconde qu’il puisse être « de mèche » avec les aliens. Il était absolument sûr et certain d’une chose ; si jamais il rencontrait un alien, il tirerait d’abord et poserait des questions ensuite ! Bien entendu, il croyait aussi fermement que les Annunaki étaient nos dieux, qu’ils reviendraient un jour et qu’il serait là pour les accueillir ! Il pensait même que l’humanité devrait leur construire des maisons géantes à l’avance.

[4] Voir The Andreasson Affair de Ray Fowler.

[5] Voir Majestic de Whitley Strieber.

[6] C’est ainsi que, pour plaisanter, nous désignons « ceux qui ont la charge de l’univers ».

[7] Il s’agit d’un parc du comté à proximité d’une centrale électrique. L’écoulement d’eau chaude des tours de refroidissement offre un abri aux lamantins et à bien des poissons. Il se trouve également un peu au sud d’anciens tumuli indiens.

[8] Se pose naturellement la question de savoir ce que sous-entend « humains de haut niveau » et « humains de bas niveau ». Le lecteur ne devrait pas se laisser aller à penser qu’il s’agit d’une définition « élitiste » ou exclusive au regard de la valeur de tous les êtres humains dans leur contexte et leur réalité propres. Cela se rapporte tout simplement à la différence entre ceux qui sont prêts à passer à un niveau d’être supérieur, et ceux qui souhaitent continuer l’existence physique. Dans tous les cas, c’est la fréquence de l’individu qui démontre ce choix, plutôt que ce que celui-ci peut ou non en dire.

[9] « Nous » signifiant la 6e densité et pas nécessairement les « Cassiopéens ». Ceci deviendra évident à mesure que nous poursuivrons.

[10] Je rêvais de manière récurrente qu’il y aurait une « guerre spatiale ».

[11] Cette remarque était curieuse. Je savais que je n’avais pas de pensées de « bas niveau » ; j’étais vraiment concentrée sur mes questions. Je connaissais aussi suffisamment Frank pour savoir que ce n’était pas lui. Donc, le seul candidat logique restant pouvant avoir « des pensées de bas niveau en rapport avec des comportements relevant de l’animalité », c’était Scarlett.

[12] Mon ex-mari, à qui j’étais encore mariée à l’époque, tentait de me convaincre depuis longtemps que nous devrions vendre tout ce que nous possédions, embarquer les enfants et partir en Guyane britannique dans la forêt tropicale. Il était persuadé que ce serait un endroit sûr où vivre quand le Nouvel Ordre Mondial prendrait le contrôle du pays. J’avais des doutes, mais avec toutes ces nouvelles informations à propos des aliens, je commençais à penser que ce ne serait peut-être pas une si mauvaise idée, même si nous avions deux enfants souffrant de problèmes médicaux qui nécessitaient de rester à proximité d’installations appropriées en cas de besoin d’un traitement.

[13] Il s’agissait d’une autre de ces intarissables rumeurs prophétiques répandues par diverses sources canalisées dans des livres.

[14] Nous étions à nouveau incités à utiliser un autre mode de canalisation. Mais je n’étais toujours pas persuadée qu’il s’agissait d’un bon conseil étant donné toutes les analyses que nous avions effectuées.

1.5 Séance du 30-septembre-1994

Séance du 30 septembre 1994

Participants : « Frank » et Laura (Première séance enregistrée)

Il est à noter qu’à cette époque, je campais vraiment sur la position que n’importe quel interlocuteur devait être « chrétien » et soutenir l’histoire de Jésus. L’ampleur de l’investissement émotionnel en jeu ici pourrait donc aisément avoir significativement biaisé les réponses. Voir aussi les notes de bas de page que j’ai mises à la fin il y a quelque temps de cela.

Q : Bonjour.

R : Bonjour.

Q : Qui êtes-vous ?

R : Pamthora.

Q : (L) Êtes-vous le même individu qui a communiqué avec nous la semaine dernière ?

R : Non.

Q : (L) Appartenez-vous au même groupe ?

R : Oui.

Q : (L) Pourquoi êtes-vous avec nous ce soir au lieu de la personne qui était là la semaine dernière ?

R : Ondes fréquentielles.

Q : (L) Les ondes fréquentielles sont différentes ?

R : Pas loin.

Q : (L) Êtes-vous plus à même de communiquer avec nous que la personne qui était là la semaine dernière ?

R : Pareil.

Q : (L) Je ne comprends pas ce que vous entendez par ondes fréquentielles. Pourriez-vous développer ?

R : Trop complexe.

Q : (L) OK. Cela veut-il dire que vous ne pourrez pas nous communiquer de réponses complexes ce soir ?

R : Aucune différence.

Q : (L) La semaine dernière, nous avons parlé de Jésus de Nazareth qui est devenu le Christ. Pouvons-nous poursuivre ce sujet cette semaine ?

R : Oui.

Q : (L) Qui était Jésus de Nazareth ?

R : Esprit évolué.

Q : (L) Jésus est-il né d’une Immaculée Conception ; c’est-à-dire, est-ce que sa mère n’a pas eu de relations sexuelles avec un homme pour le concevoir ?

R : Non.

Q : (L) Elle a eu des relations sexuelles avec un homme pour le concevoir, c’est ça ?

R : Oui.

Q : (L) Qui était l’homme avec qui elle a eu des rapports sexuels pour concevoir Jésus ?

R : Tonatha. [1]

Q : (L) Et qui était ce Tonatha ?

R : Une connaissance.

Q : (L) Quel âge avait la mère de Jésus, Marie, lorsqu’elle l’a conçu ?

R : 19.

Q : (L) Joseph a-t-il été fâché de découvrir que Marie était enceinte ?

R : Non.

Q : (L) À quel âge Joseph a-t-il épousé Marie ?

R : 39.

Q : (L) Joseph était-il incapable d’avoir des enfants ?

R : Pas loin. [2]

Q : À quelle date, en comptant à rebours dans notre système de calendrier, Jésus est-il né ?

R : 06/01/moins 14.[3]

Q : (L) À quelle heure ?

R : 6 heures du matin.

Q : (L) Y a-t-il eu quelque événement céleste extraordinaire comme un alignement d’étoiles ou de planètes à ce moment-là ?

R : Non.

Q : (L) Quelle était l’étoile que les Mages ont vue à l’Est qui les a menés jusqu’à l’endroit de sa naissance ? Les Mages sont-ils vraiment venus présenter des offrandes ?

R : Pas loin.

Q : (L) Qui est venu pour lui présenter des offrandes ?

R : Trois prophètes.

Q : (L) De quel pays venaient ces prophètes ?

R : D’Iran. Connu aussi comme la Perse.

Q : (L) Jésus était-il un individu qui avait reçu des pouvoirs médiumniques ou extraordinaires à la naissance ?

R : À peu près.

Q : (L) A-t-il eu conscience dès le début de sa vie qu’il était d’une certaine manière spécial ou élu ?

R : Oui.

Q : (L) C’était quoi, « l’étoile » qui a indiqué aux prophètes…

R : Vaisseau spatial. [4]

Q : (L) Quel genre de vaisseau spatial ?

R : Mère.

Q : (L) D’où venait ce vaisseau mère ?

R : Autre monde.

Q : (L) Vous voulez dire un autre monde en termes de dimension ou de densité ? [5]

R : Oui.

Q : (L) Ces autres mondes ou densités, est-ce que nous les connaissons en tant qu’autres systèmes stellaires ou planètes ?

R : En partie.

Q : (L) À douze ans, Jésus a eu sa Bar Mitzvah, est-ce exact ?

R : Il a eu sa Bar Mitzvah à l’âge de dix ans.

Q : (L) À cette époque, a-t-il reçu un enseignement ailleurs ?

R : Rite araméen. [6]

Q : (L) Pendant ses années de croissance, Jésus a-t-il visité d’autres pays et étudié sous la férule d’autres maîtres ? [7]

R : Non.

Q : (L) Où a-t-il reçu son enseignement ou sa formation ?

R : Lui a été transmis par channeling.

Q : (L) Est-ce qu’à un quelconque moment de sa vie, il est allé en Inde ?

R : Non.

Q : (L) Est-il allé en Égypte et a-t-il reçu une initiation dans la Grande Pyramide ?

R : Non.

Q : (L) Il a vécu toute sa vie en Palestine ?

R : À proximité. Dans cette région en général. La Bible n’est pas entièrement exacte.

Q : (L) Quand Jésus a assisté aux noces de Cana, de qui était-ce les noces ?

R : N’est pas arrivé.

Q : (L) Jésus a-t-il nourri des milliers de gens avec quelques miches de pain et quelques poissons ?

R : Non.

Q : (L) Vous voulez dire que tous les miracles de la Bible sont des mythes ?

R : Souvenez-vous qu’il s’agit d’informations corrompues, altérées après les faits à des fins de contrôle et de gain économique et politique.

Q : (L) Dites-nous ce que Jésus a réellement fait.

R : Il a enseigné des vérités spirituelles à ceux qui en étaient affamés.

Q : (L) Et quelle était la base de ces vérités spirituelles ?

R : Informations transmises par channeling en provenance de sources supérieures.

Q : (L) Quelle est la vérité que Jésus a enseignée ?

R : Que tous les hommes sont aimés du créateur et sont un avec lui. [8]

Q : (L) A-t-il accompli des miracles ?

R : Certains.

Q : (L) Pouvez-vous nous en citer un ou deux ?

R : Guérisons.

Q : (L) Pouvait-il littéralement guérir par imposition des mains ?

R : Oui.

Q : (L) A-t-il accompli des exorcismes ?

R : Pas loin.

Q : (L) La méthode de guérison qu’il utilisait était-elle le Reiki ou quelque chose d’équivalent ?

R : Oui.

Q : (L) Existe-t-il un moyen de renforcer l’énergie Reiki pour la rendre suffisamment puissante afin d’accomplir en un temps très bref ce qui pour le moment prend pas mal de temps ?

R : Oui.

Q : (L) Que peut-on faire pour renforcer l’énergie Reiki ?

R : Atteindre une haute pureté spirituelle.

Q : (L) J’ai ici deux jeux de symboles Reiki ; lequel est le bon, ou le plus puissant : le premier ou le second ? [Je les montre tous les deux]

R : Le second.

Q : (L) Est-ce que ce sont les symboles Reiki originels, tels qu’ils ont été donnés au docteur Usui ?

R : Proche.

Q : (L) Les symboles Reiki en possession de Caroline sont-ils les bons ?

R : Non.

Q : (L) Les symboles qu’utilise Ann sont-ils bons ?

R : Non.

Q : (L) Ann est-elle capable de transmettre l’initiation entièrement et puissamment ?

R : Non.

Q : (L) Perd-elle simplement son temps en pensant qu’elle la transmet, comme je le soupçonne ? [9]

R : Le tien.

Q : (L) Existe-t-il quelqu’un à qui je puisse m’adresser pour recevoir la bonne initiation ?

R : Oui.

Q : (L) Je connais cette personne ?

R : Non.

Q : (L) Qui la connaît, dans mon entourage ?

R : Helen. VG est la plus capable. [10]

Q : (L) Cela veut-il dire que VG est la plus capable d’entre nous ?

R : Oui.

Q (L) Son Reiki est-il plus puissant que le mien ?

R : Oui. Scarlett n’a aucune aptitude. Elle bloque tes capacités.

Q : (L) Êtes-vous en train de dire que Scarlett m’a transmis un Reiki qui a annulé le mien ?

R : Précisément.

Q : (L) Avec Scarlett, nous avons fait quatre séances d’hypnose où elle a parlé d’expériences d’abductions, etc. A-t-elle embelli certaines informations qu’elle a données ?

R : Oui.

Q : (L) Les a-t-elle embellies consciemment ou inconsciemment ?

R : Les deux.

Q : (L) A-t-elle réellement été enlevée par des aliens ?

R : Oui.

Q (L) Quel était le but de son abduction ? Qu’est-ce que les aliens essayaient de faire avec elle ou tentaient de lui faire ?

R : Examen vaginal.

Q : (L) Dans quel but ?

R : Efficacité reproductrice.

Q : (L) Mais Scarlett a eu une hystérectomie.

R : Ils n’en ont trouvé aucune.

Q : (L) A-t-elle été enlevée plus d’une fois ?

R : Oui.

Q : (L) Combien de fois a-t-elle été enlevée ?

R : 52.

Q : (L) Combien de fois Frank a-t-il été enlevé ?

R : 53.

Q : (L) Pourquoi ont-ils enlevé Frank ?

R : Esprit.

Q : (L) Qu’y a-t-il avec son esprit ?

R : Programmé par des puissances supérieures.

Q : (L) Ils ont enlevé Scarlett 52 fois juste pour un examen vaginal ?

R : Non. C’était la plus récente.

Q : (L) Les fois précédentes, c’était pour quoi ?

R : Étudier l’esprit et exploiter les émotions.

Q : (L) Autrement dit, ils ont exploité ses émotions ?

R : Oui.

Q : (L) Se nourrissent-ils de ses émotions ?

R : Oui.

Q : (L) Se nourrissent-ils des émotions de Frank ?

R : Oui.

Q : (L) Y a-t-il un quelconque moyen de couper le robinet ?

R : Ce n’est pas continu.

Q : (L) Exploitent-ils mes émotions ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce pour notre bien ?

R : Non.

Q : (L) Ce sont les « méchants » qui ont fait cela ?

R : Oui.

Q : (L) Comment pouvons-nous débrancher ces robinets ?

R : Continuer le channeling et la méditation.

Q : (L) Que fait le channeling pour couper le robinet ?

R : Il informe.

Q : (L) Revenons à Jésus. Est-ce que ses seuls miracles ont été des guérisons ?

R : Non.

Q : (L) Quel autre type de miracles a-t-il accomplis ?

R : Télékinésie.

Q : (L) A-t-il marché sur l’eau ?

R : Non.

Q : (L) A-t-il changé de l’eau en vin ?

R : Non.

Q : (L) Ce sont juste des histoires ?

R : Oui.

Q : (L) Quel est le but de ces histoires ?

R : Le contrôle.

Q : (L) Jésus a-t-il été crucifié ?

R : Non.

Q : (L) Quelqu’un a-t-il été crucifié ?

R : Trop vague.

Q : (L) Quelqu’un a-t-il été crucifié et présenté comme étant Jésus ?

R : Non.

Q : Il n’y a pas eu de crucifixion ni de résurrection le troisième jour, exact ?

R : Proche.

Q : (L) Alors quelle est la vérité à ce sujet ?

R : A quitté le plan terrestre sur un vaisseau après un état de sommeil prolongé.

Q : (L) Quand est-il tombé dans cet état de sommeil ? Est-ce qu’il est juste rentré un jour, s’est mis au lit et s’est endormi, et puis un vaisseau est apparu et l’a emporté ?

R : À peu près.

Q : (L) Donc il a semblé à ses disciples qu’il était mort ?

R : Ils l’ont pensé.

Q : (L) Est-ce qu’il s’est levé et a dit quelque chose à quelqu’un avant d’embarquer sur le vaisseau ?

R : Oui.

Q : (L) Est-il revenu à la vie…

R : Oui.

Q : (L) Et alors il leur a parlé de ce qu’il avait vu dans son sommeil méditatif prolongé ? C’est ce qui s’est produit ?

R : À peu près.

Q : (L) Bon OK, qu’est-ce qui s’est produit ?

R : A prophétisé, puis proclamé un futur retour.

Q : (L) S’agissait-il d’informations qu’il avait reçues durant sa période de sommeil prolongé ?

R : Oui.

Q : (L) Pendant combien de temps est-il resté endormi ou dans cet état de semi-mort ?

R : 96 heures.

Q : (L) Et alors un vaisseau est arrivé et l’a emporté ; c’est bien ça ?

R : Oui. Sur un pilier de lumière.

Q : (L) Aurait-il accompli d’autres miracles extraordinaires ?

R : Les miracles sont subjectifs.

Q : (L) A-t-il ressuscité Lazare d’entre les morts ?

R : Non.

Q : (L) A-t-il ressuscité quiconque d’entre les morts ?

R : Non.

Q : (L) OK, quand il est allé dans cet autre plan, qu’a-t-il fait ?

R : Question vague.

Q : (L) Y a-t-il quelque pouvoir ou avantage spéciaux à prier Jésus ?

R : Oui.

Q : (L) Eh bien, s’il n’est pas mort et n’a pas libéré son esprit sur le plan terrestre, comment ce pouvoir est-il conféré ?

R : Les prières vont vers lui.

Q : (L) Et que fait-il quand il entend les prières ?

R : Détermine leur nécessité selon le développement individuel de l’âme.

Q : (L) Vous voulez dire que quand quelqu’un prie Jésus, il prend une sorte de décision, c’est ça ?

R : Oui.

Q : (L) Mais comment peut-il faire ça quand des millions de gens le prient simultanément ?

R : Division de l’âme.

Q : (L) Qu’entendez-vous par division de l’âme ?

R : Explicite.

Q : (L) Vous voulez dire division de l’âme comme dans la mitose cellulaire où une cellule se divise et se reproduit ?

R : Non.

Q : (L) Est-ce que l’âme de Jésus se divise ?

R : Oui.

Q : (L) Combien de fois se divise-t-elle ?

R : Indéfiniment comme une projection de conscience.

Q : (L) Et qu’arrive-t-il à ce morceau d’âme qui est divisé ou projeté ?

R : N’est pas un morceau d’âme.

Q : (L) Qu’est-ce alors ?

R : C’est une réplique.

Q : (L) Chaque réplique est-elle exactement identique à l’original ?

R : Oui. Et non.

Q : (L) En quoi l’âme répliquée diffère-t-elle de l’original ?

R : Pas capable d’accorder une attention individuelle.

Q : (L) Certains d’entre-nous sont-ils capables de se répliquer de cette façon s’ils le désirent ?

R : Le pourraient dans des circonstances identiques. Le processus fonctionne ainsi : lorsque Jésus a quitté le plan terrestre, il est allé dans une autre dimension ou densité de réalité, où toutes les « règles » concernant la conscience du temps et de l’espace sont entièrement différentes de ce que vous percevez dans votre réalité. En ce point de l’espace-temps, son âme, qui se trouvait/se trouve encore dans le monde physique, a été placée dans une sorte d’état qu’on pourrait qualifier d’animation suspendue et une sorte de forme avancée d’inconscience. Depuis lors et jusqu’à présent, son âme a été répliquée à partir de cet état d’inconscience, afin que tous ceux qui font appel à lui, ont besoin d’être auprès de lui, ou ont besoin de lui parler, puissent le faire individuellement. Son âme peut être répliquée à l’infini, autant de fois que nécessaire. Le processus de réplication produit un état d’hyper-conscience dans chacune des versions de la conscience de cette âme. [11]

Q : (L) Qui était Jack l’Éventreur ?

R : Dr. Bates.

Q : (L) Est-ce en raison de son suicide que les meurtres ont cessé ?

R : Non.

Q : (L) A-t-il tout simplement arrêté ?

R : Oui.

Q : (L) Pourquoi tuait-il ?

R : Expérience sur organes humains ; c’était un chirurgien fou. [12]

Q : (L) Adolf Hitler était-il possédé par des démons ou des esprits maléfiques ? [13]

R : Pas loin.

Q : (L) Adolf Hitler était-il sous l’emprise d’aliens d’orientation négative ?

R : Pas loin.

Q : (L) Où se trouve Adolf Hitler à présent ?

R : Sommeil.

Q : (L) Combien de temps dormira-t-il ?

R : Indéterminé.

Q : (L) Adolf Hitler se réincarnera-t-il à un moment donné dans le futur ?

R : Oui.

Q : (L) Pouvez-vous prédire quel type de vie il mènera lors de sa future incarnation ?

R : Non.

Q : (L) Les passages attribués à Jésus dans Matthieu 24 et Luc 21, où Jésus prédit la fin d’une ère et son retour, est-ce rendu assez fidèlement ?

R : À peu près.

Q : (L) Jésus est-il en fait en état de suspension volontaire, dans un autre plan d’existence, en ayant choisi de renoncer à sa vie sur ce plan-ci afin de continuellement générer des répliques de son modèle d’âme pour que les gens puissent lui demander de l’aide ?

R : Oui.

Q : (L) Si l’on fait appel à lui plus d’une fois, est-ce qu’on reçoit une double dose ?

R : Définis.

Q : (L) Si on en appelle à Jésus encore et encore, est-ce qu’on reçoit des répliques de façon répétée, ou davantage de force, pouvoir, ou que sais-je encore ?

R : Non.

Q : (L) Autrement dit, une fois qu’on a véritablement établi la connexion, cela suffit ?

R : C’est tout ce qui est nécessaire.

Q : (L) Est-ce que d’autres âmes se sont portées volontaires pour accomplir ce travail ?

R : Oui.

Q : (L) Combien d’âmes accomplissent ce travail actuellement ?

R : 12.

Q : (L) Pouvez-vous en nommer quelques-unes ?

R : Bouddha. Moïse. Shintanhilmoon. [14] Nagaillikiga. [15] Divers degrés ; Jésus est le plus fort actuellement.

Q : (L) En quelle année l’Exode a-t-il eu lieu en comptant à rebours depuis maintenant selon notre système calendaire ?

R : 4670. [16]

Q : (L) À cette époque, une Vénus cométaire est-elle passée près de la Terre et a-t-elle provoqué des perturbations ?

R : Oui.

Q : (L) La planète Jupiter a-t-elle engendré Vénus ?

R : Non.

Q : (L) Est-elle apparue dans le ciel dans la région de Jupiter ?

R : Oui.

Q : (L) Son activité a-t-elle bousculé la Terre vers une nouvelle position orbitale ?

R : Oui.

Q : Un événement de ce type va-t-il avoir lieu dans un avenir pas trop lointain ?

R : Peut-être.

Q : (L) Un événement de ce type a-t-il eu lieu au moment du Déluge de Noé ?

R : Oui.

Q : (L) Le Déluge de Noé s’est produit il y a combien d’années ?

R : 12 656. [10 662 avant J. C.]

R : (L) Noé a-t-il été un personnage historique réel ?

R : Pas loin.

Q : (L) Noé était-il la même personne que le Utnapishtim des textes babyloniens ou sumériens ? [17]

R : À peu près.

Q : (L) Quelle civilisation est la plus ancienne : Sumer ou l’Égypte ?

R : Sumer.

Q : (L) Qui étaient Enlil [18] et Enki, [19] les Annunaki [20] des récits sumériens ?

R : Grands maîtres.

Q : (L) Étaient-ils humains ou extraterrestres ?

R : Extraterrestres.

Q : (L) D’où venaient-ils ?

R : Cassiopée.

Q : (L) La race humaine a-t-elle été génétiquement conçue pour être esclave ?

R : Oui.

Q : (L) Et qui sont les manipulateurs généticiens de cette servitude ?

R : Êtres Lézards. [21]

Q : (L) D’où viennent-ils : de la Terre ou d’une autre planète ?

R : Autre.

Q : (L) De quelle planète ?

R : Qaddeera. [22]

Q : (L) Dans quel système stellaire cela se trouve-t-il ?

R : Zeta Reticuli. [23]

Q : (L) Les petits êtres gris viennent-ils aussi de Zeta Reticuli ?

R : Oui.

Q : (L) Les petits êtres gris sont-ils…

R : Cybergénétiques. [24]

Q : (L) Sont-ils créés par les lézards ?

R : Oui.

Q : (L) Ont-ils une âme ?

R : Ce sont des Leurres.

Q : (L) Les Lizzies sont-ils avec nous actuellement ?

R : À proximité.

Q : (L) Les Lizzies envisagent-ils de s’emparer de notre planète ?

R : Oui.

Q : (L) Prévoient-ils d’atterrir et de le faire ouvertement ?

R : Pas loin. [25]

Q : (L) Utilisent-ils des choses comme la possession par des formes d’énergie sombres pour exercer leur contrôle ?

R : Oui.

Q : (L) Avec quels autres groupes sont-ils de mèche ?

R : Orions.

Q : (L) Combien de membres le groupe Orion/Lizzie compte-t-il ?

R : 16

Q : (L) Qui sont les gentils ? Vous dites que les Cassiopéens sont les gentils. Qui d’autre ?

R : Pléiadiens et de nombreux autres.

Q : Combien ?

R : 16. [26]

Q : (L) Les deux camps sont-ils bien équilibrés ?

R : Oui.

Q : (L) Les gentils enlèvent-ils les gens ?

R : Non. Ils peuvent contacter et volontairement transporter.

Q : (L) Qui a réellement tué Abraham Lincoln ?

R : Booth. Conspiration.

Q : (L) Qui était à la tête de cette conspiration ?

R : Booth. Mais ne fut pas attrapé ; remplacé par un pigeon.

Q : (L) L’histoire du déluge de Noé, c’est l’histoire de la destruction de l’Atlantide ?

R : Oui. Mais symbolique.

Q : (L) Combien y avait-il de gens sur la planète à cette époque ?

R : 6 milliards.

Q : (L) Combien ont survécu, sur ces 6 milliards ?

R : 119 millions. (ou 19 millions) [27]

Q : (L) Le déluge de Noé a-t-il été causé par le passage d’un autre corps céleste ?

R : Oui.

Q : (L) De quel corps s’agissait-il ?

R : Martek.

Q : (L) Connaissons-nous ce corps dans notre système solaire actuellement ?

R : Oui.

Q : (L) Quel est son nom ?

R : Mars.

Q : (L) La planète Martek était-elle habitée à l’époque ?

R : Non.

Q : (L) Y avait-il de l’eau ou d’autres éléments sur cette planète ?

R : Oui.

Q : (L) La Terre a-t-elle été noyée sous les eaux au passage de Martek ? Sous une quantité d’eau que nous n’avions pas avant ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce qu’avant ça, notre planète était entourée d’une nappe de vapeur d’eau ?

R : Oui.

Q : (L) Était-ce l’époque de l’extinction massive des grands dinosaures ?

R : À peu près.

Q : (L) Quel événement s’est produit pour tuer la plupart des dinosaures ?

R : Bêtes.

Q : (L) Quel genre de bêtes ?

R : Mastodonte, tigre à dents de sabre, mégathérium, etc. [28]

Q : (L) Est-ce un événement cosmique qui a provoqué la mort des plus grands dinosaures ?

R : Oui.

Q : (L) Est-il exact que ce n’est pas arrivé à l’époque de Noé ?

R : Oui.

Q : (L) C’est arrivé avant le déluge de Noé ?

R : Oui.

Q : (L) Combien de milliers d’années en comptant à rebours ?

R : Il y a 27 millions d’années. [29]

Q : (L) Quel est l’événement ayant eu lieu à cette époque qui a provoqué la mort des dinosaures ?

R : Impact cométaire.

Q : (L) Une comète a-t-elle vraiment frappé la Terre ?

R : Oui.

Q : (L) Était-ce une grosse comète ?

R : Oui.

Q : (L) Grosse comment ?

R : 29 kilomètres de diamètre.

Q : (L) Y a-t-il une quelconque périodicité habituelle ou un cycle régulier dans cette affaire de comètes ?

R : Oui.

Q : (L) Quelle est cette période ?

R : Approximativement 3 600 ans. [30]

Q : (L) Velikovsky avait-il raison de dire que Vénus se trouvait sur une orbite de 52 ans durant une certaine période de notre histoire ?

R : Pas loin.

Q : (L) Combien de fois Vénus a-t-elle traversé le système solaire avant d’être précipitée sur une orbite planétaire normale ?

R : 7.

Q : (L) D’où venait Vénus à l’origine ?

R : 19 années-lumière de distance.

Q : (L) Donc, en fait, c’est un visiteur d’un système extra-solaire ?

R : Oui. [31]

Q : (L) Est-il vrai qu’à intervalles réguliers, le Soleil émet d’énormes quantités d’énergie électromagnétique, ce qui a pour résultat une interaction plus ou moins grande entre les planètes du système solaire ? [32]

R : Autres pulsations irrégulières déterminées par des événements vibratoires externes.

Q : (L) Le Soleil n’est pas la source de la périodicité des « disparitions », c’est cela ?

R : Parfois. Nombreuses causes.

Q : (L) Bon, quelle est la cause qui revient régulièrement réglée comme une horloge ? Existe-t-il une cause qui soit une pulsation régulière ? [33]

R : Pluies de comètes.

Q : (L) D’où proviennent ces pluies cométaires ?

R : Essaims possédant une orbite propre.

Q : (L) Où se situe l’orbite de ces essaims ? Est-ce le nuage d’Oort ? [34]

R : Non.

Q : (L) Où se situe l’orbite des essaims cométaires ?

R : Plus spécifique.

Q : (L) Une orbite spécifique contenant des essaims cométaires ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce que cet essaim de comètes est en orbite autour du Soleil ?

R : Oui.

Q : (L) L’orbite est-elle perpendiculaire au plan de l’écliptique ?

R : Oui et non.

Q : (L) Est-ce que cet essaim pénètre dans le plan de l’écliptique et sème la pagaille dans le système solaire ?

R : Exactement.

Q : (L) À quelle fréquence cet essaim cométaire entre-t-il dans le plan de l’écliptique ?

R : 3 600 ans.

Q : (L) Cet essaim de comètes constitue-t-il les restes d’une planète ?

R : Non.

Q : (L) L’essaim de fragments entre les orbites de Mars et de Jupiter est-il le vestige d’une planète ?

R : Oui.

Q : (L) Quel était le nom de cette planète ?

R : Kantek.

Q : (L) Quand cette planète s’est-elle fragmentée pour donner la ceinture d’astéroïdes ?

R : Il y a 79 000 ans approximativement.

Q : (L) À quel corps céleste les Sumériens font-ils référence dans leurs descriptions de la « Planète du Croisement », ou Nibiru ?

R : Comètes.

Q : (L) Ce corps cométaire ?

R : Oui.

Q : (L) Cet essaim cométaire a-t-il l’apparence d’un corps céleste unique ?

R : Oui.

Q : (L) S’agit-il du même objet qui, d’après la rumeur, se dirige actuellement vers nous ?

R : Oui.

Q : (L) Qui étaient les Annunaki ?

R : Des aliens.

Q : (L) D’où venaient-ils ?

R : De Zeta Reticuli.

Q : (L) Est-ce qu’ils viennent ici à chaque approche de l’essaim cométaire, afin de siphonner l’énergie des âmes générée par la peur, le chaos, etc. ?

R : Oui.

Q : (L) Ces deux événements sont-ils reliés, même vaguement ?

R : Oui.

Q : (L) C’est pour ça qu’ils sont ici aujourd’hui ?

R : Pas loin.

Q : (L) Y a-t-il une grande flotte de vaisseaux spatiaux en quelque sorte portés par une onde et qui approchent de notre planète ? [35]

R : Oui.

Q : (L) D’où viennent ces vaisseaux ?

R : De Zeta Reticuli.

Q : (L) Quand arriveront-ils ?

R : Entre un mois et 18 ans. [36]

Q : (L) Comment peut-il y avoir un créneau temporel aussi large ?

R : Cette flotte est tellement énorme que la courbure de l’espace-temps est irrégulière et difficile à déterminer selon vos mesures temporelles.

Q : (L) Ces vaisseaux sont-ils portés par une sorte d’« onde » ?

R : Oui.

Q : (L) Combien y a-t-il de planètes dans notre système solaire ?

R : 12.

Q : (L) Pouvez-vous nous donner les noms de toutes ces planètes, leur distance par rapport au Soleil, leur composition chimique et leur diamètre ?

R : Mercure=Opatanar, 36 millions de miles du Soleil ; 3 000 miles de diamètre. Vénus=Pemuntar, 67 millions de miles du Soleil ; 7 500 miles de diamètre. Terre=Saras, 93 millions de miles du Soleil ; 7 900 miles de diamètre. Mars=Masar, 141 500 000 miles du Soleil ; 4 200 miles de diamètre. Jupiter=Yontar, 483 400 000 miles du Soleil ; 88 700 de diamètre. Saturne=Zendar, 886 700 000 du Soleil ; 74 500 de diamètre. Uranus=Lonoponor, 1 782 700 000 miles du Soleil ; 31 566 de diamètre. Neptune=Jinoar, 2 794 300 000 miles du Soleil ; 30 199 de diamètre. Pluton=Opikimanaras, 3 666 100 000 miles du Soleil ; 1 864 de diamètre. NI=Montonanas, 570 000 000 000 miles du Soleil ; matière solide ; 7 000 miles de diamètre. NII=Suvurutarcar, 830 000 000 000 miles du Soleil ; 18 000 miles de diamètre ; hydrogène, ammoniac. NIII=Bikalamanar, 1 600 000 000 000 miles du Soleil ; 46 000 miles de diamètre ; hydrogène, ammoniac.

Fin de la Séance

[1] Dans un livre intitulé Lost Survivors of the Deluge, de Gerd Von Hassler, traduit de l’allemand par Martin Ebon, voici ce qu’on trouve en relation avec ce mystérieux « Tonatha » :

«  Nous en arrivons à la question cruciale. Elle est en effet si vitale et si controversée que, quand il la présenta aux Frisons au cours de son voyage missionnaire le 5 juin 754, Saint Boniface fut passé au fil de l’épée ! De nos jours, nous pouvons poser la question sans être menacés de l’épée, à savoir : « Quel est au juste le nom du Dieu créateur ? » Quel est le nom du Dieu qui a régné sur la Terre avant même le Déluge ? Ce Dieu des Dieux, fort justement appelé Père des Dieux, et donc Père de l’Humanité ? Pour dire les choses plus simplement : si une civilisation hautement développée a existé il y a plus de 10 000 ans, régnant sur les régions alors peuplées du monde, et si le Dieu-Roi a pu aider ses contemporains à survivre à la catastrophe du Déluge, le nom de ce souverain doit avoir été transmis aux générations de survivants ; qui était-il ?

Nous savons, grâce à l’Épopée de Gilgamesh, que c’est l’affreux Enlil qui fut responsable du Déluge. Les autres dieux ne le portaient pas dans leur cœur, mais le craignaient toutefois. Son influence ne s’est jamais étendue au-delà de la Mésopotamie. Son antagoniste, Shamash, le Dieu-Soleil, jouissait d’un plus grand prestige. Il reste encore, même de nos jours, notamment en Asie, un personnage doté de pouvoirs magiques — la quintessence du chaman. Mais même les premiers Égyptiens appelaient leur Dieu-Soleil d’un nom différent : Râ. Cela n’est pas nécessairement très significatif, car, selon Platon, les Égyptiens avaient à cette époque déjà atteint un niveau de civilisation élevé, sans équivalent, et hostile à la culture inconnue qui l’avait précédée.

Le nom égyptien « Râ » a été intégré dans la langue des premiers Péruviens, et l’on trouve dans ce pays une fête annuelle du Soleil nommée Rami ou Raymi. Mais cette adaptation — ainsi que le nom « Wotan », d’ailleurs — ne date indubitablement que de la période qui a suivi le Déluge. Ceci nous permet de tracer une ligne de division nette : nous pouvons éliminer tous les dieux qui émergèrent des civilisations post-diluviennes en tant que créateurs de cultures, bâtisseurs de cités, magiciens ou agronomes. Le SEUL Dieu que nous recherchions doit être le père, ou même l’ancêtre, de cette génération de dieux post-diluviens. De même que Tuisto, père de Mannus, est l’ancêtre de la culture germanique.

Tuisto ? Le nom est-il exact ? Ou bien Tacite ne l’aurait-il pas bien compris ? La curieuse liaison entre la voyelle la plus postérieure et la voyelle la plus antérieure de notre langue rappelle une curieuse association. Bien sûr ! C’est Tiu, le dieu auquel pensèrent les Germains quand ils établirent leur calendrier en donnant son nom à l’un des jours de la semaine : « Tienstag/Dienstag » en allemand, « Tuesday » en anglais. Néanmoins, Tiu fut éclipsé par l’omniprésent Wotan-Odin en tant que souverain suprême des cieux. Ce remplacement eut lieu, au plus tard, pendant la Volkerwanderung, la grande migration qui provoqua un gigantesque bouleversement au sein des populations du continent eurasien. Nous pouvons même supposer que c’est justement parce que Tiu (ou Ziu) monta aux cieux que le vigoureux Wotan parvint à prendre sa place dans l’imaginaire et la pensée des hommes. C’est un sort que Wotan connut lui-même par la suite, lorsque des missionnaires abattirent les chênes consacrés à sa divine présence.

Tiu-Ziu était l’un des Ases, au même titre que Wotan lui-même. Les Ases avaient même réussi à infiltrer les mondes antagonistes de l’Égypte et de la Mésopotamie, représentant le Soleil et la sagesse divine. […] Je pense cependant que notre recherche du nom originel du Dieu-Créateur primordial ne devrait pas s’enliser dans de si infimes détails. Les survivants du Déluge dont nous apprenons l’existence par la Bible, l’Épopée de Gilgamesh et d’autres traditions, étaient eux-mêmes des survivants de l’Ancien Monde des dieux. […] Pendant des milliers d’années, une poignée de noms ont été transmis. Sans nul doute, leur nombre exact et leurs significations originelles respectives ont pu tomber dans l’oubli au fil de ces longues, très longues années.

Si nous nous concentrons sur les attributs du Dieu Ziu, nous découvrons que : Zius était le dieu suprême de l’Europe septentrionale ; en tant que Zeus, il était le dieu suprême de la Grèce antique ; en tant que Jupiter (Iu-Pitar = Tius Pater), il était le dieu patriarcal de la Rome antique ; en tant que Deus (dont dérivent « divin » et « déité »), il est le concept fondamental du divin, l’unique Divinité de la liturgie latine de l’Église, et le « Dieu » dans toutes les langues romanes, ainsi que dans le mot « théologie » ; en tant que Ometeotle (ici aussi nous voyons le lien avec la « théologie »), il était le dieu suprême de la culture maya ; en tant que Centeotl et dieu du maïs, il est l’équivalent de Quetzalcoatl, le DIEU BLANC ; en tant que Tonatiuh, il était le Dieu-Soleil qui offrait aux Aztèques une sorte de Valhalla pour leurs guerriers morts au combat ; en tant que Xiuhtecutli, il était le dieu du feu de l’ancien Mexique ; en tant que Atius-Tirawa, la divinité suprême des Pawnees, c’est lui qui aurait peuplé le monde de « géants » ; en tant que Tieholtsodi, il est le monstre qui provoqua le Déluge et régnait sur toutes les eaux, dans les traditions des Navajos ; en tant que Szeu-kha, il est le fils du Dieu-Créateur dont les Indiens Pima disent qu’il flottait au-dessus du Déluge ; en tant que Tiuh-Tiuh, le faucon des Indiens guatémaltèques, il mêla le sang d’un serpent à celui d’un tapir, le pétrit avec de la farine de maïs et « créa ainsi la chair de l’homme ». Cette tribu assure qu’il est venu de Tulan, le Lieu du Soleil, au-delà des mers.

Nous avons déjà mentionné les cités divines de Tiahanaco et Teotihuacan. À cela devraient être ajoutées les plantes sacrées, y compris le champignon Teonacatl qui provoquait des visions divines.

Et tout cela converge vers une conclusion (qui n’est cependant pas définitive) : notre vieux dieu du mardi (« Tuesday »), Tiu, fut un Dieu-Roi au début des temps, et son nom s’est imprimé si profondément dans la mémoire des hommes qu’il a survécu millénaire après millénaire. » [Von Hassler, 1976]

[2] Avec le temps, nous avons appris que lorsque les Cassiopéens répondent « pas loin/à peu près/presque », nous devions prêter attention aux termes spécifiques que nous employions et à nos présuppositions. Être « pas loin » d’être « incapable d’avoir des enfants » pourrait tout autant signifier qu’il en était incapable par choix ou à cause de facteurs physiques. Cela pourrait même vouloir dire que le mot « incapable » n’était qu’approchant.

[3] Il est intéressant de noter que si cette date est considérée comme correcte, elle résout certainement un certain nombre de problèmes en termes d’où, quand et comment l’église chrétienne primitive a commencé par rapport à où, quand et comment les premières épîtres ont été écrites, puisqu’on les faisait circuler bien avant que les évangiles ne soient écrits, et Paul prétendait avoir été chrétien avant que le christianisme puisse raisonnablement être considéré comme ayant commencé, en se basant sur le standard de la « datation » de la naissance de Jésus.

[4] Si l’on considère la possibilité qu’un vaisseau spatial apparaisse à cette époque, il y a deux problèmes qui peuvent être immédiatement réconciliés. Le premier est l’effort constant pour trouver le « bon » événement céleste afin d’identifier la date de naissance de Jésus. Le second est le fait qu’il y a apparemment une raison forte de s’accrocher à la tradition selon laquelle quelque chose d’inhabituel s’est produit à cette époque dans les cieux.

[5] Nous étions encore un peu désorientés quant à la différence entre « dimension » et « densité ». Nous avions tous lu The Ra Material à cette époque, et savions qu’il semblait y avoir une différence essentielle, mais nous n’avions pas encore articulé avec précision comment employer ces termes.

[6] Cette remarque concerne la réponse précédente à propos de la Bar Mitzvah à 10 ans. Je n’ai toujours pas trouvé de tradition s’y référant spécifiquement.

[7] C’est une explication assez courante donnée par de nombreuses sources canalisées de ces deux cents dernières années. Il semble qu’aucune de ces sources, même si elles-mêmes prétendaient utiliser cette technique, ne pouvait accepter l’idée d’un téléchargement de connaissance véritablement « miraculeux » ni le concept de grâce. Aussi, il y eut de nombreuses tentatives pour expliquer la source des enseignements de Jésus par le biais de maintes écoles et systèmes répandus dans le monde de l’époque. Il me faut aussi souligner que ce fut mon premier indice que nous n’avions définitivement pas affaire à une source canalisée tout-venant. Cela aurait été tellement simple de suivre le courant de toutes les autres sources canalisées et d’imaginer une longue histoire d’initiations et d’enseignements divers qui auraient expliqué une mission historique de Jésus en termes « réalistes » ou matérialistes. Mais les Cassiopéens n’étaient à l’évidence pas séduits par la voie de la facilité. Et ce faisant, même s’ils opéraient en tenant compte des paramètres de mes croyances émotionnelles de l’époque, ils ont en réalité rendu au personnage dissimulé derrière l’histoire de Jésus plus d’honneur et de puissance que ces sources canalisées qui cherchaient depuis si longtemps à « normaliser » son existence.

[8] Dans cette courte série de questions et de réponses, les Cassiopéens prenaient d’une main et donnaient de l’autre. Le résultat fut évidemment que le personnage de Jésus devint plus accessible et simultanément plus remarquable.

[9] Voir L’Onde pour plus d’informations sur le Reiki.

[10] VG assistait à l’expérience à l’occasion.

[11] Donc, finalement, les Cassiopéens ont donné une explication au « pouvoir de Jésus » qui était d’un côté rationnelle, et de l’autre totalement compréhensible depuis une perspective humaine, peu importe l’identité historique de Jésus. Et de plus, on pourrait déduire de ce qui a été dit ici que la mythisation de Jésus, la corruption de la vérité au sujet de sa vie (et des années de recherches m’ont convaincue que Jules César était Jésus) et la substitution des mythes d’autres cultes de « sauveur mourant », représente l’œuvre de ceux qui souhaitent désorienter l’humanité et la corrompre à des fins de contrôle et de domination. On peut voir que l’idée était de présenter Jésus sous le jour d’un faiseur de miracles en majeure partie inaccessibles à l’humanité, afin d’altérer la compréhension humaine de ce qu’avait été la vie de Jules César, ici sur Terre, et comment cela s’applique encore à chacun d’entre nous d’une manière directe et signifiante. C’est-à-dire que lorsqu’on met dans la bouche de Jésus des paroles telles que « ce que je fais, vous pouvez aussi le faire », c’est beaucoup plus réalisable que ce que les enseignements religieux standard voudraient nous faire croire. L’idée que Jésus était en fait Jules César, assassiné par Brutus/Judas, qui serait monté au ciel telle une comète et d’où il continuerait à aider et secourir le commun des mortels, donne aussi une tout autre signification à l’adage « Nul n’a d’amour plus grand que celui qui se dessaisit de sa vie pour ceux qu’il aime ». Se soumettre à la crucifixion en sachant que l’on « retrouvera la vie éternelle » dans trois jours ne constitue pas un réel sacrifice. Mais se soumettre à un état d’animation suspendue dans un « cocon de distorsion temporelle » pour des milliers d’années qui pourraient ressembler à l’éternité, c’est effectivement un très grand sacrifice.

[12] Je possède une assez grande collection de livres au sujet de Jack l’Éventreur. Chacun d’entre eux propose une solution différente pour identifier le tueur. Et chacun de ces livres est écrit avec logique, sincérité, et pléthore de recherches pour étayer les conclusions. Au final, il est difficile de favoriser une solution plutôt qu’une autre. Je me demande si le terme « Dr. Bates » utilisé par les Cassiopéens était une fine allusion au personnage du film Psycho, l’inoubliable Norman Bates du Bates Motel ? Et si oui, était-ce là l’indice d’un type de meurtrier plutôt qu’un nom réel ?

[13] Après avoir lu plusieurs biographies d’Adolf Hitler, j’avais remarqué dans sa vie plusieurs incidents qui auraient pu être des points de possession potentiels par des esprits maléfiques, comme le décrit le Dr William Baldwin dans son livre Spirit Releasement Therapy. Un de ces incidents était le fait qu’un des frères d’Hitler était mort alors qu’il était enfant, et il fut constaté que cet événement avait radicalement modifié toute sa personnalité. La maison familiale était située près d’un cimetière, et il était connu pour passer beaucoup de temps assis sur le mur à regarder les tombes. Une telle morbidité chez un jeune enfant constitue souvent un comportement précurseur à la possession.

[14] Je ne suis jamais tombée sur quoi que ce soit qui ressemble même de loin à ce nom, mais il me paraît avoir un côté oriental. Peut-être a-t-il une relation avec la religion Shinto du Japon ?

[15] À nouveau, la seule chose que m’évoque ce nom c’est l’Inde à cause du terme « Naga » qu’il contient.

[16] Cela situerait l’Exode en 2676 avant J. C.. Il se trouve que des choses très mystérieuses se passaient en Égypte à l’époque. Ceux qui souhaitent faire des recherches plus approfondies devraient se pencher sur la figure du pharaon Peribsen, qui a soudainement imposé au peuple égyptien le culte du dieu des ténèbres Seth. Une autre chose à considérer est que c’était très près de 3100 avant J.-C., une période de perturbation globale enregistrée dans les noyaux de glace et les anneaux d’arbres. Cette date est différente de celle proposée par Emmanuel Velikovsky. Le fait est que de nombreuses cultures antiques ont connu une sorte de discontinuité lors de ces deux périodes : 3100-2500 avant J. C. et 1600 avant J. C..

[17] Dans les poèmes sumériens, c’était un roi sage, prêtre de Shurrupak ; dans les sources akkadiennes, il était un citoyen sage de Shurrupak. C’est le fils d’Ubara-Tutu et son nom est généralement traduit par « Celui qui a vu la vie ». Il est le protégé du dieu Ea, grâce à qui il survit au déluge avec sa famille et « les graines de toutes les créatures vivantes ». C’est le personnage principal du récit du Déluge dans la onzième tablette de l’épopée de Gilgamesh. Dans une version différente de cette épopée (comme le mythe d’Atrachasis par exemple), il se nomme Atrachasis, « le très sage ». En ancien babylonien, Utanapishtim ; en sumérien, Ziusudra. Il présente de nombreuses similitudes avec le Noé biblique bien plus récent.

[18] Dans l’ancien mythe suméro-babylonien, Enlil (le « seigneur vent ») est le dieu de l’air, du vent et des tempêtes. C’est le principal dieu du panthéon mésopotamien, et il est parfois dénommé Kur-Gal (« grande montagne »). Dans la cosmologie sumérienne, il est né de l’union de An, le ciel, et de Ki, la terre. Il les sépara et s’appropria la terre. Plus tard, il supplanta Anu en tant que dieu suprême. Il a cinq enfants avec son épouse Ninlil : Nanna, Nerigal, Ningirsu, Ninurta, et Nisaba. Enlil détient les Tablettes de la Destinée qui lui donnent le pouvoir sur tout le cosmos et les affaires des hommes. Il est parfois amical envers l’humanité, mais peut aussi être un dieu sévère, voire cruel, qui punit l’homme et envoie des désastres, comme le grand Déluge qui anéantit l’humanité à l’exception d’Atrahasis. Enlil est dépeint comme portant une couronne avec des cornes, symbole de son pouvoir. Son temple le plus prestigieux se trouvait dans la ville de Nippour, et il était le patron de cette ville. Son équivalent est le dieu akkadien Ellil.

[19] Le dieu sumérien suprême de l’eau, de l’intellect, de la création, de la sagesse et de la médecine qui pouvait ramener les morts à la vie. Il était la source de toute la connaissance secrète et magique de la vie et de l’immortalité. Enki possédait le secret de « me », « culture, civilisation », qui constitue le génie du progrès de la connaissance pour mener l’humanité. Il inventa la civilisation pour les peuples et assigna à chacun sa destinée. Il créa l’ordre dans le cosmos. Il emplit les rivières de poissons. Il inventa la charrue et le joug pour que les fermiers puissent labourer la terre avec des bœufs. Il faisait pousser les cultures. Il est le père de toutes les plantes. Dans la plupart des mythes, son épouse est Damkina, ou Ninhursag, qui lui donna une fille. Sur un bas-relief, il est dépeint tenant Zu, l’oiseau-tempête. En babylonien, il s’appelait Ea, roi d’Apsu.

[20] Z. Sitchin décrit les Annunaki comme les « fils de An », le Dieu sumérien suprême au-dessus de tous les autres dieux. Parmi eux, il inclut Enlil et Enki bien que les faits puissent être quelque peu confus. « Annunaku » désignait un groupe de dieux du monde souterrain en akkadien. Ils avaient la fonction de juges au royaume des morts. Leur contrepartie sont les Igigi (bien que dans certains textes les positions soient inversées). Les Annunaku présentent de nombreuses similitudes avec les Anunna sumériens. Ils sont la progéniture d’Anu.

[21] Charles Fort, collectionneur acharné d’événements anormaux et autres anomalies, a fait un jour remarquer que les seules conclusions qu’il pouvait tirer de toutes ses recherches étaient que la Terre était la « propriété » de certains êtres que nous ne pouvons ni voir ni comprendre.

Partout dans le monde, depuis des temps immémoriaux, les dieux sont représentés avec des écailles. La plupart des analystes voient cela comme une représentation symbolique des pouvoirs des dieux. Ou de la « sagesse » du serpent. Mais pourquoi doter le serpent d’un attribut tel que la sagesse ? Cela n’a absolument aucun sens. Comment expliquer l’omniprésence d’une race reptilienne sur terre ? Peut-être par le fait qu’à une époque, ou à diverses époques, et même encore aujourd’hui, ils étaient présents dans notre monde, mais en tant qu’êtres hyperdimensionnels — le Système de contrôle secret qui s’est approprié la Terre.

[22] Je n’ai jamais rien trouvé qui se rapporte à ce nom.

[23] Un système stellaire binaire situé approximativement à 37 années-lumière de la Terre. On a calculé que les aliens qui avaient enlevé Betty et Barney Hill (Voir Le voyage interrompu de John G. Fuller) venaient d’une planète de ce système, et Bob Lazar a prétendu que les neufs ovnis qu’il avait vus dans le Secteur 4 venaient d’une des planètes du système stellaire de Zeta Reticuli.

[24] Cyber – d’un mot grec signifiant « piloter, gouverner, diriger » – et de « génétique », ou création. Autrement dit, résultat de l’ingénierie génétique.

[25] Souvenez-vous que « pas loin » signifie que ce n’est pas tout à fait ça, un poil à côté. Il nous a fallu un moment pour le comprendre et revenir sur les questions qui avaient reçu cette réponse pour tenter de repérer précisément à quel point nous étions proches ou non !

[26] Cela ne fait pas référence à des individus, mais à des « groupes » ou des « types » distincts d’« aliens ». Il me semble que ce nombre 16 pourrait avoir une signification « mystique ». En fait, il s’agit du nombre exact de pièces sur un échiquier, et l’échiquier symbolise la réalité mystique depuis des millénaires. En outre, le jeu d’échecs se joue sur un plateau comportant 64 carrés, c’est-à-dire 4 fois 16. Décomposé d’une autre manière, sur l’échiquier, il y a 8 pièces « dominantes » et 8 pions de chaque côté, et le chiffre 8 deviendra un élément important à mesure que nous poursuivrons. Gardez les araignées et les scorpions à l’esprit, par exemple.

[27] Je ne suis pas sûre de ce chiffre. Les premières cassettes ont été détruites et les notes comportent les deux chiffres avec plusieurs ratures.

[28] Malgré l’étendue des théories possibles au cours des années, les scientifiques sont désormais pratiquement certains que la disparition des dinosaures, et de milliers d’autres espèces préhistoriques végétales et animales, fut causée par l’impact d’un énorme météore sur la Terre il y a quelque 65 millions d’années.

Autour de cette date, les indices de dinosaures commencent à disparaître du registre fossile. Mais, loin de la croyance populaire, tous les dinosaures et autres espèces n’ont pas été décimés de manière spectaculaire mais ont plutôt progressivement disparu, à cause des conséquences de l’impact, sur une longue période de temps, peut-être des millions d’années.

Lorsque le météore de 10 km de large a frappé, la puissance explosive fut plus importante que les capacités de l’arsenal nucléaire du monde entier. De la lave en fusion s’est échappée de la terre écrasée sous le météore et s’est déversée sur des centaines de kilomètres à la ronde. Des tsunamis ont propagé l’effet de l’impact encore plus loin, détruisant la vie côtière et marine aux alentours. Bien que considérables, ces événements seuls n’auraient probablement pas décimé des espèces entières.

Mais une fois que l’impact initial s’est estompé, de sérieux effets à long terme sont entrés en jeu. L’atmosphère s’est remplie de poussières et de débris microscopiques qui ont fortement occulté la lumière du soleil, d’où un dépérissement de la vie végétale et une chute de température qui ont altéré radicalement le climat et donc l’écosystème de la planète. À partir d’échantillons du plancher océanique, les chercheurs estiment que jusqu’à 70 pour cent des espèces de la planète furent anéanties en conséquence de cet hiver rigoureux prolongé.

Les principaux survivants à ce scénario furent les espèces adaptées à la vie souterraine ou dans les océans, ou celles qui mangeaient de la viande.

[29] La date admise par la plupart des scientifiques est 65 millions d’années avant le présent. Toutefois, après avoir longuement étudié le sujet, nous en sommes venus à l’idée que la science pouvait ne pas avoir pris tous les éléments en considération pour établir ces dates. En particulier, il n’est pas tenu compte de la possibilité que des aberrations magnétiques causées par d’anciens cataclysmes aient pu altérer les empreintes isotopiques de la matière. Des pics électromagnétiques ont pu brouiller la datation radiologique, tout comme d’autres méthodes de datation. Certains scientifiques débattent de ces problèmes, mais on ne leur laisse généralement pas la parole dans les journaux grand public.

[30] C’est la même période que celle que Zecharia Sitchin suggère pour le « retour » de la 10e planète. Et le fait est qu’il existe des preuves, reposant sur l’analyse de carottes de glace, qu’une éventuelle activité de type cataclysmique a effectivement eu lieu sur Terre précisément à cet intervalle.

[31] En 1967, une sonde spatiale russe, Venera 4, et l’américaine Mariner 5, sont arrivés à Vénus à quelques heures d’intervalle. Venera 4 a été conçu pour permettre à un ensemble d’instruments d’atterrir en douceur sur la surface de la planète par l’intermédiaire d’un parachute. Elle a cessé de transmettre l’information à peu près 75 minutes plus tard lorsque la température qu’elle lisait est passée au-dessus de 500 degrés F (260 Celsius). Après une controverse considérable, il a été convenu qu’il lui restait encore 20 milles à parcourir pour atteindre la surface. La sonde américaine Mariner 5 a contourné le côté obscur de Vénus à une distance d’environ 6 000 milles. Encore une fois, elle n’a détecté aucun champ magnétique significatif, mais ses signaux radio vers la terre sont passés deux fois dans l’atmosphère de Vénus - une fois de nuit et une fois de jour. Les résultats sont surprenants. L’atmosphère de Vénus est presque entièrement composée de dioxyde de carbone et doit exercer une pression à la surface de la planète jusqu’à 100 fois la pression au niveau de la mer normale de la terre par rapport à un(1) atmosphère. Puisque la terre et Vénus sont à peu près de la même taille, et ont vraisemblablement été formés au même moment par le même processus général à partir du même mélange d’éléments chimiques, on est confronté à la question : quelle est la planète avec l’histoire inhabituelle – la Terre ou Vénus ?

[32] J’avais formulé la théorie que le Soleil lui-même était responsable des cataclysmes périodiques dans notre système solaire ; qu’il connaissait d’importantes oscillations à longue période capables de tellement charger les corps du système solaire d’énergie électrique que leur attraction ou répulsion mutuelles les amenaient à interagir entre eux sans qu’un « agent extérieur » ne soit nécessaire. J’étais aussi très attachée à cette théorie !

[33] Dans l’un des nombreux livres sur le sujet que j’ai lu sur la théorie des catastrophes, on racontait l’histoire du scientifique qui avait compilé une liste de toutes les espèces disparues et les temps supposés de leur extinction et qui avait introduit ses données dans un ordinateur. Il voulait voir s’il existait un certain profil biologique de disparition. Les données révélèrent non seulement que ce profil existe, mais qu’il s’agit d’un cycle très précis ! Certaines de ces « grandes extinctions » étaient plus généralisées et dévastatrices que d’autres, mais il existait immanquablement un rythme régulier d’extinction ! Auparavant, on pensait que les extinctions survenaient parce qu’un tas de choses se mettait par hasard à aller de travers en même temps. L’idée que les extinctions sont un phénomène régulier, cyclique, implique « une unique cause, puissante et effarante, réglée comme une horloge ».

<​[34] Dès que les scientifiques ont découvert que les grandes extinctions se produisaient inexorablement, réglées comme du papier à musique, ils ont transpiré abondamment pour trouver quand, où, comment et pourquoi. Voici ce à quoi ils ont abouti : Loin en dehors des confins de notre système solaire, se trouve un anneau de comètes qui décrit des cercles et des cercles, comme toute bonne petite comète le devrait. Ce sont soi-disant des morceaux de matière qui n’ont pas l’élan nécessaire pour s’agréger en planète, ou des vestiges d’une ou de plusieurs planètes qui se seraient disloquées il y a des milliards d’années. Une étoile sombre évolue également quelque part dans notre galaxie et orbite près de cette petite bande de comètes (qu’on appelle le nuage d’Oort), et la force de la gravité de cette Étoile de la Mort envoie des milliards de ces comètes tournoyer dans notre système solaire et évidemment, quelques-unes d’entre elles viennent percuter la Terre. Vous remarquerez que cette explication a plusieurs mérites. Premièrement, elle maintient l’état d’équilibre de notre système solaire — le coupable est extérieur. Et deuxièmement, elle rend l’événement suffisamment aléatoire pour qu’on puisse y échapper avec de la chance. La datation des spécimens éteints indiquerait que cet événement se produit une fois tous les 26 millions d’années et quelques — à un ou deux jours près. Et curieusement, c’est très proche de la période que les Cassiopéens ont désignée pour la disparition des dinosaures.

[35] J’avais posé cette question, car c’était ce qu’avait dit une abductée lors d’une séance d’hypnose que j’avais conduite.

[36] Remarquez qu’il s’agit de la même période que celle donnée pour la fenêtre des « guerres spatiales ». D’un autre côté, dans la première séance, la période donnée pour l’achèvement d’un certain programme lié à la préparation d’un nouveau prototype en vue de la « création d’une nouvelle race » était de 13 ans soit à partir du moment de la discussion, soit à partir de la date d’un événement prédit, date qui elle-même n’était pas figée. À constater comment se sont manifestées certaines choses que les C’s ont prédites, il semble que la Grosse Boule Bleue connaîtra une période « Rock “n Roll » à un moment donné, probablement assez rapidement.

1.6 Séance du 5-octobre-1994

Séance du 5 octobre 1994

Il s’agissait d’une autre séance où je posais des questions tous azimuts, changeais de sujet, revenais sur ce qu’ils avaient déjà dit, et tentais dans l’ensemble de désarçonner les C’s en vue de les tester.

Participants : « Frank » et Laura

{L1} Q : Bonjour.

{L2} R : Vous faites bien de faire de cette façon sans rituel.

{L3} Q : (L) Quel rituel voulez-vous que nous pratiquions ?

{L4} R : Aucun.

{L5} Q : (L) Le rituel renforce-t-il ou empêche-t-il la communication ?

{L6} R : Restreint.

{L7} Q : (L) Quel est votre nom ?

{L8} R : Donarra.

{L9} Q : (L) D’où êtes-vous ?

{L10} R : Cassiopée.

{L11} Q : (L) Pourquoi à chaque fois que nous communiquons avec vous, les Cassiopéens, avons-nous affaire à une personne différente ?

{L12} R : Distribution d’énergie.

{L13} Q : (L) À qui l’énergie est-elle distribuée ?

{L14} R : Le prochain dans l’ordre.

{L15} Q : (L) Cela veut-il dire que vous utilisez notre énergie pour la distribuer ?

{L16} R : Non. Nous distribuons.

{L17} Q : (L) Nous souhaitons vous poser une série de questions.

{L18} R : Allez-y.

{L19} Q : (L) En supposant qu’une flotte de vaisseaux spatiaux originaires de Zeta Reticuli et portés par une onde se dirigent vers la Terre, qu’entendez-vous par le fait que la courbure de l’espace-temps reste indéfinie, en ce qui concerne leur arrivée ? Pourquoi cela ? Veuillez préciser.

{L20} R : La masse affecte le transfert électromagnétique au sein de l’onde de gravité.

{L21} Q : (L) Autrement dit, si l’on tente de transférer une masse importante, le problème vient-il en partie du fait que la masse elle-même se déploie sur une région de l’espace-temps tellement vaste qu’elle doit être transférée par étapes, ou quelque chose comme ça ?

{L22} R : Proche.

{L23} Q : (L) Pouvez-vous nous aider un peu plus, ici ?

{L24} R : La masse affecte le cycle temporel : petite équivaut à cycle court ; grande ou dense équivaut à cycle long.

{L25} Q : (L) Nous aimerions aussi avoir plus d’informations sur les changements terrestres. Le tremblement de terre japonais qui vient juste de se produire comme vous l’aviez prédit la semaine dernière, sera-t-il le dernier problème au Japon ?

{L26} R : Non.

{L27} Q : (L) Pouvez-vous nous en dire plus…

{L28} R : Il y aura une activité d’environ 8,9 : à 108 km de la côte d’Osaka ; 9,7 Tokyo centre.

{L29} Q : (L) Tout ceci va-t-il se produire cette année ?

{L30} R : Non. D’ici 16 ans.

{L31} Q : (L) J’aimerais plus de détails sur l’homme dont vous avez dit qu’il était le père biologique de Jésus. Quel était son nom déjà ?

{L32} R : Tonatha.

{L33} Q : (L) Vous avez dit que Marie le connaissait ?

{L34} R : Oui.

{L35} Q : (L) A-t-il été choisi, pour une raison particulière, par d’autres êtres ou puissances pour être le père biologique de Jésus ?

{L36} R : Pas loin.

{L37} Q : (L) Pouvez-vous nous donner quelques détails à son sujet ? Quelle était sa lignée, d’où il venait, etc. ?

{L38} R : Il était membre de la Secte Blanche.

{L39} Q : (L) Qu’est-ce que la Secte Blanche ?

{L40} R : Alias Aryens. Andariens.

{L41} Q : (L) Marie faisait-elle partie du groupe des Esséniens ?

{L42} R : Oui.

{L43} Q : (L) Cet homme faisait-il lui aussi partie des Esséniens ?

{L44} R : Non.

{L45} Q : (L) Et ce Tonatha a été choisi pour être le père biologique de Jésus ?

{L46} R : Oui.

{L47} Q : (L) Pourquoi Marie ne l’a-t-elle pas épousé ?

{L48} R : Les sentiments furent extrêmement éphémères.

{L49} Q : (L) Êtes-vous en train de dire qu’elle était volage ?

{L50} R : Non. Influencée par suggestion télépathique.

{L51} Q : (L) Était-elle déjà fiancée à cette époque ?

{L52} R : Non. Hypnotisée niveau 1,

{L53} Q : (L) Une fois ensemble, Marie et Joseph ont-ils eu par la suite d’autres enfants ?

{L54} R : Non. Mais Jésus oui.

{L55} Q : (L) Jésus a eu des enfants ? Avec qui était-il marié ?

{L56} R : Ne l’était pas.

{L57} Q : (L) Vous voulez dire qu’il a eu des enfants illégitimes ?

{L58} R : Institutionnellement subjectif.

{L59} Q : (L) Qui était la mère de ces enfants ?

{L60} R : Il y a eu trois femmes.

{L61} Q : (L) Trois femmes ?

{L62} R : Oui.

{L63} Q : (L) Sont-elles mentionnées dans la Bible ?

{L64} R : Une l’est mais pas son nom.

{L65} Q : (L) Citez m’en une.

{L66} R : Alicia.

{L67} Q : (L) Quel était le nom de la seconde ?

{L68} R : Rafea.

{L69} Q : (L) Et la troisième ?

{L70} R : Vella. Romaines.

{L71} Q : (L) Elles étaient toutes les trois Romaines ?

{L72} R : Oui.

{L73} Q : (L) Et qu’est-il arrivé aux enfants ?

{L74} R : Ont survécu et se sont fructueusement multipliés.

{L75} Q : (L) De combien d’enfants ces trois mères ont-elles enfantés ?

{L76} R : Trois.

{L77} Q : (L) Est-ce là, comme certains le prétendent, le véritable sens de la quête du Saint Graal, à savoir qu’il ne s’agit pas d’une coupe mais du « Sang Réal », ou lignée sacrée ?

{L78} R : Oui.

{L79} Q : (L) Y a-t-il le moindre descendant de Jésus encore vivant aujourd’hui ?

{L80} R : 364 142.

{L81} Q : (L) Jésus a-t-il été Christifié au sens où une sorte de puissance spéciale lui aurait échu au moment de son baptême ?

{L82} R : Quasiment exact.

{L83} Q : (L) La Guyane est-elle un endroit relativement sûr en ce qui concerne les déplacements de la croûte terrestre, les bouleversements terrestres, etc. ?

{L84} R : Quel endroit l’est ? La Terre inclut toute la surface de la planète.

{L85} Q : (L) N’y aura-t-il pas des endroits plus sûrs que d’autres ?

{L86} R : Variable.

{L87} Q : (L) La région des Montagnes Bleues de la Caroline du Nord est-elle relativement sûre ?

{L88} R : Qu’est-ce que je viens juste de dire ? Dépend des changements de fréquence vibratoire. Aucun changement terrestre spécifique n’est prévisible avec précision avant qu’il ne soit imminent.

{L89} Q : (LM) Demande ce qui est arrivé à ces gens qui viennent tout juste de mourir en Suisse et dont ils parlent aux infos. Ont-ils été assassinés ?

{L90} R : Pacte. Arrangement. Alliance.

{L91} Q : (L) Ils ont tous fait un pacte pour se suicider ensemble ?

{L92} R : Oui.

{L93} Q : (L) Pourquoi ? Combien étaient-ils ?

{L94} R : 48. Ferveur religieuse.

{L95} Q : (L) Le gouvernement des États-Unis a-t-il délibérément assassiné les Davidiens à Waco ?

{L96} R : Proche. Les a amenés à s’autodétruire.

{L97} Q : (L) Comment ?

{L98} R : Tactique de guerre psychologique.

{L99} Q : (L) C’est le gouvernement étasunien qui a mis le feu à leur « blockhaus » ?

{L100} R : Non.

{L101} Q : (L) Qui y a mis le feu ?

{L102} R : Les Davidiens. Les ont rendus fous.

{L103} Q : (L) Des très basses fréquences ou des messages subliminaux ont-ils été employés ?

{L104} R : Oui. Et d’autres méthodes.

{L105} Q : (L) O. J. Simpson a-t-il tué sa femme ?

{L106} R : Oui.

{L107} Q : (L) A-t-il emporté les vêtements et l’arme du crime à Chicago pour les y laisser dans un sac comme certains le disent ?

{L108} R : Non.

{L109} Q : Où sont-ils ?

{L110} R : Décharge à L. A. L’un d’eux.

{L111} Q : (L) Quels cadeaux les mages/prophètes ont-ils apportés à Jésus quand il était bébé ?

{L112} R : Or ; épices ; habits.

{L113} Q : (L) De quel autre monde venait le vaisseau mère que les mages avaient observé ?

{L114} R : 5e densité.

{L115} Q : (L) Et quel était le but de l’apparition de ce vaisseau mère au moment de la naissance de Jésus ?

{L116} R : Trop vague.

{L117} Q : (L) Se trouvait-il là pour des raisons spécifiques liées à la naissance de Jésus ?

{L118} R : Pour guider les prophètes.

{L119} Q : (L) Était-ce le principal objectif ?

{L120} R : Non. Également observation de l’événement et encodage.

{L121} Q : (L) Encodage de quoi ?

{L122} R : Du nourrisson.

{L123} Q : (L) Cet encodage a-t-il été réalisé physiquement ou télépathiquement ?

{L124} R : Les deux.

{L125} Q : (L) De quel monde ou secteur venait Jésus avant de s’incarner sur Terre dans le corps de Jésus de Nazareth ?

{L126} R : 5e densité.

{L127} Q : (L) C’était une âme de 5e densité ?

{L128} R : Oui.

{L129} Q : (L) Avait-il eu d’autres incarnations dans d’autres corps humains sur la planète Terre ?

{L130} R : Oui.

{L131} Q : (L) Combien d’incarnations a-t-il eu avant d’atteindre la 5e densité ?

{L132} R : 1009.

{L133} Q : (L) Melchisédech était-il une incarnation de Jésus ?

{L134} R : Non.

{L135} Q : (L) Josué, le bras droit de Moïse, était-il une incarnation de Jésus ?

{L136} R : Oui.

{L137} Q : (L) Y a-t-il d’autres incarnations de Jésus que nous connaîtrions si vous deviez les nommer ?

{L138} R : Oui. Socrate.

{L139} Q : (L) Quelle était la relation spirituelle entre Jésus et Jean le Baptiste ?

{L140} R : Pacte.

{L141} Q : (L) Quelle était la relation spirituelle entre Jésus et Marie, sa mère ?

{L142} R : Pacte.

{L143} Q : (L) Pas d’autre relation spirituelle au sens d’âmes alliées ?

{L144} R : Non.

{L145} Q : (L) Marie ou Jean le Baptiste étaient-ils des âmes de 5e densité ?

{L146} R : Tous les deux.

{L147} Q : (L) Y a-t-il d’autres âmes de 5e densité sur Terre aujourd’hui ou d’une époque récente que nous connaîtrions ?

{L148} R : Oui. Arafat. Sadate. Le pape Jean V.

{L149} Q : (L) Les démons et les esprits maléfiques craignent-ils quoi que ce soit ?

{L150} R : Oui.

{L151} Q : (L) Craignent-ils un quelconque pouvoir que nous, humains, possédons ?

{L152} R : Oui. La connaissance.

{L153} Q : (L) Redoutent-ils des symboles, des signes ou des motifs religieux ?

{L154} R : Non.

{L155} Q : (L) Y a-t-il un quelconque nom, signe ou symbole qui puisse juguler leur activité ?

{L156} R : Parfois.

{L157} Q : (L) Avaient-ils peur du Christ ?

{L158} R : Oui. À cause de sa connaissance. La masse de sa connaissance élevait ses vibrations. La connaissance est le véritable pouvoir.

{L159} Q : (L) Les pentagrammes peuvent-ils ralentir ou stopper les entités négatives ?

{L160} R : Seulement si vous pensez que oui.

{L161} Q : (L) Notre plus grand pouvoir pour résister aux entités démoniaques réside-t-il dans notre libre arbitre : notre pouvoir de dire non ?

{L162} R : Non.

{L163} Q : (L) Quel est notre plus grand pouvoir ?

{L164} R : La connaissance.

{L165} Q : (L) L’accumulation de connaissances spirituelles est-elle la clé ?

{L166} R : Oui.

{L167} Q : (L) Pouvez-vous nous donner un quelconque autre indice ?

{L168} R : Vous n’avez besoin de rien d’autre que la connaissance.

{L169} Q : (L) Vous avez dit que l’Exode s’était produit en 2676 avant J. C., est-ce exact ?

{L170} R : Pas loin.

{L171} Q : (L) Était-ce le dernier passage de la Vénus cométaire ?

{L172} R : Oui.

{L173} Q (L) Y a-t-il eu interaction entre l’activité de Vénus et le passage rapproché de l’essaim cométaire que vous avez mentionné ?

{L174} R : Pas loin. Un des trois cataclysmes quasi simultanés.

{L175} Q : (L) Si Vénus était l’un des cataclysmes, et l’essaim de comètes un autre, quel était le troisième ?

{L176} R : Mars.

{L177} Q : (L) Mars a-t-elle été déviée de son orbite par Vénus ?

{L178} R : Oui.

{L179} Q : (L) Et les deux ont donné aux habitants de la Terre l’impression de se battre dans le ciel comme Velikovsky l’a décrit, est-ce exact ?

{L180} R : Pas loin.

{L181} Q : (L) En ce qui concerne cet essaim cométaire, quand est-il entré pour la dernière fois dans le système solaire ?

{L182} R : Il y a 3 582 ans ?

{L183} Q : (L) Quel est le cycle ?

{L184} R : 3 600 ans.

{L185} Q : (L) Alors, quand cet essaim doit-il à nouveau toucher le plan de l’écliptique ?

{L186} R : 12 à 18 ans.

{L187} Q : (L) Les aliens voyagent-ils avec cet essaim de comètes ?

{L188} R : Non.

{L189} Q : (L) Dans quel pays vivait Noé/Utnapishtim, quel continent ?

{L190} R : Atlantide.

{L191} Q : (L) Où l’arche a-t-elle atterri après le retrait des eaux ?

{L192} R : Égypte.

{L193} Q : (L) Qu’est-ce qui a amené Martek à passer près de la Terre à cette époque puisque c’était des milliers d’années avant l’interaction avec Vénus ?

{L194} R : Aberration gravitationnelle de l’alignement planétaire liée à Vénus.

{L195} Q : (L) Donc, il y a eu un alignement planétaire qui a fait sortir Mars de son orbite ?

{L196} R : Oui.

{L197} Q : (L) Quel est l’événement survenu une centaine d’années après le Déluge, et décrit comme la confusion des langues — la tour de Babel ?

{L198} R : Confluence spirituelle.

{L199} Q : (L) Dans quel but la tour avait-elle était construite ?

{L200} R : Concentration électromagnétique de toutes les ondes de gravité.

{L201} Q : (L) Et à quoi devait servir cette concentration d’ondes ?

{L202} R : À altérer le mental des masses.

{L203} Q : (L) Dans quel but voulaient-ils altérer le mental des masses ?

{L204} R : Unification spirituelle des masses.

{L205} Q : (L) Qui étaient ces « dieux » qui méprisaient ceux qui construisaient la tour de Babel dans une intention d’unification, et qui ont décidé de détruire leur ouvrage ?

{L206} R : Lézards.

{L207} Q : (L) OK. Donc ce sont les Lizzies qui ont fait exploser la tour de Babel. Qu’ont-ils fait d’autre au mental humain ? Ont-ils littéralement bloqué leurs capacités de compréhension des langues ?

{L208} R : Proche.

{L209} Q : (L) De quel outil se sont-ils servis pour accomplir ces divisions ?

{L210} R : Lavage de cerveau collectif.

{L211} Q : (L) Au moyen d’implants et d’enlèvements ?

{L212} R : En partie.

{L213} Q : (L) Quelle est le véritable sens, la signification originelle, du mot hébreu « shem » ?

{L214} R : Pureté.

{L215} Q : (L) Pourquoi les Hébreux ont-ils plus tard associé ce mot aux obélisques et aux pierres levées ?

{L216} R : Symbolise la pureté : l’unification. L’uniformité.

{L217} Q : (L) Ces pierres possèdent-elles un quelconque pouvoir en elles-mêmes ?

{L218} R : Résiduel.

{L219} Q : (L) Quel objet les anciens allaient-ils placer dans la tour de Babel pour…

{L220} R : Un cristal.

{L221} Q : (L) « Shem » est-il aussi synonyme de « cristal » ?

{L222} R : Presque.

{L223} Q : (L) Sem, le fils de Noé, était l’ancêtre du groupe qui a érigé la tour, n’est-ce pas ?

{L224} R : Oui.

{L225} Q : (L) Comment furent détruites Sodome et Gomorrhe ainsi que les autres cités de la plaine ? Et par qui ?

{L226} R : Nucléaire ; impulsions électromagnétiques. Par qui, à ton avis ?

{L227} Q : (L) Les Lizzies ?

{L228} R : Oui.

{L229} Q : (L) Pourquoi ?

{L230} R : Pour inspirer crainte et obéissance.

{L231} Q : (L) Les habitants de Sodome et Gomorrhe n’étaient-ils pas des êtres mauvais et vicieux s’adonnant à la sodomie et la gomorrhie ?

{L232} R : C’est une déformation de l’Histoire.

{L233} Q : (L) La femme de Loth a-t-elle été changée en colonne de sel ?

{L234} R : Non.

{L235} Q : (L) Cette histoire comporte-t-elle un quelconque symbolisme pour nous aujourd’hui ?

{L236} R : Non.

{L237} Q : (L) Le dieu qui communiquait avec Abraham était-il un Lézard ?

{L238} R : Oui.

{L239} Q : (L) Abraham a-t-il fait un pacte avec les Lizzies ?

{L240} R : Oui. Pas directement.

{L241} Q : (L) Melchisédech était-il un prêtre des Lizzies ?

{L242} R : Non.

{L243} Q : (L) Melchisédech a-t-il correctement informé Abraham ?

{L244} R : Pas loin.

{L245} Q : (L) La Kabbale est-elle le véritable enseignement des « gentils » ?

{L246} R : Pas loin.

{L247} Q : (L) Le cycle osirien illustre-t-il l’action des Lizzies sur l’humanité, le découpage du corps d’Osiris représentant la séparation des brins d’ADN ?

{L248} R : À peu près.

{L249} Q : (L) Que représente le Fruit de l’arbre de la Connaissance du Bien et du Mal censé avoir été mangé par Ève puis offert à Adam ?

{L250} R : Restriction de la connaissance. Encodage.

{L251} Q : Dans le récit, Ève goûte au Fruit de l’Arbre de la Connaissance. Quel acte a-t-elle accompli au juste ?

{L252} R : S’est associée avec le mauvais camp.

{L253} Q : (L) Qu’entendez-vous par « s’est associée » ?

{L254} R : Ève est symbolique.

{L255} Q : (L) Symbolique de quoi ?

{L256} R : Énergie féminine.

{L257} Q : (L) Qu’est-il arrivé à l’énergie féminine lorsqu’elle s’est associée avec l’autre camp ?

{L258} R : A perdu certaines connaissances et facultés.

{L259} Q : (L) Pourquoi goûter du fruit de cet arbre dit de la connaissance du bien et du mal était-il redouté par Dieu ou les dieux, afin de permettre à Ève d’égaler les dieux ?

{L260} R : Quoi ? Clarifie s’il te plaît.

{L261} Q : (L) Qui était le dieu qui craignait que manger de ce fruit fasse d’Ève l’égale de lui-même ou d’eux-mêmes ?

{L262} R : Non.

{L263} Q : (L) La Bible stipule que ces dieux disaient redouter que l’homme détiendrait alors le fruit de l’arbre de vie et vivrait pour toujours. Qu’est-ce que cela veut dire ? Pourquoi manger de ce fruit faisait peur à Dieu ?

{L264} R : Ne le faisait pas.

{L265} Q : (L) Que représentait le fruit de l’arbre de vie ?

{L266} R : La limitation.

{L267} Q : (L) Comment le fruit de l’arbre de la vie éternelle peut-il être une limitation ?

{L268} R : Conceptuellement limité.

{L269} Q : (L) Je veux que vous sachiez que tout ça n’a pas beaucoup de sens.

{L270} R : Si ça en a. Réfléchis bien.

{L271} Q : (L) Le dieu qui marchait dans le jardin et a averti Adam et Ève de ne pas manger du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, était-il le dieu créateur originel, c’est-à-dire le gentil ?

{L272} R : Non.

{L273} Q : (L) Qui était ce dieu qui leur a ordonné de ne pas manger de cet arbre ?

{L274} R : Complexe. Laura, l’évidence t’échappe.

{L275} Q : (L) Dans quel sens le fruit de l’arbre de vie engendre-t-il des limitations ?

{L276} R : Croire qu’une seule source contient toute la connaissance est contraire à la réalité.

{L277} Q : (L) Que représente le glaive flamboyant qui barre l’entrée du Jardin d’Éden ?

{L278} R : Tu ne comprends pas ?

{L279} Q : (L) Non, je ne comprends pas.

{L280} R : Revois. Si l’on croit au concept selon lequel manger le fruit de l’arbre de la connaissance apporte toute la connaissance, alors on s’est fait avoir, parce qu’aucune source en particulier ne peut offrir toutes les connaissances. Par conséquent, quand on tombe dans le panneau, on est pris au piège de certains paramètres. Et l’espèce humaine restera contaminée à jamais par ce problème qui se reflète de diverses manières : on cherche toujours la vérité dans une seule voie, au lieu de suivre des myriades de voies ; en outre, on voudrait croire qu’il existe des réponses simplistes à des problèmes et questions très complexes.

{L281} Q : (L) Que représente le glaive flamboyant qui barre l’entrée du Jardin d’Éden ?

{L282} R : Symbolise le piège.

{L283} Q : (L) Un glaive flamboyant auto-imposé ?

{L284} R : Oui.

{L285} Q : (L) Où se trouvait l’Éden ?

{L286} R : Sur Terre.

{L287} Q : (L) La Terre entière était l’Éden ?

{L288} R : Oui.

{L289} Q : (L) La « Chute » au Jardin d’Éden, ou la perte de l’état édénique, fut-elle également accompagnée d’un cataclysme ?

{L290} R : Oui.

{L291} Q : (L) Quelle était la nature de ce cataclysme ?

{L292} R : Comètes.

{L293} Q : (L) L’essaim que vous avez déjà mentionné ?

{L294} R : Oui.

{L295} Q : (L) Et c’est arrivé quand ?

{L296} R : Il y a 309 882 ans.

{L297} Q : (L) La perte de l’état édénique s’est-elle également accompagnée d’une prise de contrôle de l’humanité par les Lézards ?

{L298} R : Oui.

{L299} Q : (L) Qui étaient les dieux créateurs originels ?

{L300} R : Nous. Sixième densité.

{L301} Q : (L) Les Cassiopéens ? Les Pléiadiens étaient-ils aussi les dieux créateurs originels ?

{L302} R : Même chose. Sixième densité.

{L303} Q : (L) Le serpent au jardin d’Éden, qui était-il en réalité ?

{L304} R : Lézards.

{L305} Q : (L) Qui a construit la Grande Pyramide ?

{L306} R : Les Atlantes.

{L307} Q : (L) En quelle année a-t-elle été construite ?

{L308} R : Il y a 10 643 ans.

{L309} Q : (L) Pourquoi a-t-elle été construite ? À quoi servait-elle ?

{L310} R : Capter l’énergie cosmique.

{L311} Q : (L) Et à quoi servait cette énergie cosmique une fois captée ?

{L312} R : Beaucoup de choses. Énergie, transport, guérison, contrôle mental, climat, etc.

{L313} Q : (L) Qui a construit le sphinx ?

{L314} R : Idem.

{L315} Q : (L) Le sphinx a-t-il été construit à la même époque ?

{L316} R : Oui.

{L317} Q : (L) Pourquoi le sphinx a-t-il été construit ? Quel était son but ?

{L318} R : Temple.

{L319} Q : (L) Y a-t-il des archives enterrées sous le sphinx ?

{L320} R : Oui.

{L321} Q : (L) Qu’est-il arrivé à l’homme de Néandertal ?

{L322} R : Enlevé par les Lizzies et transporté sur d’autres planètes.

{L323} Q : (L) Enlevé dans le sens de retiré physiquement de la planète ?

{L324} R : Oui.

{L325} Q : (L) Sur quelle planète ont-ils été emmenés ?

{L326} R : D’autres.

{L327} Q : (L) Dans lequel des endroits de ce pays où nous avons envisagé de déménager serions-nous le plus heureux ?

R : Indéterminé.

Q : (L) Serait-on heureux dans les Montagnes bleues en Oregon ?

R : Indéterminable.

Q : (L) Ne devriez-vous pas être capables de donner des aperçus prophétiques ?

R : Trop de variables en jeu.

Fin de la séance

<​[1]: L’Onde 23

<​[2]: L’Onde 1

<​[3]: L’idée que la masse affecte le temps est extrêmement intéressante, mais nous n’avons pas suivi cette piste plus avant à l’époque. La Théorie de l’information peut également avoir un certain rapport à cet égard, si l’on peut conjecturer que plus de l’information est ajoutée à un système, plus cela lui donne une sorte de masse, ou que l’information est reflétée par l’augmentation de la masse. S’il y a quoi que ce soit dans cette idée, on pourrait penser qu’à mesure qu’une civilisation perd son intelligence (comme la nôtre l’a nettement perdue), devient immergée dans un océan de mensonges et de désinformation, elle perd en masse, pour ainsi dire, ce qui pourrait accélérer les cycles temporels, y compris les cycles cataclysmiques. On pourrait même se demander si l’amoindrissement du champ magnétique de la Terre ne serait pas lié à cela d’une manière ou d’une autre.

<​[4]: Une séance entière avait été perdue à cause d’un dysfonctionnement de l’enregistreur. Elle comportait en partie la prédiction d’un séisme quasi imminent au Japon qui se produisit exactement comme il avait été annoncé.

<​[5]: Le vendredi 11 mars 2011 (17 ans et non 16), un mégaséisme sous-marin de magnitude 9,0 (Mw) s’est produit au large du Japon. L’épicentre se situait approximativement à 70 km à l’est de la péninsule d’Oshika dans la région de Tōhoku. Ce fut le tremblement de terre le plus puissant jamais enregistré au Japon, et le cinquième séisme le plus puissant au monde depuis le début de la conservation des données moderne en 1900. Considérant les problèmes de transduction et de traduction, je dirais que c’est quasiment en plein dans le mille. Mais à nouveau, cela pose la question de savoir ce qui, dans le Champ d’Information, rend possible une telle prédiction aussi longtemps à l’avance ? Certaines choses sont-elles plus facilement connues parce qu’une sorte de dédommagement doit être appliqué pour équilibrer l’énergie dans une région ? Ou les pesants mouvements des plaques tectoniques de la planète sont-ils plus aisément prévisibles (depuis un autre monde) que nous le pensons ? Ou ce séisme a-t-il été déclenché délibérément et faisait par conséquent partie d’un complot qui pouvait avoir été connu à l’époque de cette séance ? Plus de questions que de réponses. On pense aussi à l’autre séisme évoqué ici qui doit encore se produire, un séisme encore plus puissant à l’intérieur des terres qui pourrait ou non être centré sur Tokyo.

<​[6]: L’Onde 29

<​[7]: Nous n’avons pas demandé qui étaient ces Andariens même si le terme réapparut lors d’une séance ultérieure.

<​[8]: Notez que la réponse ici est « oui » alors que pour la question précédente similaire nuancée par « autres êtres ou puissances », la réponse était « pas loin ».

<​[9]: Ce terme de « niveau 1 » revient à maintes reprises tout au long du texte dès qu’il est question d’une « mission prédestinée ». On peut donc supposer qu’« hypnotisé niveau 1 » fait référence à un comportement motivé par le soi intérieur, sans peut-être aucune compréhension consciente de la raison de cette conduite.

<​[10]: L’Onde 30

<​[11]: Même si, à l’époque, force est de constater que j’étais déterminée à obtenir des réponses qui satisfassent mon système de croyances, il est intéressant que les C’s réussissaient à balancer une primeur d’intérêt dans les rouages. Des séances plus récentes sont revenues sur ces problématiques sans les profondes suppositions et l’anticipation qui teintaient les questions religieuses aux premiers jours de l’expérience.

<​[12]: Rétrospectivement, les C’s nous avaient donné ici un indice très important : les femmes qui avaient porté les enfants de « Jésus » étaient romaines. Cela situerait « Jésus » à Rome, c’est-à-dire Jules César. Reportez-vous aux travaux de Francesco Carotta pour comprendre comment les évangiles relataient en fait au départ les exploits de César, et après son assassinat, après sa déification et le début de son culte partout dans l’Empire, la narration de ces récits s’est transformée au cours des ans de sorte qu’à l’époque des Flaviens, l’histoire fut mûre pour être totalement réécrite, ce qui fut fait. Ceci expliquerait la remarque que l’une des femmes qui fréquentaient « Jésus », alias Jules César, était « mentionnée dans la Bible ».

<​[13]: L’Onde 30

<​[14]: Voir L’Énigme sacrée de Lincoln, Leigh et Baigent.

<​[15]: L’Onde 47

<​[16]: Cet indice important suggère qu’en modifiant la fréquence vibratoire de nous-mêmes ou de notre planète, ou des deux, les cataclysmes pourraient être atténués.

<​[17]: Pendant que nous tenions cette séance, mon ex-mari regardait le journal du soir qui diffusait la nouvelle du suicide des membres de l’Ordre du Temple Solaire. Il vint nous demander d’interroger les Cassiopéens sur le fin mot de cette dépêche qui venait juste de tomber sans plus de détails.

<​[18]: L’Onde 20, 59

<​[19]: En plein dans le mille, mais un tas de gens pensaient déjà qu’O. J. échapperait à l’accusation ; ce qu’il fit, mais plus tard, une cour civile le déclara coupable.

<​[20]: J’avais lu une autre source canalisée qui suggérait que Jésus, Jean le Baptiste et Marie, la mère de Jésus, appartenaient tous à une seule âme qui était trop « immense » pour s’incarner dans un seul individu.

<​[21]: Il est curieux que les Cassiopéens aient dit que les « démons » ne « craignent » pas les symboles, les signes ou les motifs religieux, mais que certains noms, signes ou symboles peuvent juguler leur activité ! Un indice des plus intéressants.

<​[22]: Nous devons nous demander : quelle Égypte ? L’ancien pays ou celui que nous connaissons actuellement sous ce nom ? Je soupçonne qu’il s’agit de l’ancien et qu’Iman Wilkens a raison de le situer dans le nord-ouest de la France.

<​[23]: L’Onde 24, 25

<​[24]: Z. Sitchin écrit dans La douzième planète, édition Louise Courteau :

Les textes mésopotamiens se référant aux enclos intérieurs des temples ou aux voyages célestes des dieux, et même aux situations où des mortels montèrent aux cieux, utilisent le terme sumérien « mou » ou son dérivé sémitique « shou-mou » (« ce qui est un “mou” »), « sham » ou « shem ». Parce que ce terme signifie également « ce par quoi on reste dans les mémoires », le mot a pris la signification de « nom ». […] Ainsi G. A. Barton (The Royal Inscriptions of Sumer and Akkad) établit ainsi la traduction incontestée de l’inscription du temple de Goudéa — « son MOU reliera les terres d’horizon à horizon » par « son nom remplira les terres ». Un hymne à Ishkour, prônant son « MOU émetteur de rayons » qui pouvait atteindre le plus haut des cieux fut ainsi rendu : « Ton nom est radieux, il atteint le zénith des Cieux. » […] Il n’est pas très difficile de tracer l’étymologie de ce terme, et la manière par laquelle la « chambre du ciel » vint à signifier « nom ». Des sculptures représentant un dieu à l’intérieur d’une chambre en forme de fusée ont été découvertes, entre autres cet objet extrêmement ancien […] décoré de douze globes qui attestent de la nature céleste de cette chambre. De nombreux sceaux représentent d’une manière semblable un dieu, (et parfois deux) à l’intérieur de « chambres divines » ovales ; dans la plupart des cas, ces dieux à l’intérieur de leur ovale sacré sont présentés comme étant des objets de vénération. … Les peuples anciens ont développé la coutume d’installer des imitations du dieu à l’intérieur de sa « chambre divine ». Des piliers de pierre façonnés de manière à simuler le véhicule ovale étaient érigés sur des sites sélectionnés […] Le terme qui, dans l’Antiquité, désignait de telles stèles vient confirmer que le but des piliers de pierre commémoratifs était de simuler un vaisseau céleste enflammé. Les Sumériens les appelaient NA.ROU, « les pierres qui montent ». Les Akkadiens, les Babyloniens et les Assyriens les appelaient narou, « objets qui dégagent de la lumière ». Les Amurru les appelaient nouras (« objets enflammés »). En hébreu, « ner » signifie toujours un pilier qui émet de la lumière […]

On voit donc ici la direction que prend Sitchin : un « shem » est une fusée spatiale. Peu importe que les descriptions des écrits antiques correspondent plus à une comète et aux pierres qui tombent du ciel quand les comètes et l’activité plasmatique qui leur est concomitante sont très fréquentes. On sait que ce genre de pierres étaient vénérées par les anciens en tant que réelles parties du dieu et constituaient, par conséquent, des objets d’unification d’une population.

<​[25]: L’Onde 24

<​[26]: Si le mot Sodome a servi à former le mot « sodomie », pourquoi pas gomorrhie ? Je n’ai aucune idée de ce que cela pourrait être. Au lecteur d’utiliser son imagination.

<​[27]: Voir mon dernier livre Les comètes et les cornes de Moïse pour des recherches actualisées sur le sujet. Il semble désormais évident que le mythe d’Osiris n’était qu’une imitation du démembrement de Dionysos par les Titans, et à l’origine une « histoire de comète ». Toutefois, comme je l’évoque dans Les comètes et les cornes de Moïse, les événements cométaires peuvent provoquer des mutations de l’ADN. Par conséquent, considérant l’imprécision de la question, la bonne réponse était « à peu près ».

<​[28]: L’Onde 3, 23

<​[29]: Ils avaient raison. J’avais confondu les arbres.

<​[30]: L’Onde 3, 23

<​[31]: L’Onde 65

<​[32]: Notez que les Cassiopéens ne prétendent pas être les dieux créateurs, mais qu’il s’agit d’une fonction de 6e densité.

<​[33]: L’Onde 68

<​[34]: J’adhérais toujours à l’idée qu’une source réellement « valide » énoncerait des ribambelles de prophéties qui se réaliseraient. Mais, comme nous le verrons, toute source qui en ferait une « habitude » serait vouée à l’échec en raison de la nature probabiliste de la réalité. Le futur n’est pas totalement fixé ! Par conséquent, seules des probabilités peuvent être données, et en général, seulement juste avant l’événement. Toutefois, la nature cyclique du « temps » donne bel et bien un champ de probabilités, et nous apprenions progressivement en quoi consistait ce champ.

<​[35]: Et, au bout du compte, c’était là le fond du problème des prédictions : les nombreuses variables. Mais encore reste-t-il ces prédictions énoncées qui se sont avérées suffisamment proches, de sorte qu’on peut supposer qu’en dépit des variables, certaines choses peuvent être connues à l’avance.

1.7 Séance du 7-octobre-1994

Séance du 7 octobre 1994

Participants : « Frank » et Laura

Q : Bonjour.

R : Bonjour.

Q : (L) Quel est votre nom ?

Bayreera.

Q : (L) D’où êtes-vous ?

R : Cassiopée.

Q : Êtes-vous le suivant sur la liste pour la distribution d’énergie ?

R : Précisément. Vous apprenez bien.

Q : Est-ce que vous nous distribuez de l’énergie ?

R : Non.

Q : Est-ce que nous vous donnons de l’énergie ?

R : Presque. Notre distribution est comparable à des tours de rôle.

Q : (L) Est-ce qu’il y a un avantage à vous relayer plutôt que d’avoir un seul interlocuteur ?

R : Oui.

Q : (L) Quel est l’avantage ?

R : Égalisation d’énergie.

Q : (L) Est-ce difficile pour vous d’établir le contact avec nous ?

R : Non.

Q : (L) Serait-il difficile pour vous d’établir le contact avec d’autres ?

R : Devient plus facile avec vous.

Q : (L) Je voudrais connaître l’époque de la Grande Extinction des grands dinosaures, les grosses bestioles ?

R : 27 millions d’années telles que mesurées par votre échelle.

Q : (L) En ce qui concerne la « Chute » au Jardin d’Éden et la perte de l’état édénique, cela est arrivé il y a combien de temps ?

R : Il y a environ 309 000 ans.

Q : (L) Quelle était la situation… que s’est-il passé… quel était l’état de l’humanité ?

R : La perte de foi a provoqué des limitations physiques et une restriction de la connaissance par des forces extérieures.

Q : (L) Que représentait le serpent ou le « tentateur ? »

R : Des forces que vous connaissez sous le nom de Lizzies ; nous vous l’avons déjà enseigné.

Q : (L) Je ne fais que vérifier !

R : La foi ma chère.

Q : (L) J’ai la foi, je ne fais que vérifier.

R : Fais comme tu veux.

Q : (L) Qui étaient les créateurs originels de la race humaine ?

R : Nous.

R : (L) Les Cassiopéens, n’est-ce pas ?

R : Oui.

Q : (L)Dans quel but nous avez-vous créés ? Était-ce un mandat divin ?

R : Développement ou avancement de l’âme.

Q : (L) Dans les mythes sumériens relatifs à la création des êtres humains, un dieu est tué et son sang et ses membres sont mélangés à de la boue ; ensuite, ce mélange est implanté dans des déesses féminines pour incubation, et c’est de là que vient l’espèce humaine. Ça ressemble terriblement à ce que font les « Gris » actuellement. Est-ce que quelqu’un a vraiment tué un « Dieu », fragmenté son âme en mille morceaux, et de là créé l’espèce humaine ?

R : Symbolisme et séquence événementielle inexacte.

Q : (L) De quoi parle cette histoire ? Quel était l’événement originel ?

R : Des êtres lézards ont altéré génétiquement la race humaine après la bataille pour leurs propres visées alimentaires.

Q : (L) Quand ont eu lieu ces événements décrits dans les récits sumériens ?

R : Il y a approximativement 309 000 ans.

Q : (L) Donc cela s’est passé il y a tellement longtemps que ces récits ont perdu de leur véracité ?

R : Reflet transmis à travers un canal de mémoire psychique.

Q : (L) Qu’est-ce qui a exterminé les grands dinosaures ?

R : Impact cométaire.

Q : (L) Quelle était la source de cette comète ?

R : Essaim

Q : (L) Depuis combien de temps cet essaim cométaire est-il avec nous dans notre système solaire ?

R : 890 millions d’années.

Q : (L) Quelle était l’origine de cet essaim cométaire ? Était-ce initialement une grosse planète ?

R : Non.

Q : (L) Vous avez dit l’autre soir qu’il y avait une planète entre Mars et Jupiter qui a été détruite et est devenue la ceinture d’astéroïdes. Cette planète a-t-elle jamais été habitée par des êtres conscients ?

R : Oui.

Q : (L) Qu’est-ce qui a provoqué la destruction de cette planète ?

R : Énergie psychique.

Q : (L) Et d’où venaient les êtres qui vivaient sur cette planète ? Ont-ils évolué là-bas ?

R : Non.

Q : (L) Étaient-ils, comme nous, des êtres engendrés ?

R : Oui.

Q : (L) Qui les a créés ?

R : Pareil.

Q : (L) Les Cassiopéens ?

R : Oui.

Q : (L) D’accord, qui a créé les Cassiopéens ?

R : Vos super-anciens ancêtres spirituels.

Q : (L) Ces êtres ont-ils un nom ?

R : Non.

Q : (L) Comment s’appellent-ils ?

R : Passagers transitoires.

Q : (L) D’où viennent ces « Passagers transitoires » ?

R : Trop difficile à expliquer par ce moyen de communication ; trop long.

Q : (L) Qu’est ce que vous connaissez qui se rapproche le plus du Dieu originel/ de la force Créatrice ?

R : Cherchez d’autres moyens. Ordinateur.

Q : (L) Cet essaim cométaire dont vous avez dit qu’il avait provoqué un impact, est-ce l’un des essaims qui a percuté la Terre à l’époque de l’extinction des dinosaures ?

R : Aucun n’était assez gros pour l’événement.

Q : (L) Certaines de ces comètes dans cet essaim ont-elles frappé la Terre ?

R : Oui. 14 impacts à cette occasion.

Q : (L) Est-ce que cet essaim de comètes orbite autour du Soleil ?

R : Oui. Votre gouvernement sait déjà qu’elles se rapprochent à nouveau.

Q : (L) Vous avez dit que l’orbite se situe autour du soleil. Où entre-t-il dans le plan de l’écliptique ?

R : Varie.

Q : (L) Entre-t-il entre Mars et Jupiter, par exemple ?

R : Parfois.

Q : (L) L’orbite est-elle perpendiculaire au plan de l’écliptique ? Ou fait-elle un angle ?

R : Entre les deux.

Q : (L) Avec un angle de combien de degrés coupe-t-elle le plan de l’écliptique ?

R : Structure d’idée incorrecte. Représentez-vous un spirographe.

Q : (L) Les comètes tournent-elles autour d’elles-mêmes ? Ont-elles une sorte d’axe ?

R : Non.

Q : (L) Combien y en a-t-il dans l’essaim ?

R : Varie.

Q : (L) Est-ce qu’elles en perdent ou en gagnent de temps en temps ?

R : Oui.

Q : (L) Quelle taille a la plus grosse en ce moment ?

R : 900 miles de diamètre. Spirographe.

Q : (L) Vous nous avez bien dit que c’est l’énergie psychique qui avait détruit la planète se trouvant entre Jupiter et Mars ?

R : Oui.

Q : (L) D’où provenait cette énergie psychique ?

R : Des habitants de la planète.

Q : (L) Des êtres dans cette zone de la galaxie détruisent-ils en quelque sorte leurs planètes de temps en temps ? Cela devient-il une habitude ?

R : À peu près. A été.

Q : (L) Est-ce que certains de ces êtres ont quitté cette planète et sont venus sur Terre ?

R : Oui.

Q : (L) Qui étaient-ils ? Étaient-ils humains comme nous ?

R : Descendants blonds aux yeux bleus.

Q : (L) Était-ce une planète plus froide ?

R : Non.

Q : (L) Cette planète était-elle à peu près comme la Terre ?

R : Oui.

R : Yeux bleus. Pigmentation oculaire était due à la distance plus importante avec le Soleil.

Q : (L) Comment les gens de cette planète sont-ils venus sur Terre ? Est-ce qu’ils savaient que leur planète allait être détruite ?

R : Certains le savaient et ont été emmenés par les Lizzies ; il s’agit des Annunaki.

Q : (L) Maintenant, vous dites que le père de Jésus était aryen. D’où venait-il ?

R : Palestine.

Q : (L) Quelle est l’origine de la race aryenne ?

R : 5e planète maintenant connue comme la ceinture d’astéroïdes. (1)

Q : (L) Quand sont-ils venus sur Terre ?

R : Il y a 80 mille ans ? Difficile pour nous d’utiliser votre système de mesure.

Q : (L) Étaient-ils similaires dans leur forme et leur structure à ce qu’ils sont maintenant ?

R : Oui.

Q : (L) Comment se fait-il que nos scientifiques n’aient pas été capables de découvrir des preuves d’une existence aussi ancienne ?

R : Ils l’ont fait. Ne veulent pas l’admettre.

Q : (L) D’où viennent les Celtes ?

R : Idem. Peuple féroce. Venu de la cinquième planète.

Q : (L) Quand cette planète a-t-elle été détruite ?

R : Il y a 80 mille ans.

Q : (L) Y a-t-il de quelconques individus célèbres que nous connaîtrions parmi les descendants de Jésus ?

R : Oui. Yasser Arafat. Churchill

Q : (L) Vous avez dit que l’Exode s’était produit en 2676 ; est-ce avant J.-C., ou il y a 2 676 ans ?

R : Avant J.-C.

Q : (L) Si l’Exode a eu lieu en 2676 avant J.-C., c’est à peu près il y a 4 670 ans, ça voudrait dire que ce n’était pas lié à l’essaim cométaire qui est arrivé en 1588 avant J.-C.

R : Exact.

Q : (L) Alors, l’essaim cométaire est arrivé vers 8788 avant J.-C., c’est ça ?

R : Assez proche.

Q : (L) Y a-t-il eu un quelconque cataclysme historique consigné dans l’histoire que l’on pourrait relier à ce passage ?

R : Non.

Q : (L) Et le déluge de Noé a eu lieu en 12388 avant J.-C., c’est ça ?

R : Proche.

Q : (L) Maintenant, le moment du passage de Vénus correspond à l’époque de l’Exode, c’est ça ? Vénus fut-elle une conséquence de cet essaim cométaire ?

R : Semi-stimulé par force gravitationnelle.

Q : (L) Vénus a été stimulée par la force gravitationnelle ?

R : Attirée.

Q : (L) Vénus a été attirée dans le système solaire par la force de gravitation de l’essaim cométaire ?

R : Oui.

Q : (L) D’où Vénus a-t-elle tiré tous ses gaz, ses nuages etc. ? Quelle était son origine ? D’où venaient toutes ces choses ?

R : Collectées durant le parcours ardent plein de friction et dans la matière spatiale en général.

Q : (L) D’où venait Vénus à l’origine ?

R : Ancien corps errant des environs d’Arcturus.

Q : (L) Que sont les lunes de Mars ?

R : Bases déguisées.

Q : (L) Qui les a construites ?

R : Qui d’autre ? Les Lizzies.

Q : (L) Le film que j’ai vu chez Andy, l’atterrissage sur Mars, était-ce un vrai film d’atterrissage sur Mars ?

R : Faux.

Q : (L) Les États-Unis ont-ils déjà atterri sur Mars ?

R : Non.

Q : (L) Al Bielek est-il un imposteur ? (2)

R : À moitié.

Q : (L) A-t-il travaillé sur le projet Philadelphie ?

R : Non.

Q : (L) A-t-il subi un lavage de cerveau pour avoir de faux souvenirs extravagants ?

R : Non.

Q : (L) Ment-il délibérément ?

R : Sous les instructions du gouvernement pour dissémination de désinformation.

Q : (L) Est-ce qu’un vaisseau spatial des Lizzies piloté par les Gris s’est écrasé à Roswell ?

R : Oui.

Q : (L) Qu’est-ce qui a provoqué l’accident ?

R : Ionisation.

Q : (L) Les corps et le vaisseau ont-ils été récupérés par le gouvernement des États-Unis ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce que les documents du Majestic 12…

R : Semi-factuels.

Q : (L) Ont-ils été falsifiés ?

R : Presque.

Q : (L) Qui a fait ça et pourquoi ?

R : Pour laisser filtrer de l’information et de la désinformation. Beaucoup étaient impliqués. ONI et CIA.

Q : (L) Les informations présentes dans le livre Majestic de Whitley Strieber sont-elles basées sur des faits ?

R : Semi-factuelles. Il y a beaucoup de mensonges flagrants.

Q : (L) Quelle est l’origine des Indiens d’Amérique ?

R : Asie.

Q : (L) De l’autre côté du détroit de Béring ?

R : Non. Secourus. Déplacés.

Q : (L) Par qui ?

R : Les Gris.

Q : (L) De quoi ont-ils été secourus ?

R : Cataclysme.

Q : (L) Quand ce cataclysme a-t-il eu lieu ?

R : Il y a environ 7 200 ans.

Q : (L) Quelle était la nature de ce cataclysme ?

R : Comètes.

Q : (L) D’où viennent les Basques ?

R : Atlantide.

Q : (L) Leur langue est-elle celle des Atlantes ?

R : Dérivé.

Q : (L) Lesquels sont venus les premiers, les Sumériens ou les Égyptiens ?

R : Sumériens.

Q : (L) D’où venaient les Égyptiens ?

R : Atlantide.

Q : (L) Lesquels sont venus les premiers, les Sumériens ou les Atlantes ?

R : Les Atlantes.

Q : (L) Les Sumériens étaient-ils une grande civilisation en même temps que les Atlantes ?

R : Après.

Q : (L) Les Atlantes sont-ils allés à Sumer et après en Égypte ?

R : Ont voyagé.

Q : (L) Les Atlantes sont allés à Sumer ?

R : Oui.

Q : (L) Ont-ils établi des avant-postes à Sumer ?

R : Oui.

Q : (L) Alors le grand déplacement atlante vers l’Égypte s’est fait quand l’Atlantide a été détruite ?

R : Oui. Et ailleurs.

Q : (L) Dans quels autres endroits les Atlantes sont-ils allés ?

R : Les Amériques. Inca Aztèque. Maya Tribu Hopi. Tribu Pima.

Q : (L) Quand les Juifs furent dispersés, certains d’entre eux sont-ils venus en Amérique ?

R : Quelques-uns.

Q : (L) Qui était l’ange qui communiquait avec le Prophète Daniel ?

R : Nous.

Q : (L) Qui a inspiré le livre de l’Apocalypse de Jean ?

R : Les Lizzies. (3)

Q : (L) Qui Paul a-t-il rencontré sur la route de Damas ?

R : Esprit de 6e densité.

Q : (L) Si l’Apocalypse vient des « méchants », est-elle un portrait précis de la fin des temps ?

R : Proche.

Q : (L) Quelle était la source des prophéties d’Isaïe ?

R : Fiction.

Q : (L) Quelle était l’origine des soi-disant Cassiopéens quand Scarlett était là ? Était-ce vous autres ?

R : Mélangé. (4)

Q : (L) Le noyau de Jupiter est-il solide ?

R : Oui.

Q : (L) Zecharia Sitchin a-t-il correctement nommé les planètes ?

R : Non.

Q : (L) L’interprétation que j’en ai faite était-elle plus juste ?

R : Meilleure mais nécessite de l’aide.

Q : (L) Véritable signification du mot « shem » ? (5)

R : Pureté.

Q : (L) La racine de ce mot provient de quelle langue ?

R : Atlante. Hébreu.

Q : (L) D’où venaient les Juifs ?

R : Atlantide.

Q : (L) Qui était Yahvé ?

R : Être fictif.

Q : (L) Qui était le dieu qui a parlé à Moïse sur la montagne ?

R : Projection audible des Lézards.

Q : (L) Moïse a-t-il réalisé à un quelconque moment qu’il avait été dupé par les Lézards ?

R : Non.

Q : (L) Cependant, l’autre soir vous avez dit que Moïse travaille aussi avec le Christ dans un autre plan, c’est bien ça ?

R : Oui.

Q : (L) Alors, s’il a été induit en erreur par les Lézards, comment est-il devenu un gentil ?

R : Instruit après. (6)

Q : (L) Après quoi ?

R : Transfert de plan.

Q : (L) Moïse est-il mort ?

R : Non.

Q : (L) Qui l’a pris ?

R : Nous.

Fin de la séance

[1] La ceinture d’astéroïdes est une concentration d’astéroïdes en forme de beignet gravitant autour du soleil entre les orbites de Mars et Jupiter, mais plus proche de l’orbite de Mars. Les astéroïdes ont une orbite légèrement elliptique. La durée d’une révolution autour du soleil varie entre trois et six années terrestres. La puissante force gravitationnelle de la planète Jupiter guide la ceinture d’astéroïdes, éloigne les astéroïdes du soleil et les empêche de se précipiter sur les planètes proches de celui-ci. On ne peut ni affirmer ni infirmer que la ceinture d’astéroïdes est le vestige d’une planète qui a été détruite. Après avoir lu de nombreux livres et articles sur le sujet, on découvre que ceux qui déclarent que c’est « impossible » n’ont pas grand-chose pour étayer leurs propos, et ceux qui pensent que cela pourrait être possible ne peuvent rien prouver non plus. Ceux qui croient que c’était une planète supposent qu’elle a pu être fragmentée par l’impact d’une grosse comète.

[2] Al Bielek est, apparemment, un orateur convaincant aux yeux de certains. Il présente un large éventail de références populaires dans ses conférences et en tisse toute une histoire. Cependant, les informations disponibles avant le film de 1983, The Philadelphia Experiment, ne concernaient pas la perspective du voyage dans le temps. Le point de mire déclaré du projet de « L’Expérience de Philadelphie » était « de parvenir à l’invisibilité radar. » M. Bielek déclare que « ses souvenirs ont commencé à lui revenir après avoir vu le film en 1988. »

Beaucoup de gens ont l’impression qu’il incorpore de nouveaux thèmes dans son histoire aussi vite qu’il les entend, en prétendant que « la mémoire lui est subitement revenue sur tel ou tel sujet ». La déclaration que Nikola Tesla était associé et en charge du projet Philadelphie constitue une faille importante dans son récit. Ceci est extrêmement peu crédible puisque l’expérience aurait soi-disant eu lieu en juillet 1943 et Tesla est mort le 7 janvier 1943 dans la ville de New York. Le Dr Von Neumann (bien connu dans le domaine de l’informatique) était prétendument impliqué dans « L’Expérience de Philadelphie » avec Tesla, Einstein et LeBon. Selon Bielek, les registres mentionnent son décès en 1953 ou 1957.

À Phénix, en 1986, les souvenirs de Bielek font ressortir un site à Montauk qui, selon lui, « pourrait être le lieu où Von Neumann réside actuellement dans l’anonymat ». Autre incohérence majeure, les archives indiquent que l’expérience originale avec l’équipage a eu lieu le 28 octobre 1943 et non le 12 août 1943. Malgré ces anomalies, des commentaires intéressants au sujet du temps ont été émis. Les deux choses les plus frappantes dans ses conférences publiques furent la présentation d’une diapositive censée être un « Générateur de Référence de Temps Zéro » qui ressemblait étrangement à une vieille unité de réfrigération de terrain de l’Armée, selon l’expérience militaire de Chuck Henderson. Aucun détail technique ne fut donné. Cet appareil était censé être l’oscillateur qui activait les bobines de l’expérience. M. Bielek affirmait que l’unité présentée était utilisée pour synchroniser deux signaux distincts (un pour chaque bobine).

La littérature sur « L’Expérience de Philadelphie » est remplie de descriptions de cette technologie. Il est fortement recommandé d’écouter M. Bielek si vous en avez l’occasion, ne serait-ce que pour vous divertir. Toutefois, si vous voulez des données utilisables, bonne chance !

[3] Ce qui ne veut bien évidemment pas dire qu’ils ne peuvent pas dire parfois la vérité !

[4] Faites bien attention à la remarque ci-dessus. J’avais le sentiment que la participation et la focalisation de Scarlett sur des problèmes personnels avaient une influence corruptrice, et ici les C’s nous le confirment. Conserver une connexion propre a été un problème récurrent. Très souvent, la présence d’une personne avec une attitude extrêmement négative, mal disposée ou même agressive peut « déformer » la réception. Mais même dans de tels cas, on arrive souvent à retrouver l’intention des Cassiopéens grâce à une étude minutieuse.

[5] Le lecteur remarquera que je pose souvent les mêmes questions encore et encore, parfois d’une manière différente, parfois non. C’était ma façon de« tester » la consistance de la source à travers le temps.

[6] C’est un point important car cela signifie que même si une personne est dupée pendant son incarnation, la véritable fréquence de cet individu, et son intention d’être au Service d’Autrui, ont beaucoup d’importance.

1.8 Séance du 9-octobre-1994

Séance du 9 octobre 1994

Participants : « Frank » et Laura

Q : Bonjour.

R : Bonjour.

Q : Qui est avec nous ?

R : Baderea.

Q : (L) À quoi ressemblent les Cassiopéens ?

R : Forme lumineuse.

Q : (L) Que voulez-vous dire par forme lumineuse ?

R : Forme lumineuse humanoïde.

Q : (L) Êtes-vous physiques en termes atomiques ?

R : Tout dépend de celui qui perçoit.

Q : (L) Vous voulez dire que vous vous agencez selon ce que désire celui qui perçoit ?

R : Non. Selon la capacité de perception.

Q : (L) Pouvez-vous apparaître devant nous ?

R : Non. L’enveloppe fréquentielle vibratoire de votre densité empêche cela.

Q : (L) N’avez-vous jamais rien de physique ?

R : Divers degrés selon le monde.

Q : Pourquoi communiquez-vous avec nous ?

R : Parce que vous avez appelé.

Q : (L) Quelles sont les différences entre les Celtes et les Aryens ?

R : Géographiques et culturelles.

Q : (L) Y a-t-il des différences inhérentes à leur ancienne planète d’origine ?

R : Non. Différence de développement postérieure à l’arrivée.

Q : (L) Étaient-ils identiques avant d’arriver ?

R : Oui.

Q : (L) Mars a-t-elle déjà été habitée ?

R : Oui.

Q : (L) Par qui ?

R : Par ceux que vous connaissez sous le nom de Sasquatch ou de Bigfoot.

Q : (L) Vivent-ils désormais sur cette planète parce que d’autres êtres les y ont apportés ?

R : Ils sont transitoires. N’habitent pas de façon permanente.

Q : (L) Bon, comment font-ils pour aller et venir ?

R : Ce sont les esclaves et les « animaux de compagnie » des Lézards.

Q : (L) Comment le Sasquatch a-t-il atterri de Mars à ici ?

R : Amené par les Lézards mais ils n’habitent pas sur Terre.

Q : (L) Pourquoi le Sasquatch a-t-il été observé dans des endroits reculés au cours de l’histoire ?

R : Mis là pour de menues tâches d’esclave.

Q : (L) Cela veut-il dire qu’à chaque fois qu’un Sasquatch est observé, il y a un Lézard à proximité ?

R : Non.

Q : (L) Quelles menues tâches peuvent-ils faire ?

R : Collecte d’échantillons.

Q : (L) Pourquoi tous ceux qui ont déjà rencontré un Sasquatch mentionnent-ils leur odeur infecte ? Pourquoi sentent-ils mauvais?

R : Fonctions organiques.

Q : (L) Qu’ont de particulier ces fonctions organiques pour être malodorantes ?

R : Sueur.

Q : (L) Qui a tué Sir Harry Oakes ?

R : David Crofts.

Q : (L) Qui était St Issa d’Inde ?

R : Lama Kirtanah.

Q : (L) D’où était-il ?

R : Palestine.

Q : (L) Quand a-t-il séjourné en Inde ?

R : 13 et 14 après J. C.

Q : (L) Frank est-il mentalement programmé ?

R : Oui.

Q : (L) Pour faire quoi ?

R : Pour être un channel ouvert.

Q : (L) Par qui ?

R : Nous.

Q : (L) Vous avez dit un jour qu’il était aussi programmé par les Gris.

R : Oui.

Q : (L) Pour faire quoi ?

R : Pour s’autodétruire.

Q : (L) Est-ce pour cela que c’est important pour lui de canaliser ?

R : Oui.

Q : (L) Pourquoi se nourrissent-ils d’émotions ?

R : Pour alimenter leur énergie.

Q : (L) Des détails à propos de l’état de « sommeil » prolongé de Jésus ?

R : Il a passé 96 heures dans un état comateux, dans une grotte près de Jérusalem. Quand il s’est réveillé, il a prophétisé pour ses disciples, puis est sorti de la grotte. 27 000 personnes s’étaient attroupées parce qu’un vaisseau mère était apparu, et il a été soulevé dans un rayon de lumière.

Q : (L) Pourquoi avons-nous eu un problème avec l’enregistreur ?

R : Influence des Lézards. Dans ta tête.

Q : (L) Pourquoi ne nous avez-vous pas dit que cela n’enregistrait pas ?

R : Devez expérimenter pour apprendre à pratiquer la précaution.

Q : (L) Je vais donner une liste de planètes dont parlent les textes sumériens et que le Dr Sitchin a interprétées. J’aimerais que vous me donniez la véritable traduction de ces noms. Que signifiait [le mot sumérien] Mummu ?

R : Essaim cométaire.

Q : (L) Lahamu ?

R : Vénus.

Q : (L) Lahmu ?

R : Terre.

Q : (L) Le bracelet martelé ?

R : Queue de comète de Vénus et essaim.

Q : (L) Anshar ?

R : Jupiter.

Q : (L) Anu ?

R : Lune.

Q : (L) Ea ?

R : Soleil.

Q : (L) Gaga ?

R : Saturne.

Q : (L) Marduk ?

R : Mars.

Q : (L) Tiamat ?

R : Sirius.

Q : (L) Vous dites que le Christ a cédé à la tentation. Pourriez-vous nous expliciter ce que cela signifie ?

R : Trois femmes ont représenté la tentation sexuelle. Il s’est senti mal après chaque tentation. Il s’est lavé et a demandé la force et le pardon.

Q : (L) Qu’est-ce que le Christ a écrit sur le sol dans l’histoire de la femme adultère qui allait être lapidée ?

R : Sonder l’âme.

Q : (L) C’est ce qu’il a écrit ?

R : Oui. Traduction.

Q : (L) Que sait précisément le gouvernement des États-Unis au sujet des aliens ?

R : Qu’ils existent.

Q : (L) Le gouvernement a-t-il déjà conclu un traité avec des aliens ?

R : Oui.

Q : (L) Ce traité est-il toujours en vigueur ?

R : Ne l’a jamais été.

Q : (L) A-t-il tenté de conclure un traité avec eux ?

R : Oui.

Q : (L) Les aliens ont-ils refusé ?

R : Non. Piégé.

Q : (L) Combien de temps a-t-il fallu pour que le gouvernement étasunien réalise qu’il s’était fait piéger ?

R : 19 ans.

Q : (L) En quelle année était-ce ?

R : 1972.

Q : (L) Le gouvernement est-il en possession de technologie alien ?

R : Oui.

Q : (L) Cette technologie leur a-t-elle été donnée ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce de la technologie de contrôle mental ?

R : Pas loin.

Q : (L) Le gouvernement a-t-il la capacité de, disons, traverser les murs comme les aliens ?

R : Incompétent.

Q : (L) Le gouvernement écoute-t-il notre téléphone ?

R : Peut.

Q : (L) La personne dans le livre de Karla Turner qui a vécu une expérience semblable à une réalité virtuelle à l’intérieur d’une bulle bleue, qui a fait ça ?

R : Les Gris.

Q : (L) Pour qui travaillaient les Gris quand ils ont fait ça ?

R : Les Lézards.

Q : (L) MF travaille-t-il pour le gouvernement ou les aliens ?

R : Les aliens.

Q : (L) Pour quels aliens travaille-t-il ?

R : Les Lézards. À son insu.

Q : (L) Sous quelle influence se trouvait Adolf Hitler lorsqu’il a entrepris ce qu’il a fait ? Qui le guidait ?

R : Les Lézards. Indirectement.

Q : (L) Quel contact ont-ils utilisé pour l’influencer ?

R : Êtres projetés de type humain, formes inspirées de grands esprits aryens.

Q : (L) Pouvez-vous nous en dire plus sur les six milliards de personnes qui se trouvaient sur la planète à l’époque du déluge de Noé ? Où vivaient-elles en majorité ?

R : Atlantide.

Q : (L) Lors des cataclysmes à venir, quel continent subira le plus de destruction ?

R : Indéterminé pour l’instant.

Q : (L) Pourquoi y a-t-il plus d’enlèvements par les Gris aux États-Unis que dans d’autres pays du monde ?

R : Le gouvernement a ouvert le conduit.

Q : (L) Y a-t-il des bases aliens aux États-Unis ?

R : Oui. Nouveau-Mexique, Colorado, au large de la Floride, Appalaches, Californie.

Q : (L) Est-ce que ce sont des bases souterraines ?

R : Oui. Sous-marines aussi.

Q : (L) À quel âge ai-je été enlevée pour la première fois ?

R : Trois.

Q : (L) Qui m’a enlevée ?

R : Les Gris.

Q : (L) Quel était le but de cette abduction ?

R : Encodage.

Q : (L) Pour faire quoi ?

R : Te suicider.

Q : (L) Pourquoi voulaient-ils que je me suicide ?

R : Menace de révéler la vérité.

Q : (L) Quand m’ont-ils enlevée ensuite ?

R : À l’âge de trois ans.

Q : (L) Pourquoi ?

R : Idem.

Q : (L) Ont-ils à un quelconque moment fait quoi que ce soit à mon corps physique pour me causer des ennuis ?

R : Oui.

Q : (L) Qu’ont-ils fait ?

R : Implant.

Q : (L) Quel type d’implant et où ?

R : Silicium cérébral.

Q : (L) N’en ont-ils jamais mis un dans le bas de ma colonne vertébrale ?

R : Non.

Q : (L) M’avez-vous déjà enlevée les gars ?

R : Non. Contactée à l’âge de trois ans. Nous n’enlevons pas.

Q : (L) Comment les Gris savaient-ils que je constituerai une menace pour eux ?

R : Lecture de l’image aurique.

Q : (L) Est-ce pour la même raison qu’ils ont enlevé Frank aussi souvent ?

R : Oui.

Q : (L) Combien de fois ai-je été enlevée ?

R : 17.

Q : (L) Combien de fois ont-ils enlevé Frank ?

R : 53.

Q : (L) Pourquoi ont-ils enlevé Frank plus que moi ?

R : Tu le combats.

Q : (L) Quand m’ont-ils enlevée pour la dernière fois ?

R : À 22 ans.

Q : (L) Et la dernière fois pour Frank ?

R : À 23 ans.

Q : (L) Donc, ils ne nous ont pas enlevés depuis un bon moment, c’est ça ?

R : Jusqu’ici.

Q : (L) Prévoient-ils de nous enlever l’un ou l’autre à nouveau ?

R : Peut-être.

Q : (L) Y a-t-il un quelconque moyen de l’empêcher ?

R : Canal de connaissance.

Q : (L) Pourriez-vous me donner la véritable signification du cycle osirien ? Que symbolisent le meurtre et le démembrement d’Osiris ?

R : Suppression de centres de connaissance.

Q : (L) Centres de connaissance dans quoi ?

R : Votre ADN.

Q : (L) Donc, le démembrement du corps d’Osiris représente la rupture de notre ADN ?

R : En partie. Signifie aussi la réduction de l’aptitude à la connaissance.

Q : (L) Le phallus est jeté dans le fleuve où il est mangé par trois poissons. Qu’est-ce que ça symbolise ?

R : Introduction de l’énergie de violence sexuelle.

Q : (L) Isis part en quête de son seigneur Osiris. Qu’est-ce que ça symbolise ?

R : Rupture de l’union entre énergie féminine et énergie masculine.

Q : (L) Est-ce en rapport avec l’activité cérébrale ?

R : Oui. La séparation des hémisphères du cerveau.

Q : (L) Via la modification de l’ADN ?

R : Oui.

Q : (L) Que représente Horus, le fils d’Isis ?

R : Nouvelle réalité de limitation.

Q : (L) Que signifie la revanche d’Horus sur Seth, le meurtrier de son père Osiris ?

R : Le début de l’énergie de conflit perpétuel visant à limiter l’humanité.

Q : (L) Que représente Seth ?

R : La guerre.

Q : (L) Quelle guerre ?

R : Toutes.

Q : (L) Vous dites que l’espèce humaine a subi en partie une réduction génétique de sa capacité à retenir ou absorber la connaissance. Nous a-t-on fait quoi que ce soit à Frank ou à moi, avant ou après la naissance, à cet égard ?

R : En cours de transformation pour rendre plus intelligent. Continu depuis la conception. La capacité à traiter l’information augmentera de façon exponentielle.

Q : (L) Vous voulez dire que nous allons devenir plus intelligents que nous ne le sommes déjà ?

R : Beaucoup. [Éclats de rire]

Q : (L) Qui sont les êtres qui ont enlevé Karla Turner et sa famille ?

R : Les Lézards.

Q : (L) Pourquoi ont-ils enlevé ce groupe de gens ?

R : Mêmes raisons pour lesquelles ils vous ont enlevés vous et Frank.

Q : (L) Ils ont enlevé Karla Turner et sa famille parce qu’ils les perçoivent comme une menace ?

R : Oui.

Q : (L) Lors d’une abduction qui impliquait son fils, c’était quoi la forme noire indistincte qui donnait l’impression que du « néant » se déplaçait au sol ?

R : Des Gris bloqués. Fils pas autant en phase que Karla. Faire attention quand se rend seule en voiture à des conférences et des réunions.

Q : (L) Devrait-elle toujours s’assurer qu’il y ait quelqu’un avec elle dans la voiture ?

R : La nuit et sur les routes désertes. Neveu doit faire attention. Amie du fils aussi.

Q : (L) Pourquoi les Égyptiens momifiaient-ils leurs morts ?

R : Superstition.

Q : (L) Y avait-il réellement une malédiction sur la tombe du roi Toutankhamon qui aurait causé la mort de nombreuses personnes ?

R : Oui.

Q : (L) Qui a jeté cette malédiction ?

R : Les Égyptiens. N’importe qui peut réussir à créer une malédiction avec suffisamment d’énergie mentale.

Q : (L) Qu’est-il arrivé à Tiffany Sessions ?

R : Assassinée.

Q : (L) Par qui ?

R : Bob August.

Q : (L) Où se trouve le corps ?

R : Nombreux endroits. Nous essayons de contacter l’ancien camarade de chambre du fils de Karla Turner. Mais il résiste. Elle ne réalise pas l’extrême importance. Communique-lui ceci, s’il te plaît, Laura.

Fin de la séance.

1.9 Séance du 16-octobre-1994

Séance du 16 octobre 1994

Participants : « Frank », Laura, V__

Q : Bonjour.

R : Bonjour. La musique est Bonne.

Q : (L) Pouvez-vous nous donner votre nom ?

R : Cederra.

Q : (L) J’aimerais connaître l’origine des francs-maçons.

R : Osiriens.

Q : (L) Pouvez-vous nous dire quand les francs-maçons d’origine ont formé une société ?

R : 5633 avant J. C.

Q : (L) La franc-maçonnerie telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui est-elle la même ?

R : 33e degré, oui.

Q : (L) Il y a donc une tradition qui se perpétue depuis plus de sept mille ans ?

R : Oui.

Q : (L) Cette organisation a-t-elle un plan pour s’emparer du monde et le gouverner ?

R : Pas exactement.

Q : (L) Quel est leur but ?

R : Superviseurs.

Q : (L) De quoi ?

R : Du statut du Quorum.

Q : (L) C’est quoi le Quorum ?

R : Organisation de connaissance approfondie. Encore totalement secrète en ce qui concerne votre espèce. Très important par rapport à votre avenir.

Q : (L) De quelle façon ?

R : Changements.

Q : (L) Pouvez-vous préciser ? Des changements qui nous concernent personnellement ?

R : En partie.

Q : (L) Des changements terrestres ?

R : Aussi.

Q : (L) Quel est le rapport entre ce Quorum et les Cassiopéens ?

R : Ils communiquent avec nous régulièrement.

Q : (L) Le font-ils en sachant que vous êtes des Cassiopéens, ou pensent-ils…

R : Oui.

Q : (L) La relation entre les Cassiopéens et ce Quorum continue depuis ces milliers d’années ?

R : Depuis quelque temps, tel que vous le mesurez.

Q : (L) Quelle est l’origine de la Kabbale ?

R : Vérités transmises par channeling aux premiers juifs pré-mosaïques, pour utiliser votre terminologie.

Q : (L) Quand les commentateurs juifs ont commencé à poser les enseignements, était-ce la première fois que ces derniers étaient mis par écrit ?

R : Non. Loin de là.

Q : (L) Est-ce que la forme actuelle est très proche de la forme originelle, et peut-on s’y fier ?

R : Non. Corrompue.

Q : (L) Quelle est l’origine des livres d’Hénoch ?

R : Société sanskrite dans la région désormais appelée Inde.

Q : (L) Quelle évaluation peut-on donner aux livres d’Hénoch en matière de niveau de vérité ?

R : 50 % de la région a été détruite dans une conflagration nucléaire entre les deux.

Q : (L) Entre les deux quoi ?

R : Autrefois et maintenant dans le présent élargi.

Q : (L) C’est quoi le présent « élargi » ?

R : La réelle mesure du temps.

Q : (L) Qui était Hermès Trismégiste ?

R : Traître à la Cour du pharaon Rana.

Q : (L) Qui est le pharaon Rana ?

R : Chef égyptien d’une alliance spirituelle.

Q : (L) Dans quel sens Hermès était-il un traître ?

R : A rompu l’alliance d’unité spirituelle entre tous les peuples dans la région connue comme le Moyen-Orient.

Q : (L) Qui Hermès a-t-il trahi ?

R : Lui-même ; il était avide de pouvoir.

Q : (L) Quels actes a-t-il commis ?

R : Rompu l’alliance ; il a inspiré des divisions au sein des rangs des Égyptiens, Esséniens, Aryens, Perses, etc.

Q : (L) Quel était son but ?

R : Diviser pour régner comme inspiré par ceux désignés sous le nom de Fraternité dans le livre de Bramley que tu as lu.

Q : (L) S’agit-il de la Fraternité du Serpent qu’Hermès a formée par rejet de l’unité ?

R : Ce n’est pas Hermès qui l’a formée ; elle existait depuis longtemps.

Q : (L) Qui était à l’origine de la Fraternité du Serpent telle qu’elle est décrite dans le livre de Bramley ?

R : Les Lézards.

Q : (L) D’où Moïse tirait-il ses connaissances ?

R : Nous.

Q : (L) Bon, vous nous avez dit auparavant qu’il avait vu ou interagi avec une projection holographique créée par les Lézards. S’agissait-il de l’expérience sur le mont Sinaï ?

R : Oui.

Q : (L) Bien, les connaissances qu’il avait reçues de vous, les avait-il obtenues avant d’interagir avec les Lézards ?

R : Oui. Il a été perverti par l’imagerie. Il a été trompé par l’imagerie à la Joseph Smith par exemple.

Q : (L) Êtes-vous en train de dire que Joseph Smith, le destinataire des textes mormons, a aussi été dupé par les Lézards ?

R : Oui. Ils le font souvent.

Q : (L) Pourquoi avons-nous mis autant de temps à trouver une « bonne source » via ce médium ?

R : Trop d’interactions avec des annulateurs de channel.

Q : (L) Qui sont les annulateurs de channel ?

R : Ce ne serait pas dans nos habitudes de donner des noms.

Q : (L) Vous voulez parler de gens impliqués dans nos vies ?

R : Oui.

Q : (L) Cela est-il en rapport avec nos activités ?

R : Non.

Q : (L) Cela implique-t-il d’autres entités qui ont tenté d’établir un contact et qui auraient bloqué le channel ?

R : Oui.

Q : S’agit-il des Lézards ?

R : Non.

Q : (L) Existe-t-il des exercices dont nous pourrions nous servir pour aider nos corps à se transformer en 4e densité ?

R : Pas nécessaire. C’est l’âme qui importe.

Q : (L) Cela veut-il dire que si l’on se concentre sur le développement de l’âme, au moment de la transformation, nos corps seront automatiquement transformés pour nous ?

R : Non. C’est un processus naturel. Aucune préparation n’est nécessaire.

Q : (L) Donc, si vous devez vous transformer, vous vous transformerez, et sinon, vous ne vous transformerez pas ?

R : Oui.

Q : (L) Cela implique-t-il que lorsque mon corps réagit à certains aliments, je devrais arrêter d’en manger ? Mon corps essaie-t-il de me dire quelque chose ?

R : À toi de voir. Rien n’a besoin de te « dire » quoi que ce soit.

Q : (L) Pouvez-vous clarifier ?

R : Pourquoi cherches-tu des conseils là où ce n’est pas nécessaire ?

Q : (L) Autrement dit, si chaque jour on fait naturellement ce qui nous apparaît comme le meilleur choix à chaque instant, on est sur la bonne voie ?

R : Précisément.

Q : (V) Je trouve cette information sur la transformation vers la 4e dimension très excitante et naturelle, c’est pourquoi je me demande si c’est quelque chose que j’expérimenterai dans le futur en excluant la mort ?

R : Vague.

Q : (L) Si, en théorie, un individu… J’éprouve une sensation très inhabituelle juste en ce moment même, pourquoi ?

R : Changements métaboliques accrus par l’apprentissage accéléré.

Q : (L) Cela nous arrive à tous les trois ?

R : Oui.

Q : (L) Et si, comme j’allais le dire, en théorie, un individu devait se développer de manière naturelle en faisant tous les choix appropriés et devait arriver au moment de la grande transition, est-ce que son corps passerait physiquement dans cette dimension supérieure ? Rappelez-vous, ce n’est qu’une personne théorique…

R : Bien sûr.

Q : (L) Bon, supposons que cette personne théorique soit sur le point de passer de l’autre côté ; dans quel état trouvera-t-elle son corps ? Sera-t-il exactement comme il est à présent, au niveau de sa consistance solide ? Quel serait le ressenti ?

R : Le concept-clé ici est la variabilité de la physicalité.

Q : (L) Est-ce que ça veut dire que chacun sera différent, ou bien que l’individu aura un plus grand contrôle sur la substance et la constitution de son corps ?

R : Aucun des deux exactement. Votre physicalité sera variable selon le besoin et la circonstance.

Q : (L) Bon. Est-ce que ça veut dire que parfois, nous serons davantage un corps de lumière ?

R : Pas loin.

Q : (L) Est-ce que ça veut dire que parfois, nous serons davantage un corps ferme tel qu’il l’est actuellement ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce que notre corps vieillira différemment ?

R : Oui.

Q : (L) Quelle sera la durée de vie moyenne ?

R : 400 ans.

Q : (L) Et ceux qui feront cette transition à l’âge de, disons, cinquante ans, auront-ils les mêmes possibilités de vivre quatre cents années supplémentaires ?

R : Se régénéreront en apparence jeune.

Q : (L) Maintenant, quand vous dites 400 ans, c’est parce que la planète aura une orbite différente et qu’une année sera différente ?

R : Non.

Q : (L) Les durées d’ensoleillement et d’obscurité des jours seront-elles différentes de ce qu’elles sont maintenant ?

R : Pas la question. La planète se trouvera aussi en 4e densité.

Q : (L) Mais les jours et les nuits seront-ils différents ainsi que son orbite ? L’angle axial sera-t-il modifié ?

R : Tu penses en termes de 3e niveau de densité. Les règles seront tellement différentes que les comparaisons d’inspiration physiques sont stériles.

Q : (L) Mais j’aime le soleil, le chant des oiseaux et les brises. Je veux juste savoir si les choses seront pareilles.

R : En quelque sorte.

Q : (L) Ne pouvez-vous nous donner quelques indices ?

R : Nous devons vous laisser voir par vous-mêmes.

Q : (V) J’ai vécu une expérience avec des êtres ressemblant à des mantes religieuses. Qui sont-ils ?

R : Des Minturiens.

Q : (L) D’où viennent-ils ?

R : Orion.

Q : (L) Les Orions sont-ils les méchants ?

R : Subjectif.

Q : (L) Bon, à quel groupe appartiennent-ils ?

R : Fédération comme les Pléiadiens.

Q : (V) M’ont-ils enlevée, et sinon quelle est la source de ce souvenir ?

R : C’est un souvenir d’une vie antérieure enfouie dans le subconscient profond.

Q : (V) Que m’ont-ils fait ?

R : Rétroprogrammation à des fins d’apprentissage.

Q : (V) De quoi ?

R : C’est à toi d’apprendre tes leçons, pas à nous de les expliquer.

Q : (L) Pourquoi les Gris ont-ils enlevé V__ ?

R : Pour tenter de l’encoder à s’autodétruire.

Q : (L) A-t-elle surmonté cette programmation ?

R : Espérons. Il y a toujours de la place pour l’erreur. Souvenez-vous, le libre arbitre est la loi la plus importante de la conscience dans la création.

Q : (V) J’ai rêvé que j’étais institutrice et que je montrais à des enfants comment utiliser la lumière et les couleurs. Était-ce de la précognition ?

R : Probablement.

Q : (V) Cette probabilité se situerait-elle dans les dix prochaines années ?

R : Écoute. Ouvert.

Q : (L) Quelle est la signification du nombre 666, dans L’Apocalypse ?

R : Visa.

Q : (L) Vous parlez de la carte de crédit ?

R : Oui.

Q : (L) Les cartes de crédit sont-elles l’œuvre du 666, de ce qu’il représente ?

R : Oui ?

Q : (L) Devons-nous nous débarrasser de toutes les cartes de crédit ?

R : À vous de voir.

Q : (L) Cela vaudrait-il mieux pour nous que de ne pas nous couper du système de crédit ?

R : Pas seulement de crédit, mais aussi de débit.

Q : (L) Était-ce une réponse par l’affirmative ?

R : Comment allez-vous vous y prendre ?

Q : (L) Eh bien, avez-vous des suggestions ?

R : Le monde ne sera bientôt plus que crédit et débit, n’avez-vous pas entendu parler de cette nouvelle carte de débit visa ? Voilà l’avenir de l’argent : contrôlé par le système bancaire mondial, alias la Fraternité, alias les Lézards, alias l’Antéchrist.

Q : (L) Mais si je ne possède pas de carte crédit, je n’ai pas à faire partie de ce système, non ?

R : Non. Vous n’aurez pas le choix : en faire partie ou mourir de faim.

Q : (L) Et quid du libre arbitre ?

R : La Fraternité, alias les Lézards, alias l’Antéchrist, empiète sur votre libre arbitre depuis 309 000 ans. Plus le changement approche, plus ils sont aux abois.

Q : (V) J’ai toujours été du genre à me révolter contre ce que je considérais comme néfaste pour moi. Est-il possible de se rebeller contre ce système ?

R : Si l’on est prêt à quitter son corps.

Q : (L) Quitter son corps dans le sens de « mourir », « crever », « casser sa pipe » ?

R : Oui.

Q : (L) Si nous devions déménager…

R : Des changements suivront la tourmente ; soyez patients.

Q : (L) Nous aimerions déménager à la campagne. Pourrons-nous nous en sortir sans cette carte de crédit/débit, si nous menons ce genre de vie ?

R : Non.

Q : (L) Auront-ils les moyens de contrôler tout et tous, n’importe où ?

R : Oui.

Q : (L) Même si nous partons vivre en Guyane dans une hutte en rondins en pleine forêt amazonienne sans déranger personne, nous serons quand même entraînés là-dedans ?

R : Laura, où que tu ailles, tu ressentiras les effets de la tentative désespérée des Lézards pour prendre le contrôle total.

Q : (L) Voilà qui est terriblement déprimant. Comprenez-vous ?

R : Pourquoi ? Le changement suivra.

Q : (L) Suivra-t-il rapidement ?

R : Tu dérapes un peu. Reporte-toi aux Messagers de l’aube. Du défi viendra l’extase si tu adoptes la bonne perspective, laquelle ne relève pas, nous le répétons, de la réalité du 3e niveau ; tu comprends ?

Q : (L) Dans la référence que vous citez, l’auteur décrit Jeanne d’Arc en extase tandis qu’elle brûle sur le bûcher. C’est ce que vous voulez dire ?

R : En quelque sorte, mais vous n’avez pas besoin de brûler sur le bûcher.

Q : (L) Un maigre réconfort. Il y a d’autres manières de mourir.

R : Nous ne parlons pas de mort, Laura. Si tu écoutes ceux qui sont fermement ancrés dans le 3e niveau, tu risques de dégrader tes connaissances, malgré toutes les bonnes intentions, c.-à-d. LM.

Q : (L) Que voulez-vous dire à propos de LM ?

R : Guyane.

Q : (L) Que voulez-vous dire par : « du défi viendra l’extase » ? Quel genre de défi ?

R : Survivre à la tourmente qui s’annonce.

Q : (L) J’ai lu plusieurs ouvrages conseillant de déménager en zone rurale, de former des groupes, de stocker de la nourriture, etc.

R : Désinformation. Oublie ça une bonne fois pour toutes. Ce sont des absurdités du 3e niveau.

Q : (L) Nous nous sentons bien démunis, à la merci d’entités qui peuvent se nourrir de nous à loisir. Avons-nous quelqu’un de notre côté qui soutienne notre équipe, qui nous envoie de l’énergie, quelque chose ?

R : Avec qui croyez-vous communiquer ?

Q : (L) Serez-vous à même de nous aider à passer la tourmente ?

R : Oui.

Q : (L) Le ferez-vous ?

R : À vous de voir.

Q : (L) Si nous appelons, obtiendrons-nous votre assistance ?

R : Tout ce que vous avez à faire c’est de demander.

Q : (L) Risquons-nous d’être privés d’aide à un moment donné ?

R : Vous ne l’êtes jamais.

Q : (L) Oh, je ne veux pas souffrir !

R : Tu n’as pas besoin de souffrir. Arrête de penser selon le mode de 3e niveau.

Q : (L) Je ne veux pas non plus voir ceux que j’aime souffrir. Je ne veux pas de souffrance. J’ai assez souffert !

R : Tu es coincée au 3e niveau ce soir.

Q : (L) Ce n’est pas seulement ça. Il y a tellement de désinformation qu’on ne sait tout simplement pas qui croire… Je veux dire, comment savoir que nous pouvons vous croire ? Il y a tellement de sources qui se jouent de nous, et elles le font si intelligemment. Regardez la Bible… depuis 2 000 ans les gens croient que…

R : Elles se jouent de vous quand vous le permettez.

Q : (L) Je sais qu’on est censés avoir la foi pour certaines choses… mais, comprenez-vous mon problème ici ?

R : Oui, mais toi non.

Q : (L) Quel est mon problème ?

R : Blocage mental.

Q : (L) Récemment, vous avez indiqué que le chapitre 24 de Matthieu et le chapitre 21 de Luc avaient été donnés par Jésus après son état de sommeil prolongé. Maintenant, ces deux chapitres utilisent l’expression « du temps de Noé » pour désigner l’époque actuelle. Est-ce bien le cas ?

R : En un sens et les événements individuels restent encore indéterminés.

Q : (L) Bon, l’histoire de Noé nous raconte que Noé a reçu l’ordre de construire une arche.

R : Symbolique.

Q : (L) Pourtant Noé a construit une arche. Est-il vrai que certains individus, quels qu’ils soient, ont construit des bateaux ou fait des choses pour survivre à ce terrible cataclysme ?

R : Non. Envisagez-le ainsi. Noé a construit un bateau parce que ça paraissait une chose plaisante à entreprendre, et quand le déluge est survenu, cela s’est avéré utile, vous voyez ?

Q : (L) Donc, vous dites que si l’on fait ce qu’on apprécie, on sera au bon endroit au bon moment, à faire ce qu’il faut quoi qu’il arrive, c’est ça ?

R : Pas loin.

Q : (L) Vous dites qu’on sera amené à faire ce qu’on doit faire et à être là où l’on doit être ?

R : Vous serez au diapason mais si vous forcez les choses, vous courrez le risque de vous égarer.

Q : (L) Ai-je raison de croire que beaucoup de personnes qui croient faire du channeling ne canalisent en fait que des esprits errants ?

R : Parfois.

Q : (L) Est-il possible de canaliser des morts qui sont allés dans la lumière ?

R : Parfois.

Q : (L) Pourrions-nous canaliser en présence d’autres personnes afin qu’elles puissent aussi poser des questions ?

R : Oui.

Q : (L) Scarlett est-elle sous l’influence de forces étrangères ?

R : Oui.

Q : (L) Qui ?

R : Qui d’autre ? Les Lizzies.

Q : (L) Est-il acceptable selon la loi universelle de pratiquer un détachement d’esprit sur quelqu’un sans demander sa permission ?

R : Tu le fais déjà sans demander.

Q : (L) Est-ce bien de le faire sans demander ?

R : Ouvert.

Q : (L) Peut-on s’attirer des dettes karmiques si l’on fourre son nez dans ce qui ne nous regarde pas ?

R : Oui.

Q : (L) Vaudrait-il mieux ne pas le faire sans demander ?

R : Tu dois répondre en ton for intérieur.

Q : (L) Peut-on pratiquer un détachement d’esprit sur quelqu’un après avoir demandé la permission du Moi supérieur ?

R : Modes de pensée conflictuels trop nombreux.

Q : (L) Peut-on demander au Moi supérieur la permission de pratiquer un nettoyage ?

R : Fais attention à ne pas interférer avec les missions d’apprentissage karmiques.

Q : (L) Cela fait partie du karma de certaines personnes de souffrir d’attachements ?

R : Oui.

Q : (L) Revenons au sujet de la Bête et du nombre 666. Vous dites qu’un changement aura lieu après la prise de pouvoir des Lizzies sur le monde entier, est-ce bien ça ?

R : Oui.

Q : (L) Combien de temps après ?

R : Ouvert.

Q : (L) Plusieurs ouvrages prophétiques ont dit que cette période durerait 6,3 ou 7 ans. Est-ce exact ?

R : Ouvert.

Q : (L) Au sujet du 666, on m’a fait entrapercevoir une autre signification il y a plusieurs années. Cette interprétation est-elle aussi correcte ?

R : Peut-être. VI équivaut à 6 en chiffres romains. S correspondait à 6 dans l’Égypte ancienne. A était 6 en sanskrit. VISA donne 666, voyez-vous. Il est intéressant que pour de longs voyages on ait également besoin d’un « visa », non ?

Q : (L) Les autres parties du chapitre 13… Le premier verset dit ; « Puis je vis monter de la mer une bête qui avait dix cornes et sept têtes, et sur ses cornes dix diadèmes, et sur ses têtes des noms de blasphème. » Que signifie ce verset ?

R : Nombreux sens. Contrôle monétaire. 10 représente le contrôle universel de toutes les unités de valeur.

Q : (L) Donc, les dix cornes représentent des unités de valeur, nous parlons d’argent ici. Que sont les noms de blasphème sur les têtes ?

R : In God we trust.

Q : (L) « La bête que je vis était semblable à un léopard… »

R : Nouvel Ordre Mondial.

Q : (L) « Le dragon lui donna sa puissance, son trône et un grand pouvoir. » Qui est le dragon ?

R : Relis s’il te plaît.

Q : (L) « La bête que je vis était semblable à un léopard… » Que veut dire le léopard ?

R : Le léopard se déplace rapidement et les motifs de son pelage sont uniques.

Q : (L) « ses pattes étaient comme celles d’un ours… » Que représentent les pattes ?

R : Russie.

Q : (L) Pourquoi les pattes ressemblent-elles à celles d’un ours ?

R : Centre de pouvoir dissimulé dans cet emplacement géographique.

Q : (L) De quelle nature est ce centre de pouvoir ?

R : Identique aux É.-U. On ne voit pas les pieds facilement.

Q : (L) Cela veut-il dire que la Russie et les États-Unis sont unis en secret ?

R : Sous le même contrôle.

Q : S’agit-il des Lézards ?

R : À la source.

Q : (L) « et sa gueule comme la gueule d’un lion… » Que représente la gueule et pourquoi celle d’un lion ?

R : Bruyant et vantard.

Q : (L) Qui est bruyant et vantard, et comment cela va-t-il se manifester ?

R : Structure de pouvoir économique. Le lion est puissant et attire l’attention en rugissant. Qui parle haut et fort d’un nouvel ordre mondial ?

Q : (L) Les États-Unis ?

R : Pas loin. Éléments du même genre.

Q : (L) « Et (je vis) l’une de ses têtes comme frappée à mort, mais sa blessure mortelle fut guérie. Remplie d’admiration, la terre entière suivit la bête… » L’une de ses têtes comme frappée à mort, ça représente quoi ?

R : Les aliens.

Q : (L) Les aliens paraîtront être une blessure mortelle pour la Bête ?

R : Initialement.

Q : (L) « Mais sa blessure mortelle fut guérie. Remplie d’admiration, la terre entière suivit la bête… » Qu’est-ce que cela signifie ?

R : La peur de départ cède la place à l’adoration et l’admiration.

Q : (L) « Ils se prosternèrent devant le dragon, parce qu’il avait donné le pouvoir à la bête… » Qui est le dragon ?

R : Corps politique mondial.

Q : (L) Et qui est la Bête ?

R : Nouvel Ordre Mondial alias la Fraternité alias les Lézards alias l’antéchrist.

Q : (L) « Il lui fut donné une gueule qui proférait des paroles arrogantes et des blasphèmes. Et il lui fut donné le pouvoir d’agir pendant quarante-deux mois…. »

R : La durée est ouverte. Le pouvoir de proférer des paroles se passe d’explication en ce qui concerne les médias audiovisuels.

Q : (L) « Elle ouvrit sa gueule en blasphèmes contre Dieu, pour blasphémer contre son nom, son tabernacle et ceux qui l’habitent dans le ciel… » Cela signifie-t-il que ce groupe, cette Bête, va…

R : Disséminer la désinformation pour encourager l’adoration, la fidélité et l’obéissance vis-à-vis de l’antéchrist.

Q : (L) « Il lui fut donné de faire la guerre aux saints et de les vaincre. Il lui fut donné pouvoir sur toute tribu, tout peuple, toute langue et toute nation… » Cela indique-t-il des épreuves pour ceux qui refusent de se soumettre ?

R : Non. Voir réponse précédente.

Q : (L) « Et tous les habitants de la terre se prosterneront devant elle, ceux dont le nom n’a pas été inscrit sur le livre de vie de l’Agneau immolé dès la fondation du monde… » Qui sont ceux dont le nom n’a pas été inscrit sur le livre de vie ? C’est quoi le livre de vie ?

R : Superordinateur.

Q : (L) Le livre de vie de l’Agneau… ceux dont le nom n’a pas été inscrit… cela veut-il dire que ceux qui adoreront la Bête n’auront pas leur nom inscrit… cela veut-il dire qu’il y a un superordinateur qui enregistre les noms de ceux qui n’adorent pas la Bête ?

R : Oui.

Q : (L) Et qui possède ce superordinateur ?

R : La Bête. Tous les noms seront enregistrés et catégorisés en obéissant et désobéissant.

Q : (L) Qui est cet « Agneau » ?

R : La Bête.

Q : (L) « Si quelqu’un a des oreilles, qu’il entende ! Si quelqu’un est destiné à la captivité, il ira en captivité ; si quelqu’un tue par l’épée, il faut qu’il soit tué par l’épée. C’est ici la persévérance et la foi des saints (le peuple de Dieu)… » Qui est le peuple de Dieu ?

R : Tous.

Q : (L) Que veut dire : « Si quelqu’un est destiné à la captivité, il ira en captivité » ?

R : Suivez le guide.

Q : (L) S’ils suivent le guide, ils deviendront captifs, et s’ils ne le suivent pas, ils seront tués ?

R : Oui.

Q : (L) « Puis je vis monter de la terre une autre bête. Elle avait deux cornes semblables à celles d’un agneau, et elle parlait comme un dragon… » Qu’est-ce que cela signifie ?

R : Autres visages de la même entité.

Q : (L) Qu’est-ce que ça veut dire avoir deux cornes comme un agneau ? Un agneau n’a pas de cornes. Pourquoi dire qu’il a des cornes ?

R : Confusion par contradiction.

Q : (L) Et que représente l’agneau ?

R : Même visage que la Bête.

Q : (L) Que veut dire « elle parlait comme un dragon » ?

R : Idem.

Q : (L) « Elle exerce tout le pouvoir de la première bête en sa présence, et elle fait que la terre et ses habitants se prosternent devant la première bête, dont la blessure mortelle a été guérie… » On dirait qu’il y a une seconde bête différente de la première, mais vous dites que c’est seulement un autre visage de la Bête…

R : Oui. Voyez les choses ainsi : aliens un visage, Dieu un autre, le gouvernement un autre, etc.

Q : (L) Vous voulez dire que Dieu est un autre visage de la Bête ?

R : Tel qu’il est représenté par la religion.

Q : (L) « Elle opère de grands signes jusqu’à faire descendre le feu du ciel sur la terre, à la vue des hommes… » Qu’est-ce que ça veut dire ?

R : Les aliens accomplissent des « miracles ».

Q : (L) Et c’est quoi l’« image » de la Bête ?

R : Les aliens.

Q : (L) Que signifie « qui a été blessée par l’épée et qui a survécu » ?

R : Perçue comme terrifiante et donc divine.

Q : (L) « Il lui fut donné d’animer l’image de la bête, afin que l’image de la bête parle et fasse mettre à mort tous ceux qui ne se prosterneraient pas devant l’image de la bête. » Qu’est-ce que ça veut dire ?

R : Contrôle total une fois l’imposture réalisée.

Q : (L) « Elle fait que tous, les petits et les grands, les riches et les pauvres, les hommes libres et les esclaves, reçoivent une marque sur la main droite ou sur le front… » C’est quoi cette marque ?

R : Numéro d’identification visa.

Q : (L) Sera-t-il vraiment physiquement inscrit sur nos corps ?

R : Encodé.

Q : (L) Comment ? C’est ce que font les aliens quand ils enlèvent les gens ?

R : Non.

Q : (L) Comment cela va-t-il se faire ?

R : Tamponné.

Q : (L) Par quels moyens techniques ?

R : Encodage électronique. Une série de chiffres.

Q : (L) Vont-ils les placer sur notre peau ou nous les implanter dans la peau du front ou de la main… ?

R : Oui.

Q : (L) Ça veut dire qu’on devra poser la main sur un scanner électronique pour réaliser n’importe quel type de transaction monétaire ?

R : Précisément.

Q : (L) OK, il est dit : « C’est ici la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence calcule le chiffre de la bête. Car c’est un chiffre d’homme, et son chiffre est 666. » Qu’est-ce que ça veut dire ?

R : Visa, comme expliqué précédemment. Tout le monde recevra son propre nombre et ce sera un nombre Visa, le chiffre de la Bête.

Q : (L) « Je regardai, et voici l’Agneau debout sur la montagne de Sion, et avec lui 144 000 (personnes), qui avaient son nom et le nom de son Père écrits sur leur front… » Qu’est-ce que ça veut dire ?

R : Identification. L’Agneau est le comité directeur de la banque mondiale. Beaucoup penseront qu’ils adopteront la « marque » de Dieu alors qu’en fait ils seront marqués par la Bête.

Q : (L) « J’entendis du ciel une voix, comme la voix de grandes eaux, comme le bruit d’un fort coup de tonnerre ; et le son que j’entendis était comme celui de joueurs de harpes jouant de la harpe… » C’est quoi la voix du ciel, la voix de grandes eaux et le fort coup de tonnerre ?

R : Le retour du Christ.

Q : (L) « Ils chantent un cantique nouveau… Personne ne pouvait apprendre le cantique, sinon les 144 000 qui avaient été rachetés de la terre… » Vous avez dit que les 144 000 étaient les directeurs de la banque mondiale et ici il est dit qu’ils ont été rachetés de la terre au moment de la venue du Christ… il est dit : « Ce sont ceux qui ne se sont pas souillés avec des femmes, car ils sont vierges. Ils suivent l’Agneau partout où il va. Ils ont été rachetés… »

R : Symbolisme ajouté ultérieurement et ce n’est pas tout à fait exact. Les symboles ont été mélangés. Tend à encourager l’élitisme et les divisions.

Q : (L) Ces 144 000, sont-ils ce que nous appellerions des « gentils » ou des « méchants » ?

R : Les deux. Mais ce sont ceux qui ont la connaissance suprême.

Q : (L) Est-ce que ce sont des êtres humains.

R : Oui.

Q : (L) Il y aura 144 000 personnes sur Terre qui posséderont la connaissance suprême ?

R : Approximativement.

Q : (L) Faisons-nous partie de ces 144 000 ? Simple curiosité.

R : Peut-être.

Q : (L) « Et dans leur bouche il ne s’est pas trouvé de mensonge ; ils sont irréprochables. Je vis un autre ange qui volait au milieu du ciel ; il avait un Évangile éternel, pour l’annoncer aux habitants de la terre, à toute nation, tribu, langue et peuple. Il disait d’une voix forte : Craignez Dieu et donnez-lui gloire, car l’heure de son jugement est venue ; et prosternez-vous devant celui qui a fait le ciel, la terre, la mer et les sources d’eaux ! » Qu’est-ce que ça nous raconte ?

R : Ajouté ultérieurement par une source douteuse.

Q : (L) « Un autre, un second ange suivit, disant : Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande, qui a fait boire à toutes les nations du vin de la fureur de son inconduite. » Qui est Babylone et que signifie sa chute ?

R : Même réponse que précédemment.

Q : (L) « Un autre, un troisième ange les suivit, en disant d’une voix forte : Si quelqu’un se prosterne devant la bête et son image, et reçoit une marque sur le front ou sur la main, il boira, lui aussi, du vin de la fureur de Dieu, versé sans mélange dans la coupe de sa colère, et il sera tourmenté dans le feu et le soufre, devant les saints anges et devant l’Agneau… »

R : Désinformation. Destiné à engendrer peur et résistance afin que les aliens puissent se nourrir de ces émotions.

Q : (L) « Je regardai, et voici une nuée blanche, et sur la nuée était assis quelqu’un qui ressemblait à un fils d’homme. Il avait une couronne d’or sur la tête et une faucille tranchante à la main… » Est-ce que ce sont des ajouts ultérieurs ?

R : Oui.

Q : (L) « Un autre ange sortit du temple, en criant d’une voix forte à celui qui était assis sur la nuée : Lance ta faucille et moissonne, l’heure est venue de moissonner, car la moisson de la terre est mûre… »

R : Encore de la peur par désinformation.

Q : (L) Bien, j’ai comparé certains passages de l’Apocalypse avec les travaux d’Immanuel Velikovsky. Les descriptions de ces sections sont-elles exactes ?

R : Oui.

Q (L) Et ces événements se produiront après que les Lizzies auront fait leur truc, après la mise en place de Visa, et avant ou après le retour du Christ ?

R : Avant.

Q : (L) Donc, l’essaim de comètes va venir avant le retour du Christ ?

R : Oui. Mais le retour n’est qu’un événement, pas la totalité de l’affaire.

Q : (L) Y aura-t-il un grand chambardement sur la planète et peut-être la transition simultanée d’un tas de gens hors de leur corps à cause de l’interaction entre cet essaim cométaire et la Terre ?

R : Pas loin.

Q : (L) Et peu de temps après cet événement, le Christ reviendra ?

R : En tant qu’élément de l’ensemble.

Q : (L) Cela relèvera-t-il de l’action de l’essaim cométaire ?

R : Après.

Q : (L) Que fera le Christ après son retour ?

R : Enseigner.

Q : (L) Combien y aura-t-il de personnes sur la planète pour recevoir cet enseignement ?

R : Ouvert.

Q : (L) Peut-on supposer qu’elles seront six milliards ?

R : Suppose comme bon te semble.

Q : (L) Vous continuez à dire que le retour du Christ n’est qu’un élément comme s’il me manquait la question pour découvrir le plus important. Considérez cette question posée… dites-moi ce que je loupe.

R : Évident si tu as fait attention.

Q : (L) Et c’est… ?

R : La transition vers la 4e densité.

Q : (L) La transition vers la 4e densité se produira avant ou après les comètes ?

R : Après.

Q : (L) L’interaction entre les comètes et la planète Terre va-t-elle…

R : Précède la transition.

Q : (L) Cela va-t-il générer ce changement d’une manière ou d’une autre ?

R : Non.

Q : (L) Cela n’aura rien à voir avec les interactions électromagnétiques qui décupleraient les vibrations atomiques de la planète ?

R : Non.

Q : (L) Donc, les comètes vont semer la pagaille et ensuite la transition va arriver en même temps que la venue du Christ ?

R : Avant.

Q : (L) La transition aura lieu et on sera tous là, les yeux vitreux ou autre, à se demander quoi faire de nous-mêmes car on se trouvera dans un nouvel état qui nous est inconnu, et ensuite le Christ viendra ?

R : Plus ou moins.

Q : (L) Que va-t-il se passer après que le Christ soit revenu, que tout se soit arrangé et qu’il enseigne… est-ce que tout le monde sur la planète sera rassemblé en un seul endroit pour recevoir ces enseignements ?

R : Non.

Q : (L) Va-t-il voyager partout et enseigner ?

R : Technologie.

Q : (L) Il enseignera par l’intermédiaire des médias ?

R : Oui.

Q : (L) Et nous aurons toujours accès à nos médias, la télévision, la radio, etc. ?

R : Dans une certaine mesure.

Q : (L) À ce moment-là, ou juste avant la transition, est-ce que des personnes vont partir en grand nombre avec les Lizzies ?

R : Oui.

Q : (L) Un grand nombre de personnes va-t-il partir dans des villes en forme de dôme sur la planète et vivre « de mèche » avec les Lizzies ?

R : À peu près.

Q : (L) Autrement dit, sur la planète, il y aura des régions contrôlées par les Lizzies et des régions contrôlées par le Christ ?

R : Le Christ ne contrôle pas.

Q : (L) Les gens du côté des Lizzies sortiront-ils de leur ville de temps en temps pour aller « molester » les disciples du Christ ?

R : Peut-être.

Q : (L) Alors, en d’autres termes, on aura une population grandement réduite, des gens ici et là, et personne ne sera totalement uni sur la planète ?

R : Bonne nuit.

Fin de la séance

1.10 Séance du 18-octobre-1994

Séance du 18 octobre 1994

Participants : « Frank » et Laura

Q : (L) Bonjour.

R : Bonjour.

Q : (L) Pouvez-vous nous donner votre nom et faire votre déclaration introductive ?

R : Dedeba. Bonjour.

Q : (L) Êtes-vous un désincarné ?

R : Cassiopéen.

Q : (L) Pourquoi semblez-vous ne pas avoir autant d’énergie que les autres ?

R : Lent au départ. S’accumule.

Q : (L) L’un de vous a-t-il regardé par-dessus mon épaule aujourd’hui et lu les questions que j’ai préparées ?

R : Oui.

Q : (L) Êtes-vous prêt à répondre entièrement à toutes mes questions ce soir ?

R : Oui.

Q : (L) Êtes-vous un homme ou une femme ?

R : Les deux.

Q : (L) Tous les Cassiopéens sont à la fois masculin et féminin ?

R : Oui.

Q : (L) Vous reproduisez-vous quand même ?

R : Nous sommes Lumière.

Q : (L) Les Cassiopéens ont-ils déjà été dans des corps physiques ?

R : Déjà est subjectif.

Q : D’accord, en quel point de l’espace-temps avez-vous occupé des corps physiques ?

R : Avons été, sommes et seront.

Q : (L) Vous parlez de passé, de présent et de futur simultanés ?

R : Omniprésent.

Q : (L) Faites-vous partie de l’inconscient collectif, du subconscient ou de la conscience collective ?

R : Trop vague.

Q : (L) Faites-vous partie de notre conscience supérieure ?

R : De même que tout le reste.

Q : (L) Êtes-vous prêt pour mes questions et à donner des réponses utiles, car vous savez que je suis quelqu’un de pragmatique.

R : Oui.

Q : (L) N’importe qui d’autre serait-il capable de répondre au type de questions que nous posons ?

R : N’importe qui couvre un large spectre.

Q : (L) Comprenez-vous notre frustration face à un tas de sources canalisées ?

R : Oui.

Q : (L) Notre frustration vient du fait que lorsqu’une question reçoit une réponse, celle-ci est rarement, si ce n’est jamais, succincte, directe ou à propos.

R : D’où ta perspective, oui, de ne pas…

Q : (L) Existe-t-il une quelconque supériorité raciale en ce qui concerne les races sur la planète Terre ?

R : Uniquement déterminée karmiquement par la mission de confinement physique.

Q : (L) Naître d’une race ou d’une autre peut être déterminé par le karma ?

R : Oui.

Q : (L) Les Aryens/Celtes, lorsqu’ils sont venus sur cette planète depuis l’autre qui avait été détruite, étaient-ils en quoi que ce soit supérieurs aux humains déjà présents ?

R : Quelque peu.

Q : (L) Quelle était la nature de cette supériorité ?

R : Résistance.

Q : (L) Physique ou mentale ?

R : Physique.

Q : (L) Eh bien, les blonds aux yeux bleus paraissent être quelque peu plus délicats ou avoir la peau fine comparativement aux noirs par exemple.

R : Dans cet environnement en surface.

Q : (L) Quelle race terrestre est la plus ancienne ?

R : Toutes pareilles.

Q : (L) Même les Aryens/Celtes de l’autre planète ?

R : Oui.

Q : (L) Y a-t-il eu un moment dans l’histoire où Kantek, Martek et la Terre étaient toutes les trois occupées par des races conscientes qui communiquaient entre elles ?

R : Non.

Q : (L) Y a-t-il eu un moment dans l’histoire où ces trois planètes étaient habitées simultanément ?

R : Oui.

Q : (L) Pourquoi y a-t-il des races différentes ?

R : Nombreuses raisons. Créations expérimentales. En partie.

Q : (L) D’où venaient les Orientaux ?

R : Pareil que tous les autres. Résultat d’expérimentation.

Q : (L) Sont-ils nés sur cette planète ? Sont-ils originaires de cette planète ?

R : Les deux. Orientaux réservés aux âmes plus évoluées ; Aryens plus agressifs ; Nègres plus naturellement acclimatés à la fréquence vibratoire de la Terre. De même que les Amérindiens.

Q : (L) Pouvez-vous déterminer mon type génétique dominant ?

R : Caucasien.

Q : (L) Le type caucasien diffère-t-il du type aryen ou celtique ?

R : Aryen sous-groupe caucasien.

Q : (L) Pour ce qui est d’être caucasienne, est-ce que j’ai du sang de noir en moi ?

R : Légère trace.

Q : (L) Qui étaient les gens à la peau bleue décrits dans les Védas.

R : Des Aryens.

Q : (L) Les Aryens avaient initialement la peau bleue ?

R : Non.

Q : (L) Pourquoi les Védas parlent-ils de gens à la peau bleue et pourquoi y a-t-il des gens qui ont la peau bleue dans les régions reculées des Appalaches ?

R : Les blancs sont-ils vraiment « blancs » ?

Q : (L) Y a-t-il jamais eu de gens vraiment bleus ?

R : Non. Ils furent perçus comme bleus à cause de la finesse de la peau et du contraste avec la population autochtone.

Q : (L) Quelle est l’origine du swastika ?

R : Orientale. Signifiait la suprémité.

Q : (L) Adam et Ève tentaient-ils d’acquérir des connaissances pour se libérer de leur servitude lorsqu’ils ont mangé du fruit de l’arbre de la connaissance ?

R : Adam et Ève sont symboliques.

Q : (L) Mais étaient-ils esclaves et essayaient-ils de s’émanciper avec l’aide d’un « serpent » bienveillant ?

R : Pas bienveillant.

Q : (L) Étaient-ils déjà les esclaves de quelqu’un d’autre quand les Lizzies sont arrivés ?

R : Non. Ils étaient libres. Le récit symbolique d’Adam et Ève est une histoire d’incitation au faux savoir. L’arbre de la connaissance du bien et du mal était de la connaissance ciblée, confinée.

Q : (L) Le système solaire est-il une sorte d’atome géant ?

R : Non. Mais similaire ; rappelez-vous que votre connaissance des atomes est encore essentiellement théorique.

Q : (L) Les orbites des planètes pourraient-elles être décrites comme des « couches » énergétiques tout comme les couches qu’occupent les divers électrons autour d’un atome ?

R : Presque.

Q : (L) Le système solaire absorbe-t-il ou émet-il de l’énergie à différents moments de sorte que les planètes passent d’une couche à une autre ? Et la nature du système solaire se modifie-t-elle en ajoutant ou en retirant des corps ?

R : D’abord, si un système solaire ajoute ou soustrait des corps, alors évidemment il change. Ensuite, les changements fondamentaux se produisent en raison d’interaction avec des forces externes.

Q : (L) Quelles forces externes ?

R : Convergence de plan.

Q : (L) C’est quoi une convergence de plan ?

R : Ce qui arrivera à la Terre.

Q : (L) Et cela arrivera bientôt ?

R : Oui.

Q : (L) Cette convergence de plan est-elle un phénomène qui se produit fréquemment dans l’univers, la galaxie ou le système solaire ?

R : Oui.

Q : (L) Par quoi est-il provoqué ou manifesté ?

R : Passage par la frontière entre mondes.

Q : (L) C’est quoi une frontière entre mondes ?

R : Trop complexe.

Q : (L) Quelle est la source de la légende du phénix ?

R : Anciennes destruction et reconstruction indiennes.

Q : (L) Qui a créé les Lizzies ?

R : Ormethion.

Q : (L) Et qui est cet individu ?

R : Centre de pensée.

Q : (L) Situé où ?

R : Partout.

Q : (L) Pouvez-vous nous donner un autre indice ?

R : Autre secteur de réalité.

Q : (L) Est-ce un être doué de perception et de conscience de soi qui a créé les Lizzies ?

R : Oui et non.

Q : (L) Cet individu est-il l’un de ceux que vous avez appelés des Passagers Transitoires ?

R : Non.

Q : (L) Est-ce semblable ?

R : Non.

Q : (L) Et qui a donc créé cet Ormethion ?

R : Pas être ; centre de pensée.

Q : (L) Centre de pensée de quoi ?

R : Trop complexe.

Q : (L) Qui est apparu à Ézéchiel ?

R : Les Lézards.

Q : (L) Qu’attendez-vous que nous fassions de toutes ces informations ?

R : Les mettre en livre.

Q : (L) Une suggestion pour le titre ?

R : À vous de voir.

Q : (L) Devrions-nous les diffuser progressivement ? Certaines informations sont plutôt dures.

R : Toutes d’un coup.

Q : (L) N’y a-t-il qu’un seul créateur ultime de l’univers ?

R : Tout est un. Et un est tout.

Q : (L) Quelle division a d’abord émergé de l’Un ?

R : Division et dispersion massives.

Q : (L) Était-ce simultané ?

R : Oui.

Q : (L) Était-ce ce qu’on appelle le Big Bang ?

R : Oui.

Q : (L) Y a-t-il la moindre référence à cet événement en termes temporels ?

R : Toujours.

Q : (L) Peut-on dire que tout ce qui existe dans l’univers matériel a, disons, « x » nombre d’années ?

R : Non. C’est le présent éternel. Non seulement c’est arrivé, mais c’est en train d’arriver, et cela va arriver. La présence élargie.

Q : (L) Quelle est la véritable source de la Fraternité du Serpent en matière de membres humains ?

R : Adam et Ève.

Q : (L) Adam et Ève étaient de vraies personnes ?

R : Non.

Q : (L) Un groupe de personnes ?

R : Changement du mode de pensée de ne pas céder à la tentation.

Q : (L) Qui ou quoi étaient ces gens ? Dans quel pays vivaient-ils ?

R : Tous les gens. Croisement de la frontière entre mondes.

Q : (L) Vous voulez dire que c’est arrivé à un moment où des mondes se sont percutés ou se sont croisés ?

R : Oui.

Q : (L) Cela impliquait-il une sorte de guerre entre un groupe d’êtres et un autre groupe ?

R : Le croisement de mondes a de nombreuses manifestations.

Q : (L) Donc, autrement dit, si ce n’avait pas été les Lizzies, cela aurait été quelqu’un d’autre ?

R : Oui.

Q : (L) Était-ce simplement en quelque sorte voué à se produire ?

R : Oui.

Q : (L) Cela fait juste partie d’un grand drame cosmique ?

R : Oui.

Q : (L) Le créateur ultime a-t-il conscience de lui-même ?

R : Oui et non.

Q : (L) Les événements qui se produisent dans notre univers se produisent simplement, en quelque sorte ?

R : Pas loin.

Q : (L) Existe-t-il d’autres univers en dehors du nôtre ?

R : Oui.

Q : (L) Et ces autres univers dérivent aussi de « notre » créateur ultime ?

R : Oui.

Q : (L) Peut-on comptabiliser ces univers ?

R : Compter est un concept artificiellement limitatif.

Q : (L) Le nombre d’univers est-il illimité ?

R : En un sens.

Q : (L) Les univers se percutent-ils parfois ?

R : Trop complexe.

Fin de la séance

1.11 Séance du 19-octobre-1994

Séance du 19 octobre 1994

Participants : « Frank » et Laura

Q : (L) Bonjour.

R : Bonjour.

Q : (L) Y a-t-il quelqu’un avec nous ce soir ?

R : Nous sommes toujours avec vous.

Q : (L) À qui parlons-nous aujourd’hui ?

R : Nonigera.

Q : (L) Est-il vrai que quand on interroge un individu sous hypnose à propos d’un scénario d’enlèvement et qu’on lui demande d’essayer de se brancher sur les aliens… est-ce qu’on peut faire cela ?

R : Oui. L’individu est conscient à tous les niveaux et les informations que tu cherches étaient connues à l’époque. Les questions que tu poses sont simplement un accès à de l’information qui se trouve déjà à un certain niveau de conscience. Budd Hopkins et David Jacobs sont trop rigides.

Q : (L) Pourquoi Mike F pense-t-il que les gens essayent de s’interposer entre lui et Scarlett ? [Mike F était un expert autoproclamé en ufologie et en abductions qui s’était « emparé » du cas d’enlèvement de Scarlett, comme je le raconte dans l’Onde.]

R : Paranoïa.

Q : (L) Mike F entretient-il des relations physiques avec Scarlett ?

R : Essaye.

Q : (L) Pourquoi Scarlett est-elle subitement devenue glaciale envers tout et tout le monde ?

R : Embarras.

Q : (L) À propos de quoi ?

R : Crème.

Q : (L) Parce qu’elle a fait marche arrière dans cette affaire de crème ? [Scarlett avait eu l’idée de fabriquer et de vendre une crème pour le visage. Beaucoup de gens s’étaient impliqués et avaient investi dans cette affaire qui fut un fiasco.]

R : Pas loin.

Q : (L) Bon, embarrassée dans quel sens ?

R : A réalisé à quel point elle avait l’air stupide et aussi hypocrite. Généralement, quand quelqu’un cesse tout contact avec vous, c’est par embarras.

Q : (L) Pourquoi a-t-elle arrêté de contacter V__ [une amie commune qui assistait aux séances à l’occasion] ?

R : V__ est liée à toi.

Q : (L) Scarlett a-t-elle de graves problèmes en ce moment [c.-à-d. plus d’enlèvements, avec les répercussions émotionnelles que cela entraîne] ?

R : Scarlett a des problèmes qu’elle considère comme graves.

Q : (L) Mais ils ne le sont pas, c’est ça ?

R : Subjectif.

Q : (L) Que ressent vraiment John W vis-à-vis de moi et de Frank ? [JW est le cousin évoqué dans Amazing Grace.]

R : Doute de ton intention.

Q : (L) À quel égard ? Il croit que je manigance quelque chose ?

R : Pense que tu es versatile.

Q : (L) Le suis-je ?

R : Subjectif.

Q : (L) Quels sont ses sentiments envers Frank ?

R : Lui en veut.

Q : (L) Pourquoi ?

R : Intelligence.

Q : (L) Quels sont les intentions de John W envers moi ?

R : Faire de toi un disciple.

Q : (L) Est-il jaloux ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce parce que Frank a un tempérament fort ?

R : Oui. Il ne veut que des disciples.

Q : (L) Je vous demande de m’aider là.

R : Ne pouvons aider pour les processus karmiques de niveau 1.

Q : (L) C’est quoi un processus karmique de niveau 1 ?

R : Leçon ou mission prédestinée majeure.

Q : (L) Est-ce que Frank et moi traversons tout cela actuellement pour créer un certain changement dans notre état d’être ou nos vies… [Fondamentalement, nous découvrions que tous ceux que nous rencontrions et qui étaient impliqués dans la recherche sur les OVNI/aliens étaient un groupe des dérangés ; visage à deux visages, des traîtres, et des égocentriques cinglés !]

R : Pour ouvrir les souvenirs, enregistrement psychique.

Q : (L) Avons-nous vécu ces expériences dans d’autres vies ?

R : Oui.

Q : (L) Quand on pratique ce channeling, est-ce que cela magnétise nos corps et apporte des bénéfices dans nos vies ?

R : Oui.

Q : (L) Ce travail est-il une mission prédestinée ?

R : Oui.

Q : (L) Si l’on est en train d’accomplir son destin en remplissant une mission, l’univers ne peut-il pas satisfaire nos besoins ?

R : Oui.

Q : (L) En fait, cela va-t-il nous arriver à tous les deux si l’on se concentre sur ce travail ?

R : Si vous persistez dans vos efforts.

Q : (L) Donc, tout ce qu’on fait maintenant…

R : Et coordonnez équitablement l’apport de chacun.

Q : (L) Scarlett s’est-elle fait de l’argent en vendant ses bijoux ?

R : Non.

Q : (L) Que pense Scarlett de Frank ?

R : Son intelligence supérieure lui déplaît.

Q : (L) Moi ?

R : Même ressentiment. Pense que tu es bizarre.

Q : (L) Que pense réellement AB de moi ? [Un type de St Pete qui prétendait être l’initié au plus haut niveau de la Golden Dawn de toute la Floride. Mais à mon sens, c’était loin d’être une lumière.]

R : Ressentiment envers ta puissance.

Q : (L) CH ?

R : Craint ton pouvoir. On la fourvoie.

Q : (L) Très bien, merci de votre aide.

R : Bonne nuit.

Fin de la séance

1.12 Séance du 20-octobre-1994

Séance du 20 octobre 1994

Participants : « Frank », Laura, V__

Q : (L) Bonjour.

R : Bonjour.

Q : (L) Qui est avec nous ce soir ?

R : Elminoia.

Q : (L) Et d’où venez-vous ?

R : Cassiopée.

Q : (L) L’année dernière, V__ et moi sommes allées voir C__, une chirurgienne psychique. Cette personne est-elle fiable ?

R : Pas de la façon présentée.

Q : (L) Est-ce qu’elle insère réellement sa main dans le corps pour faire ce qu’elle prétend ?

R : Non.

Q : (L) C’est tout du chiqué ?

R : Délirant.

Q : (L) D’où vient l’eau rouge sang ?

R : Supercherie.

Q : (L) La Révérende Rita sait-elle qu’elle [la chirurgienne psychique] est un escroc ? [La Révérende Rita était la grande patronne de l’église spiritualiste/métaphysique du coin, comme je l’ai expliqué dans Amazing Grace et l’Onde. ]

R : Non. Elle la croit.

Q : (L) Lorsque cette femme travaille sur quelqu’un, se produit-il une quelconque activité psychique ?

R : Oui.

Q : (L) De quelle nature ?

R : Transfert d’énergie.

Q : (L) Quelle est la source ou l’origine de cette énergie ?

R : Intense concentration de pouvoir psychique de la pensée.

Q : (L) N’est-elle pas influencée par des entités négatives comme les Lizzies ou autres ?

R : Un peu, à des fins de confusion.

Q : (L) Donc C__ travaille avec l’énergie des Lizzies ?

R : Dans une certaine mesure.

Q : (L) Quelle est la force ou le fond de R__, G, J, et les autres ?

R : Bidon, mais une guérison sincère se produit en raison de la foi.

Q : (L) Lors de cet incident au printemps chez Ann B, quand le Révérend B est arrivé et m’a en quelque sorte zigouillée, qui ou quoi était à l’origine de cet acte et qu’a-t-il fait ? [Cet épisode est décrit dans Amazing Grace et l’Onde.]

R : Des énergies sombres de nature terrestre ont été temporairement concentrées sur toi.

Q : (L) Quelle était l’intention ?

R : Blesser par jalousie.

Q : (L) Voulaient-ils me tuer ?

R : Faire mal.

Q : (L) Qui a persuadé ce Révérend B__ d’agir ainsi ?

R : Rita.

Q : (L) Personne d’autre n’était impliqué dans cette décision ?

R : Scarlett.

Q : (L) Pourquoi ?

R : Réaction de peur face au dépassement de l’influence qu’elle désirait.

Q : (L) Ann B fréquente-t-elle à nouveau les personnages de cette église métaphysique ?

R : Oui.

Q : (L) Que manigancent-ils ?

R : Étranges modes de pensée.

Q : (L) Pourquoi B__ a-t-elle appelé V__ l’autre jour ?

R : Pour essayer de l’éloigner de toi et de Frank.

Q : (L) Pourquoi B__ pense-t-elle qu’elle doit éloigner V__ de moi et de Frank ?

R : Ton influence est puissante comme celle de Frank.

Q : (L) Que ces gens croient-ils que nous sommes pour se comporter aussi cruellement et craintivement envers nous ?

R : Désapprouvent vos connaissances.

Q : (L) Bon, c’est quoi l’histoire ici ? Suis-je complètement à côté de la plaque ? Ou Laura a-t-elle raison et eux, tort ?

R : Pas loin. Tu es bien plus près qu’eux de l’ultime vérité.

Q : (L) Jeannie est-elle une bonne médium ?

R : Comme tante Clara dans Ma sorcière bien aimée.

Q : (L) Comment les aliens contrôlent-ils les gens ?

R : Lesquels ?

Q : (L) Combien j’ai de choix ?

R : Ouvert.

Q : (L) Bon, comment font les Gris et les Lizzies ?

R : Interférence mentale et corporelle avec structures de réponse électrique.

Q : (L) Peuvent-ils le faire à distance ?

R : Moins efficace.

Q : (L) Donc ils doivent travailler directement sur vous ou être matériellement en contact avec vous d’une manière ou d’une autre ?

R : Oui.

Q : (L) Y a-t-il d’autres aliens sur la planète qui enlèvent des gens ?

R : Beaucoup moins souvent.

Q : (L) C’était quoi le boomerang volant que les gosses et moi avons vu l’année dernière ?

R : Station de réalité multiple projetée par les Lézards.

Q : (L) Ont-ils délibérément survolé ma maison pour que je les vois ?

R : Oui.

Q : (L) Dans quel but se sont-ils montrés à moi ?

R : Te rendre consciente de leur existence.

Q : (L) Pourquoi voulaient-ils me rendre consciente de leur existence ?

R : C’est une situation extrêmement complexe.

Q : (L) Cette petite vague d’observations qui s’est produite dans le comté de Pasco au printemps 1993, est-elle arrivée à cause de nos activités à Frank et à moi ?

R : Oui.

Q : (L) Y avait-il un vaisseau au-dessus de ma maison la nuit où j’ai hypnotisé Pat Z ?

R : Écoute des stimuli visuels depuis les implants. Et les implants de Z ont alerté le vaisseau sentinelle des Gris et des Lizzies.

Q : (L) Pat Z__ est-elle sous le contrôle des Lizzies ?

R : Oui.

Q : (L) Combien de gens ne sont pas sous le contrôle des Lizzies de nos jours ?!

R : Ouvert.

Q : (L) Nous aimerions connaître l’origine des gitans ?

R : Épissage de gènes. Esclaves de forces obscures.

Q : (L) Qui sont ces forces obscures ?

R : Les mêmes.

Q : (L) Que quoi ?

R : La Fraternité.

Q : (L) Cette Fraternité est-elle constituée de Lizzies et de divers êtres humains ?

R : Oui.

Q : (L) Si les gènes des gitans ont été épissés, ils l’ont été avec les gènes de qui ?

R : Race alien, humanoïde et employés modèles atlantes.

Q : (L) C’était quoi les employés modèles atlantes ?

R : Des esclaves contrôlés par cristaux.

Q : (L) Pourquoi les gitans restent-ils aussi solidaires ? C’est programmé génétiquement ?

R : Oui. Et contrôle mental.

Q : (L) Il existe des légendes de créatures semi-humaines, des minotaures, des centaures, etc. Ces créatures ont-elles existé ?

R : Expériences de bêtes en Atlantide. VG est en partie gitane. Le cache.

Q : (L) Le sait-elle ?

R : En partie.

Q : Qui a construit la cité de Baalbek ?

R : Les Antéréens et les premiers Sumériens. Nous voulons dire les Atlantes. [Qui sont les Antéréens ?]

Q : (L) Pourquoi cette construction a-t-elle des proportions aussi énormes ?

R : Géants.

Q : (L) Qui étaient ces géants ?

R : Effort génétique de recréer les Nephalim.

Q : (L) Les Atlantes et les Sumériens ont-ils réussi à recréer les Néphilim ?

R : Non.

Q : (L) Pourquoi ont-ils bâti cette cité immense ?

R : Sujets retardés.

Q : (L) Les résultats de leurs efforts ont été retardés ?

R : Oui.

Q : (L) Pourquoi ont-ils bâti cette cité immense ?

R : En anticipation du succès.

Q : (L) Pourquoi quelqu’un irait construire une cité des proportions de Baalbek par anticipation d’un projet génétique qui pourrait prendre des années à se réaliser ?

R : Projet n’a pris que trois ans. Cycle de croissance accélérée par procédure de réplication hormonale nucléaire. Raison de l’échec.

Q : (L) C’est pour cela que ça a échoué, à cause de la croissance accélérée ?

R : N’a pas fonctionné correctement.

Q : (L) Quels moyens techniques ont-ils utilisés pour tailler les pierres et les transporter ?

R : Focalisation d’ondes sonores.

Q : (L) Qu’est-ce qui a interrompu ou arrêté la construction de cette cité ?

R : Première apparition et passage de Vénus.

Q : (L) En quelle année ce projet a-t-il été stoppé ?

R : 3218 avant J. C.

Q : (L) Qui a bâti la cité de Mohenjo Daro ?

R : Les Lézards directement. Légende de Coatzlmundi directement liée à cela, regardez maintenant les illustrations sur les pierres.

Q : (L) Qui est Coatzlmundi ?

R : Autre déité des Lézards adorée par les Atlantes et leurs descendants en raison du contact direct avec les humains depuis 1000 ans.

Q : (L) Vous dites que Mohenjo Daro a été construite directement par les Lézards. Habitaient-ils eux-mêmes cette ville ?

R : Non.

Q : (L) Quand cette cité a-t-elle été pour la dernière fois habitée de manière continue ?

R : Il y a 3 065 ans.

Q : (L) Quand a-t-elle été construite ?

R : Il y a 6 092 ans.

Q : (L) Je voudrais revenir au sujet des Nephilim. Vous avez dit que les Nephilim étaient un groupe de types humanoïdes apportés ici sur la Terre pour servir d’hommes de main, est-ce exact ?

R : Oui.

Q : (L) Quand ont-ils été amenés ici ?

R : 9046 avant J. C. une référence.

Q : (L) C’étaient des géants, c’est bien ça ?

R : Oui.

Q : (L) Ils ont été présentés aux gens comme des représentants, ou des « fils » de Dieu, c’est cela ?

R : Oui.

Q : (L) Vous dites que ces gars faisaient entre 3 et 4 mètres de haut…

R : Oui.

Q : (L) Vous et la littérature antique disent que ces fils de dieu se sont unis à des femmes humaines, est-ce exact ?

R : Oui.

Q : (L) Ont-ils fait cela comme aujourd’hui, c’est-à-dire, avec des rapports sexuels ?

R : Non.

Q : (L) Comment ont-ils fait ?

R : Insémination forcée.

Q : (L) Donc, il s’agissait d’insémination artificielle ?

R : À peu près.

Q : (L) Ces êtres étaient-ils comme nous, y compris au niveau de leur appareil génital ?

R : Presque.

Q : (L) Des différences significatives ?

R : Trois gonades.

Q : (L) Et sinon leur appareil génital était semblable ?

R : Oui.

Q : (L) Se sont-ils accouplés avec des femmes humaines d’une façon normale à un quelconque moment ?

R : Non.

Q : Pourquoi cela ?

R : Différence de taille.

Q : (L) Juste par curiosité, combien de différence en taille ?

R : 60 cm de long.

Q : (L) Étaient-ils circoncis ?

R : Non.

Q : (L) Quelle était l’origine de la pratique de la circoncision ?

R : Identique à toutes les traditions hygiéniques judaïques.

Q : (L) D’où viennent les Tibétains ?

R : Asie.

Q : (L) Étaient-ils spéciaux d’une manière ou d’une autre ? Des hybrides ou autre ?

R : Non. Tous sont hybrides. À un moment ou l’autre.

Q : (L) Quelle est l’origine des Nubiens ?

R : Chaîne Caucase.

Q : (L) Comment se fait-il qu’ils soient aussi noirs ?

R : Mélange génétique.

Q : (L) Avec quoi ? Rien de particulier à leur sujet ?

R : Indigènes indiens de l’Est.

Q : (L) Qui était la Reine de Saba ?

R : Inventée.

Q : (L) Une grande reine est-elle venue rendre visite au roi Salomon ?

R : Influence alien.

Q : (L) Qui était Arjuna ?

R : Comme Saba.

Q : (L) Qui est Shiva ?

R : Idem.

Q : (L) Rama ?

R : Indien. Grand prêtre influencé par la Confédération.

Q : (L) Est-ce Ormethion que les Lizzies vénèrent ?

R : Pas loin.

Q : (L) Qui vénèrent-ils ? Qu’appellent-ils leur dieu ?

R : Univers physique.

Q : (L) L’univers physique est leur dieu ?

R : Oui.

Q : (L) Qu’est-il arrivé à KW ? [Une petite fille qui avait disparue dans un autre état.]

R : Tuée.

Q : (L) Par qui ?

R : Humain dément prénommé Carl.

Q : (L) Qu’est-il arrivé à Dale W et Clarke S ? [Deux hommes du coin qui avaient disparu sans laisser de trace plusieurs années auparavant.]

R : Enlevés par des aliens pour expérimentation.

Q : (L) Ont-ils été tués au cours de ces expériences ?

R : Oui.

Q : (L) Comment les murs de Jéricho ont-ils été abattus ?

R : Tremblement de terre.

Q : (L) Qu’est-il arrivé à l’armée de Sennachérib ?

R : Détruite par les Lézards par concentration énergétique de rayons cosmiques.

Q : (L) Un son peut-il tuer ?

R : Oui. N’importe quoi d’adéquatement concentré peut tuer.

Q : (L) Existe-t-il des mots dont la simple prononciation peut tuer ?

R : Non.

Q : (L) Existe-t-il des mots puissants dont la prononciation invoque des énergies ?

R : Peut-être.

Q : (L) Pourriez-vous nous en dire un ?

R : Non. Vous pourriez l’utiliser imprudemment.

Q : (L) Sitchin dit que la pyramide a été construite afin de faire office de système de repérage permanent pour indiquer les planètes de notre système solaire. Pouvez-vous commenter s’il vous plaît ?

R : Elle n’a pas été construite pour ça.

Q : (L) Qui était Jéhovah ?

R : Projection des Lézards.

Q : (L) C’est quoi la prêtrise de Melchisédech ?

R : Faux rite.

Q : (L) Y a-t-il un véritable ordre de prêtres auquel appartenait le Melchisédech original ?

R : Oui.

Q : (L) J’ai vécu une expérience sous hypnose il y a plusieurs années dans les montagnes de Caroline du Nord. C’était quoi ? [Décrit dans Amazing Grace et l’Onde.]

R : Réveil de mémoire de l’âme.

Q : (L) Quelle était la signification du collier ?

R : Symbolique de la capacité à communiquer la connaissance suprême.

Q : (L) Je me souviens maintenant d’une autre expérience sur le bateau. C’était quoi cet événement ? [Le « Tour en bateau à Damas », décrit dans Amazing Grace.]

R : Semblable.

Q : (L) Quelle était la source de ces deux événements ?

R : Nous.

Q : (L) Très bien, un autre événement lors d’une méditation suivi par un épisode de pleurs intenses. Quel était cet incident ?

R : Nettoyage de l’âme.

Q : (L) La source ?

R : Nous, te débarrassant de sombres influences.

Q : Quand les Aryens ont-ils envahi l’Inde ?

R : Il y a 8 243 ans.

Q : (L) Qui se trouvait là-bas auparavant ?

R : Des tribus asiatiques et prototype numéro 3.

Q : Qu’est-ce qu’un prototype numéro 3 ?

R : Connu sous le nom d’homme de Neandertal.

Q : (L) Et que sommes-nous ?

R : Numéro 4 types C et D. Traduction en termes anglais.

Q : (L) Les Aryens/Celtes étaient-ils les géants originels ?

R : Non.

Q : (L) Les hommes blancs qui ont été vus en Amérique du Sud, ont parlé aux tribus qui étaient là, ont promis de revenir un jour et ont été adorés comme des dieux, qui étaient-ils ?

R : Égyptiens et descendants des Atlantes.

Q : (L) Qu’ont fait les Atlantes pour nous infliger un tel karma de sorte que les Gris et les Lizzies…

R : Vénéraient et servaient le Soi à l’extrême.

Q : (L) Le fait de canaliser change-t-il réellement notre génétique, notre ADN, ou quelque élément de notre être d’une manière dont nous ne sommes même pas conscients ?

R : De façon constante, oui.

Q : (L) Ce channeling aura-t-il des effets sur nous qui entraîneront des changements dans nos vies et notre façon de vivre ?

R : Oui.

Q : (L) Se consacrer à ce travail aura-t-il des effets bénéfiques sur nos vies ?

R : Oui.

Q : (L) Si l’on s’y investit, cela veut-il dire qu’on sera protégés ou qu’on prendra soin de nous d’une manière ou d’une autre ?

R : Pas loin.

Q : (L) Lors d’une séance précédente où S__ était là, nous avons reçu des informations horribles comme quoi des morceaux d’organes seraient prélevés sur des enfants, etc. Quelle en était la source ? Venaient-elles de vous ?

R : Oui. Pardon pour le choc, mais nécessaire pour amplifier le canal.

Q : (L) Vous dites que les Orions ou les Lézards tentent de… Orions ou Lézards, c’est synonyme ?

R : Presque.

Q : (L) OK. Vous dites que ces êtres tentent de créer une nouvelle race. Pourquoi veulent-ils ou ont-ils besoin de créer une nouvelle race ?

R : La leur ne les satisfait plus.

Q : (L) Au cours de la séance du 30 juillet, lorsqu’on vous a demandé d’où vous veniez, vous avez répondu Corsoca, c’est bien ça ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce une planète ?

R : Non.

Q : (L) C’est quoi Corsoca ?

R : Point de confluence énergétique entre mondes qui reflète le localisateur lorsque nous étions au 3e niveau.

Q : (L) Quand Frank et moi canalisons ensemble, est-ce différent d’un channeling réalisé par Frank uniquement ?

R : Oui.

Q : (L) Bien, lorsqu’on canalise ensemble avec la planche, où vous trouvez-vous dans l’espace-temps par rapport à nous qui sommes assis ici ?

R : Au-dessus à 10 000 kilomètres à la limite entre 3 mondes.

Q : (L) Revenons sur le fait que vous avez dit que si l’on vous appelait à l’aide, vous viendriez si l’on demande. Y a-t-il une manière spéciale d’appeler et comment savoir si vous répondez ?

R : Le sentirez.

Fin de la séance

1.13 Séance du 22-octobre-1994

Séance du 22 octobre 1994

Channeling direct avec « Frank » sous hypnose. Participants : Laura, Terry, Jan

Cette séance expérimentale fut entreprise car Frank continuait à insister pour essayer de cette façon. Les informations semblent être très bonnes, et j’ai exposé ailleurs que Frank était un médium extrêmement talentueux qui pouvait regarder la paume de votre main, se brancher sur vous d’une manière ou d’une autre, et énoncer toutes sortes de choses étonnamment exactes — non parce qu’elles lui venaient d’une source extérieure, mais parce qu’il les extrayait de l’individu pour lequel il « canalisait ». Il semble donc que cette séance ne soit qu’une version améliorée de ce genre de procédé : j’avais mes questions et il soutirait ces informations en quelque sorte à travers moi. Donc, comme je l’ai indiqué, les informations sont bonnes — mais la plupart restent invérifiables — ce que j’ai compris comme étant une tactique des entités négatives: vous donner de bonnes infos pour que vous soyez accroché, puis lentement déformer et transformer les messages. Nous pouvions déjà voir ce processus dans cette séance. Tout ce que je peux dire, c’est qu’il vous aurait fallu être là pour comprendre pourquoi personne d’autre n’aimait cela. Le ton et l’attitude de Frank avaient une fine « nuance » parfaitement déplaisante. Nous nous sommes tous sentis quelque peu envahis. Remarquez également la loquacité. Nous avons tous eu le sentiment que si cette pratique continuait, le résultat final ne serait qu’une salade de mots.

Q : (L) Qui est avec nous ?

R : Enduanda et Alorra. [Il est intéressant que deux « sources d’énergie » soient nommées.]

Q : (L) Quelle est la signification du séisme qui s’est produit il y a quelques mois à 650 km de profondeur et qui a été qualifié de séisme super profond ?

R : Un déplacement de magma provoqué par un échauffement progressif de l’intérieur. Simple partie d’un cycle périodique.

Q : (L) D’autres commentaires à ce sujet ?

R : Non.

Q : (L) Nous aimerions avoir des commentaires à propos des bruits sourds qui auraient été entendus au large de la Californie.

R : Expansion d’une base.

Q : (L) Quel type de base ?

R : Il s’agit d’un centre de transfert pour ces êtres connus sous le nom de Gris.

Q : (L) Et c’était quoi ces bruits sourds ?

R : Ils l’agrandissent.

Q : (L) C’est un chantier de construction ?

R : Oui sauf qu’ils utilisent des ondes sonores pour désintégrer la roche dans la croûte sous l’océan. Cette désintégration fait que la structure atomique des particules se désintègre pour complètement disparaître, ce qui explique pourquoi ces sons sont entendus avec ce rythme particulier.

Q : (L) D’autres commentaires ?

R : Le gouvernement étasunien a vaguement conscience de ce qui se passe là-bas. Ils sont suspicieux.

Q : (L) Quelle était la source de la connaissance à laquelle accédait Edgar Cayce ?

R : Eh bien, il avait une composition biochimique unique qui permettait une ouverture et une fermeture faciles de sa conscience vis-à-vis de sources externes, sans interférence avec son flux électromagnétique. C’est une situation unique et très inhabituelle. Cela s’est manifesté la première fois quand il a appelé à l’aide. S’il n’avait pas demandé l’aide d’une source supérieure, peut-être qu’il n’aurait jamais pris conscience de ses capacités.

Q : (L) Quelle est la source de la connaissance du Lama Singh ?

R : Le Lama Singh a étudié longuement et intensément les domaines métaphysiques par la méditation et autres spécialités, et par conséquent une porte ou un canal a pu être volontairement ouvert. Cela nécessite la coopération de l’hôte et ce canal ne s’ouvre ou ne se ferme pas aussi facilement que dans le cas de Cayce.

Q : (L) En termes de niveaux d’accès, lequel des deux avait accès au plus grand champ de sujets ou d’informations ?

R : En fait, Cayce accédait à une source quelque peu différente, mais le niveau d’exactitude global et le niveau d’intensité global étaient plus grands chez Cayce.

Q : (L) Et par rapport au niveau de connaissance cassiopéen, comment se situeraient Cayce et le Lama Singh ?

R : Le niveau d’accès est beaucoup plus grand et étendu.

Q : (L) Quand et comment la planète Terre a-t-elle acquis sa lune ?

R : Fut causé par le passage régulier d’un large essaim cométaire qui a provoqué une perturbation gravitationnelle permettant à un large morceau de la surface d’origine de la Terre, qui était un peu moins solide en ce point de l’espace-temps, de se détacher du corps principal et d’adopter une orbite fixe autour du corps principal.

Q : (L) Quand cela s’est-il produit ?

R : Cela s’est produit il y a approximativement 3 milliards d’années.

Q : (L) Un être spirituel peut-il être pris au piège de la matière physique ?

R : C’est possible mais très improbable.

Q : (L) Les êtres humains sont-ils pris au piège dans la matière physique ?

R : Par choix.

Q : (L) Pourquoi ont-ils fait ce choix ?

R : Pour éprouver des sensations physiques. C’était une décision spirituelle collective.

Q : (L) Qui était responsable du groupe ?

R : Le groupe.

Q : (L) L’interaction entre l’esprit/l’âme et le corps physique produit-elle quelque chose que d’autres entités convoitent ?

R : Eh bien, tout a des conséquences désirables et des conséquences indésirables ; mais nous devons également mentionner ici que tout ce qui existe, dans tous les mondes de l’univers, peut faire l’expérience de l’existence de deux manières uniquement. On pourrait dire qu’il y a un cycle à ondes longues et un cycle à ondes courtes. Pour revenir à ta question de savoir pourquoi les êtres humains sont « piégés » dans l’existence physique, ce qui est bien sûr volontaire et choisi, cela est dû à un désir d’échanger l’expérience du cycle à ondes longues (ce que vous qualifieriez d’existence éthérique ou spirituelle) contre l’expérience du cycle à ondes courtes (que vous qualifieriez d’existence physique). La différence est que le cycle à ondes longues implique une évolution très progressive et cyclique. Tandis que le cycle à ondes courtes implique une dualité. Et c’est ce cycle dont font l’expérience les âmes incarnées dans des corps physiques sur le plan terrestre, car l’âme vit dans un état éthérique pendant la moitié du cycle, et dans un état physique pendant l’autre moitié du cycle. Bien que la durée de ces moitiés ne soit pas mesurable selon vos critères temporels, chaque moitié est équivalente en termes d’expérience. La nécessité de former un cycle à ondes courtes est apparue du fait de la nature, dans le cadre des limites naturelles de l’univers, lorsque l’esprit de ce groupe d’âmes a choisi de faire l’expérience de la physicalité, par opposition à une existence entièrement éthérique.

Q : (L) Est-ce qu’un sous-produit résulte de cette interaction ?

R : Il en résulte en parts égales deux sous-produits, l’un de nature positive, l’autre de nature négative.

Q : (L) Et quels sont ces sous-produits ?

R : Lequel veux-tu connaître en premier ?

Q : (L) Celui de nature positive.

R : Le sous-produit de nature positive est une augmentation de l’énergie relative qui accélère le processus d’apprentissage de l’âme et de tous les partenaires de 1e et 2e densités qui sont en interaction avec elle. Autrement dit, la flore, la faune, les minéraux, etc. Tous font l’expérience d’une croissance et d’un mouvement plus rapides vers la réunion, grâce à ce transfert dans le cycle physique/éthérique à ondes courtes. Quant à celui de nature négative, cela produit également de nombreuses expériences négatives pour ces mêmes entités qui sinon n’existeraient pas car, étant du premier et du second niveaux, la flore et la faune devraient normalement faire l’expérience d’un cycle long ou à ondes longues sur le plan physique au lieu du cycle physique et éthérique à ondes courtes qui est désormais le leur en raison de leur interaction avec l’espèce humaine dans son cycle éthérique/physique à ondes courtes.

Q : (L) Il a été dit précédemment que certains aliens enlèvent des êtres humains et les mettent cruellement à mort en les torturant afin de générer un « transfert maximal d’énergie » . Quel est donc ce transfert maximal d’énergie qui s’effectuerait au cours de la longue et lente agonie provoquée par les tortures ?

R : La peur et l’anxiété extrêmes accumulent une énergie de nature négative qui alimente les êtres dont tu parles, parce qu’ils en tirent une sorte de « carburant » qui leur permet de subsister ; c’est l’une des formes de leur alimentation, basée sur leur structure métabolique.

Q : (L) Quelle est leur structure métabolique ?

R : Voilà qui est fort complexe et difficile à décrire, parce que nous parlons du 4e niveau de densité, et vous ne pouvez pas l’appréhender. Mais une partie de la raison de leur existence au 4e niveau est leur capacité à se nourrir tant par des méthodes éthériques que physiques. C’est pourquoi l’on peut dire que ce transfert d’énergie représente leur méthode éthérique d’alimentation, tandis qu’ils en ont d’autres, qui sont physiques.

Q : (L) Quelles sont ces autres méthodes ?

R : Eh bien, boire du sang, par exemple, et des produits dérivés du sang.

Q : (L) Ils font ça ?

R : Oui, mais la façon dont ils les ingèrent est différente de ce que tu pourrais imaginer. Ils les absorbent par les pores.

Q : (L) De quelle manière ?

R : En se baignant dedans, en absorbant les composants nécessaires, et puis en se débarrassant de ce qui reste.

Q : (L) Arthur Clarke a-t-il canalisé Les enfants d’Icare ?

R : Non. Utilisé l’imagination.

Q : (L) L’amnésie liée aux abductions est-elle délibérément induite ou résulte-t-elle de l’incapacité de l’esprit à gérer cet événement ?

R : C’est un mélange des deux à parts égales.

Q : (L) Comment est accomplie la partie délibérément induite ?

R : En utilisant un flux d’énergie cosmique pour influencer la fonction mnésique par le biais d’une combinaison d’interaction spirituelle et chimique.

Q : (L) Pouvez-vous être plus précis ?

R : Être plus précis reviendrait à l’être moins d’un autre côté, mais une bonne façon de le dire est que cela altère le flux d’énergie électromagnétique dans le cerveau. L’énergie électromagnétique, l’électromagnétisme, est la force vitale qui existe dans tout ce qui évolue selon des cycles à ondes longues ou à ondes courtes.

Q : (L) Pour en revenir aux êtres qui absorbent des aliments par leurs pores, à quelle espèce appartiennent-ils ?

R : Tant ceux que vous décrivez comme les Lézards que ceux que vous décrivez comme les Gris. Cela est nécessaire à la survie des uns comme à celle des autres. Bien que les Gris ne fassent pas naturellement partie du cycle à ondes courtes, et qu’ils soient en fait une création artificielle des Lézards, ils imitent les fonctions nutritionnelles de ces derniers.

Q : (L) S’ils sont créés artificiellement par les Lézards, cela veut dire qu’ils n’ont pas d’âme ?

R : Exact.

Q : (L) Comment fonctionnent-ils ? Comme des robots ?

R : Ils fonctionnent par interaction avec les âmes des Lézards. Cette technologie est largement plus avancée que celles que vous connaissez, mais les Gris ne sont pas seulement conçus et construits artificiellement, ils fonctionnent en outre comme des projections mentales et psychiques des Lézards. Ce sont en quelque sorte des « sondes » quadridimensionnelles.

Q : (L) En tant que sondes quadridimensionnelles, que sont-ils capables de faire ?

R : Ils ont les mêmes facultés que les Lézards, sauf que leur apparence physique est complètement différente, qu’ils n’ont pas d’âme qui leur soit propre, et aussi que leur structure biologique interne est différente. Mais ils fonctionnent de manière similaire, et pour se maintenir en tant qu’entités projetées, ils doivent absorber leurs aliments de manière spirituelle et physique, comme les Lézards. Les Lézards et les Gris vivant en 4e densité — le niveau le plus élevé auquel on peut servir exclusivement le soi, comme le font ces entités — il leur faut un apport d’énergie négative. Cet apport leur est nécessaire, car le Service de soi est un mode de pensée négatif et, en 4e densité, il revêt sa forme la plus élevée. Par rapport au 3e niveau de densité, celui de la 4e est un progrès. L’existence des entités individuelles conscientes devient moins difficile à mesure qu’on progresse dans l’échelle des niveaux de densité. C’est pourquoi il est moins difficile d’exister au 4e niveau de densité qu’au 3e, moins difficile au 3e qu’au 2e, etc. L’énergie de l’âme y est moins sollicitée. C’est pourquoi les êtres du 4e niveau de densité peuvent soutirer de l’énergie d’âme négative de ceux du 3e niveau de densité pour l’absorber. De la même manière, les êtres du 3e niveau de densité peuvent avoir recours à ceux du 2e niveau de densité, bien que ce type d’extraction soit moins nécessaire — mais il est cependant pratiqué. Voilà pourquoi les êtres humains, qui appartiennent au troisième niveau de densité, infligent fréquemment douleurs et souffrances aux êtres du règne animal existant au second niveau de densité, car ils puisent de l’énergie d’âme négative, en tant qu’êtres servant d’abord le soi — comme vous — de ceux qui se situent au second niveau, et au premier, et ainsi de suite. Mais comme vous progressez vers le 4e niveau de densité, le prochain niveau pour vous, vous devez maintenant choisir et décider si vous allez évoluer vers le Service d’autrui ou si vous voulez rester au niveau du Service de soi. Cette décision vous demandera une longue période d’ajustement. C’est ce qu’on appelle les « mille ans ». C’est la période, mesurée selon votre calendrier, qui déterminera si vous souhaitez ou non progresser vers le Service d’autrui ou si vous voulez rester au niveau du Service de soi. Et ceux que vous dénommez Lézards ont résolument choisi de s’enfermer dans le Service de soi. Et parce qu’ils se trouvent au plus haut niveau de densité où cela est possible, ils sont contraints d’extraire sans cesse de grandes quantités d’énergie négative de ceux qui existent au 3e niveau, au 2e, etc. C’est pourquoi ils font ce qu’ils font. Cela explique aussi pourquoi leur race est en train de s’éteindre : parce qu’ils n’ont pas été capables d’apprendre par eux-mêmes comment s’extraire de cette forme particulière d’expression pour passer à celle du Service d’autrui. Et parce qu’ils sont restés à ce niveau depuis tellement de temps, tel que vous le mesurez, ils s’y sont fermement établis, et s’y sont développés. Voilà pourquoi ils sont en train de mourir et essaient désespérément de vous soustraire le plus d’énergie possible, et aussi de recréer métaboliquement leur race.

Q : (L) Mais, si nous sommes des sources de nourriture et de main-d’œuvre pour eux, pourquoi ne nous élèvent-ils pas dans des enclos sur leur propre planète ?

R : C’est ce qu’ils font.

Q : (L) Mais puisque nous sommes si nombreux ici, pourquoi ne viennent-ils pas tout simplement nous envahir ?

R : C’est bien leur intention. Ça l’est depuis pas mal de temps. Ils voyagent dans le temps, tel que vous le connaissez, pour arranger les choses de manière à pouvoir absorber un maximum d’énergie négative lors du transfert du 3e au 4e niveau que cette planète est sur le point de vivre, dans l’espoir de vous envahir au 4e niveau et ainsi accomplir un certain nombre de choses : 1 : Préserver leur race et rendre viable leur espèce ; 2 augmenter leur nombre ; 3 : accroître leur pouvoir ; 4 : coloniser le monde de la 4e densité. C’est pourquoi ils interfèrent avec les événements depuis environ soixante-quatorze mille ans, selon votre calendrier. Ils œuvrent dans un état d’immobilité totale de l’espace-temps, et y font des allers-retours à volonté. Cependant, notez bien que tout cela échouera.

Q : (L) Comment pouvez-vous en être aussi sûrs ?

R : Parce que nous le voyons. Nous sommes capables de tout voir, et pas seulement ce que nous voulons voir. Leur défaut est qu’ils ne voient que ce qu’ils veulent voir. Autrement dit, nous avons ici affaire au summum de la manifestation de ce que vous appelleriez « prendre ses désirs pour la réalité ». Ce qu’on souhaite être réalité devient réalité au 4e niveau de densité. Savez-vous comment on prend ses désirs pour la réalité ? Eh bien ce n’est pas vraiment la réalité pour vous, parce que vous vous trouvez au 3e niveau. Mais au 4e niveau, si vous faites cela, cela devient effectivement votre conscience de la réalité. Dès lors, ils ne peuvent pas voir ce que nous pouvons voir puisque nous sommes au Service d’autrui, par opposition au Service de soi, et du fait que nous sommes au 6e niveau, nous pouvons voir tout ce qui est, partout, comme cela est, et non comme nous voudrions que cela soit.

Q : (L) Zecharia Sitchin propose que la pyramide a été construite afin de faire office de système de repérage permanent pour naviguer dans le système solaire. Pourriez-vous commenter cette idée ?

R : Elle est inexacte. Les pyramides ont été construites pour stocker l’énergie et comme installation de transmission. Elles furent construites par les descendants de ceux que vous appelez les Atlantes et qui sont, bien sûr, vos ancêtres en matière d’âme. Elles n’ont pas été construites pour repérer quoi que ce soit.

Q : (L) Est-il arrivé que des aliens, et en particulier des Lézards, aient vécu au beau milieu de l’humanité et aient été vénérés par elle ?

R : Ils n’ont jamais vécu au sein de l’humanité, mais ils ont interagi directement avec les humains à divers moments. À des moments où les êtres humains étaient prêts, désireux, et à même d’accepter des divinités provenant directement de sources extérieures, puis de les vénérer. Rien de tel ne se serait produit dans un passé récent. Mais prenez garde, cela pourrait se produire très bientôt.

Q : (L) Qui a réalisé les lignes de Nazca en Amérique du Sud, et à quoi servaient-elles ?

R : Il s’agissait des indigènes qui vivaient dans la région à cette époque particulière, et qui étaient extrêmement évolués spirituellement, qui ont placé ces lignes là-bas pour faire appel à ceux qui provenaient de ce qu’ils percevaient être un endroit de l’espace intersidéral.

Q : (L) Était-ce des symboles de pouvoir d’une manière ou d’une autre ?

R : Eh bien, certains pouvaient les avoir perçus ainsi, mais c’était principalement une tentative pour invoquer ceux qui avaient été vénérés et leur étaient apparus précédemment extérieurement, non seulement les Lézards mais aussi d’autres voyageurs.

Q : (L) Qui a bâti la cité d’Angkor Wat ?

R : Elle fut bâtie par les Lézards eux-mêmes. Construite il y a approximativement 3 108 ans.

Q : (L) Qui a bâti la cité de Mohenjo Daro ?

R : Elle fut aussi construite par les Lézards directement.

Q : (L) Vivaient-ils dans ces villes ?

R : Non, comme déjà dit, ils n’y vivaient pas, ils venaient y faire un tour, les occupaient temporairement, mais ils n’y habitaient pas.

Q : (L) Pour qui ont-ils construit ces villes ?

R : Ils les ont construites pour eux-mêmes ainsi que pour leurs adorateurs humains.

Q : (L) Lors d’une séance précédente, nous vous avons demandé de quelle planète vous veniez et la réponse fut Corsoca. Nous vous avons ensuite demandé de préciser et vous avez répondu « 2 DILOR ». Est-ce que cela a été mal épelé ou sinon, qu’est-ce que cela signifie ?

R : Que ce que vous désignez par Corsoca n’est en réalité pas ce que vous appelleriez une planète selon votre compréhension, car vous devez comprendre que cela se situe au sixième niveau de densité, ce qui est totalement hors de portée de vos sens, excepté le sixième, et par conséquent vous n’avez aucune idée du niveau d’être à cette densité. Le terme « planète » ne peut donc tout simplement pas s’appliquer ici. Mais, c’est effectivement notre résidence. Et mieux vaut en rester là car essayer de vous expliquer exactement à quoi cela ressemble serait hors de portée de votre imagination.

Q : (L) Très bien. Lors de cette séance antérieure, vous avez parlé d’un « scandale à l’aéroport de Denver ». Il a récemment été porté à mon attention que cela pourrait bien arriver. Ce scandale va-t-il sérieusement s’aggraver et si oui, quelles seront les conséquences ?

R : Oui, cela deviendra un problème chronique, c’est le moins qu’on puisse dire.

Q : (L) Existe-t-il un rituel qui puisse nous protéger contre l’intrusion des Lizzies ?

R : Les rituels sont contre-productifs.

Q : (L) N’y a-t-il aucun moyen technologique que nous puissions employer ?

R : La seule défense dont on ait besoin, c’est la connaissance. La connaissance protège de toutes les formes que le mal peut revêtir. Plus vous en savez, moins vous avez peur, moins vous éprouvez de douleur, de tension et d’angoisse, et moins vous êtes exposés aux dangers de toutes sortes. Réfléchis bien à ceci, car c’est très important : y a-t-il une limite au concept que recouvre le mot « connaissance » ? S’il n’y en a pas, quelle est la valeur de ce mot ? Infinie. Te représentes-tu combien ce seul concept, cette seule clé, te libère de toute contrainte ? Utilise ton sixième sens pour te représenter à quel point ce mot, ce terme, la signification de la connaissance, peut te donner absolument tout ce dont tu auras jamais besoin. Pour peu que tu y réfléchisses attentivement, tu commenceras à entrevoir combien cela est vrai au sens le plus large.

Q : (L) Les connaissances acquises dans les livres en font-elles partie ?

R : Toutes les acceptions possibles du mot en font partie. Te rends-tu compte de toute la richesse du sens que transmet ce simple mot ? Nous sentons que tu n’en as pas pleinement conscience. Il t’arrive d’avoir des éclairs d’illumination ; or, l’illumination vient de la connaissance. Si tu t’efforces sans cesse d’acquérir et de rassembler des connaissances, tu te protèges à jamais de toute influence négative. Sais-tu pourquoi ? Plus tu en sais, plus tu prends conscience de la manière dont tu peux te protéger. Cette prise de conscience devient un jour si vaste et puissante que tu n’as plus besoin de rien faire, plus besoin de rituels, si tu préfères, pour te protéger. La protection accompagne tout naturellement la prise de conscience.

Q : (L) La connaissance possède-t-elle une substance ou une existence propres, indépendantes de sa possession ou de son acceptation ?

R : La connaissance possède toute substance. Elle pénètre au cœur de toute existence.

Q : (L) Accroître la substance de son être, c’est aussi acquérir des connaissances ?

R : Tout à fait. Doter son être de tout ce qui est désirable, c’est aussi de la connaissance. Et puis, lorsque tu invoques la lumière, comme tu le fais sans cesse, réalise bien qu’en vérité la lumière est connaissance. Que la connaissance est au cœur de toute existence. Et qu’étant au cœur de toute existence, elle protège de toutes les formes de négativité possibles. La lumière est tout, et tout est connaissance, et la connaissance est tout. Tu te débrouilles extrêmement bien dans l’acquisition de connaissances. À présent, tout ce dont tu as besoin, c’est d’avoir foi en ce concept et de réaliser que la seule chose qu’il te faut, c’est acquérir des connaissances.

Q : (L) Je voudrais seulement être sûre que la source à laquelle je puise mes connaissances ne m’induit pas en erreur.

R : Si tu as foi, tout simplement, aucune des connaissances que tu acquerras ne pourra être erronée, parce qu’il n’en existe pas qui le soient. Toute personne, toute chose qui tenteront de te transmettre des connaissances, des informations erronées échoueront. La substance matérielle même de la connaissance, du fait qu’elle est à la base de toute existence, te protégera de l’absorption d’informations erronées, qui ne sont pas de la connaissance. Il ne faut pas avoir peur d’assimiler de fausses informations lorsqu’on essaie simplement, l’esprit ouvert, d’acquérir des connaissances. La connaissance constitue une protection — la seule protection dont vous aurez jamais besoin.

Q : (L) Il y a un paquet de gens ouverts, confiants et ayant la foi, qui se font drôlement retourner et aplatir.

R : Non. C’est seulement la manière dont tu perçois les choses. Ce que tu ne perçois pas, c’est que ces gens n’acquièrent pas vraiment de la connaissance. Ils sont bloqués quelque part dans leur progression, et subissent une manifestation cachée de ce que tu appellerais, avec tes mots, obsession. L’obsession n’est pas de la connaissance ; l’obsession est stagnation. Lorsqu’on devient obsédé, on se ferme à l’absorption, à la croissance, à la progression accompagnant le développement de l’âme, qui résulte de l’acquisition de vraie connaissance. Car lorsqu’on devient obsédé, on affaiblit sa protection ; c’est pourquoi on devient vulnérable aux problèmes, aux tragédies, et à toutes sortes de difficultés. Et par conséquent on finit par les vivre.

Q : (L) Tant qu’on est sur le sujet de la connaissance et des expériences agréables ou désagréables, j’aimerais demander au nom de Frank ce qu’il a besoin d’apprendre.

R : Il progresse dans la bonne direction en ce moment, même s’il n’en est pas totalement conscient. Il peut sembler être plus stressé qu’il ne l’est en réalité, et il possède également un énorme stock d’informations innées ce qui explique pourquoi nous pouvons opérer à travers lui, car nous avons ouvert ces canaux il y a bien longtemps. Chose intéressante, bien que tu n’en sois pas consciente, ta propre existence a été influencée par ce même facteur.

Q : (L) Quel facteur ?

R : La progression naturelle que vit celui que tu appelles Frank.

Q : (L) À quel égard ?

R : Tu es poussée et tu te diriges dans la bonne direction en raison de ton interaction avec cet individu, même si tu n’en es pas totalement consciente, c’est bien ce qui se produit.

Q : (L) Qu’est-ce qui a amené Frank à passer autant d’années à entretenir des relations avec une personne comme Norman E ? [« Dane » dans Amazing Grace.]

R : Cela faisait partie du processus d’apprentissage et était également de nature karmique.

Q : (L) Et qu’est-ce qui a mis un terme à cette situation ?

R : Le moment était venu.

Q : (L) Lors d’une séance précédente, nous avons posé plusieurs questions à propos de Jésus de Nazareth surnommé le Christ. La question était : « Jésus était-il de quelque manière spécial, uni en Christ comme on dit ? » Et la réponse fut : « Rapidement glorifié — anciennes guerres — enchantement civil — conseil de Zindar. » J’aimerais connaître le sens de ces références.

R : Rapidement glorifié fait référence à une augmentation subite du niveau de conscience en rapport avec tes précédentes questions à propos de la connaissance. Cette acquisition peut parfois arriver tel un déferlement que l’on désigne quelquefois par le terme d’illumination. Jésus a acquis sa connaissance en ayant une foi totale en sa capacité à obtenir la connaissance émanant d’une source supérieure. Cette foi a entraîné une interaction parfaitement équilibrée avec des sources supérieures, ce qui lui a permis d’acquérir la connaissance suprême simplement en ayant cette foi. Souvenez-vous que les ressources pour acquérir des connaissances dans l’ère spatio-temporelle du Christ étaient beaucoup plus limitées qu’elles ne le sont maintenant. Il existait peu d’options pour l’acquisition de la connaissance véritable hormis la foi totale et entière. Et cet individu fut imprégné de la conscience que la foi totale et entière entraînerait une acquisition de connaissance extraordinaire et spectaculaire, ainsi qu’une progression extraordinaire et spectaculaire du niveau d’être de l’âme. Ainsi, la foi fut ressentie et la connaissance reçue.

Q : (L) Quelle était la source de cette connaissance ?

R : La source venait du sixième niveau de densité qui est là où nous résidons et nous étions également impliqués dans cet épisode.

Q : (L) Que signifie le terme « enchantement civil » ?

R : L’enchantement civil est un équilibrage parfait des énergies utiles de l’individu de sorte qu’il n’y a plus d’inflexion vers le côté positif ou négatif, ce qui est préférable pour la méditation en bloc.

Q : (L) C’est quoi ce Conseil de Zendar ?

R : Le Conseil de Zendar est un conseil du sixième niveau de densité qui couvre les mondes à la fois physiques et éthériques et qui supervise les points de développement spectaculaires de divers secteurs civilisationnels dans les niveaux de densité inférieurs.

Q : (L) J’aimerais que vous exposiez un peu la chronologie des événements dans la vie du Christ. Pourriez-vous nous parler de la compréhension qu’il avait de lui-même, de son interaction avec des sources supérieures, de son état christique, et de ce qu’il était vraiment venu accomplir ici et comment il l’a accompli ?

R : Il a progressivement pris conscience de son identité et de ce qu’il était en grandissant. Nous lui avons enseigné par l’intermédiaire de sa foi, comme décrit précédemment. Et tu devrais aussi avoir la foi car tu découvriras que des choses te seront « connues » plus souvent qu’actuellement. La conscience de Jésus de sa mission et des actes qui en relevaient faisait partie de la progression naturelle de sa croissance et de son développement. Les informations concernant ses « miracles » ont été largement altérées par des écrits qui se sont transmis après la réelle période des événements. La plupart de ces écrits proviennent d’entités qui souhaitent désorienter et corrompre toute l’humanité pour les raisons précédemment exposées. L’idée était que si vous aviez l’impression que Jésus avait accompli des miracles physiques, alors toute votre compréhension de l’expérience de la vie ici sur Terre et sur ce plan, et son sens, est également corrompue et la connaissance bloquée, ce qui est le but de ceux qui ont fait cela. L’objectif et le plan de Jésus étaient d’enseigner la connaissance à tous ceux qui la recherchaient, mais n’avaient pas la force d’exprimer une foi aussi grande que lui pour acquérir la connaissance de sources supérieures, comme il l’avait fait. S’ils étaient ouverts et disposés à apprendre, ils pouvaient être instruits en écoutant. Il n’a réussi à transmettre la foi aux autres que de façon limitée, car la foi vient uniquement de l’intérieur et c’est l’une des choses les plus difficiles à acquérir pour les êtres de votre plan.

Q : (L) Il a été évoqué précédemment que Jésus était probablement le produit d’une conception génétiquement sélectionnée. Pourriez-vous commenter cela et nous dire pourquoi ?

R : Il n’y a pas eu de sélection génétique de la conception. C’est inexact.

Q : (L) Très bien, alors qu’est-ce que c’était ?

R : C’était une conception naturelle.

Q : (L) Je voulais dire qu’une personne avait été choisie pour être son père biologique.

R : Eh bien, c’est toujours le cas pour chaque naissance se produisant dans votre niveau de densité.

Q : (L) Pourriez-vous élaborer sur ce qu’implique l’idée que Jésus était un enfant illégitime ?

R : Évidemment, si tu as l’impression que ce fait porterait ombrage ou entacherait sa personne ou la connaissance qu’il a transmise, alors tu n’as pas été attentive. N’as-tu pas entendu ce qui a été dit à propos de l’obsession par opposition à la connaissance ? Ceux qui, au fond d’eux-mêmes, à tous points de développement, tentent véritablement de rechercher une plus grande connaissance ne seront bloqués par aucune des idées relatives à l’illégitimité, comme tu l’appelles. Ceux qui, par choix, sont obsédés au lieu de tenter de rechercher la véritable connaissance seront effectivement bloqués par ce point. Le choix appartient à l’individu. Si vous choisissez d’évoluer et d’acquérir des connaissances, vous ne serez jamais bloqués ou obsédés à un quelconque moment par quoi que ce soit. Toutefois, si vous choisissez de limiter vos connaissances ou de devenir obsédés, alors vous vous trouvez constamment arrêtés et cela se manifestera dans toutes les expériences de votre vie. Cela fait partie du mode de développement de l’âme d’un individu. Tout repose sur le choix. Par conséquent, il ne vous est pas possible d’interférer avec le choix d’autrui d’acquérir ou non des connaissances, ni de la façon de les acquérir. Il est inutile d’essayer de modifier les perceptions d’autrui, car cela interférerait avec le libre arbitre. Si quelqu’un préfère être obsédé au lieu d’être illuminé, c’est son choix !

Q : (L) Nous avons parlé de la planète Martek. S’agit-il d’un nom humain antique pour désigner Mars ou est-ce une appellation alien ?

R : Mélange des deux comme de nombreuses choses à divers niveaux de développement de votre histoire.

Q : (L) Il a été évoqué qu’avant son interaction avec Martek, la planète Terre possédait une nappe de vapeur d’eau. Comment cette nappe de vapeur d’eau était-elle suspendue ?

R : La nappe de vapeur d’eau était un élément naturel constitutif de votre atmosphère à l’époque de ce point particulier de l’espace-temps.

Q : (L) Le niveau de gravité était-il le même qu’aujourd’hui ?

R : Il était quelque peu différent. Mais imperceptible pour vous. Cette différence explique en partie pourquoi cette nappe de vapeur restait suspendue.

Q : (L) Les conditions qui prévalaient avant le déluge de Noé — l’état gravitationnel différent ainsi que la nappe de vapeur d’eau — favorisaient-elles une longévité accrue, par rapport aux conditions actuelles sur la planète ?

R : Non seulement celles-là, mais aussi toutes les autres conditions prévalant sur la planète en ce point particulier de l’espace-temps. À propos, Noé est un message symbolique plutôt qu’un événement historique.

Q : (L) Par événement historique, vous entendez Noé « dans son arche », ou bien le déluge ?

R : Premièrement, il n’y a pas eu de « Noé ». Deuxièmement, il n’y a pas eu de déluge réel comme le décrit le récit. Troisièmement, cette histoire est entièrement symbolique, elle n’a rien à voir avec un événement réel.

Q : (L) Qu’est-ce qui s’est vraiment passé, et quelle est la symbolique ?

R : C’est une représentation très large. Elle signifie simplement qu’il s’est produit un événement cataclysmique qui a affecté toute la planète à l’époque, et ceux qui — dans une perspective d’évolution de leur âme — étaient prêts à vivre cette expérience sans quitter leur corps ont été avertis à l’avance. Non pas en tentant de manipuler les événements, mais en laissant simplement la foi les guider vers la connaissance, leur permettant ainsi de se retrouver tout naturellement dans des situations qui leur permettraient de faire les expériences nécessaires pour survivre à cet événement.

Q : (L) À cette époque, Martek a-t-elle été attirée vers la Terre, et possédait-elle de l’eau à sa surface que la Terre lui a ensuite dérobé ou emprunté ?

R : C’est bien près d’être le cas. Mais c’est bien plus compliqué que cela aussi nous en resterons là pour cette fois.

Q : (L) Parlez-moi des Nephilim.

R : Il s’agissait d’une race d’êtres au troisième niveau de densité qui venait d’une vraie planète située en un autre point de cette galaxie en particulier, également au troisième niveau de densité, qui a été emmenée, ou kidnappée devrions-nous dire, reprogrammée et recyclée par les Lézards pour servir d’hommes de main durant une ère particulière de ce que vous appelez votre passé.

Q : (L) De quelle ère s’agissait-il ?

R : C’était une ère… cela aurait été approximativement il y a 5 ou 8 milliers d’années, mais il y a aussi des dates remontant de 12 à 14 milliers d’années et d’autres. Ce système de datation n’est pas le nôtre et n’existe pas pour nous.

Q : (L) Pendant combien d’années ces êtres ont-ils existé sur notre Terre ?

R : Approximativement 1 500 à 1 800 ans. Ils se sont éteints, car ils ne pouvaient pas se reproduire naturellement dans l’atmosphère de la Terre, et l’expérimentation pour tenter de les métisser avec la population humaine n’a pas réussi.

Q : (L) Quand le dernier d’entre eux est-il mort ?

R : Probablement il y a près de 6 ou 7 milliers d’années. Mais il y a également un point de référence de 12 à 14 milliers d’années.

Q : (L) Comment s’appelait la planète d’où ils venaient ?

R : Dorlaqua.

Q : (L) Où se trouvait cette planète ?

R : Cette planète était située dans le complexe d’Orion.

Q : (L) Après le « déluge de Noé » combien de personnes environ ont survécu à ce cataclysme sur toute la Terre ?

R : Approximativement 19 millions.

Q : (L) Pourquoi la population de la Terre a-t-elle continué à décliner à partir de là ?

R : À cause de maladies et de l’incapacité à s’adapter en raison des manipulations artificielles du patrimoine génétique.

Q : (L) À quoi ressemblait la tour de Babel ?

R : Ressemblait beaucoup à votre Washington Monument. Sa re-création constitue la réplication continue d’un souvenir d’âme.

Q : (L) La grande pyramide d’Égypte fonctionnerait-elle encore si quelqu’un savait comment s’en servir ?

R : Elle fonctionne encore aujourd’hui même si elle n’est pas utilisée artificiellement. C’est aussi une chambre de conservation. Si tu marchais au sein de la grande pyramide puis quittais ton corps, ton corps garderait sa structure pendant pas mal de temps. Cette aptitude a contribué à la préservation de la structure réelle.

Q : (L) À quoi ressemblait le visage d’origine du sphinx ?

R : Ressemblait à une représentation d’un félin et d’un humain.

Q : (L) Dans une transmission précédente, vous avez dit que les Lézards avaient altéré la race humaine après une bataille dont l’enjeu était leurs propres visées « alimentaires ». Pourriez-vous clarifier cela ?

R : Il ne serait pas possible à ces entités de contrôler complètement votre existence. Si c’était le cas, vous n’auriez pas été capables d’accomplir tout ce que votre race a accompli. Les Lézards ont interféré avec la structure physique des êtres humains à leur propre avantage. Rappelez-vous ce que nous avons dit auparavant. Ils interfèrent avec le cycle temporel, tel qu’il est vécu sur ce plan, depuis un bon bout de temps — tel que vous le mesurez. Depuis 74 000 ans, ils interfèrent en faisant des allers-retours dans le temps de façon à mettre en place les conditions qu’ils perçoivent comme à leur avantage, dans la mesure temporelle que vous considéreriez comme « après », c’est-à-dire le futur. Pour ce faire, ils reviennent en arrière et avancent dans le temps. Au cours de ce processus, ils sont suspendus dans le cycle temporel. Ainsi, ce qu’ils perçoivent comme votre équivalent d’une heure pourrait être aussi long que 74 000 ans.

Q : (L) Donc, ils ne sont pas là depuis 300 000 ans ?

R : À l’origine, ils ont mis en place des circonstances avantageuses pour eux, il y a de cela 309 000 ans ; toutefois, ils utilisent la tranche de temps spécifique de 74 000 ans pour altérer les choses par les moyens divers et variés que nous avons déjà mentionnés.

Q : (L) Maintenant, vous avez parlé des créateurs de votre groupe comme d’ancêtres super anciens appelés les Passagers Transitoires. Que signifie ce terme, et qui sont ces êtres ?

R : Les Passagers Transitoires ne sont pas des êtres. Ce sont des formes-pensées unifiées.

Q : (L) Pourquoi les appeler Passagers transitoires ?

R : Parce qu’ils transitent par toutes les formes de réalité. Et ils émergent de la Forme d’existence unifiée.

Q : (L) Vous nous avez dit que c’est l’énergie psychique qui avait détruit la planète se trouvant entre Jupiter et Mars. Pourriez-vous clarifier cela ?

R : Les occupants de cette planète, dont bon nombre sont vos ancêtres spirituels, ont simplement décidé de développer une atmosphère de service de soi tellement chargée négativement que cela a provoqué la destruction de leur planète natale, car les niveaux d’énergie sont devenus tellement intenses en leur retombant dessus qu’ils ont, en fait, détruit la structure atomique de la planète et l’ont amenée à exploser physiquement.

Q : (L) Est-ce qu’une technologie était en cause ou uniquement la puissance de l’esprit ?

R : Ce sont une seule et même chose.

Q : (L) Ont-ils fait un truc comme larguer des bombes ?

R : Non, non. Cela s’est fait par énergie psychique. Le danger que la même chose arrive à votre planète a existé dans un mode de réalité transitoire. Bien que nous ayons plutôt bon espoir que cela n’arrivera pas, car nous voyons toute la réalité, passée, présente et future. Mais vous devez aussi comprendre que malgré notre perspective particulière, toute réalité est néanmoins fluide. Il y a encore de nombreux choix de réalités et de futurs possibles, de passés possibles et de présents possibles. Mais nous sommes relativement convaincus que ce destin particulier ne surviendra pas à votre planète, même si ce fut le cas de celle connue sous le nom de Kantek.

Q : (L) À plusieurs reprises, il a été mentionné que Yasser Arafat était une âme de 5e densité et que c’était un descendant de Jésus de Nazareth. Qu’a-t-il qui démontre ces qualités ou cette génétique ?

R : N’as-tu rien vu ? Imagine comment ce serait de ressembler à Yasser Arafat. Examine ta perception. Que fait-il actuellement ?

Q : (L) Eh bien, le point de vue pro-Juif ne lui est pas favorable.

R : Ce que tu décris comme pro-quelque chose est une obsession. Et, comme on le sait, l’obsession bloque la connaissance, ce qui en retour bloque la capacité à se protéger contre les circonstances négatives. Pas une bonne idée. Si tu as suivi la situation, Yasser Arafat essaie maintenant de prendre le monde sur ses épaules en faisant la paix avec les Israéliens qui sont des ennemis de très longue date. Et par conséquent, il est désormais un pacificateur et un dispensateur de connaissance.

Q : (L) Dans ce conflit spécifique entre les Juifs et les Arabes, quel camp est le plus légitime ?

R : Tous les camps ont la même légitimité. Ce n’est que chez les individus que l’on trouve de la négativité ou de la positivité.

Q : (L) Lors de la discussion sur le supposé écrasement d’un vaisseau spatial à Roswell, la remarque a été faite que cet accident avait été provoqué par une ionisation. Pourriez-vous être plus précis ?

R : Cette référence signifie simplement que le rebond de ce que vous appelez des faisceaux radar sur les ions qui existaient dans l’atmosphère à ce moment-là a provoqué une perturbation électromagnétique qui a interféré avec le système d’équilibrage gravitationnel de cet appareil en particulier.

Q : (L) Pourquoi y avait-il des ions à ce moment-là et pas à d’autres ?

R : Les ions étaient chargés à ce moment-là à cause de l’activité orageuse.

Q : (L) Vous avez dit que le gouvernement avait retrouvé des corps. Combien de corps ont été retrouvés ?

R : Trois morts et un encore opérationnel.

Q : (L) Combien de temps a vécu ce dernier ?

R : Est resté opérationnel pendant approximativement trois ans et demi. C’était un être biogénétique robotique plutôt qu’une âme embrassant l’existence physique.

Q : (L) Le gouvernement savait-il qu’il s’agissait d’un être robotique ?

R : Non.

Q : (L) Pense-t-il toujours qu’il s’agissait d’un être vivant ?

R : Le gouvernement n’est pas qu’un individu. Certains savent maintenant que ce sont des êtres biogénétiques fabriqués.

Q : (L) Lors d’une autre transmission, on nous a dit qu’on recevrait des informations d’un être différent à chaque contact afin d’obtenir de bonnes informations. Pourquoi cela ?

R : C’est pour être sûrs que l’équilibre est maintenu et aussi que les sources d’information sont fraîches au regard de l’interaction entre le donneur et le récepteur.

Q : Bien, c’est tout pour ce soir. Merci.

R : Bonne nuit.

Fin de la séance

1.14 Séance du 25-octobre-1994

Séance du 25 octobre 1994

Participants : « Frank », Laura, VG

Q : (L) Qui est avec nous ce soir ?

R : Batuva.

Q : (L) Êtes-vous un esprit terrestre désincarné ?

R : Non.

Q : (L) D’où êtes-vous ?

R : Cassiopée.

Q : (L) Êtes-vous prêts à répondre à nos questions de ce soir ?

R : Oui.

Q : (L) Ma première question est : quelle est la signification du cercle ailé que l’on retrouve si couramment dans les religions antiques ?

R : Énergie vitale.

Q : (L) Pourquoi l’énergie vitale était-elle représentée de cette façon ?

R : Cercle fermé. Esprit libre dans un cercle fermé.

Q : (L) Quelle est la signification de l’œil d’Horus ?

R : Énergie psychique.

Q : (L) Quelle était l’origine du dieu serpent ?

R : Règne des Lézards.

Q : (L) Qui est apparu à Jeanne d’Arc ?

R : Projection des Lézards.

Q : (L) Quelle est la véritable origine d’Halloween ?

R : Veille de tous les saints.

Q : (L) Il n’y a rien de plus ancien que cela ?

R : Non.

Q : (L) Y a-t-il des bases alien sur la lune ?

R : Oui.

Q : (L) À qui appartiennent-elles ?

R : Aux Gris.

Q : (L) Les sirènes ont-elles existé à un moment donné ?

R : Non.

Q : (L) Quelle est l’origine de cette légende ?

R : Délire de marins.

Q : (L) Y a-t-il des bases alien sur Mars ?

R : Oui.

Q : (L) De qui ?

R : Gris et Lézards.

Q : (L) Les enfants veulent savoir ce que mangent les calamars géants ?

R : Diverses choses.

Q : (L) Quel est le but de leur présence sur la planète ?

R : Quel est le but de la présence de quoi que ce soit ?

Q : (L) Il y en a un ?

R : Nous te le demandons. Question rhétorique.

Q : (L) Les gamins veulent aussi savoir combien de temps met un calamar à devenir aussi grand et combien de temps ils vivent.

R : 200 à grandir et vivent jusqu’à 700 ans.

Q : (L) À quels procédés ou technologies les Gris ont-ils recours pour traverser la matière solide ?

R : Réarrangement atomique transdimensionnel.

Q : (L) Comment les aliens se transportent-ils eux-mêmes ou d’autres sur des faisceaux lumineux ?

R : Par concentration d’électrons et réponse précédente.

Q : (L) Comment les aliens créent-ils les scénarios de réalité virtuelle que décrit Karla Turner dans son second livre ?

R : Restructuration d’image mentale.

Q : (L) Pourquoi ce phénomène implique-t-il le recours à une lumière ou une « bulle bleue » ?

R : Déclencheur de suggestion hypnotique.

Q : (L) Quel est le fondement des textes gnostiques comme l’Apocryphe de Jean ?

R : Anciens athées.

Q : (L) Quelle énergie alimentait la vie de dingue dégoûtante d’Aleister Crowley ?

R : Les Lézards.

Q : (L) Les Lézards sont-ils responsables de la schizophrénie paranoïde ?

R : Dans une certaine mesure.

Q : (L) En général, dans la majorité des cas, quelle est la cause de la paranoïa ou de la schizophrénie ?

R : Manipulation d’énergies par les Lézards.

Q : (L) Pourquoi ?

R : Pour absorber les résultats négatifs.

Q : (L) Donc ce ne sont pas nécessairement des attachements ?

R : Non.

Q : (L) Les Lézards utilisent-ils des attachements d’énergies sombres pour atteindre leurs objectifs ?

R : Oui.

Q : (L) Des attachements sont-ils utilisés dans beaucoup des cas de schizophrénie paranoïde ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce qu’ils perpétuent la schizophrénie par le biais de la génétique ?

R : Peuvent. Ou le mental, ou l’émotionnel. Expériences de vie environnementales.

Q : (L) Pourquoi ne se manifeste-t-elle pas avant l’adolescence, en général ? Est-ce parce que les adolescents sont abductés et se font poser des implants ?

R : Pas nécessairement.

Q : (V) Est-ce que j’ai un implant dans mon oreille droite ?

R : Oui.

Q : (V) Il se déclenche beaucoup dernièrement.

R : Provoqué par tes relations avec ces channels puissants.

Q : (V) Que voulez-vous dire par channels puissants ?

R : Laura et Frank.

Q : (V) Est-ce que ce sont des implants posés par les Lézards ?

R : Oui. Forte surveillance dernièrement.

Q : (V) Quand ai-je reçu ces implants ?

R : À 3 ans.

Q : (L) Comment se fait-il que Frank et moi fassions bourdonner son implant ? (V) Il bourdonne aussi quand je ne suis pas avec vous.

R : Se déclenche.

Q : (L) Cela veut-il dire que nous sommes contrôlés par les Lézards ?

R : Ils sont préoccupés par la communication de VG avec nous par votre intermédiaire.

Q : (L) Qu’est-ce qui les inquiète ?

R : Perdre la taupe.

Q : (L) Comme dans la terminologie de l’espionnage. VG est une taupe ?

R : L’était subconsciemment.

Q : (L) VG veut savoir si sa présence nuit au projet ?

R : Non. Bénéfique mais les Lézards peuvent résister.

Q : (L) Comment ?

R : Rendre sa vie plus difficile comme ils l’ont fait avec vous deux.

Q : (V) Mais ma vie semble plus en bonne voie qu’elle ne l’a jamais été.

R : Fais attention. Trop tard pour quitter le projet.

Q : (L) Je viens juste d’entendre quelque chose dans mon oreille gauche. Est-ce aussi un implant ?

R : Oui.

Q : (V) Est-ce qu’ils savent ce qu’on fait en ce moment ?

R : Oui.

Q : (V) Est-ce que je devrais arrêter et rentrer chez moi ?

R : À toi de voir.

Q : (L) Pourquoi les implants se déclenchent-ils quand ils le font ?

R : Surveillance. Ils ont des raisons de surveiller quand ils le font. Ils peuvent mettre le mouchard en marche et lire tout ce qui s’est passé depuis la dernière surveillance. Ils font ça comme ils veulent.

Q : (V) Est-ce que j’ai un implant dans mon sinus gauche qui provoque de fortes décharges ?

R : Oui.

Q : (V) Est-ce que je peux le rejeter ?

R : Non.

Q : (L) Je veux que vous me traduisiez cette phrase : « Enuma elish lanabu shamamu ».

R : On les voit tous ensemble.

Q : (L) Traduisez : « Apsu ».

R : Vie.

Q : (L) Nudimmud.

R : Monde.

Q : (L) Marduk.

R : Mars.

Q : (L) Kingu.

R : Lumière.

Q : (L) Duggae.

R : Sol.

Q : (L) De quoi parle réellement l’Enuma Elish ?

R : Ascension.

Q : (L) Ascension de quoi ?

R : Des dieux.

Q : (L) De quels dieux ?

R : Les Lézards.

Q : (L) Combien de planètes les Sumériens connaissaient-ils ?

R : 12 pensaient-ils.

Q : (L) C’est quoi la « tablette aux destins » ?

R : Carte.

Q : (L) Comment Marduk a-t-il tué Tiamat ?

R : Faux.

Q : (L) Marduk n’a pas tué Tiamat ?

R : Non.

Q : (L) Que signifiait la phrase « Plaçant la tête de Tiamat en position » ?

R : Mars entre en conjonction avec la Lune.

Q : (L) Comment la tête de Tiamat a-t-elle formé le « bracelet martelé » ?

R : Queue de comète.

Q : (L) Le Quorum comporte-t-il des membres humains de cette planète ?

R : En partie.

Q : (L) Certains d’entre eux sont-ils des célébrités que nous connaîtrions ?

R : Secret. Personne que vous connaîtriez.

Q : (L) Quelle est l’importance du Quorum par rapport aux changements terrestres ?

R : Observateurs.

Q : (L) Pourquoi est-il important d’avoir des observateurs ?

R : Garder trace des prophéties.

Q : (L) Quel est le rapport entre les Francs-maçons et les Illuminati ?

R : Les Francs-maçons sont une branche inférieure.

Q : (L) Je voudrais connaître l’année approximative de la vie d’Hermès Trismégiste.

R : 5211 environ. [Il y a 5 211 ans ou en 5211 av. J.-C. ?]

Q : (V) C’était quoi les boules de lumière rouge et verte qu’Éric [Son fils] a vues il y a plusieurs mois ?

R : Sondes des Gris.

Q : (V) A-t-il été enlevé ce jour-là ?

R : Non.

Q : (L) Ces sondes étaient-elles là à cause de lui ou à cause de moi ?

R : Lui.

Q : (V) A-t-il déjà été enlevé ?

R : Oui.

Q : (V) À quel âge a-t-il été enlevé pour la première fois ?

R : Deux.

Q : (VG) Le rêve de [mon fils] qu’on l’étouffait ?

R : Déconnexion de souvenir de vie antérieure.

Fin de la séance

1.15 Séance du 28-octobre-1994

Séance du 28 octobre 1994

Participants : « Frank », Laura, VG

Q : (L) Bonjour.

R : Bonjour.

Q : Y a-t-il quelqu’un avec nous ?

R : Comme toujours.

Q : (L) Pouvons-nous avoir votre nom s’il vous plaît ?

R : Gursaea.

Q : (L) Êtes-vous un être humain désincarné ?

R : Non.

Q : (L) Qu’êtes-vous ?

R : Cassiopéen.

Q : (L) Deux petits garçons ont été subtilisés à leur mère en Caroline du Sud. Nous aimerions savoir si nous pouvons obtenir des informations sur cette affaire ?

R : Maison à Union en Caroline du Sud dans un placard.

Q : (L) Pouvez-vous nous donner des détails sur cette maison, et comment on pourrait la trouver ?

R : Dans une rue avec des tas d’autres maisons à bardeau blanc.

Q : (L) D’autres détails ? Le nom de la rue ?

R : Chêne dans le nom.

Q : (L) Est-ce près de là où habitent leurs parents ?

R : Pas loin.

Q : (L) Où se trouve le véhicule ?

R : Dans les bois de West Union.

Q : (L) Est-ce que les petits garçons vont bien ?

R : Seront rapidement découverts pour comparaison aux ultimes résultats.

Q : (L) Pourquoi ai-je ces maux de tête récurrents ?

R : Changements ADN.

Q : (L) AB a suggéré d’utiliser un ozoniseur pour améliorer le contact. Est-ce une bonne idée ?

R : Ses intentions sont bonnes. Qu’il le fournisse.

Q : (L) Est-il bon pour moi d’envoyer la version révisée de nos transcriptions à AB ?

R : B__ pourrait partager avec des individus douteux.

Q : (L) Cela nous sera-t-il néfaste ?

R : À ton avis ?

Q : Pourquoi AB m’a-t-il appelé aujourd’hui ?

R : Curiosité générée par commérages et ouï-dire ufologiques.

Q : (L) Quelle rumeur ?

R : Intrigue inspirée par John W et Mike F.

Q : (L) Ces deux-là ont-ils plus de contacts qu’on ne le penserait ?

R : Oui.

Q : (L) John W et F__ !?

R : Oui.

Q : (L) John W déteste Mike F, non ?

R : Variable.

Q : (L) Devrais-je arrêter de partager des informations avec John W ?

R : Tout est processus d’apprentissage.

Q : (L) Sont-ils dans tous leurs états à cause de ce qu’on fait ici ?

R : Dans l’ensemble, oui. Terry et Jan sont OK.

Q : (L) Donc Terry et Jan ne disent rien à John W ou à Mike F à ce sujet ?

R : Oui. Mais là n’est pas la question.

Q : (L) C’est quoi la question ?

R : Les motivations sont bonnes de façon omniprésente.

Q : (L) Que voulez-vous dire par là ? Parlons-nous uniquement de Jan et Terry ?

R : Oui.

Q : (L) Les motivations d’AB sont-elles bonnes ?

R : Variable.

Q : (L) Les motivations de John W sont-elles bonnes ?

R : Idem.

Q : (L) John W pourrait-il faire quoi que ce soit qui pourrait me nuire ou nuire à mon travail ?

R : Cherche la réponse en toi.

Q : (L) Pourquoi devrions-nous prendre de la mélatonine ?

R : Hallucinogène léger.

Q : (L) Pourquoi en avons-nous besoin ?

R : Continue à exercer des aptitudes psychiques et ouvre des voies. Ne vous alarmez pas des rêves intensément érotiques.

Q : (L) Devons-nous nous attendre à avoir des rêves intensément érotiques ?

R : Possible à mesure que la psyché franchit des niveaux d’ascension.

Q : (L) Y a-t-il un problème avec le niveau d’énergie ce soir ?

R : Avec la planchette.

Q : (L) Qu’est-ce qui cloche avec la planchette ?

R : Se déforme.

Q : (L) Devons-nous nous en procurer une nouvelle ?

R : Bonne idée.

Q : (L) Si je mets une plaque de verre sur la planchette et du feutre sous la goutte, est-ce que ça ira ?

R : Peut-être.

Q : (L) Vaut-il mieux se procurer une nouvelle planchette ?

R : Ouvert.

Q : (L) Je me demande si l’on court le risque d’impliquer ces bons vieux Lizzies si l’on ne fait pas attention à qui l’on parle ?

R : Il y a toujours un risque.

Q : (L) Nous aimerions passer en revue certains individus liés à l’ufologie :

William Cooper ?

R : Indépendant ; bonnes intentions ; imagination légèrement débridée ; un petit peu induit en erreur.

Q : (L) Bob Lazar aurait travaillé à la rétro-ingénierie d’un appareil alien ?

R : Oui mais malveillant. Impliqué avec des types douteux.

Q : (L) Sa vidéo sur son travail dans la Zone 51 et ses descriptions des systèmes de propulsion et d’engins alien était-ce la vérité ou non ?

R : Proche de la vérité. Technologie de l’appareil : des points mineurs erronés.

Q : (L) Quid de Stanton Friedman ?

R : Pur, homme bon.

Q : (L) William Moore qui a co-écrit Le mystère de Roswell avec Charles Berlitz ?

R : Comme Friedman.

Q : (L) Qu’en est-il de l’incident où il a confessé de la désinformation ?

R : Fut forcé à dire cela par des sources complexes. Cette situation est très compliquée.

Q : (L) Et à propos de Jaime Shandera ?

R : Induit en erreur par les mêmes que Moore. Ses intentions sont mitigées.

Q : (L) Et pour Don Ware ?

R : Artiste de la désinformation.

Q : (L) Qu’en est-il de John Lear ?

R : Bon, mais précautionneux à l’excès.

Q : (L) Et le Dr Richard Boylan dont je viens de lire le livre ? Ce type dit qu’il a vécu une expérience d’abduction et que, du jour au lendemain, son attitude envers les aliens a changé. Qui était responsable de cette abduction qui a modifié son attitude ?

R : Les Gris ont changé l’attitude de Boylan.

Q : (L) Quelle était leur motivation pour faire ça ?

R : Lui faire propager des infos sélectionnées.

Q : (L) Quelle est l’intention de ces informations sélectionnées ?

R : Confondre les enquêteurs.

Q : (L) Les Gris ont-ils pris le contrôle de son esprit quand ils l’ont enlevé ?

R : En un sens.

Q : (VG) Un avion de la Navy s’est écrasé mardi, pourquoi s’est-il écrasé ?

R : Défaillance du système de guidage.

Q : (VG) Pourquoi la pilote n’a-t-elle pas pu s’éjecter ?

R : Son heure était venue.

Q : (VG) Donc, cet accident n’a rien à voir du tout avec les aliens ?

R : Non.

Q : (VG) J’ai écouté une femme qui s’appelle Janet Daily qui dit que les femmes qui se font avorter ont plus fréquemment un cancer du sein, mais que les avortements spontanés ou les fausses couches n’entraînent pas la même réaction. Est-ce vrai ?

R : Oui. Mais les femmes qui ont leur première grossesse plus tard dans la vie ont aussi plus de cancer du sein, idem pour celles qui n’ont jamais été enceintes.

Q : (VG) L’avortement crée-t-il un karma qui entraîne un cancer du sein ?

R : Des anomalies hormonales provoquent le cancer du sein. Le karma est lié aux expériences physiques.

Q : (L) Êtes-vous en train de dire que se faire avorter peut créer du karma ?

R : Bien sûr.

Q : (VG) Ces recherches sont-elles financées par des activistes anti-avortement ?

R : Dans une certaine mesure.

Q : (L) Je pense que V__ veut demander si elle a du karma à cet égard ?

R : Oui.

Q : (L) Elle ne l’a pas résolu ?

R : Non.

Q : (L) Bill Baldwin dit que les avortements entraînent de graves situations d’attachement spirituel. Est-ce vrai ?

R : À moitié.

Q : (L) Y a-t-il un moyen pour V__ ou d’autres de se libérer de ce type de karma ?

R : Oui.

Q : (L) Pourriez-vous nous le dire ?

R : Si nous vous le disons, vous n’apprendrez pas.

Q : (L) Plusieurs personnes m’ont parlé d’une petite enfant qui est constamment avec moi. Qui est-ce et pourquoi est-elle là ?

R : Prochaine sur la liste.

Q : (L) Prochaine sur la liste pour quoi ?

R : Naissance.

Q : Est-ce que je vais avoir un autre enfant ?

R : Peut-être.

Q : (L) Il y en a combien sur la liste ?

R : Un.

Q : (L) Fille ou garçon ?

R : Fille.

Q : Est-ce que cela arrivera d’ici l’année prochaine ?

R : Ouvert.

Q : (L) J’ai 42 ans. Si je devenais enceinte, est-ce que je serais capable d’avoir une grossesse normale et de donner naissance à un enfant en bonne santé ?

R : Oui. Ta conscience te donnera bientôt des informations spectaculairement pointues, exactes et justes.

Q : (L) Parce que je prends de la mélatonine ?

R : En partie.

Q : (L) Par « bientôt », est-ce que vous entendez d’ici un mois ?

R : Tu sauras.

Q : (L) J’ai l’impression que cela dépend beaucoup de ma confiance en ma propre intuition.

R : Oui.

Q : (L) J’ai eu un très grave malaise physique hier. Quelle était la nature de cette crise ?

R : Vésicule biliaire.

Q : (L) Que devrais-je faire à ce propos ?

R : Voir un spécialiste en ultrasons.

Q : (L) Le reiki pourra-t-il soigner cela ?

R : Ouvert.

Q : (L) Quand V__ avait les mains posées sur la région de mon cœur, elles vibraient visuellement ; est-ce le signe d’une transmission d’une grande quantité d’énergie ?

R : Oui.

Q : (L) Et vers quelle partie du corps allait cette énergie ?

R : La poitrine.

Q : (L) V__ ressent des picotements dans les mains en ce moment même. Est-ce de l’énergie reiki ?

R : Oui.

Q : (VG) Mon énergie reiki va-t-elle vers Frank et Laura quand nous faisons ça ?

R : Partout. Tu as un fort pouvoir de guérison naturel.

Q : (VG) Donc, ce n’est pas nécessairement l’initiation reiki ?

R : Non. Ann B est induite en erreur.

Q : (L) Si VG avait la bonne initiation, est-ce que cela augmenterait son pouvoir de guérison de sorte qu’elle pourrait presque accomplir des miracles ?

R : Précisément.

Q : (VG) Éric a-t-il aussi cette capacité ?

R : Certaine aptitude.

Q : (L) Ce soir, Éric a fait des siennes, qu’est-ce qui se passe avec lui ?

R : Poussée hormonale.

Q : (VG) Est-ce parce qu’il est en contact avec des femmes ?

R : Pas loin.

Q : (VG) L’énergie féminine ?

R : Plus physique.

Q : (VG) Passent-ils un bon moment ?

R : Fluctuant.

Q : (VG) L__ [ami de VG] est-il OK ?

R : Oui.

Q : (VG) Combien de temps vais-je devoir supporter ce truc hormonal avec Éric ?

R : 6 ans.

Q : (L) La patience est-elle la clé ?

R : Oui.

Q : (VG) Le reiki peut-il nettoyer les résidus de marijuana dans les poumons ?

R : En partie, mais qu’en est-il s’il y a des infusions continues ?

Q : (L) Existe-t-il un cas où l’ingestion d’herbe ou d’alcool est bénéfique spirituellement ?

R : Oui.

Q : (L) V__ a fumé de l’herbe ces deux dernières semaines. Pourquoi ?

R : Cherche à l’intérieur.

Q : (L) Était-ce une influence extérieure ?

R : Tous les événements pénibles sont influencés soit directement soit indirectement.

Q : (L) Était-ce le décès de son oncle ?

R : Cherche à l’intérieur.

Q : (L) Il y a de nombreuses années, j’étais avec une amie et elle a quitté la route pour me laisser conduire. On a toutes les deux marché autour de la voiture, je suis rentrée et j’ai eu l’impression qu’on est restée assise là pendant très longtemps. C’était à cause de la puissance de ce qu’elle avait fumé ou quoi ?

R : Tu as été enlevée à cause de l’état d’ouverture produit par la drogue.

Q : (L) Qu’est-ce qu’il y avait dans ce truc ?

R : Strychnine.

Q : (L) Est-ce que j’ai causé de graves dommages physiques à mon corps avec toutes ces substances ?

R : Dans une certaine mesure.

Q : (L) Est-ce irréversible ?

R : Peu probable.

Q : (L) Est-ce que jeûner me permettrait de réparer les dégâts infligés à mon corps ?

R : Fortes chances.

Q : (L) Est-ce pareil pour Frank et V__ ?

R : Oui.

Q : (L) Est-il recommandé de faire un nettoyage du côlon en plus du jeûne ?

R : Bonne idée.

Q : (L) Et de prendre des suppléments vitaminiques ?

R : Non.

Q : (VG) L’étincelle divine est-elle la part du Créateur qui vit en nous, l’âme, pour ainsi dire ?

R : Ça sonne bien.

S : (L) Si l’étincelle divine est l’âme en nous, y a-t-il des gens qui ont le double ou le triple d’étincelles divines, et ainsi de suite ? C’est-à-dire qu’ils en ont plus que d’autres ?

R : Oui.

Q : (L) Quel type de personne aurait plus d’étincelles divines que n’importe qui d’autre ?

R : Jésus a des étincelles divines à l’infini.

Q : (L) Comment Jésus peut-il avoir des étincelles divines à l’infini ?

R : Réplication de l’âme à des fins de communication.

Q : (L) Donc, à chaque fois qu’on en appelle à Jésus, on alimente notre étincelle divine ?

R : Oui.

Q : (L) Comment décririez-vous ces réplications de l’âme, plutôt comme une matrice ou comme un hologramme ?

R : Hologramme.

Q : (L) Et en quoi sa connexion avec le Créateur lui permet-elle de réaliser cette réplication de l’âme ?

R : S’est porté volontaire.

Q : (L) Rudolf Steiner a qualifié le Christ de « plus sublime principe humain s’étant jamais déployé sur Terre ». Cette déclaration est-elle juste ?

R : Une interprétation.

Q : (L) Il a également dit : « Le Christ, qui au cours de cette évolution a vécu 3 ans dans le corps de Jésus de Nazareth… » Cette déclaration est-elle exacte ? Le Christ est-il entré en Jésus alors qu’il avait 30 ans ?

R : Formé à ce moment.

Q : (L) Comment cet être sublime, le Christ, habite-t-il un corps humain ?

R : Processus naturel provoqué par une foi et une pensée suprêmement pures.

Q : (L) Pourtant, vous avez précédemment dit que Jésus avait eu des relations sexuelles avec des femmes après avoir été christifié, c’est bien ça ?

R : Non. Avant.

Q : (L) Donc, après la christification, il n’a plus eu de relations sexuelles ?

R : Exact.

Q : (L) L’esprit du Christ est-il descendu dans le corps de Jésus dans sa trentième année ?

R : Non.

Q : (L) Que s’est-il passé ?

R : S’est formé en lui. Et pourrait donc se former chez quiconque atteint de tels niveaux de service d’autrui, de foi et de suprêmes niveaux de pure pensée.

Q : (L) Quelle était la source de la croyance que le Christ est descendu aux enfers au cours de sa prétendue mort ?

R : Superstitions créées des centaines d’années après son œuvre.

Q : (L) Quand le système de cartes de crédit/débit va-t-il entrer en vigueur ?

R : 4 à 11 ans.

Q : (L) D’après les enseignements chamaniques, on peut avoir des esprits ou guides animaux. Est-ce le cas ?

R : En partie. Vous les avez si vous y croyez.

Q : (L) Si le fait d’y croire nous les donne, cette croyance est-elle bénéfique ?

R : Toute croyance est bénéfique à un certain niveau.

Q : (L) Jésus de Nazareth croyait-il aux esprits animaux ou totems ?

R : Non.

Q : (L) Est-ce simplement la résurgence New Age d’une ancienne superstition ?

R : Le chamanisme est subjectif et il limite. Inspiré par les Lézards.

Q : (L) Quelle est l’inspiration à l’origine de ce livre M.A.P. dont on fait la promotion en ce moment ?

R : Pas bonne.

Q : (L) Juste pour rigoler, quel serait mon esprit animal, si j’en avais un ?

R : Paon.

Q :(L) Frank ?

R : Cerf.

Q : (L) V__ ?

R : Chat.

Q : (L) Les Cassiopéens ont-ils des animaux de compagnie ?

R : Pas exactement.

Q : (L) Que faites-vous pour vous amuser ?

R : Tout est amusant avec la bonne perception.

Q : (L) Devrais-je connecter l’ordinateur à internet pour m’en servir afin de diffuser les messages canalisés ?

R : Oui. Vas-y.

Q : (L) Frank a-t-il autant besoin de caféine qu’il en ingère ?

R : À lui de voir.

Q : (L) Lui est-ce bénéfique ?

R : Crois-le ou non, oui.

Q : (L) Est-ce bon pour VG ?

R : Oui. Ajuste ta pensée et vice-versa.

Q : (L) Est-ce que fumer est néfaste à l’un de nous ?

R : Pas si modéré. Pas si l’état d’esprit est adéquat.

Q : (L) Est-ce que fumer augmente les capacités psychiques ?

R : Oui.

Q : (L) Est-il vrai que le programme du gouvernement pour éradiquer le tabac est inspiré par les Lizzies ?

R : Oui parce qu’ils savent qu’il peut augmenter les capacités psychiques.

Q : (L) Qu’est-ce qui cause le cancer du poumon qu’ils attribuent à la cigarette ?

R : Conditionnement mental et programmation subliminale pour s’y attendre.

Q : (L) Donc, ça n’arrive que si l’on est convaincu que ça peut et doit arriver ?

R : Exact.

Q : (L) Y a-t-il une marque particulière de cigarettes à fumer ?

R : Non.

Q : (L) Devrais-je accepter une offre d’emploi ?

R : T’éloigneras quelque peu de ce travail.

Q : (L) Vaudrait-il mieux la refuser ?

R : Ton moi intérieur te le dit.

Q : (L) Est-ce que mon idée de créer une association d’hypnose, d’enseigner, et par là même, de trouver des clients est un bon concept ?

R : À toi de voir.

Q : (L) J’ai parfois l’impression que quand vous dites « à toi de voir », ce n’est peut-être pas la meilleure idée, c’est bien ça ?

R : Parfois, mais pas la seule motivation.

Q : (L) VG est nerveuse.

R : Contrôle mental, V__. Essaie de t’exercer.

Q : (L) Par la respiration ou physiquement ?

R : Physiquement.

Q : (L) Le livre Les messagers de l’aube conseille de tournoyer, est-ce recommandé à tout le monde ?

R : Énorme oui.

Q : (L) Combien de fois par jour ?

R : 3.

Q : (L) Combien de tours ?

R : 33.

Q : (L) Est-il possible de le faire dans la piscine ?

R : OK.

Q : (L) Est-il bénéfique d’avoir un autel chez soi ?

R : OK.

Q : (L) OK, c’est bénéfique ?

R : Attention prenez garde à ne pas tirer de conclusions hâtives.

Q : (L) Quelles conclusions ? Que l’autel est bien bénéfique ? L’est-il fortement pour nous ?

R : Non.

Q : (L) Passablement OK ?

R : Non. Non. Non.

Q : (L) Quoi ?

R : Laura s’est fait mal en tirant des conclusions hâtives inspirées par les Lézards.

Q : (L) Donc l’autel est inutile ?

R : Non. Souviens-toi bien du groupe de l’église métaphysique.

Q : (L) Est-ce une question d’alliances malheureuses ?

R : A été un problème fréquent.

Q : (L) Devrais-je démonter l’autel ?

R : L’autel est OK, mais d’autres choses ne le sont pas, comme les rituels absurdes.

Q : (L) L’autel de V__ convient-il ?

R : Oui.

Q : (L) C’est vrai que pendant la période où j’avais des problèmes avec le groupe de l’Église métaphysique, ma piscine était verte. Cela symbolisait-il l’attaque dont je faisais l’objet ?

R : Oui, car par tes relations, et en adoptant trop de concepts sans les avoir attentivement soupesés auparavant, tu t’es rendue vulnérable.

Q : (L) Voulez-vous dire que si, à l’époque, j’avais refusé de concéder qu’il ne pouvait pas m’arriver de mal, cela aurait rendu tout mal impossible ?

R : Pas loin. À l’avenir, fais ta petite enquête avant d’adhérer et de mettre en pratique. Vu ?

Q : (L) Enquêter sur quoi ? Les idées ?

R : Oui. Les concepts et, en particulier, les pratiques.

Q : (L) Faire brûler des bougies, du sel, de la sauge, les rituels chamaniques et tout ça ? Tout cela ne sert à rien ?

R : Peut-être.

Q : (L) La sauge est inutile ?

R : Tu es en train d’apprendre ; te rappelles-tu ce que nous disons : « Bon, pas de rituels » ?

Q : (L) Autrement dit, ce qui importe vraiment, ce sont la connaissance, et la force qui vient de la connaissance et du savoir : c’est ça, la protection ?

R : Précisément. C’est extrêmement important.

Q : (L) Alexandra David-Néel cite un lama qui affirmait que nous devrions prendre garde aux créations de notre esprit autant qu’à celles de l’esprit d’autrui. Ce qui me fait penser aux formes-pensées potentiellement engendrées par des êtres négatifs de densité supérieure. Si nous ne reconnaissons pas que de telles choses existent, sont-elles susceptibles de nous dévorer ?

R : Les rituels alimentent directement les Lézards.

Q : (L) Même réciter le Notre Père ?

R : Il est convenable de prier. Pourquoi crois-tu que les religions établies ont l’obsession des rituels ?

Q : (L) C’est aussi valable pour les pratiques chamaniques et apparentées ?

R : Exactement.

Q : (L) Qu’est-il arrivé pour que ma piscine redevienne limpide ?

R : Tu as restauré ton niveau d’énergie.

Q : (L) Et les rituels n’y étaient pour rien ?

R : Exact. C’est arrivé en dépit des rituels. Et tu as eu de la chance : le résultat aurait pu être diamétralement opposé.

Q : (L) Qu’est-ce qui l’en a empêché ?

R : Intervention divine. [Pic d’énergie et le pointeur a presque volé hors de la planchette]

Q : (L) Eh bien, ma vie ressemble à une longue série d’interventions divines ! Est-ce vrai ?

R : Oui.

Q : (L) Pourquoi cette intervention ?

R : Te préserver et te préparer à ton travail.

Q : (L) Quel travail ?

R : Sur cette planète, tu es extrêmement précieuse à tous.

Q : (L) Précieuse en quoi, au juste ? Est-ce le cas de tout le monde ?

R : Non.

Q : (L) Est-ce quelque chose de significatif ? Quelle est la mission ?

R : Foi en ton canal en train de s’ouvrir ; tu apprendras au fur et à mesure. Nous ne pouvons pas tout te dire d’un seul coup.

Q : (L) Puisque l’énergie est forte en ce moment, nous aimerions savoir si vous avez un enseignement à nous transmettre.

R : Pas encore prêts pour cela ; établis un canal clair et le forum d’abord ; une étape à la fois.

Q : (L) C’est quoi le forum ?

R : À ton avis ?

Q : (L) Vous voulez dire qu’il nous faut réunir plus de gens autour de ce projet ?

R : Pas loin.

Q : (L) Nous devons créer un forum.

R : Oui. Une voie s’ouvrira si tu persévères.

Q : (L) Donc les choses viendront à nous si nous persévérons tout simplement ?

R : Attends-toi bientôt à une grosse opportunité.

Q : (L) J’imagine que nous ne devons pas demander de quoi il s’agit, nous devons avoir la foi, est-ce exact ?

R : Oui. Danger que vous interprétiez mal l’opportunité.

Q : (L) Serons-nous tous les trois capables de réaliser en même temps si l’opportunité est bonne ?

R : À des degrés divers.

Q : (L) S’il existe un danger que nous interprétions mal l’opportunité, pourriez-vous nous donner quelques indices de sorte que, lorsqu’elle se présentera, nous ne la manquerons pas ?

R : Au moins l’un d’entre vous aura une reconnaissance instantanée, mais ce ne sera peut-être pas le cas pour les autres. Vous verrez bien.

Q : (L) Cette interprétation erronée, cela veut-il dire qu’on peut s’attendre à mal interpréter les choses ?

R : Ouvert.

Q : (L) Sommes-nous une expérience ?

R : Peut-être.

Q : (L) Combien d’autres personnes reçoivent ce niveau d’information ?

R : Moins de 100 sur toute la planète. Moins de cette façon.

Q : (L) Certains autres utilisent d’autres méthodes ? Lesquelles ?

R : Nombreuses façons différentes.

Q : (L) Ce channeling à trois énergies que nous pratiquons donne-t-il une source d’information plus pure que le channeling direct par l’intermédiaire d’un seul individu ?

R : Pareil.

Q : (L) L’un de nous peut-il pratiquer le channeling direct ?

R : Vous avez tous le même potentiel.

Q : (L) AB souffre-t-il de graves attachements ?

R : Oui.

Q : (L) Va-t-il acheter le livre de Bill Baldwin [comme nous le lui avons conseillé] ?

R : Oui.

Fin de la séance

1.16 Séance du 2-novembre-1994

Séance du 2 novembre 1994

Participants : « Frank », Laura, et VG

Q : (L) Bonjour.

R : Bonjour.

Q : (L) Quel est votre nom s’il vous plaît ?

R : Fori.

Q : (L) Pourquoi Frank était-il dans un tel état hier soir ?

R : Parce que sa vie est difficile.

Q : (L) Qu’est-ce qui rend sa vie difficile ?

R : Destinée.

Q : (L) Est-ce son destin que sa vie entière soit difficile ?

R : Ouvert.

Q : (L) Ce choix dépend-il de lui ?

R : Non.

Q : (L) Dans ce cas, pourquoi est-ce ouvert ?

R : Qui va gagner : les forces des ténèbres ou de la lumière ?

Q : (L) Gagner quoi ?

R : La bataille.

Q : (L) Une bataille où ?

R : Tout.

Q : (L) Bon, je croyais que vous aviez dit que les forces de la lumière allaient clairement l’emporter. N’est-ce pas exact ?

R : Trop simplifié.

Q : (L) Y a-t-il quoi que ce soit que Frank puisse faire dans cette bataille qui l’aiderait à surmonter ce problème ?

R : Lutter.

Q : (L) Pourquoi T__, l’amie de V__, la critique-t-elle comme elle le fait ?

R : Jalousie.

Q : (L) Donc, elle devrait garder toutes ces informations pour elle ?

R : À elle de voir. Tout ira bien. Nous sentons que des sujets importants doivent être abordés à partir de maintenant s’il vous plaît.

Q : (L) Pourriez-vous nous définir les sujets importants ?

R : D’importance pour tous.

Q : (L) Qui ou quel groupe est responsable des crop circles ?

R : Nous. Tu penses bien !

Q : (L) À quoi servent les crop circles ?

R : Messages au monde. Tous.

Q : (L) Ces crop circles représentent-ils une idée, une énergie, un concept ? Comment transmettent-ils des messages ?

R : Traduisez ; c’est possible.

Q : (L) Celui-ci, que représente-t-il ?

R : Vous.

Q : (L) Vous voulez dire la race humaine ?

R : Oui. Symbole de la race humaine.

Q : (L) Qu’est-ce que représente celui-là ?

R : Planète.

Q : (L) Quelle était la signification du cercle que mon mari a découvert dans son allée ?

R : Mars.

Q : (L) Quel message transmettait-il ?

R : Astrologique.

Q : (L) Transmettait-il un quelconque message autre qu’astrologique ?

R : Que représente Mars ?

Q : (L) Guerre… colère, énergie, lutte, assurance, sexe, vie…

R : Quatre premiers.

Q : (L) [Tenant des images de crop circles] Maintenant, que représente ce crop circle ?

R : Interdimensionnalité.

Q : (L) Celui-ci, que représente-t-il ?

R : Structure atomique.

Q : (L) Ces tortillons, qu’est-ce que ça signifie ?

R : Lutte.

Q : (L) De quelle façon ?

R : Apprendre du changement et de l’adversité.

Q : (L) Bon, c’était toutes les images que j’avais…

R : Aura besoin de plus bientôt.

Q : (L) À la bibliothèque ?

R : Peut-être. C’est de la plus haute importance.

Q : (L) Cela va-t-il aider pour le « forum » ?

R : Oui.

Q : (L) Qui a sculpté les têtes de pierre sur l’île de Pâques ?

R : Des descendants des Lémuriens.

Q : (L) Les indigènes disent que les pierres se sont placées là toutes seules. Est-ce vrai ?

R : Non.

Q : (L) Alors, comment ?

R : Vibration tonale.

Q : (L) Et que représentaient ces pierres ?

R : Des Nephalim.

Q : (L) C’est à ça que ressemblaient les Nephilim ?

R : À peu près.

Q : (L) Cela veut-il dire que les Nephilim étaient présents en Lémurie ?

R : Pas loin.

Q : (L) Où était située la Lémurie ?

R : Pacifique, au large de l’Amérique du Sud.

Q : (L) Donc, quand les indigènes de l’Île de Pâques parlent de leurs ancêtres, ils parlent de gens qui venaient d’Amérique du Sud ?

R : Non. Tout près tout autour. L’île de Pâques est ce qui reste de la Lémurie.

Q : (L) Qu’est-il arrivé à la Lémurie ?

R : Submergée à peu près au moment que vous appelez la Chute au jardin d’Éden, approximativement.

Q : (L) Bon, si les Nephilim ont été amenés ici il y a entre 9 et 12 mille ans…

R : Dernière visite. Sont venus ici 5 fois. Reviendront.

Q : (L) Les Nephilim vont revenir ? Où vivent-ils actuellement ?

R : Orion.

Q : (L) Ils vivent dans la constellation d’Orion ? Où se trouve leur planète ?

R : N’en ont pas. En transit.

Q : (L) Toute cette foutue compagnie est en transit ?

R : Trois véhicules.

Q : (L) Combien de Nephilim y a-t-il dans chaque véhicule ?

R : Environ 12 millions.

Q : (L) Viennent-ils pour nous aider ?

R : Non. Onde, essaim cométaire, ils utilisent tous la même énergie.

Q : (L) Utilisent la même énergie pour faire quoi ?

R : Traverser l’espace/temps.

Q : (L) Est-ce que ça veut dire que sans cet essaim cométaire, ils ne peuvent pas traverser l’espace-temps ?

R : Non. Plus lent. Voici un message. Calmez-vous un instant s’il vous plaît : à partir de maintenant et quand le mot suivant est entre guillemets, nous l’indiquerons ainsi : marque, ensuite le mot, ensuite marque à nouveau. Maintenant, « plus lent ».

[Après cela, nous avons placé des guillemets sur la planchette. À partir de maintenant, quand des mots des réponses des Cassiopéens sont entre guillemets, c’est parce qu’ils les ont épelés ainsi.]

Q : (L) Donc sans cette Onde, leur course est ralentie. D’où vient cette Onde ?

R : Suit l’essaim.

Q : (L) Elle suit l’essaim. En quoi cette Onde consiste-t-elle ?

R : Frontière entre mondes.

Q : (L) Est-ce que cette onde de frontière entre les mondes suit l’essaim cométaire en permanence ?

R : Non.

Q : (L) La frontière entre les mondes est-elle vaguement associée à l’essaim cométaire à chaque fois qu’il vient ?

R : Non. La frontière entre mondes suit les changements globaux de la réalité en termes d’énergie ; la frontière entre mondes suivra le passage de cet essaim et en a suivi d’autres, mais pas la plupart.

Q : (L) Cette frontière entre mondes, est-ce une frontière dimensionnelle ?

R : Oui.

Q : (L) D’accord. Concernant cette frontière entre mondes, est-ce que les dimensions…

R : Mondes qui pulsent. Mondes qui fluctuent.

Q : (L) Notre monde est-il en train de fluctuer ou de pulser ?

R : Non.

Q : (L) Mais cet autre monde, oui ?

R : Non.

Q : (L) Qu’est-ce qui fluctue ?

R : La résidence.

Q : (L) Tout ce qui se trouve dans ce monde fluctue ?

R : Non. Votre planète fluctue entre deux mondes.

Q : (L) Quelle est la fréquence de cette fluctuation ?

R : Approximativement tous les 309 000 ans.

Q : (L) Autrement dit, nous pouvons nous attendre à nous retrouver en 4e densité pendant environ 300 000 ans ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce que ça veut dire que l’état édénique a existé pendant environ 300 000 ans avant la « Chute » ?

R : Oui.

Q : (L) Maintenant, vous dites que ces Nephilim arrivent et qu’ils sont environ 36 millions, c’est ça ?

R : Oui.

Q : (L) Et ce sont les sbires des Gris et des Lizzies, c’est bien ça ?

R : Oui.

Q : (L) Eh bien, asseyons-nous et regardons le spectacle ! Vous dites que la planète fluctue…

R : Non, les mondes fluctuent, une planète occupe simplement un monde.

Q : (L) Quelle est la source de cet autre monde, dans l’espace-temps ?

R : Trop complexe.

Q : (L) Quelle est la source qui le génère ?

R : Partie d’un grand cycle.

Q : (L) S’agit-il du cycle connu des Mayas ?

R : Ils ont partiellement compris.

Q : (L) Leur calendrier va jusqu’en 2012… est-ce la bonne date pour la traversée de la frontière entre mondes ?

R : Pas loin. Encore indéfini selon vos mesures temporelles. Les Lizzies espèrent vous gouverner en 4e densité. Plus près de 18 ans.

Q : (V) Éric [Son fils adolescent] est-il à la maison dans son lit ?

R : Oui. Et Non.

Q : (V) Il est à la maison, mais pas dans son lit ?

R : Oui.

Q : (V) Est-il sorti ce soir ?

R : Oui.

Q : (V) Est-ce la même personne qu’avant ?

R : Oui. Éric traverse de nombreux changements.

Q : (V) Est-ce qu’il dort ?

R : Non.

Q : (V) Devrais-je l’appeler ?

R : Non.

Q : (L) La disposition actuelle est-elle mieux ? [Nous avions interverti nos places.]

R : Non.

Q : (L) C’était mieux avant ?

R : Oui.

Q : (L) Qu’est-ce qui était mieux ?

R ; Toi et Frank échangez vos places.

Q : (L) Pourquoi ?

R : Vortex énergétique.

Q : (L) Si un contingent de 36 millions de Nephilim débarquent en tant qu’hommes de main des Lézards, est-ce que la Confédération possède une force de défense similaire ?

R : Nous ne fonctionnons pas de cette manière.

Q : (L) Nous devrons donc les combattre seuls ?

R : Pensez au Magicien d’Oz. Nous en sommes l’inspiration.

Q : (L) La sorcière représente les Lizzies ?

R : Oui.

Q : (L) Donc, y a-t-il quelque chose que nous devons ou pouvons faire…

R : Glinda est comme nous.

Q : (L) Et qui est le Magicien ? La Bête ou le gouvernement des États-Unis ?

R : Proche. Illuminati.

Q : (L) Les singes sont-ils les Nephilim ?

R : Assez proche.

Q : (L) Si l’eau a détruit la sorcière et que la sorcière représente les Lizzies, pouvons-nous détruire les Lizzies ?

R : Connaissance.

Q : (L) Mais sur la planète, il n’y en a qu’une poignée qui possèdent la connaissance, n’est-ce pas ?

R : Que veux-tu dire ? Contre tous lorsque le temps sera venu.

Q : (L) Alors, les 36 millions de Nephilim feront face à tous les habitants de la planète quand le temps sera venu ?

R : Bien sûr.

Q : (L) Et ceux qui ont la connaissance peuvent la dispenser aux autres…

R : Oui.

Q : (V) Avez-vous inspiré d’autres films que l’on pourrait voir ?

R : Oui mais de significations et de thèmes différents.

Q : (V) Est-ce que Cocoon vient de vous ?

R : Non. Hollywood.

Q : (L) Qui habitait la cité de Jéricho à l’origine ?

R : Araméen.

Q : (L) Il y avait une tour de pierre dans l’un des niveaux inférieurs. À quoi servait-elle ?

R : Distribution d’énergie. Tentative de reproduire la tour de Babel et les tours de cristal atlantes.

Q : (L) Qui a sculpté le crâne de cristal trouvé en Amérique centrale ?

R : Les Mayas.

Q : (L) À quoi servait-il ?

R : Étudier le cerveau. Long message après une pause : Maintenant : Le crâne servait à en apprendre sur l’âme ; imagerie par réflectivité moléculaire. C’est ce que font les Gris avec les abductés.

Q : (L) Grâce à quel type d’instrument ?

R : Concentration d’énergie.

Q : (L) Qu’est-ce qu’il y a derrière leurs yeux ?

R : Système de type caméra.

Q : (L) Ce système est-il aussi capable d’envoyer des signaux ?

R : Oui.

Q : (L) À quel niveau du spectre ?

R : Paralysie de la pensée.

Q : (L) Implantent-ils aussi des pensées avec leurs yeux ?

R : Peuvent.

Q : (L) Que font-ils avec les implants ?

R : Surveillent.

Q : (L) Ils surveillent nos pensées ?

R : Oui.

Q : (L) Ils surveillent ce qu’on voit ?

R : Oui.

Q : (L) Ce qu’on entend et ressent ?

R : Oui.

Q : (L) Les implants ne font que surveiller ?

R : Et contrôler.

Q : (L) Avons-nous tous des implants ?

R : Oui.

Q : (L) Sommes-nous sous le contrôle des Gris ?

R : Tentent.

Q : (V) Combien de fois ai-je été enlevée ?

R : 55.

Q : (L) Laura ?

R : 12,

Q : (L) A__ ? [Fille]

R : Aucune.

Q : (L) J__ ? [Fils]

R : Oui.

Q : (L) Puis-je les protéger contre les enlèvements ?

R : Peut-être. Essayé avec A__.

Q : (L) Qu’est-ce qui l’a empêché ?

R : Toi.

Q : (V) Quand ai-je été abductée pour la dernière fois ?

R : Juin.

Q : (V) C’était la fois où j’ai eu l’impression d’être attaquée ?

R : Oui.

Q : (V) Quand j’ai invoqué la main de Dieu, est-ce que cela a aidé ?

R : Non.

Q : (L) Qui a réalisé les gravures et les peintures dans les grottes françaises ?

R : Des gens. Aryens. Dans des cavernes car luttaient pour survivre aux conflits entre de nombreuses forces, y compris la domination des Lézards.

Q : (L) Pourquoi les dessins des Égyptiens étaient-ils de profil ?

R : Transmission d’une méthode atlante. Simple stylisation artistique.

Q : (L) Qu’en est-il des passages dans la pyramide ? Pourquoi sont-ils aussi incongrus ?

R : Utilisaient des vortex énergétiques pour le mouvement. Flottaient, lévitaient. Pouvez encore le faire si vous savez comment. Dans la pyramide, les passages créaient de l’énergie par leur emplacement et leurs relations par rapport aux autres configurations spatiales/solides. Et les passages changeaient parfois leur structure atomique et le font encore.

Q : (L) À quoi servait le sarcophage dans la chambre du Roi ?

R : Stockage d’énergie.

Q : (L) Y avait-il quelque chose dans cet objet ?

R : Oui.

Q : (L) Quoi ?

R : Beaucoup de choses.

Q : (L) Donc, rien de permanent, on pouvait y mettre diverses choses pour diverses raisons ?

R : Oui.

Q : (L) Dans nos appareils, il y a généralement des boutons et des capteurs pour que l’appareil accomplisse une tâche spécifique ou délivre une quantité ou un flux d’énergie particuliers. Quel était l’équivalent des boutons et des dispositifs de réglage dans la pyramide ?

R : Les pensées.

Q : (L) S’agissait-il des pensées d’une personne en dedans ou d’un individu spécifique dont c’était le travail de « penser » ?

R : Les deux à l’occasion.

Q : (L) N’importe qui pouvait-il aller dans la pyramide, rentrer dans le sarcophage et voir se faire ce qu’il avait demandé ? Ou était-ce l’aboutissement d’un long processus ?

R : Tout cela.

Q : (L) Quand vous dites que les passages changeaient atomiquement, voulez-vous dire qu’ils devenaient réellement plus grands ou plus petits ?

R : Oui. Et changeaient aussi de position.

Q : (L) La théorie de Petrie est-elle un tant soit peu juste ?

R : En 1967, le Corps des Ingénieurs de l’armée des États-Unis l’a étudiée. Cherche.

Q : (L) Y a-t-il eu à un moment ou un autre des licornes comme les légendes les décrivent ?

R : Non.

Q : (L) Quelle est la source de cette légende ?

R : Une créature atlante ressemblait aux licornes. Ont toutes péri dans un cataclysme. Ressemblaient à des chevaux et certaines avaient des cornes mais pas toutes.

Q : (L) Quelle est l’origine du sanskrit ?

R : Atlantide.

Q : (L) Quand les Aryens ont été amenés ici, était-ce en Atlantide ?

R : Non. Les Aryens différaient des Atlantes.

Q : (L) Existe-t-il de nos jours une langue qui dérive de la langue aryenne ? Ou qui a peu évolué par rapport à l’indo-européen ?

R : Oui. Toutes les germaniques.

Q : (L) Le celte en fait-il partie ?

R : Oui.

Q : (L) Quelle était l’origine de la civilisation minoenne ?

R : Descendants des Atlantes.

Q : (L) Le « saut au-dessus du taureau », c’était quoi ?

R : Un test, un sport, un rite religieux.

Q : (L) Quand Théra a explosé, il semble avoir détruit toutes les villes minoennes excepté Knossos.

R : Théra fut la conséquence du passage rapproché de Maldek. Knossos n’a pas été détruite, car ses structures étaient fondamentalement plus solides et l’onde de choc était perpendiculaire. Des abris souterrains ont sauvé quelques personnes.

Q : (L) Knossos a subsisté environ 75 ans après les événements qui ont détruit la majeure partie de la civilisation minoenne. Quels événements ont porté le coup fatal aux Minoens ?

R : Parasites d’origine météorique. La météorite a détruit la ville.

Q : (L) Les Mycéniens avaient construit une ville avec un mur de 15 mètres d’épaisseur. Pourquoi ce mur avait-il été construit de la sorte si les seuls dangers étaient des guerriers armés de lances et de flèches ?

R : Pour se protéger contre les cataclysmes fréquents de cette période. Ça a fonctionné. La majeure partie du mur est toujours debout.

Q : (L) Maintenant, quand vous parlez d’essaim cométaire, comme vous l’avez fait à de nombreuses occasions, la définition technique d’une comète est que c’est un morceau de glace. Est-ce le cas des comètes de cet essaim ?

R : Et autres substances, principalement noyaux d’iridium.

Q : (L) Bon, vous dites que 36 millions de Nephilim se dirigent vers nous. Est-ce que ce sont des êtres de 4e densité ?

R : Non. Ils vivent en 4D mais sont de 3D. Ils sont aussi physiques que vous. Se comportent comme la Gestapo. La Gestapo a été inspirée par les Nephilim au moyen de l’influence des Lézards sur Hitler. C’était une séance d’entraînement.

Q : (L) Y aura-t-il des Nephilim qui seront sympa avec nous ?

R : Non.

Q : (L) Vous avez dit que les Nephilim avaient été ensemencés sur une planète appelée D’Ankhiar, tout comme les êtres humains. Qu’entendiez-vous par « ensemencés sur D’Ankhiar » ?

R : L’environnement était approprié à la molécularisation.

Q : (L) Vous voulez dire que les corps physiques présents sur la planète Terre, les différents types d’humanité — Neandertal, Cro-Magnon, Australopithèque, etc. — ont été générés sur cette autre planète et ensuite amenés ici ?

R : Oui.

Q : (L) Si les Nephilim sont de 3D, je suppose qu’ils meurent comme nous. Est-ce exact ?

R : Oui.

Q : (L) On peut donc leur tirer dessus et ils mourront ?

R : Exact. Mais mauvaise approche.

Q : (L) C’est quoi la bonne approche ?

R : La connaissance protège.

Q : (L) Eh bien, si un type de 4 mètres me fonce dessus pour me brutaliser, que va faire la connaissance pour me protéger ?

R : Tu seras en 4e densité.

Q : (L) Donc, nous serons en 4e densité avant qu’ils n’arrivent ?

R : Croisement.

Q : (L) Tous les trois ?

R : Oui, et beaucoup d’autres.

Q : (L) Donc, nous n’allons pas devoir affronter les Nephilim ?

R : Pas exact.

Q : (L) Cela veut-il dire qu’il y aura des êtres 3D et 4D en même temps sur la planète et que certains devront affronter ces types et d’autres non ?

R : Mais toi aussi tu devras.

Q : (L) Je ne comprends pas. Ces Nephilim viennent ici pour passer aussi en 4D ?

R : Ils y vivent déjà en tant qu’êtres de 3e densité. Démonstration : Quand vous êtes enlevés, vous êtes de 3e densité, mais vous êtes emmenés en 4e densité.

Q : (V) En juin, j’ai rêvé que j’étais enlevée, il y avait des êtres de lumière et j’étais aussi un être de lumière. J’essayais différents vêtements. On m’a emmenée dans une pièce où l’on m’a dit que je pourrais écrire et quand on m’a dit qu’il était temps de partir, j’avais des chaussures sur lesquelles était écrit « Étoile Terre ». Était-ce une abduction ?

R : Oui.

Q : (V) Vous parlez d’illusions, je croyais que c’était bon signe ! Était-ce une mauvaise chose ?

R : Subjectif.

Q : (V) Qui m’a enlevée ?

R : Les Gris.

Q : (V) Quand je me suis réveillée, je me suis sentie tellement grande et électrique. J’ai cru que c’était la meilleure chose qui soit… est-ce que c’était mon abduction du mois de juin ?

R : Oui.

Q : (L) Nous aimerions en savoir plus sur cet accident d’avion. Un des premiers témoins a dit qu’il n’y avait pas de corps. Est-ce le cas ?

R : Non.

Q : (L) Où sont les corps ?

R : Éparpillés

Q : (L) Qu’est-ce qui a provoqué l’accident ?

R : Exactement comme l’USAir. Attaque des Lézards. Sera camouflé.

Q : (V) La nuit avant l’écrasement de l’USAir, plusieurs d’entre nous ont eu mal à la tête et se sont réveillés épuisés.

R : Précognition et transfert d’énergie d’âme à âme.

Fin de la séance.

1.17 Séance du 4-novembre-1994

Séance du 4 novembre 1994

Participants : « Frank » et Laura

Q : (L) Bonjour.

R : Bonjour. Pierres.

Q : (L) Qu’y a-t-il à propos des pierres ?

R : Expose-les à la lumière du soleil pendant deux jours.

Q : (L) Et qu’est-ce que ça fera ?

R : Dynamiser.

Q : (L) Dynamisées pour faire quoi ?

R : T’apporter de la puissance.

Q : (L) Et qui est avec nous ce soir ?

R : Rolla.

Q : (L) Êtes-vous un désincarné ?

R : Non.

Q : (L) D’où venez-vous ?

R : Cassiopée. Avez-vous vu l’article sur cette galaxie nouvellement découverte ?

Q : (L) Oui, et ça m’a intrigué. Aimeriez-vous nous dire quelque chose à ce sujet ?

R : Notre ligne de transfert énergétique vers vous.

Q : (L) Qu’est-ce qui est une ligne de transfert énergétique, cette galaxie que l’on vient de découvrir ?

R : En un sens.

Q : (L) Pourquoi les informations que nous avons reçues à propos des petits garçons étaient-elles aussi vagues ?

R : Besoin d’interpréter pour s’entraîner.

Q : (L) Est-ce que ça veut dire que toutes les informations que nous recevons doivent aussi être interprétées ?

R : Pas autant. Il s’agissait d’un sujet particulièrement sensible avec de nombreuses focalisations simultanées.

Q : (L) C’est l’attention que les gens ont focalisée sur ce sujet qui a créé de l’interférence ?

R : Pas loin. Souvenez-vous, Allison est bonne mais pas quand trop de monde porte attention.

Q : (L) Qui est Allison ? (F) Dorothy ?

R : Oui. Dorothy.

Q : (F) Oui, la médium qui trouve des morts. (L) Eh bien, je ne sais même pas qui c’est. (F) Elle est très célèbre. (L) Alors je dois vivre dans une cave. Je lisais Les messagers de l’aube aujourd’hui, et il y est question de gens qui sont des gardiens de la fréquence. Est-ce un concept correct ?

R : Oui.

Q : (L) Frank et moi sommes-nous des gardiens de la fréquence ?

R : Oui.

Q : (L) Sommes-nous presque à la fréquence que nous devons garder ?

R : Oui.

Q : (L) Helen D m’a fait une voyance il y a quelques mois et elle m’a parlé d’un partenariat entre deux personnes, elle a dit que personne d’autre ne devrait y être intégré. S’agissait-il de S__ou de Frank et de moi ?

R : Interférence a biaisé la séance.

Q : (L) Faisait-elle référence à notre travail à Frank et à moi ou parlait-elle de S__ ?

R : Peut-être.

Q : (L) Lors de cette voyance, elle a aussi dit que j’allais rencontrer quelqu’un au mois de novembre qui allait devenir une part très importante de ma vie. Pouvez-vous m’en dire un petit peu plus ?

R : Tu verras bien. À nouveau temps de lever le gibier.

Q : (L) Quel gibier ?

R : Façon de parler.

Q : (L) De tout le gibier que j’ai levé, et des gens que j’ai contactés, lesquels en particulier ?

R : Milieu ufologique.

Q : (L) Comment puis-je le faire ?

R : Recontacte. Certains doutent. Recontacte.

Q : (L) Recontacter certains qui doutent ?

R : Non. Recontacter certains fait douter.

Q : (L) Lesquels en particulier ?

R : Dois ratisser sans préjugés.

Q : (L) Vous voulez dire envoyer des transcriptions de nos séances ?

R : Bonne idée. Éveille l’intérêt.

Q : (L) C’est ce que j’avais prévu de faire.

R : Un silex doit faire plus d’une étincelle pour allumer un feu.

Q : (L) Frank devrait-il recevoir l’initiation au reiki ?

R : OK.

Q : (L) Cela sera-t-il bien pour lui d’être initié au reiki ?

R : Ça l’est toujours.

Q : (L) Qui sont les aliens de type nordique ?

R : Vos ancêtres.

Q : (L) De quelle planète venaient-ils ?

R : Plusieurs et transitoires.

Q : (L) Comment s’appelle leur type ? Juste les Nordiques ?

R : C’est aussi bien que n’importe quelle description.

Q : (L) Pourquoi sont-ils sur cette planète en ce moment ?

R : Observation.

Q : (L) Ne les a-t-on pas vu avec les Lizzies à l’occasion ?

R : Oui.

Q : (L) Ils fréquentent les Lizzies ?

R : Certains.

Q : (L) Certains ne sont pas gentils ?

R : Moitié-moitié.

Q : (L) Ont-ils déjà enlevé des gens ?

R : Oui mais pas très souvent. Quand ils le font, ils ne les ramènent pas.

Q : (L) Que font-ils de ceux qu’ils enlèvent ?

R : Les emmènent dans trop d’endroits pour les citer. Multiples objectifs. Trop complexe.

Q : (L) J’ai l’impression que ce n’est peut-être pas trop complexe, mais que vous ne voulez tout simplement pas répondre, c’est bien ça ?

R : Ouvert. Pas maintenant.

Q : (L) Et à propos du cas Vilas-Boas ; qui étaient ces êtres et quel était le but de cette interaction ?

R : Expérience de reproduction aryenne.

Q : (L) Où vivent ces Aryens ?

R : En transit.

Q : (L) Quand ils arrivent à destination, où vivent-ils ?

R : N’arrivent pas. Beaucoup ne vivent pas spécialement quelque part. Ils sont perpétuellement en transit.

Q : (L) Pourquoi cela ?

R : Pas besoin de s’installer ; ce n’est que votre perception, car c’est ce que vous connaissez. Une planète est aussi un véhicule.

Q : (L) Pourquoi y avait-il 3 pyramides ? Chacune remplissait-elle un but distinct ?

R : Différence de niveaux d’énergie et d’âge. As-tu fait des recherches sur l’étude de 1967 des ingénieurs ?

Q : (L) Ça se trouverait dans quel livre ?

R : Regarde dans l’encyclopédie des mystères. Maintenant, s’il te plaît.

Q : (L) Pourquoi Moïse n’a-t-il pas été admis en terre promise ?

R : Parce qu’il est devenu tyrannique.

Q : (L) Étaient-ce les Lézards qui ont mené les Juifs vers la « Terre Promise » ?

R : Non. N’ont pas été menés ; ont suivi leur propre chemin dans la tentative d’échapper aux effets des cataclysmes.

Q : (L) D’où vient cette grosse légende de peuple élu mené vers la Terre Promise ?

R : Davantage d’influence et d’inepties de la Fraternité.

Q : (L) Quel type d’armes les Nephilim utilisent-ils pour « imposer leur loi » ?

R : Fusils paralysants.

Q : (L) Ils utilisent réellement des armes matérielles ?

R : Oui.

Q : (L) Et pourriez-vous nous dire à quoi ressemblent les Lizzies ?

R : Alligators au faciès vaguement humanoïde se tenant debout.

Q : (L) J’ai entendu parler d’une théorie selon laquelle les Lizzies avaient évolué sur la planète Terre au départ. Est-ce vrai ?

R : Non. Vous non plus.

Q : (L) Vous voulez dire nous dans le sens des premiers prototypes humains ?

R : Tous les prototypes.

Q : (L) Ces prototypes qui ont évolué sur une autre planète avaient-ils une âme à l’époque ?

R : A été ajoutée.

Q : (L) Quelles âmes occupaient ces prototypes sur cette autre planète ?

R : Idem.

Q : (L) Donc, la légende de la chute de Lucifer en tant qu’origine des âmes s’incarnant dans la vie physique fut un événement qui a en réalité eu lieu sur cette autre planète ?

R : Oui.

Q : (L) Les Lizzies ont-ils plusieurs cœurs ?

R : Non.

Q : (L) Ont-ils plusieurs cerveaux ?

R : Non.

Q : (L) Ce type, Eddie Page, prétend avoir été enlevé, emmené par les aliens et modifié physiquement. Y a-t-il du vrai là-dedans ?

R : Non.

Q : (L) A-t-il vraiment été enlevé ?

R : Oui.

Q : (L) Qu’est-ce qu’on lui a fait ?

R : Même routine que pour les autres abductés.

Q : (L) Eddie Page sait-il qu’il ment ?

R : Oui. C’est un escroc. Fourvoyé par des fantasmes.

Fin de la séance

1.18 Séance du 6-novembre-1994

Séance du 6 novembre 1994

Participants : « Frank » et Laura

Q : (L) Êtes-vous là ?

R : Attendez.

Q : (L) Êtes-vous là ?

R : Oui.

Q : (L) Qui est avec nous ce soir ?

R : Vedeeba.

Q : (L) Êtes-vous un être désincarné d’origine terrestre ?

R : Non.

Q : Qui êtes-vous ?

R : Cassiopéen.

Q : (L) Avez-vous suivi notre discussion ?

R : Comme toujours.

Q : (L) Au cours de cette discussion, nous avons parlé de libérer les énergies vitales qui peuvent être bloquées par les traumatismes émotionnels, etc., et selon ce livre que je viens de lire, on peut deviner si l’énergie vitale d’une personne est bloquée en regardant comment elle se tient ou se meut. D’après ces informations, je pense que l’énergie vitale de Frank est bloquée. Suis-je dans le vrai ?

R : Non.

Q : (L) Dans ce cas, pourquoi Frank est-il si mal à l’aise avec son corps ?

R : Le livre n’est pas totalement inexact, mais rappelle-toi de ne rien prendre entièrement au pied de la lettre.

Q : (L) Est-ce que certains aspects de cette théorie pourraient bénéficier à Frank et l’aider à se sentir plus à l’aise ?

R : Frank est mal à l’aise parce que la plupart des gens sont mal à l’aise avec lui.

Q : (L) Et qui a commencé à se sentir mal à l’aise, lui ou les autres ?

R : Les autres.

Q : (L) Et pourquoi sont-ils mal à l’aise avec lui ?

R : Perçoivent des différences.

Q : (L) Si Frank faisait un travail au niveau du corps et clarifiait les énergies relatives à ses sensations corporelles, est-ce que cela l’aiderait à surmonter cette difficulté ou situation particulière ?

R : Ne marchera pas.

Q : (L) Y a-t-il quoi que ce soit que Frank puisse faire pour libérer ses énergies et devenir plus à l’aise avec lui-même ?

R : Il est plus à l’aise maintenant qu’avant parce qu’il n’écoute plus les critiques des autres.

Q : (L) Frank a-t-il raison lorsqu’il dit que son corps et son mode sont ceux du futur ?

R : Plus proche. Mais pas encore là.

Q : (L) Lors d’une séance précédente, on nous a dit que nous devions équilibrer notre contribution dans ce projet. Je suis curieuse de savoir ce que signifie équilibrer les contributions, au juste. Est-ce que c’est lié à l’utilisation du Ouija ?

R : Nombreux sens. On ne doit pas dominer la prise de décision. Être ouvert à toutes les idées et contributions. Dès que nous aurons fait des arrangements financiers, ce sera ton signal pour consacrer tous tes efforts à cette entreprise.

Q : (L) Vous procédez à des arrangements financiers pour notre compte ?

R : Ferons.

Q : (L) Quand cela aura-t-il lieu ?

R : Ouvert.

Q : (L) Cela dépend-il de notre dévouement, de l’intensification de la force de ce canal, etc. ?

R : Patientez. Continuez comme vous le faites.

Q : (L) Récemment, je lisais Les messagers de l’aube, et au sujet de l’énergie masculine et de l’énergie féminine, il est dit : « Nous avons dit que la vibration mâle se transformera en très peu de temps. Nous ne vous dirons par pourquoi ni comment parce que certains d’entre vous considéreraient ceci comme étant définitivement trop inquiétant. Nous vous dirons cependant qu’à mesure que les vagues de changements continueront à venir, un éveil de conscience unilatéral se répandra au sein de la population. À un certain point, au moment où les hommes seront au plus fort de leur lutte pour maîtriser leurs sentiments, leur centre de réceptivité aux émotions sera activé. Cela se produira doucement, ou bien il s’ouvrira tout d’un coup. » Qu’est-ce qui sera « définitivement trop inquiétant » ?

R : Redirection énergétique.

Q : (L) Vous dites qu’il y aura une direction énergétique et que c’est ça qui sera inquiétant ?

R : Vue d’ensemble.

Q : (L) Ça veut dire quoi au juste direction énergétique ? Quel type d’énergie ?

R : Sexuelle.

Q : (L) Et ce sera l’événement inquiétant qui effraiera les gens ?

R : Les répercussions.

Q : (L) Quelles répercussions ?

R : Nombreuses.

Q : (L) Pourriez-vous nous en dire quelques-unes ?

R : Tu dois d’abord trouver la réponse à la première.

Q : (L) Bon, énergie sexuelle « redirigée »… est-ce que ça veut dire que les femmes n’auront plus de relations sexuelles avec les hommes ?

R : Pas exactement.

Q : (L) Est-ce que je chauffe ?

R : Oui. Les hommes perdront la majeure partie de leur désir en faveur d’activités plus spirituelles. C’est le désir sexuel qui est la source de l’essentiel de l’agressivité historique et du manque de sentiments des hommes.

Q : (L) Pouvons-nous le dire aux autres ?

R : Pourrait causer des remous mais c’est vous qui voyez.

Q : (L) J’ai remarqué que depuis que j’ai commencé à méditer intensément, mon désir s’est estompé. Est-ce à cause de la méditation ?

R : Oui. Les femmes perdront aussi de leur désir. Mais comment les humains réagiront à cela, telle est la question. Seront-ils prêts ?

Q : (L) Est-ce que ça veut dire que plus personne ne s’intéressera au sexe ?

R : Auront beaucoup moins de relations sexuelles et devront apprendre à avoir des relations plus spirituelles.

Q : (L) Est-ce parce que le contact est l’un des principaux désirs de l’être humain, que jusqu’à maintenant cela s’est manifesté par l’union sexuelle, et que sans la pulsion sexuelle ils seront forcés à trouver d’autres moyens d’entrer en relation ?

R : Espérons-le. Vous vous dirigez tous vers le 4e niveau qui est moins physique, donc vous devez apprendre cette existence afin de transiter au 4e niveau.

Q : (L) Et ceux qui n’apprennent pas ne passeront pas, c’est bien ça ?

R : Oui. Certains seront soulagés. Cela dépend de l’état d’avancement de l’individu.

Q : (L) J’ai tiré une sorte de conclusion au sujet de certaines des activités des Lizzies et de leurs abductions par l’intermédiaire des Gris, etc., et il me semble que ce nombre excessif d’examens gynécologiques, du système de reproduction, ou autres, pourraient être un écran dissimulant un procédé destiné à extraire la force ou l’énergie vitale des êtres humains au travers du chakra racine, le chakra sexuel, là où la force vitale entre dans le corps, si j’ai bien compris. Est-ce que cette idée est correcte ou sur la bonne voie ?

R : Pas loin.

Q : (L) Il semble effectivement que les Gris et les Lizzies portent un intérêt anormal aux activités sexuelles des êtres humains ; est-ce exact ?

R : Oui.

Q : (L) Pourquoi cet intérêt excessif, et pourquoi ont-ils des pratiques sexuelles aberrantes ? Ou éprouvent-ils un désir sexuel phénoménal même si ce sont des êtres de 4e densité ?

R : Trop de questions ; une seule à la fois.

Q : (L) Éprouvent-ils un désir sexuel phénoménal même si ce sont des êtres de 4e densité ?

R : Non.

Q : (L) Est-ce qu’ils s’intéressent à l’énergie sexuelle simplement parce qu’il s’agit de force vitale ?

R : En partie et ils tentent aussi désespérément d’empêcher le changement afin de garder le contrôle.

Q : (L) Quels changements veulent-ils désespérément éviter ?

R : Vers le 4e niveau.

Q : (L) Ils sont en train d’essayer d’éviter la transformation au 4e niveau ? Ils peuvent faire ça ?

R : Non. Espèrent aussi garder le contrôle même si le changement se produit.

Q : (L) Comment font-ils cela en procédant à ces examens gynécologiques ? Ont-ils recours à quelque activité technique ?

R : Oui. Trop complexe.

Q : (L) Donc, ces supposés souvenirs d’examens que les gens ont de leurs enlèvements ne sont que des écrans aux procédures utilisées pour leur soutirer leur force vitale ?

R : Oui.

Q : (L) Que font-ils des échantillons de tissus ou des petits bouts de chair qu’ils prélèvent sur les abductés ?

R : Clonage.

Q : (L) S’ils les clonent, pourquoi ont-ils besoin d’aussi gros morceaux ?

R : Vous ne connaissez pas encore tous les détails du processus de clonage.

Q : (L) Est-ce qu’ils prennent des jumeaux, ou un des jumeaux et l’élèvent artificiellement ?

R : L’ont fait.

Q : (L) Est-ce qu’ils l’ont fait à grande échelle ?

R : Définis.

Q : (L) Le font-ils fréquemment ?

R : Non.

Q : (L) Pourquoi prendre un jumeau ?

R : Étudier pour déterminer quel est le meilleur réceptacle d’âme : un jumeau ou un clone. [Cela soulève la question de savoir pourquoi le choix se situe entre ces deux options. Existe-t-il un lien entre des clones et le corps d’origine, et entre deux jumeaux, qui soit vital pour l’objectif des Lizzies ?]

Q : (L) Ces jumeaux qu’ils élèvent, sont-ils élevés à bord de leurs vaisseaux ou dans leur enclave où qu’elle se situe ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce qu’ils les traitent bien ?

R : Ouvert.

Q : (L) Leur apprennent-ils beaucoup de choses ?

R : Oui.

Q : (L) Le font-ils pour tester la capacité cérébrale de l’être humain ?

R : Et d’autres raisons.

Q : (L) Est-ce que j’avais un jumeau ?

R : Non.

Q : (L) Dans quel but essayent-ils de déterminer quel est le meilleur réceptacle entre un clone ou un jumeau ? Réceptacle de quoi ?

R : Futur projet.

Q : (L) Pour faire quoi ?

R : Intervertir les réalités physiques.

Q : (L) Et qui va changer de réalité physique ? Vont-ils entrer dans des corps qu’ils se sont préparés et obliger les âmes humaines à entrer dans leurs corps ?

R : Non.

Q : (L) Vont-ils entrer dans les corps eux-mêmes de manière à pouvoir changer leur réalité ?

R : Oui.

Q : (L) Donc, ils sont en train de préparer un paquet de corps sans âme dans lesquels ils pourront entrer en personne ?

R : Essaieront.

Q : (L) Vous avez dit l’autre soir que les Lizzies ressemblaient à des alligators debout avec un faciès vaguement humanoïde, c’est bien ça ?

R : Oui.

Q : (L) Ont-ils une queue ?

R : Oui.

Q : (L) Quelle taille font-ils ?

R : 1 m 80 à 2 m 40.

Q : (L) Est-ce qu’ils portent des vêtements ?

R : Oui.

Q : (L) Je sais que c’est une question débile, mais leurs vêtements comportent-ils une ouverture pour la queue ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce qu’ils défèquent ?

R : Non. Ils sont au 4e niveau.

Q : (L) Alors quand on est au 4e niveau on ne mange pas et on ne défèque pas de la manière habituelle ?

R : Exact.

Q : (L) Est-ce que les Lizzies ont la faculté de changer de forme ou d’apparence ?

R : Temporairement.

Q : (L) Dans le livre de Karla Turner, le compagnon de chambre du fils a rencontré un genre d’alien femelle. Qui était-ce ?

R : L’un de nous. Mais plusieurs individus partagent cette forme.

Q : (L) Karla Turner a reçu la visite de plusieurs entités dans sa cuisine pendant qu’elle cuisinait. Qui était-ce ?

R : D’autres.

Q : (L) Qui ça ?

R : Groupe différent.

Q : (L) Quel groupe différent ?

R : Pas nécessaire de savoir.

Q : (L) C’étaient des « gentils » ou des « méchants » ?

R : Ouvert. Nous apparaissons rarement sous forme humaine.

Q : (L) L’autre soir, ma fille A__ a cru voir un esprit qui se tenait à proximité pendant que nous canalisions. A-t-elle vraiment vu la silhouette d’une vieille femme ?

R : Oui.

Q : (L) Et qui était cette personne ?

R : Nous.

Q : (L) Pourquoi a-t-elle dit « souviens-toi de moi » ? Était-ce la totalité du message ou une partie seulement ?

R : Message destiné à être interprété par A.

Q : (L) Pourquoi A__ a-t-elle dit qu’elle s’était demandé s’il s’agissait d’une source positive ou négative ? Elle a d’abord eu l’impression que c’était positif mais ensuite elle a eu des doutes. Elle s’est demandé si elle avait été trompée. Pouvez-vous l’aider ?

R : Tous doivent chercher pour apprendre.

Q : (L) Les gamins veulent que je vous pose des questions sur les fées. De telles créatures existent-elles ?

R : De telles choses existent comme toutes choses dans une réalité ou une autre.

Q : (L) A__ veut savoir ce qu’il en est des gnomes ou des nains.

R : Karma.

Q : (L) Ce ne sont pas des expériences lizzies ?

R : Non. Des prédictions arriveront spontanément si nécessaire.

Q : (L) Avez-vous des prédictions à nous faire en ce moment ?

R : Pas à cet instant.

Q : (L) Y a-t-il quelqu’un d’autre que je devrais ajouter à la liste des personnes à qui envoyer les transcriptions ?

R : Marciniak.

Q : (L) Qu’est-ce qui cloche avec le disque A de mon ordinateur ?

R : Problème matériel.

Q : (L) Est-ce réparable ?

R : Oui.

Q : (L) Combien ça va coûter ?

R : Ouvert.

Q : (L) Toutes les observations d’OVNI à Gulf Breeze, s’agit-il d’aliens ou d’expériences du gouvernement ?

R : Certaines le sont, et d’autres sont des projections.

Q : (L) Et qui en est l’auteur ?

R : Sources multiples.

Q : (L) Positives ou négatives ?

R : Les deux.

Q : (L) Et les six de Gulf Breeze, comme on les appelle, ces militaires déserteurs qui furent mis en détention et qui avaient reçu des messages sur un Ouija. Quelles informations avaient-ils reçues et de qui venaient-elles ?

R : Certaines de nous et certaines d’autres.

Q : (L) Qu’y avait-il de si effrayant dans ces informations pour que le gouvernement séquestre ces gens et confisque leurs transcriptions ?

[La dernière partie de cette séance fut perdue à cause d’un dysfonctionnement de la cassette.]

1.19 Séance du 7-novembre-1994

Séance du 7 novembre 1994

Participants : « Frank » et Laura

Q : (L) Bonjour. Qui est avec nous ce soir ?

R : Goonian.

Q : (L) Êtes-vous un désincarné ?

R : Non.

Q : (L) D’où venez-vous ?

R : Cassiopée.

Q : (L) Êtes-vous prêt pour nos questions ?

R : Oui.

Q : (L) J’aimerais savoir quelle est l’origine et la signification du récit biblique de la « marque de Caïn » ? Cette marque était-elle physique ?

R : Nœud tout en haut de la colonne vertébrale.

Q : (L) Vous voulez dire un genre de bosse ?

R : Non. Marqué.

Q : (L) Était-ce un nœud physique tout en haut de la colonne vertébrale ?

R : La tienne et celle de tous les autres. Touche ta tête.

Q : (L) La crête occipitale ?

R : Pas loin.

Q : (L) Si j’en ai une cela veut-il dire que je suis une meurtrière ?

R : Non. Superstitions supplémentaires répandues par la Fraternité.

Q : (L) Bon, que signifiait la marque de Caïn ?

R : Jalousie.

Q : (L) Jalousie envers qui ?

R : Tous les humains.

Q : (L) Un groupe de gens était-il différencié par cette marque ?

R : Non. Ce n’est qu’un de vos défauts génétiquement implantés par les Lézards.

Q : (L) Qu’est-ce que « l’Arche d’Alliance » ?

R : Condensateur énergétique.

Q : (L) Quelle est l’origine de ce condensateur énergétique ?

R : Donné par les Lézards aux Juifs pour qu’ils manipulent leur prochain.

Q : (L) Pourquoi mourait-on dès qu’on approchait ou touchait cet objet ?

R : Surcharge d’énergie ; brouillage par électromagnétisme inversé.

Q : (L) Qu’est-ce que l’électromagnétisme inversé ?

R : Tourné vers l’intérieur.

Q : (L) Quel effet cela produit-il ?

R : Liquéfaction de la matière.

Q : (L) Eh bien, c’est agréable. Ce « condensateur » était conservé dans une sorte de boîte décorée. C’est exact ?

R : Oui.

Q : (L) Pourquoi seuls les prêtres pouvaient-ils le manipuler ?

R : Seulement ceux qui n’essayaient pas de l’utiliser à des fins égoïstes.

Q : (L) Mais le fait de s’en approcher pouvait vous blesser ?

R : Oui.

Q : (L) Alors pourquoi ces gens pouvaient-ils s’en approcher ?

R : Champ d’énergie altruiste.

Q : (L) Donc cet objet pouvait se brancher sur les champs de pensée ?

R : Oui.

Q : (L) Pourquoi les ovnis sont-ils fréquemment observés au-dessus de lignes de faille géologiques ?

R : Électromagnétisme. Utilisent les ondes électriques libres comme carburant pour le relestage.

Q : (L) Se pourrait-il que les ovnis soient une manifestation des énergies géomagnétiques émises au niveau des lignes de faille ?

R : Non. Toutes les théories ne sont pas exactes et certaines ne sont même pas sincères.

Q : (L) Quel est le rapport entre les ovnis et les séismes ?

R : Aucun. Coïncidence. S’ils sont là, certaines ruptures de faille produisent des champs électromagnétiques qui sont brièvement visibles sous forme d’éclairs rouges ou jaunes.

Q : (L) Comment les ovnis affectent-ils les systèmes électriques des automobiles, etc., et ce phénomène est-il aussi associé aux hantises ?

R : Impulsion Électromagnétique. Peuvent aussi être des manifestations de hantises.

Q : (L) Cela indiquerait que ces deux phénomènes ont la même origine ou utilisent la même énergie ?

R : Laura, ne sais-tu pas désormais que tous ces phénomènes sont inter-dimensionnels ?

Q : (L) Le fait de passer d’une dimension à une autre créerait cette impulsion électromagnétique ?

R : Oui. Un peu comme franchir le mur du son.

Q : (L) Bien, nous avons parlé du fait que les personnes aux yeux bruns avaient été ensemencées sur Terre depuis plus longtemps que celles aux yeux bleus, qui ont été ensemencées sur une autre planète. D’où viennent les personnes aux yeux verts ?

R : Verts et bleus sont de la même origine.

Q : (L) Qui était Seth, canalisé par Jane Roberts ?

R : Esprit terrestre de plan supérieur.

Q : (L) Les enseignements des transmissions de Seth étaient-ils justes et était-ce une bonne source ?

R : Oui, mais devient rapidement obsolète à mesure que vous vous dirigez vers une nouvelle réalité.

Q : (L) Qu’arrive-t-il aux gens qui se suicident ?

R : Diffère selon les circonstances.

Q : (L) En général, un karma négatif est-il impliqué dans le fait de se suicider ?

R : Du karma négatif peut être impliqué dans bien des choses.

Q : (L) Et pour la peine de mort ?

R : Précise.

Q : (L) Mettre à mort un criminel équivaut-il à réduire la société au niveau du criminel ?

R : Vous êtes tous mis à mort.

Q : (L) Que voulez-vous dire ?

R : D’une manière ou d’une autre.

Q : (L) Bon, cela entraîne-t-il du karma négatif pour la société, le juge, les jurés, le bourreau, si un criminel est traduit en justice, reconnu coupable d’un crime odieux puis mis à mort ?

R : Et qu’en est-il de la guerre ? Qu’est-ce qui est le mieux ? C’est ouvert, car tous sont des meurtres et des suicides. C’est la suprême leçon qu’il vous faut tous apprendre avant de pouvoir parvenir à l’existence éthérée. Ton mode de pensée est trop simpliste.

Q : (L) Existe-t-il une situation où l’exécution aide à délivrer le criminel d’une partie de son karma qui a pu être engendré par le fait de commettre un crime et pour lequel il est exécuté ?

R : Non.

Q : (L) Vaut-il mieux prendre un criminel, comme Dahmer, et que toute la société l’entretienne et s’occupe de lui ?

R : Ce sont des questions du passé. Seront bientôt résolues.

Q : (L) Y a-t-il d’autres créatures physiques sur la planète Terre qui ont des âmes ?

R : Toutes en ont.

Q : (L) L’âme humaine est-elle différente de celle, disons, des animaux ?

R : Bien sûr.

Q : (L) Q : (L) Y a-t-il d’autres créatures physiques sur Terre qui ont des âmes comme celles des humains ? Au même niveau, pour ainsi dire ?

R : Non.

Q : (L) Eh bien, j’ai entendu dire que les dauphins, les marsouins et les baleines avaient des âmes très évoluées. Est-ce vrai ?

R : Toutes les âmes sont évoluées.

Q : (L) Mais les baleines sont-elles sensibles, intelligentes, conscientes comme les êtres humains ?

R : Pas comparable.

Q : (L) Bon, puisque les baleines sont aussi grosses, ont-elles de plus grosses âmes ?

R : Hors sujet.

Q : (L) Y a-t-il un moyen de communiquer avec des baleines ou des dauphins et peut-on trouver un moyen de traduire les différences et d’avoir un échange satisfaisant, intelligent, avec une baleine ou un dauphin, ou même un éléphant ?

R : Pas besoin de conversation « avec » quand un niveau télépathique supérieur.

Q : (L) Les dauphins et les baleines communiquent télépathiquement ?

R : Oui. Tout comme les chiens et les chats et les serpents, etc., etc., seuls les humains ont appris l’art « supérieur » de la communication verbale.

Q : (L) Mais en même temps, la communication verbale peut être assez limitante, c’est bien ça ?

R : C’est bien là la question.

Q : (L) Donc vous étiez sarcastiques avec moi, c’est ça ?

R : Humoristiques.

Q : (L) Les baleines forment-elles des liens durables et ressentent-elles de l’amour ?

R : Oui.

Q : (L) Les chiens ressentent-ils de l’amour ?

R : Les chiens ressentent le besoin comme de l’amour.

Q : (L) Qui ferait un meilleur gouverneur, Bush ou Chiles ?

R : L’un ou l’autre.

Q : (L) Lequel va gagner ?

R : Ouvert.

Q : (L) Carlos Castaneda parle d’entités du peyotl qu’on appelle les « Mescalitos ». Elles font soi-disant partie de la plante, une sorte d’entité de la plante. Est-ce vrai ?

R : Non.

Q : (L) Quelles entités rencontre-t-on quand on ingère du peyotl ?

R : Hallucination.

Q : (L) Pourquoi ces hallucinations concordent-elles autant ?

R : Parce que ceux qui le font ont cette attente. Si tu mangeais suffisamment de peyotl, tu rencontrerais le Père Noël si c’était là ton attente. [Éclats de rire]

Q : (L) Que se passe-t-il si l’on donne du LSD à un mourant ? Cela l’aide-t-il à mourir plus facilement ?

R : Non.

Q : (L) Cela rend-il sa mort plus difficile ?

R : Non.

Q : (L) Y a-t-il une quelconque différence essentielle ou un effet notable ?

R : Non.

Q : (L) Qu’est-ce que la Pierre philosophale ?

R : Centre d’idées.

Q : (L) Comment peut-on accéder à ce centre d’idées ?

R : De nombreuses façons : la méditation est la meilleure.

Q : (L) Y a-t-il une image visuelle de la Pierre philosophale qu’on pourrait utiliser pour y accéder par la méditation ?

R : Oui. Diamant ou prisme.

Q : (L) Existait-il ou existe-t-il quelque chose s’apparentant à une Pierre philosophale littérale, physique, capable de transmuter le plomb en or ?

R : Non.

Q : (L) Quelqu’un a-t-il jamais été capable de transmuter le plomb en or par quelque moyen ?

R : Tout le monde en est capable.

Q : (L) Comment ?

R : Tu dois le découvrir par toi-même.

Q : (L) Cette connaissance est-elle écrite quelque part sur la planète ?

R : Oui, mais ce sera plus facile au quatrième niveau.

Q : (L) Le Comte de Saint-Germain prétendait pourvoir transmuter le plomb en or. Était-ce vrai ?

R : Oui.

Q : (L) Il prétendait aussi avoir découvert le secret de la jeunesse éternelle. Était-ce vrai ?

R : Non.

Q : (L) Est-il mort comme tout le monde à l’âge normal ?

R : Oui.

Q : (L) Elizabeth Clare Prophet canalise-t-elle Saint-Germain ?

R : Non.

Q : (L) Qui canalise-t-elle ?

R : Un imposteur.

Q : (L) Qui était Merlin ?

R : Joyeux luron anglais.

Q : (L) Ce n’était pas un grand magicien ?

R : C’était l’Houdini de son époque.

Q : (L) Il y a eu un cas très célèbre de hantise surnommé le cas de la Sorcière des Bell. Pouvez-vous nous en parler ?

R : Énoncez, demandez et nous accéderons.

Q : (L) Est-ce pour cela que l’on doit poser toutes les questions de façon aussi détaillée ?

R : Oui.

Q : (L) Quand on pose une question, comment cela vous permet-il d’accéder à l’information ?

R : Met en image visuelle.

Q : ( L) Qui était la Sorcière des Bell, ou qu’est-ce que c’était ?

R : Esprit connecté. Karmique.

Q : (L) Cet esprit était connecté à Betsy Bell ou à son père ?

R : Les deux.

Q : (L) Pourquoi cet esprit a-t-il autant brutalisé son père jusqu’à sa mort ?

R : Vengeance de torts infligés lors d’une vie précédente.

Q : (L) Est-il vrai, comme l’a suggéré le Dr Nandor Fodor, qu’il s’agissait d’un aspect de la personnalité de Betsy Bell qui attaquait son père parce qu’il l’avait agressée sexuellement ?

R : Non.

Q : (L) Quelle est la cause de la maladie d’Alzheimer ?

R : Génétique.

Q : (L) Que peut-on faire pour l’empêcher ou amoindrir ses effets ?

R : Ingénierie biogénétique, mais se résoudra dans un futur proche de toute façon. Ainsi que bien d’autres.

Q : (L) Anne Boleyn et Catherine Howard hantent-elles la Tour de Londres et Hampton Court ?

R : Reflet spirituel.

Q : (L) Un fantôme ou une apparition ne sont-ils qu’une image imprimée dans l’espace-temps ?

R : Parfois.

Q : (L) Y a-t-il des cas où l’esprit réel de la personne traîne dans le coin et provoque des phénomènes ?

R : Oui.

Q : (L) Peuvent-ils le faire pendant des siècles et des siècles ?

R : Oui, parce qu’il n’y a pas de temps.

Q : (L) La théorie de T. C. Lethbridge à propos de la radiesthésie est-elle juste ?

R : Oui.

Q : (L) Est-il possible de pratiquer la radiesthésie sur des choses dans d’autres dimensions en allongeant le fil ?

R : Oui.

Q : (L) Cette technique peut-elle servir à trouver les numéros gagnants du loto ?

R : Difficile ; les intentions doivent être pures.

Q : (L) Il est très difficile d’avoir des intentions pures quand l’argent est en jeu, n’est-ce pas ?

R : Oui.

Q : (L) Mais si, en théorie, quelqu’un avait des intentions pures, la radiesthésie pourrait-elle lui permettre de trouver les numéros…

R : Pas une mince affaire. Oui.

Q : (L) Les numéros du loto sont-ils… figés ?

R : Tout l’est à un certain niveau. Mais le choix se situe au niveau qui sera vécu.

Q : (L) J’ai récemment lu un article faisant état de sursauts de rayons gamma dans la couche supérieure de l’atmosphère. Que sont ces sursauts de rayons gamma ?

R : Accroissement d’énergie dû à l’approche de l’Onde.

Q : (L) Donc, ces sursauts de rayons gamma ne sont pas les effets d’une guerre entre ovnis dans d’autres dimensions ?

R : Non.

Q : (L) Pourquoi y a-t-il autant de crop circles en Grande-Bretagne ?

R : Fenêtre. Pourquoi Stonehenge y a-t-il été construit.

Q : (L) Quelle est la relation entre les ovnis et les nuages ?

R : Peuvent créer des nuages ou apparaître sous forme de nuages, mais aucune autre relation.

Q : (L) C’est quoi la foudre en boule ?

R : Étincelle électromagnétique. Passe de la 4e à la 3e densité.

Q : (L) Le système ayurvédique est-il supérieur aux autres ?

R : Libre arbitre.

Q : (L) Quelles implications comporte le fait que les Lizzies vénèrent l’univers physique ?

R : Service de soi.

Q : (L) Que voient-ils dans l’univers physique qui leur paraît supérieur à l’univers spirituel ?

R : Tous ceux qui servent le soi aspirent à la physicalité.

Q : (L) Ces corps qu’ils sont en train de se créer pour eux-mêmes, sont-ils des sortes d’êtres super physiques qu’ils peuvent occuper et qui auront des capacités très avancées leur permettant de mieux servir le soi, plus longtemps ou plus entièrement ?

R : Oui.

Q : (L) Il y a eu pas mal de rumeurs à propos de Walt Andrus, le directeur du MUFON. J’aimerais savoir quelles énergies le soutiennent et quelles sont ses motivations.

R : Il est convenable. La paranoïa est son principal problème.

Q : (L) Et à propos de LS ?

R : Pensées confuses.

Q : (L) Jenny Randles ?

R : OK. Elle est bien intentionnée.

Q : (L) Que sont les rouleaux de cuivre découverts en Israël ?

R : Esséniens. Le trésor décrit était réel, mais n’est plus intact.

Q : (L) Qui était ou est Baal ?

R : Lézard.

Q : (L) Belzébuth ?

R : Idem.

Q : (L) C’étaient les noms réels de ces Lézards ?

R : Non. Personnifications.

Q : (L) Quelle était la bête connue sous le nom de Léviathan ?

R : Dieu de la mer. Comme Neptune.

Q : (L) J’ai trouvé le nom Nibiru dans une liste de noms démoniaques. Quelle est l’origine de ce nom ?

R : Maître obscur.

Q : (L) Quelle est l’origine du nom Appolyon ?

R : Être de lumière ?

Q : (L) Pourquoi Appolyon est-il surnommé le « destructeur » dans l’Apocalypse ?

R : Inversion dans un but de tromperie. Bible corrompue.

Q : (L) Vous avez souvent affirmé que la Bible est corrompue. J’aimerais précisément savoir qui a corrompu la Bible, quand et comment ?

R : Fraternité Illuminati pendant un millier d’années terrestres.

Q : (L) Cela signifie-t-il qu’avant mille ans en arrière, la Bible était plutôt juste ?

R : Non.

Q : (L) Est-il possible que l’Église catholique ait quelque chose à voir avec cette influence corruptrice ?

R : Oui.

Q : (L) L’Église catholique a-t-elle en sa possession des textes originels bibliques authentiques, non corrompus ?

R : Non.

Q : (L) De tels textes ont-ils jamais existé ?

R : Non.

Q : (L) Qui a écrit l’Évangile selon Matthieu ?

R : Sbires grecs.

Q : (L) Que sont des sbires grecs ?

R : Similaires à votre FBI.

Q : (L) Qui a écrit l’Évangile selon Marc ?

R : Idem.

Q : (L) Luc et Jean ?

R : Idem.

Q : (L) Les Actes ?

R : Idem.

Q : (L) Parmi les évangiles du Nouveau Testament, y en a-t-il un qui ait réellement été écrit par son supposé auteur ?

R : Non. Rappelle-toi que ces textes contiennent 70 % de propagande.

Q : (L) Alors, les 30 % restants disent la vérité ou représentent les véritables enseignements ?

R : Pas loin. Assez, tu dois utiliser ton instinct — pour cela, médite — pour déchiffrer les choses.

Q : (L) Pourquoi mon fils s’est-il subitement mis à avoir des problèmes avec sa jambe à 3 ans ?

R : Reflet de vie antérieure. La jambe fut arrachée lors de la mort. Missile anti-aérien tiré par l’Armée nord-vietnamienne. Il pilotait un avion à réaction. C’était en 1969. Son nom était George Raymond. Abattu au-dessus de Phan Bien.

Q : (L) Qu’est-il possible de faire pour l’aider à soulager ce problème ?

R : Sera difficile.

Q : (L) Sa vie antérieure est-elle très puissante pour lui ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce plus puissant que chez les autres enfants ?

R : Oui.

Q : (L) L’hypnose l’aidera-t-il à s’en libérer ?

R : Oui.

Q : (L) Quel âge avait-il quand il a été abattu ?

R : 25.

Q : (L) Était-il marié ?

R : Non.

Q : (L) Pourquoi m’a-t-il choisi pour être sa mère ?

R : Relation antérieure.

Q : (L) A-t-il été enlevé par des aliens lors de sa vie antérieure ?

R : Oui.

Q : (L) Dans quel pays vivait-il ?

R : Quelle vie ?

Q : (L) Quand il a été abattu ?

R : États-Unis.

Q : (L) Et pour la vie où nous étions liés ? Quand était-ce et quelle était notre relation ?

R : Années 1600, frère.

Q : (L) Sa jambe le fait-elle souffrir ?

R : Toutes les morts violentes renvoient des difficultés dans l’incarnation suivante.

Q : (L) Est-ce pour cela que j’ai autant de difficultés, à cause d’une mort violente ?

R : Oui.

Q : (L) Comment suis-je morte lors de ma dernière vie ?

R : La tête a heurté la chaussée.

Q : (L) Comment cela se reflète-t-il dans cette vie-ci ?

R : Douleurs diffuses dans le corps. Tu en as beaucoup à cause de la violence du traumatisme.

Q : (L) Des cicatrices de l’âme pour ainsi dire ?

R : Oui, exactement.

Q : (L) Frank a-t-il des maux et des douleurs physiques à cause d’un traumatisme violent ?

R : Mental dans son cas.

Q : (L) Qu’est-ce qui les provoque ?

R : Continuation de vie antérieure. Reçu de nombreuses brimades. N’a pas été résolu.

Q : (L) Qu’aurait-il pu faire pour résoudre cela lors de cette vie ?

R : Se défendre.

Q : (L) Frank dit-il la vérité quand il dit qu’il n’a aucune colère réprimée ?

R : Oui.

Q : (L) Mais comment peut-il se défendre s’il n’a aucune colère pour alimenter le combat ?

R : Pas besoin. Pas exactement le problème. Les circonstances sont différentes maintenant. Besoin d’être patient et de braver la tempête.

Q : (L) Cette situation passera-t-elle ?

R : Ouvert. Passera s’il arrive à supporter ; n’a pas réussi la dernière fois.

Q : (L) S’il ne surmonte pas ça cette fois-ci, cela veut-il dire qu’il devra revenir en 3e densité et recommencer ?

R : Oui.

Fin de la Séance

1.20 Séance du 9-novembre-1994

Séance du 9 novembre 1994

Participants : « Frank » et Laura

Q : (L) Bonjour.

R : Bonjour. Promia.

Q : (L) Est-ce votre nom ?

R : Oui.

Q : (L) Et d’où venez-vous ?

R : Cassiopée.

Q : (L) Le fait de communiquer avec vous nous protège-t-il de l’intrusion d’esprits attachés au plan terrestre ?

R : D’esprits attachés au plan terrestre, oui, mais d’autres, non.

Q : (L) De quels autres parlez-vous ?

R : Les aliens.

Q : (L) Donc votre présence nous protège des esprits attachés au plan terrestre, mais d’autres aliens peuvent s’immiscer s’ils le veulent ?

R : Pas s’immiscer durant cette connexion, mais dans les parages.

Q : (L) Ils sont dans les parages ?

R : Pas maintenant.

Q : (L) Ont-ils été dans les parages à d’autres occasions où nous communiquions ?

R : Oui.

Q : (L) Est-il déjà arrivé qu’ils contaminent ou corrompent notre channel ?

R : Ont essayé, mais ont échoué parce que tu t’en es aperçue cette fois-là.

Q : Quand était-ce ?

R : Il y a plusieurs séances.

Q : (L) S’agit-il d’une des séances enregistrées sur cassette ? Quel était le nom de l’individu qui s’est manifesté cette fois-là ?

R : Pas nommé.

Q : (L) J’ai lu une théorie aujourd’hui qui stipule que si l’on a le nom d’une entité, alors on a le pouvoir sur elle. Est-ce vrai ?

R : Non. Il faut démêler tellement de balivernes.

Q : (L) À ce propos, nous aimerions vous remercier pour votre aide et les réponses utiles et précises que nous obtenons grâce à cette source.

R : De rien. Bien d’autres suivront.

Q : (L) Eh bien, j’aimerais que les gens soient béats d’admiration devant l’exactitude de ces informations.

R : Ils le seront.

Q : (L) J’ai lu un article sur les enseignements de Cayce à propos des races originelles. L’idée qu’il présente est-elle grosso modo exacte ?

R : Pas loin.

Q : (L) Ce phénomène que l’on appelle couramment poltergeist, qu’est-ce que c’est ?

R : Nombreuses causes.

Q : (L) Chaque situation est différente ?

R : Non. Les causes sont multiples.

Q : (L) Pourriez-vous les lister ?

R : Non. Il y a de nombreuses causes, mais certaines sont les mêmes que les autres. Une cause est une jeune fille pubère faisant jaillir une explosion aurique de force vitale.

Q : (L) Ce qu’on appelle l’hypnose, c’est quoi ?

R : La seconde étape pour permettre l’union de la conscience avec le niveau 5.

Q : (L) Quelle est la première étape ?

R : État de rêve.

Q : (L) Quelle est la troisième étape ?

R : Transe.

Q : (L) Quelle est la quatrième étape ?

R : Expiration des fonctions corporelles.

Q : (L) Vous voulez dire mourir, casser sa pipe ?

R : Mort du corps.

Q : (L) Dans de nombreuses ruines anciennes, on trouve certains symboles qui m’intéressent, en particulier la volute ou spirale qui semble omniprésente dans le monde entier. Cela ressemble aussi beaucoup à l’un des symboles reiki. Quelle est l’origine et la signification de ce symbole ?

R : Collecteur énergétique trans-niveau ; Stonehenge en était un. Stonehenge est une volute. Les pierres qui manquent forment une spirale. Des gens ont été « cramés » à Stonehenge.

Q : (L) Si j’avais suffisamment de place dans mon jardin, que j’arrangeais les plantes avec une allée en volute, et que j’empruntais cette spirale, cela me donnerait-il de l’énergie ?

R : Oui. Fais-le. Si tu le fais, en fait, tu nous verras quand les 3 niveaux sont comme il faut. Déplace la piscine.

Q : (L) Déplacer ma piscine !

R : Qu’est-ce qui est le plus important ? Nous n’avons pas dit de t’en débarrasser.

Q : (L) Et dans le coin juste à côté de la piscine ?

R : À toi de voir.

Q : (L) Ne savez-vous pas à quel point ça a été dur d’installer cette piscine ?

R : Si.

Q : (L) Maintenant, JW et AB pensent que la planchette Ouija devrait fonctionner sans que nous ayons besoin de poser nos mains dessus. Est-ce vrai ? Est-ce que ça pourrait marcher comme ça ?

R : Si tel était le cas, ce ne serait pas nous. Seules les forces servant le soi font ça. Souviens-toi qu’il y a beaucoup de balivernes. W__ et B__ sont suspicieux.

Q : (L) AB m’a dit que Mike F avait dit qu’il avait causé l’accident de John W. Est-ce vrai ?

R : Non.

Q : (L) Pourquoi dirait-il l’avoir fait ?

R : Les histoires sont faciles à broder quand vous êtes le seul à connaître le passé.

Q : (L) AB a également dit qu’il avait désintégré un homme grâce à ses pouvoirs mentaux. Est-ce vrai ?

R : Fadaises.

Q : (L) Est-ce qu’il a pu dérégler la télé de SS grâce à la puissance de son esprit ?

R : Inepties.

Q : (L) AB a-t-il de quelconques pouvoirs ?

R : Les mêmes que toi.

Q : (L) J’ai des pouvoirs ?

R : Oui, mais c’était quand la dernière fois que tu as changé la chaîne de la télé de quelqu’un ?

Q : (L) À plusieurs reprises, des archéologues ont découvert de petites sculptures de femmes pansues à forte poitrine et ils ont dit qu’il s’agissait de déesses mères. De quoi s’agissait-il ?

R : C’était des jouets d’enfants. Encore des âneries. [Faux, à mon avis]

Q : (L) Qui a construit le complexe de temples sur l’île de Malte ?

R : Maures.

Q : (L) Quand ?

R : 800 après J. C. [Définitivement faux, à mon avis]

Q : (L) Est-il bon d’étudier la voie soufie ?

R : À vous de voir.

Q : (L) Je le sais, mais je voudrais savoir si elle est valable ou meilleure qu’une autre ?

R : Nous ne voulons pas en juger pour toi.

Q : (L) Quel pourcentage de vérité contient cette voie ?

R : En un sens, tous les enseignements sont vérités.

Q : (L) Vous ne pouvez pas me le dire ?

R : Subjectif. Aimerais-tu que nous évaluions le reiki ?

Q : (L) Eh bien, oui, avant que je ne mette de l’argent dedans. Est-ce que ce sera une perte d’argent ?

R : Pas si tu t’adresses à la bonne source. Maintenant que nous t’avons menée à la réponse, nous voulons que tu continues à exercer ton esprit. C’est comme cela qu’on progresse.

Q : (L) Donc vous voulez que j’étudie les soufis en guise d’exercice ?

R : Oui. Si nous répondions à toutes tes questions, tu n’apprendrais pas.

Q : (L) Ce livre que je suis en train de lire parle de connaissances qui ne sont offertes qu’aux élus, et affirme que certaines connaissances sont transmises par le biais d’organisations secrètes. La plupart des gens pensent qu’il s’agit des Illuminati et que ces derniers détiennent tout un tas de sombres et grands secrets. Est-ce vrai ?

R : Pas loin. Mais de nos jours, il y a une explosion de la connaissance. Elle n’est plus réservée aux seuls Illuminati, bien qu’ils pensent que ce soit toujours le cas.

Q : (L) Comparé aux grands pontes au sein des Illuminati, quel pourcentage de leurs connaissances Frank et moi possédons-nous ?

R : 2 pour cent.

Q : (L) Vous voulez-dire qu’ils en savent 98 % de plus que nous ? C’est déprimant ! Comparé aux Illuminati, quel pourcentage de connaissances possède un étudiant lambda ?

R : 0,02 pour cent.

Q : (L) Y a-t-il une personne sur cette planète qui possède énormément de connaissances ?

R : Dans un an à la même époque, tu en posséderas 35 % de plus.

Q : (L) Ça veut dire que je vais devoir travailler dur !

R : Non. Elle se déversera en toi. Cesse d’écouter ceux qui font obstacle.

Q : (L) Qui fait actuellement obstacle dans ma vie ?

R : Ne pouvons rien dire. Tu dois le découvrir.

Q : (L) Est-ce que c’est moi ?

R : Seulement par l’intermédiaire des autres.

Q : (L) DM a appelé aujourd’hui à propos d’un bracelet très ancien qu’elle avait confié à une bijoutière qui était censée lui réparer…

R : La femme l’a vendu à un antiquaire à Atlanta. D__ doit la confronter et elle craquera. Vendu pour 11 000 dollars.

Q : (L) De quoi est mort mon chien Dannyboy ?

R : Trouble cardiaque.

Q : (L) Y a-t-il un autre petit Dannyboy pour moi dans le monde ?

R : Peut-être.

Q : (L) Pourquoi ai-je été autant déprimée aujourd’hui ?

R : Trop d’interaction avec l’énergie négative émanant des autres.

Q : (L) Est-ce que Babaji vit au Tibet ?

R : Oui.

Q : (L) Quel âge a-t-il ?

R : 190.

Q : (L) Le livre de l’Apocalypse décrit un être à la peau cuivrée et aux cheveux blancs. Est-ce un vrai Nephilim de la planète Nibiru ? Qui est cet être ?

R : Descendant Nephalim mais pas de Neburru.

Q : (L) Était-ce un géant ?

R : Oui.

Q : (L) La planète Nibiru existe-t-elle ?

R : Non.

Q : (L) Que signifie Nibiru en sumérien ?

R : Propriétaire d’esclaves.

Q : (L) Il y a environ un an, nous avons communiqué [via la planchette] avec un être qui a prétendu être Keith. Était-ce bien Keith Laumer ?

R : Oui.

Q : (L) Comment ressent-il le fait d’être mort ?

R : OK.

Q : (L) Est-ce que ça ressemble à ce à quoi il s’attendait ?

R : Mieux.

Q : (L) Est-ce son influence qui m’a poussée à constamment écouter de l’opéra ?

R : Oui.

Q : (L) Après sa mort, est-il resté un moment auprès de moi ?

R : Oui.

Q : (L) Est-il parti dans la lumière maintenant ?

R : Oui.

Fin de la séance

1.21 Séance du 12-novembre-1994

Séance du 12 novembre 1994

Participants : « Frank » et Laura

Q : (L) Bonjour.

R : Appel de Cassiopaea.

Q : (L) Qu’est-ce que cela signifie ?

R : Nous commençons à nous familiariser avec votre humour.

Q : (L) Que voulez-vous dire ?

R : « Appel de Cassiopaea ».

Q : (L) J’ai compris ! Pourquoi les chiens aboient-ils ?

R : Quelqu’un dans l’allée.

Q : (L) Que font-ils dans l’allée ?

R : Ils passent.

Q : (L) Avez-vous des messages spécifiques pour nous ?

R : Non.

Q : (L) À plusieurs occasions, nous avons parlé du Quorum et des Illuminati. Tous deux semblent représenter les plus hauts niveaux d’organisations secrètes. Quelles relations entretiennent-ils ?

R : Mettez une autre musique s’il vous plaît ; celle-ci est un petit peu dérangeante. [Nous écoutions « Creation Chant ».]

Q : (L) Et ça ? [Harpe celtique.]

R : Mieux.

Q : (L) Vous n’aimez pas la musique amérindienne ?

R : Ça va, mais perturbe les vibrations.

Q : (L) Revenons au Quorum et aux Illuminati.

R : Quorum majoritairement alien ; Illuminati majoritairement humain.

Q : (L) Bon, le Quorum a été décrit…

R : Réunis ; deux moitiés d’un tout.

Q : (L) Bon, le Quorum semble avoir été décrit comme étant en contact avec les Cassiopéens, c’est-à-dire vous, et vous vous êtes présentés comme des êtres bénéfiques, c’est bien ça ?

R : À peu près.

Q : (L) Les Illuminati ont été décrits comme étant à l’origine de La Fraternité ou avec celle-ci, qui serait elle-même en relation avec les Lézards…

R : Pas loin. Mais pas aussi simple.

Q : (L) Bon, si le Quorum représente les gentils, et les Illuminati les méchants, et qu’ils sont tous les deux aux plus hauts niveaux de la franc-maçonnerie, c’est quoi l’histoire ici ?

R : Imagine un cercle ou un cycle pour commencer, puis contemple avant de poursuivre.

Q : (L) OK, j’observe un cercle cyclique.

R : Maintenant, deux moitiés représentant le positif et le négatif. Deux moitiés.

Q : (L) Bon, ce que j’en ressors, c’est que les deux moitiés et les deux camps jouent avec la race humaine. C’est ça ?

R : Non. C’est compliqué, mais si tu parviens à apprendre et comprendre, ce sera une super révélation.

Q : (L) Bon, allez-y, expliquez.

Q : (L) Demande étape par étape.

Q : (L) Pourquoi devons-nous aussi souvent poser des questions étape par étape ?

R : Afin d’assimiler l’information.

Q : (L) Le Quorum représente les gentils. Les Illuminati représentent les méchants. Et pourtant, ils sont tous les deux maçonniques. Quand une personne dans l’organisation maçonnique atteint les plus hauts grades, est-ce qu’il y a des individus à des niveaux supérieurs qui recrutent des francs-maçons pour un camp ou l’autre ?

R : D’abord, pas exactement un camp ou l’autre.

Q : (L) Je commence à ne plus rien comprendre, car si les Lizzies…

R : Arrête de bloquer.

Q : (L) Je ne fais pas de blocage. Si la Fraternité, alias les Illuminati, alias les Lizzies, alias la Bête, sont ceux qui vont nuire à cette planète, en quoi sont-ils liés ou en relation avec le Quorum qui est en contact avec…

R : Expliquer prendra du temps, sois patiente, cela en vaudra la peine.

Q : (L) Bon, allez-vous expliquer là maintenant ?

Q : (L) Demande étape par étape.

Q : (L) OK. Quelle est la nature du mal ?

R : Mélange.

Q : (L) Les Lizzies sont-ils ce qu’on considérerait comme le mal ?

R : Oui.

Q : (L) Les Cassiopéens sont-ils ce qu’on considérerait comme le bien ?

R : Oui.

Q : (L) Alors, les Cassiopéens utilisent-ils ou manipulent-ils les Lizzies pour accomplir certaines choses ?

R : Non.

Q : (L) Les Lizzies travaillent indépendamment et en opposition aux Cassiopéens ?

R : Indépendamment, pas en opposition.

Q : (L) Alors, y a-t-il quelqu’un en plus de tout ce projet…

R : Nous servons autrui, par conséquent il n’y a pas d’opposition. Attention maintenant. Étape par étape. Si tu ne comprends pas totalement la réponse, pose une autre question.

Q : (L) Partie d’un tout. Partie d’un cercle.

R : Mélange.

Q : (L) Est-ce que ça veut dire…

R : Imagine un cercle dont les couleurs se mélangent.

Q : (L) Êtes-vous en train de dire qu’à certains niveaux, les deux moitiés se chevauchent ?

R : Pas loin.

Q : (L) Êtes-vous en train de dire que dans le Quorum, il y a des gentils et des méchants, et pareil chez les Illuminati, parce que les deux se situent sur des côtés opposés du cercle mais au point de jonction, l’un penche plus vers un camp, et l’autre vers l’autre ? Et ces organisations sont là où les interactions convergent ?

R : Plus proche.

Q ; (L) Laissons cela pour le moment.

R : Non. Maintenant, s’il te plaît.

Q : (L) OK. Donc, c’est un mélange. Est-ce que cela a un rapport avec… dans votre cas, le service d’autrui signifie que vous servez aussi ceux qui servent le soi, c’est ça ?

R : Oui, nous vous servons et souviens-toi que les Lézards ont programmé votre race au service de soi.

Q : (L) Bon, je suis un ou deux crans en dessous. Mais, je suis donc toujours une personne au service de soi dans une certaine mesure, c’est bien ça ?

R : Mais qui se dirige lentement vers le service d’autrui. Pas le cas de tous les humains.

Q : (L) Cela signifie-t-il que quand des gens du Quorum ou des Illuminati demandent des informations ou de l’aide, qu’en raison de votre orientation au service d’autrui, vous êtes obligés de répondre peu importe d’où vient l’appel ?

R : Oui et non.

Q : (L) Quand le non s’applique-t-il ?

R : Si les fréquences vibratoires sont décalées, nous n’entrons pas en contact.

Q : (L) Les agissements des Lizzies font-ils partie d’un grand plan ou dessein d’ensemble ?

R : Tout en fait partie.

Q : (L) Continuons. Je suis déprimée, car vous m’avez dit que j’étais une mauvaise personne.

R : Tu n’es pas une mauvaise personne.

Q : (L) Eh bien, je me sens plutôt minable en cet instant.

R : Induit par les Lizzies.

R : (L) Vous voulez dire que mes sentiments de médiocrité sont induits par les Lizzies ?

R : Comme toujours.

Q : (L) Eh bien je me sens minable parce que vous m’avez informée que j’étais dans le même bateau en naufrage que le reste de ces pauvres bons à rien sur cette misérable planète. Je m’efforçais vraiment de sortir de ce bateau.

R : Sottises ; tu es dans ton propre bateau.

Q : (L) J’aimerais savoir d’où le Dr Usui a obtenu les symboles reiki.

R : Dois répondre à la question.

Q : (L) Quelle question ? La question du Quorum et des Illuminati ?

R : Tu ressentiras l’extase quand tu y auras répondu.

Q : (L) OK. Un mélange. Pourtant deux moitiés.

R : D’un cercle.

Q : (L) Qui a dessiné ce cercle ?

R : Onde fréquentielle naturelle. Une proche conjonction mélange les deux modes de service et chaque « camp » pour créer l’équilibre parfait.

Q : (L) OK, donc les Illuminati sont le plus haut niveau de la voie du service de soi et, d’une façon ou d’une autre, en atteignant ces niveaux supérieurs, ils ont pu parvenir à des prises de conscience, ou des fréquences, qui ont amené leur position à se modifier ou à se mélanger là où le service de soi devient, ou incorpore, ou les amène à des prises de conscience du service d’autrui, est-ce cela ?

R : Continue.

Q : (L) OK, ceux qui appartiennent au Quorum sont focalisés sur le service d’autrui, et dans leur voie de service d’autrui, ils commencent à comprendre qu’un peu de service de soi sert autrui.

R : Pas loin.

Q : (L) Et l’idée générale est de mélanger les deux voies, peu importe la direction d’où l’on vient ?

R : Le service d’autrui apporte le parfait équilibre de ces deux réalités ; le service de soi est l’exact opposé fermant le grand cycle en équilibre parfait.

Q : (L) Donc, il est nécessaire qu’il y ait une voie de service de soi pour que la voie du service d’autrui existe ?

R : Oui.

Q : (L) Et ceux qui sont dans le Quorum et les Illuminati…

R : Se mélangent au milieu.

Q : (L) Il est donc nécessaire qu’il y ait les ténèbres pour qu’il y ait la lumière…

R : Oui.

Q : (L) Et il est nécessaire qu’il y ait les Lizzies pour qu’il y ait les Cassiopéens…

R : Pas loin.

Q : (L) Et ces deux groupes ont évolué dans ces organisations maçonniques…

R : La franc-maçonnerie est le reflet humain dans la matière de ces processus.

Q : (L) OK, merci beaucoup. Je pense que c’est tout pour ce soir.

R : Bonne nuit.

Fin de la séance

1.22 Séance du 16-novembre-1994

Séance du 16 novembre 1994

Participants : « Frank » et Laura

Q : (L) Bonjour.

R : Bonjour. Comment allez-vous ?

Q : (L) Eh bien, je pense que nous allons bien ce soir. Qui est avec nous ?

R : Roligea.

Q : (L) Et d’où venez-vous ?

R : Cassiopée.

Q : (L) J’ai récemment lu des choses à propos du sanctuaire de Lourdes, où la Vierge Marie serait apparue à Bernadette Soubirous…

R : Centre de concentration d’énergie.

Q : (L) Quelle sorte d’énergie est concentrée là-bas ?

R : Positive en raison des structures constantes de prière.

Q : (L) OK, qu’est-ce qui est apparu à Bernadette ?

R : Onde de conscience énergétique d’imagerie.

Q : (L) Cette image venait-elle de son propre esprit ?

R : Pas loin.

Q : (L) Les guérisons qui ont lieu…

R : Grâce à la concentration d’énergie positive.

Q : (L) Qu’est-ce qui, ou qui, a provoqué les apparitions de la Vierge Marie à Conyers en Géorgie ?

R : Champ fallacieux.

Q : Quelle énergie en est à l’origine ?

R : Les Lézards.

Q : (L) Pourquoi ?

R : Campagne de confusion faisant partie d’un tableau et d’un plan plus grands.

Q : (L) Quels sont-ils ?

R : Conquête.

Q : (L) En quoi cela aidera-t-il leur conquête ?

R : En dispersant la connaissance.

Q : (L) Disperser dans le sens de diviser ou éparpiller ?

R : Éparpiller. C’est ce que fait la confusion. Vous êtes bombardés de confusion en cette ère.

Q : (L) [Ma fille] A__ a vu certains symboles en rêve et aimerait savoir ce que ces symboles représentaient dans son rêve.

R : Un par un.

Q : (L) Le premier ? [Montre le dessin de chaque symbole à la suite]

R : Bataille.

Q : (L) Le second ?

R : Force vitale.

Q : (L) Le troisième ?

R : Union spirituelle avec des plans supérieurs.

Q : (L) Le quatrième ?

R : Destruction.

Q : (L) Le cinquième ?

R : Peur.

Q : (L) Quel est le message dans son entier ?

R : À elle de voir pour apprendre ; souviens-toi, si nous vous disons certaines choses, vous n’acquerrez pas la protection adéquate pour les temps à venir.

Q : (L) La nuit dernière, j’ai rêvé d’un chiot appartenant à ma belle-sœur. Alors que dans le rêve, je m’en allais, je me suis retournée et j’ai vu une voiture renverser le chien. C’était vraiment choquant et je me suis réveillée complètement bouleversée. Quel était la cause, ou le but de ce rêve ?

R : Celui-ci n’était pas particulièrement pertinent.

Q : (L) C’était juste un rêve ?

R : Oui.

Q : (L) Maintenant, en rapport avec ce dont on a discuté dernièrement, un groupe de race noire a-t-il déjà engendré, de lui-même, une grande civilisation comme le relatent plusieurs archéologues ou autres individus ?

R : Oui.

Q : (L) Tout seuls sans assistance ?

R : Non.

Q : (L) Qui les a assistés ?

R : Les Lézards.

Q : (L) Pourquoi les Noirs ont-ils, en général, pour la majorité de l’histoire connue, vécu dans des conditions aussi primitives, avec un état d’esprit aussi primitif ?

R : Isolement par rapport à l’interaction moderne.

Q : (L) Pourquoi cela ?

R : Karma. Châtiment pour la société passée et sa hiérarchie de maîtres cruels.

Q : (L) Les Lizzies enlèvent-ils des Noirs aussi fréquemment que des blancs ?

R : Oui.

Q : (L) Pourquoi en entend-on aussi peu parler, si ce n’est pas du tout ?

R : Vous entendez peu parler de la culture noire en général.

Q : (L) Les Noirs, dans les limites de leur culture, ont-ils conscience des aliens et des abductions ?

R : Moins conscients et en discutent moins.

Q : (L) Nous avons conscience d’être manipulés par les médias. Nous aimerions savoir quels types de méthodes ils utilisent et dans quel but.

R : Précise.

Q : (L) Par quels moyens techniques nous manipulent-ils mentalement via les programmes TV ou les films ?

R : Simple bombardement visuel et verbal.

Q : (L) Est-ce qu’ils implantent des idées de façon subliminale ?

R : Pas nécessaire la plupart du temps.

Q : (L) La musique de jeunes est-elle utilisée à des fins de programmation ?

R : Oui.

Q : (L) Ils y mettent des messages subliminaux ?

R : Oui.

Q : (L) Utilisent-ils des signaux électroniques ?

R : Oui.

Q : (L) En utilisent-ils dans les programmes TV ?

R : Ça arrive, mais pas très souvent.

Q : (L) Un signal est-il intégré aux messages-tests du système de diffusion d’urgence ?

R : Non.

Q : (L) Si les Lizzies se nourrissent de nous régulièrement et ont l’intention de venir envahir notre planète, pourquoi ne se sont-ils pas tout bonnement installés ici pour « prendre les commandes » lorsqu’ils ont instauré leur domination, il y a 300 000 ans ?

R : Aucun désir d’habiter le même plan.

Q : (L) Pourquoi ça ?

R : Vous êtes au niveau 3, et eux au niveau 4.

Q : (L) Pourquoi ont-ils l’intention de le faire aujourd’hui ?

R : Ils veulent vous gouverner en 4e densité.

Q : (L) Si la planète mère sur laquelle la race humaine a été implantée à l’origine est brûlée, ou réduite en cendres, j’aimerais savoir comment elle a été consumée.

R : Étoile s’est agrandie.

Q : (L) Bon, si l’étoile s’est agrandie, elle doit s’être agrandie récemment, est-ce exact ?

R : Le temps ne se mesure pas de cette façon dans ce monde-là.

Q : (L) De quel monde s’agit-il ?

R : Distorsion temps/espace.

Q : (L) Que voulez-vous dire par distorsion temps/espace.

R : Trop compliqué, mais vous avez déjà une certaine compréhension du concept.

Q : (L) Donc, l’étoile s’est agrandie et la planète mère a été réduite en cendres. Si c’est bien ce qui s’est passé, cela signifie qu’elle a dû être réduite en cendres peu après, approximativement parlant, la création des êtres humains.

R : Vous ne pouvez même pas être approximatifs.

Q : (L) Voudriez-vous bien m’aider là ? J’essaye de comprendre pourquoi, si cette planète a été réduite en cendres, pourquoi les êtres humains ont été ensemencés là-bas… à quoi ça sert d’être amené à la vie sur une planète qui va bientôt se transformer en cendres… en truc croustillant…

R : OK. Maintenant : un « choc » pour vous. Elle n’a pas encore été réduite en cendres.

Q : (L) OK. Qu’est-ce que ça veut dire ? Vous nous avez dit qu’elle était réduite en cendres… brûlée… qu’est-ce qui s’est passé, au juste ?

R : Cela se produira en même « temps » que votre passage en 4e densité. La race humaine est en train de prendre forme sur D’Ankhiar.

Q : (L) Que voulez-vous dire par la race humaine est en train de prendre forme sur cette planète ? Parce que c’est cette planète ?

R : Non. Cela clôt le grand cycle du monde.

Q : (L) Vous voulez dire qu’il y a des êtres humains en cours de création sur cette planète en ce moment même…

R : Oui, c’est vous. Votre race prend forme là-bas.

Q : (L) Comment ?

R : Croisement de mondes, vous comprenez ?

Q : (L) Vous voulez dire qu’il y a des corps de quatrième densité en cours de formation là-bas ?

R : Non, 3e.

Q : (L) Il y a des corps de 3e densité… allons-nous quitter les corps que nous habitons et nous incarner dans d’autres corps ?

R : Tu t’égares… Réfléchis bien. Le monde est un dérivé de la réalité. Cycle.

Q : (L) Donc la race humaine prend forme sur cette autre planète en ce moment même…

R : Oui.

Q : (L) Et au moment du franchissement de la frontière entre mondes, cette autre planète sera alors réduite en cendres… consumée…

R : Oui.

Q : (L) Où iront les êtres humains qui prennent forme sur cette planète au moment du franchissement de la frontière entre mondes ?

R : Ancienne Terre.

Q : (L) Ils iront sur l’ancienne Terre ?

R : Le temps tel que vous le connaissez n’existe pas ; tout n’est que leçon pour la conscience collective.

Q : (L) Alors, à la fin de ce grand cycle, tout reprendra simplement au début ?

R : Pas exactement. Il n’y a pas de début, vois-tu.

Q : (L) Est-ce que beaucoup d’âmes sur la Terre vont se recycler dans ces nouveaux corps qui s’en viennent sur Terre ?

R : Oui.

Q : (L) En tant qu’ancienne humanité ?

R : Oui.

Q : (L) Et tout recommencera depuis le début ?

R : Oui.

Q : (L) Donc, en d’autres termes, beaucoup de gens vont retourner à la case départ ?

R : Pas loin.

Q : (L) Est-ce une punition ?

R : Non. La Nature.

Q : (L) Est-ce que, à ce stade, une partie de ces âmes vont passer à un niveau de densité supérieur ?

R : Oui.

Q : (L) Pouvez-vous nous donner un pourcentage ?

R : Non. Ouvert pour l’instant.

Q : (L) Maintenant, pour revenir à cette planète, si à un moment du cycle, des corps ont été engendrés sur cette planète et amenés sur Terre, qui les a amenés ?

R : Croisement de mondes.

Q : (L) Ce n’était pas « qui », c’était « quoi », est-ce exact ?

R : Tout est qui et quoi.

Q : (L) Bon, l’autre soir, vous avez mentionné que les Passagers Transitoires avaient enlevé ces corps de cette planète et les avaient amenés sur Terre, n’est-ce pas ?

R : Oui.

Q : (L) Ces Passagers transitoires sont-ils des « mondes » ?

R : Oui. Comme vous.

Q : (L) Dites les gars, savez-vous ce que vous êtes en train d’infliger à la pensée linéaire là ?

R : Sac de nœuds.

Q : (L) L’autre soir, quand nous avons perdu l’enregistrement, vous avez dit quelque chose à propos de l’expansion d’une étoile qui conduirait à la création. Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur cet aspect ?

R : Remolécularisation atomique transdimensionnelle.

Q : (L) C’est quoi une remolécularisation ?

R : Ré-assemblage.

Q : (L) Ré-assemblage de quoi en quoi ?

R : Complexe. Collision de densités.

Q : (L) Collision d’une densité avec une autre. Lesquelles ?

R : Apprends l’assemblage de niveau 4.

Q : (L) Comment ?

R : Étudie.

Q : (L) Est-ce que cela signifie qu’en un point de l’espace-temps, de l’énergie pure a pu se former autour de la structure d’un mode de pensée et devenir ainsi de la matière solide ?

R : Pas loin.

Q : (L) Cette transition de l’énergie depuis les densités supérieures jusqu’en troisième densité, ou en matière solide, constitue-t-elle une sorte d’événement traumatique pour l’énergie universelle ?

R : Subjectif.

Q : (L) Est-ce une forme de mort ?

R : Mort et naissance sont identiques.

Q : (L) Être sur une planète avec une étoile mourante était-il indispensable pour que cette remolécularisation ait lieu ?

R : Pour une remolécularisation de 3e densité.

Q : (L) Donc, pour que l’énergie aille au niveau physique de 3e densité… L’énergie descend-elle quand elle arrive au 3e niveau ?

R : Non. Vers le haut.

Q : (L) Qu’est-ce qui va vers le haut ?

R : Les molécules, la matière atomique. La lumière est de première densité et unifie toutes les densités.

Q : (L) Cela veut-il dire que si l’on passe de la 3e à la 4e densité, on s’éloigne de l’unification avec la source ?

R : Non. Lumière et obscurité unifient toutes les densités.

Q : (L) Combien y a-t-il de niveaux de densité ?

R : 7.

Q : (L) Quand on atteint le 7e niveau, comment le décrire si le 1er niveau est la lumière ?

R : Le 7e est le cœur de l’existence.

Q : (L) Bon, si la 7e densité est le cœur de l’existence, cela signifie-t-il que la 1ère densité est le contour externe de l’existence ?

R : La base.

Q : (L) Quand on a atteint la 7e densité, qu’est-ce qu’on fait ?

R : Quand on atteint la 7e, tout est fait.

Q : (L) Y a-t-il des êtres au 7e niveau ?

R : Le temps n’existe pas.

Q : (L) Quand la lumière se transfère en énergie électrique, est-ce qu’elle change en fait de densité ?

R : Oui.

Q : (L) Devient-elle de l’électricité en passant de la 1ère à la 3e densité ?

R : Oui.

Q : (L) À nouveau, y a-t-il des êtres au 7e niveau ?

R : Big Bang.

Q : (L) Le Big Bang est au 7e niveau ?

R : Assez proche.

Q : (L) Donc, quand on atteindra tous le 7e niveau, on va tous exploser ? On va tous devenir Un et tout recommencera depuis le début ?

R : Pas loin.

Q : (L) Eh bien, ce n’est pas une perspective agréable !

R : Pourquoi ? Il n’y a pas de temps, vous demeurez là éternellement. Le 7e est la lumière que vous voyez à la mort du corps.

Q : (L) Donc, quand on meurt et qu’on quitte le corps, on va au 7e niveau ?

R : Le voyez.

Q : (L) Bon, j’ai un livre là-haut dans un coin qui s’intitule Messages from Michael… cette entité dit que quelque part dans l’univers, il y a une sorte de générateur d’âmes qui projette constamment des âmes… quelle était cette source ?

R : Entité incarnée au 3e.

Q : (L) Cette information est-elle valide dans l’absolu ?

R : Non. Les âmes sont déjà créées.

Q : (L) Vous voulez dire depuis le premier instant (pardonnez le terme) ?

R : Oui.

Q : (L) Eh bien, tout ça semble plutôt amorphe.

R : Amorphe est une perception.

Q : (L) Je voudrais demander quelle est l’origine de la douleur identique que L__, J__ et moi avons ressentie ces quelques dernières semaines ?

R : Modifications de l’ADN.

Q : (L) Et quelle est la source de ces modifications de l’ADN ?

R : Passage en 4e densité.

Q : (L) Et au plus tôt, on y sera quand ?

R : Ouvert.

Q : (L) En faisant référence aux Nephilim, vous avez parlé d’« insémination forcée ». En quoi cela diffère-t-il de l’insémination artificielle ?

R : Aucune différence.

Q : (L) Il est dit qu’à l’époque de la Tour de Babel, les Nephilim virent les filles des hommes et les prirent pour femmes, comme s’il y avait eu une sorte d’interaction amicale… est-ce que ça veut dire qu’ils ont rompu les rangs et éprouvé des sentiments pour leurs « femmes » humaines ?

R : Non. Autre déformation de l’histoire. Manière pittoresque de décrire des expériences génétiques.

Q : (L) Pourquoi le sphinx ressemblait-il à un félin humain ?

R : Symbolisme de l’énergie féline.

Q : (L) Était-ce pour cela que les Égyptiens vénéraient les chats ou les tenaient en si haute estime ?

R : À la source de cela.

Q : (L) Quelle était l’origine de ce dieu chat ?

R : Tradition atlante.

Q : (L) Quelle était l’origine de la tradition atlante du dieu félin ?

R : Superstition.

Q : (L) Que disait cette superstition ?

R : Sans importance.

Q : (L) Eh bien, c’est peut-être important, car un énorme monument a été construit pour honorer ce dieu, et je suis sûre que le monde entier voudrait savoir pourquoi !

R : Qu’est-ce qui est à l’origine de la Statue de la Liberté ?

Q : (L) Un principe. Donc, un principe félin est à l’origine du sphinx ?

R : Pas loin.

Q : (L) Il ne représente pas des entités, des dieux ou des déesses aliens ?

R : Non.

Q : (L) Et comment s’appelait ce dieu ?

R : Endurra.

Q : (L) Pourquoi le culte de ce dieu ou de cette déesse a-t-il cessé ?

R : S’est essoufflé.

Q : (L) Vous avez dit que les Lizzies avaient vécu parmi les humains pendant un millier d’années. Quand était-ce, dans notre temps illusoire ?

R : Durant l’apogée de l’Atlantide.

Q : (L) Et depuis combien de temps la civilisation atlante existait-elle ?

R : 70 000 ans.

Q : (L) L’humanité vivait-elle sur Terre sous la forme d’êtres conscients à l’époque des grands dinosaures ?

R : Oui et non.

Q : (L) Qu’est-ce que ça veut dire ?

R : Distorsion temporelle transitoire.

Q : (L) Une race humaine physique comportant les deux sexes dans un seul corps a-t-elle déjà existé ?

R : Non.

Q : (L) La race humaine physique a-t-elle toujours eu deux sexes, c’est-à-dire des hommes et des femmes ?

R : Oui.

Q : (L) L’Atlantide est-t-elle tombée suite à une série de destructions ?

R : Oui.

Q : (L) Combien de cataclysmes ?

R : Trois.

Q : (L) Ces cataclysmes avaient-ils tous la même cause ?

R : Non.

Q : (L) Et vous avez dit que le « déluge de Noé » était le récit de l’engloutissement et de la destruction finale de l’Atlantide ?

R : Oui.

Q : (L) Et quelle en était la cause ?

R : Vénus.

Q : (L) Je croyais que vous aviez dit que c’était Martek ?

R : Oui.

Q : (L) Eh bien, comment le déluge a-t-il pu être provoqué par Vénus s’il était provoqué par Martek ?

R : Vénus a aussi « provoqué » Martek.

Q : (L) Vous avez dit que jusque-là, la Terre était entourée d’une nappe de vapeur d’eau, c’est bien ça ?

R : Oui.

Q : (L) Et au passage de Mars, l’atmosphère terrestre est devenue surchargée et cette nappe est retombée sous forme de déluge, c’est ça ?

R : Pas loin.

Q : (L) Quand Vénus est-elle entrée dans le système solaire ?

R : 80 000 ans, approximativement.

Q : (L) Combien de fois Vénus est-elle passée près de la Terre ?

R : Sept.

Q : (L) Vénus a-t-elle joué un rôle vis-à-vis de la planète Kantek dont vous avez dit qu’elle avait explosé à cause des énergies psychiques générées par ses habitants ?

R : Non.

Q : (L) L__ a pris de la mélatonine l’autre soir, comment se fait-il qu’il n’ait pas réussi à dormir ?

R : Ajustement à la mélatonine.

Q : (L) Est-ce que tout va se résoudre d’une manière positive pour Frank ?

R : Éventuellement s’il arrive à supporter cette période difficile.

Q : (L) Est-il vrai que lorsqu’on a traversé des périodes difficiles et instauré la foi et la patience, on n’a plus à les revivre ?

R : Ouvert.

Q : (L) Combien de temps ma mère va-t-elle rester auprès de cette femme à Largo ?

R : Encore 4 à 6 mois.

Q : (L) Pourquoi AB ne m’a-t-il pas rappelé au sujet des crop circles ?

R : Commérages ufologiques.

Q : (L) Disant quoi ?

R : Ta source n’est pas valable.

Q : (L) Qui a lancé cette rumeur ?

R : Deux personnes.

Q : (L) De qui s’agit-il ?

R : MF et JW. Encore l’ego.

Q : (L) Bon les gars, permettez-moi de vous demander si vous avez commencé cette communication parce que vous vouliez que ces informations soient transmises au monde d’une manière générale, ou était-ce simplement parce que nous étions déterminés à avoir des réponses ?

R : Oui. Les deux.

Q : (L) Si nous sommes amenés à diffuser ces informations, cela devrait tout simplement se faire…

R : Oui, mais aussi résistance et immixtion. Persévérez.

Q : (L) Eh bien, avec toute cette résistance et ces rumeurs, c’est vraiment décourageant.

R : Pas les bonnes personnes.

Q : (L) Eh bien, parlez-moi des quelques bonnes personnes…

R : Pas un problème. Presse simplement celles que tu as.

Q : (L) Très bien, merci et bonne nuit.

R : Bonne nuit.

Fin de la séance

1.23 Séance du 19-novembre-1994

Séance du 19 novembre 1994

Participants : « Frank », Laura, VG, Terry et Jan

Q : (L) Bonjour.

R : Bonjour. Pas de rituels s’il vous plaît. Ils restreignent la circulation d’énergie.

Q : (L) Qui est avec nous ce soir ?

R : Xora.

Q : (L) Êtes-vous un désincarné ?

R : Non.

Q : (L) D’où venez-vous ?

R : Cassiopée.

Q : (V) Ce soir, j’ai rencontré un jeune homme qui s’appelle J__ et qui prétend être un vampire psychique. Voyez-vous de qui je parle ? La conversation dont je parle ?

R : Non.

Q : (V) Je voudrais savoir s’il s’est trompé d’étiquette pour se qualifier.

R : Oui.

Q : (V) Est-il possédé par un démon ?

R : Non.

Q : (V) Se moque-t-il de moi ?

R : Non.

Q : (V) Quel est son problème ?

R : Délirant.

Q : (V) Histoire d’approfondir la question, il souhaite que nous parlions ensemble davantage. J’imagine qu’il y a une ou deux raisons à cela. La première est qu’il veut me soutirer mon énergie, ou la seconde est qu’il appelle à l’aide. Souhaite-t-il me soutirer mon énergie ?

R : En un sens.

Q : (V) Veut-il que je l’aide psychologiquement ?

R : Non.

Q : (L) Veut-il lui faire perdre son temps ?

R : Ouvert.

Q : (V) Donc, il ne souffre pas d’attachements ? Je trouve ça dur à croire. Souffre-t-il d’attachements ?

R : Très probablement.

Q : (L) Terry voudrait savoir pourquoi il ressent une colère aussi viscérale ?

R : Victime de nombreuses circonstances liées à cette vie.

Q : (L) Est-ce karmique ?

R : Ça l’est toujours.

Q : (L) Pouvez-vous nous donner une piste sur la façon de gérer et soulager ça ?

R : C’est déjà en cours.

Q : (L) Comment accélérer ce processus ?

R : Pas nécessaire.

Q : (T) Puis-je faire quelque chose à ce sujet, ou cela se résoudra-t-il tout seul en suivant son cours ?

R : Tu es déjà sur la bonne voie.

Q : (T) Ai-je été enlevé ?

R : Enfance.

Q : (L) A-t-il été enlevé depuis qu’il est adulte ?

R : Peut-être au niveau 3.

Q : (L) C’est quoi le niveau 3 ?

R : Type d’enlèvement.

Q : (L) Combien y a-t-il de niveaux et de types d’enlèvements ?

R : Six.

Q : (L) C’est quoi le niveau 3 ?

R : Modification de conscience vers l’état « alpha ».

Q : (T) Cela implique-t-il des souvenirs-écrans ?

R : À peu près.

Q : (T) Autrement dit, je vais voir quelque chose d’autre que ce qui est réellement en train de se passer ? Ou me souvenir de quelque chose d’autre que ce qui s’est réellement passé ?

R : Oui, mais pas physique comme dans l’enfance.

Q : (V) A-t-il été dans les cavernes ? Les Gris l’ont-ils emmené dans les cavernes ?

R : C’est une question étrange.

Q : (L) Combien de fois a-t-il été enlevé physiquement ?

R : 27.

Q : (L) Combien de fois ont-ils parasité sa conscience en induisant un état alpha ?

R : 196.

Q : (T) Induisent-ils cet état alpha pendant mon sommeil ?

R : Parfois.

Q : (V) Cela lui est-il déjà arrivé devant son ordinateur ?

R : Au travail.

Q : (T) Chez Honeywell ?

R : Dans un grand bâtiment blanc.

Q : (L) Où se trouve ce grand bâtiment blanc ? (T) C’est le site d’Honeywell. (F) Tous les bâtiments sont blancs ? (T) Oui, ils le sont tous. (V) L’entreprise Honeywell est-elle un agent des Lizzies ?

R : Non. Gouvernement étasunien.

Q : (T) Ça oui. C’est un entrepreneur gouvernemental. Est-ce arrivé depuis que j’ai ce nouveau travail ?

R : Non.

Q : (T) Est-ce parce que je ne travaille plus pour un établissement gouvernemental ?

R : En partie.

Q : (T) Quelle serait l’autre partie ?

R : Tu as récemment connu une expérience d’élévation de la conscience.

Q : (L) Et cette expérience d’élévation de la conscience fait qu’il est plus difficile pour eux de jouer avec sa tête ?

R : Oui.

Q : (T) Quelle était cette expérience d’élévation de la conscience ?

R : Période de recherche de l’âme.

Q : (V) Ta quête d’âme est-elle intense ? (T) Je dirais que je suis 100 % en dépression depuis six ou sept semaines maintenant. (L) Quelle est la cause de la dépression de Terry ?

R : Modification de l’ADN.

Q : (T) Qu’est-ce qui provoque cette modification de l’ADN ?

R : Se diriger vers la réalité du 4e niveau de densité.

Q : (L) Pourquoi cela semble-t-il toujours entraîner douleur, souffrance ou dépression ?

R : Tous les changements de niveau 1 le font.

Q : (L) C’est quoi les changements de niveau 1 ?

R : Nous utilisons le terme « niveau » pour signifier l’importance.

Q : (L) Le niveau 1 est le plus important ?

R : Oui.

Q : (L) Et l’importance diminue à mesure que les nombres augmentent ?

R : À peu près.

Q : (L) Quelle est la cause de la douleur à l’épaule droite de Jan, puisque plusieurs d’entre nous ont eu exactement le même symptôme ?

R : Modifications de l’ADN.

Q : (L) Le Reiki peut-il être utilisé pour aider à atténuer le mal ?

R : Pas nécessaire ni recommandé.

Q : (L) On doit juste le supporter ?

R : Chaque « souffrance » sera vite suivie de changements spectaculaires dans la vie.

Q : (V) Pourquoi n’ai-je pas ressenti cette douleur ?

R : Tu la ressentiras.

Q : (T) Vais-je encore être enlevé maintenant que j’ai eu ce changement de conscience ?

R : Ouvert.

Q : (T) Est-ce que ce sont les mêmes êtres qui pratiquent les enlèvements, ou est-ce qu’il y a différents groupes ?

R : Deux groupes.

Q : (T) Quel est le premier ?

R : Les Gris.

Q : (T) Quel est l’autre ?

R : Les Lézards.

Q : (T) Marissa T canalise-t-elle les Lizzies ?

R : Oui.

Q : (T) Les intentions des Lizzies qu’elle canalise sont-elles bienveillantes envers les êtres humains ?

R : Non.

Q : (T) Me suis-je mis en danger en la mettant en rogne ?

R : Pas à ce moment-là.

Q : (T) Souhaitez-vous ajouter quelque chose à propos de cette femme qui canalise les Lizzies ?

R : D’autres interactions avec les Lézards ne sont pas encouragées. Fais attention à certains au « MUFON ».

Q : (T) Est-il vrai que le gouvernement se sert du MUFON comme organisme de base pour recueillir des informations ?

R : Oui.

Q : (T) J’ai reçu des informations lors d’un rêve. Ces informations étaient-elles réelles, ou n’était-ce qu’un rêve ?

R : Corrompues.

Q : (T) Par qui ou quoi ?

R : Énergies en conflit.

Q : (L) D’où venaient ces énergies ? De Terry lui-même ou étaient-elles extérieures à lui ?

R : Les deux.

Q : (T) Est-il possible de récupérer les informations qui étaient transmises ?

R : Se répétera. As-tu remarqué des tendances récurrentes dans tes rêves ?

Q : (T) Je ne me souviens pas de la plupart de mes rêves.

R : Essaie la mélatonine ; évite tout antidépresseur. Certains l’ont suggéré.

Q : (L) L’herbe est-elle considérée comme un antidépresseur ?

R : Non.

Q : (T) Les informations du rêve sont-elles importantes non seulement pour moi, mais pour tout le monde ?

R : Tout l’est.

Q : (T) Chacun reçoit-il un morceau du puzzle ? Ou bien, la quantité d’informations dépend-elle de la capacité à recevoir des personnes ? Et si une personne atteint sa capacité maximale, la « suite » des informations va-t-elle alors à quelqu’un d’autre, qui les recevra selon ses capacités ?

R : Trop de questions.

Q : (T) Des éléments d’informations sont-ils donnés à différentes personnes pour être rassemblés ?

R : Pas loin.

Q : (T) Les informations dont je dispose ne seraient alors que partielles ?

R : Travaille en réseau. Utilise le Net. D’autres communiquent et reconstruisent ainsi le puzzle.

Q : (T) Comment vais-je recueillir l’information ?

R : Demande.

Q : (L) En commençant à prendre de la mélatonine ?

R : Non. Par le Réseau informatique.

Q : (T) Il faut demander sur le réseau informatique comment récupérer l’information ?

R : Non. D’autres le font.

Q : (L) Il faut demander si d’autres partagent des rêves similaires ?

R : Ouvrez le dialogue.

Q : (T) J’ai fait un rêve une nuit ou je voyais ce que je décrirais comme un écran d’ordinateur holographique ou de réalité virtuelle. C’était le contour brillant d’un écran où défilaient des informations. Les informations avaient différentes couleurs. Il y avait plein de documents différents. Je crois que les longs documents étaient des sortes de références techniques. C’était le néant ; je n’étais même pas là ; c’était juste devant moi comme si je regardais un écran. Il y avait des documents rouges, très courts, que j’ai pris pour des sortes de déclarations ; ils m’ont effrayé. Je ne me souviens pas de ce que c’était. Il y avait des documents verts, des documents jaunes. Le contour de l’écran changeait la couleur des documents pendant qu’ils défilaient. Il y en avait beaucoup. Je sais que je les ai tous lus, mais je ne me souviens pas de leur contenu.

R : Hypnotise Terry.

Q : (L) Lors de cette séance d’hypnose sur mon fils, s’agissait-il d’un enlèvement lors d’une vie antérieure ?

R : Séance d’information de fin de vie. Lis « Majestic ».

Q : (L) Quand une personne meurt et quitte le corps, les êtres qui s’occupent de l’âme et dirigent la revue de fin de vie et le plan de vie suivant sont-ils similaires à ce qu’on appelle des aliens ?

R : Parfois. Mais sur base individuelle et densité de niveau 5.

Q : (L) Donc, vous dites que tout « alien » qui aiderait à ce genre de chose serait de densité de niveau 5 ? Ou que l’individu appartiendrait au 5e niveau ?

R : Alien dépend de la perspective de chacun.

Q : (L) Mais, cela veut-il dire que l’« être » est la personne de densité de niveau 5 ?

R : Oui. Reflète la vibration de l’expérience.

Q : (L) Pourquoi le pointeur bouge-t-il aussi lentement ce soir ?

R : L’attention de V__ est détournée.

Q : (L) Détournée vers quoi ?

R : Écriture.

Q : (T) Une dernière question et j’en aurai terminé pour l’instant. Qui m’a envoyé les informations de ce rêve ?

R : Tu n’as pas à « terminer ». Complexe.

Q : (T) Les informations venaient-elles des gentils ou des méchants ?

R : Concept différent.

Q : (T) Quelle race d’êtres ? Venaient-elles d’une race spécifique ?

R : Pas exactement.

Q : (L) Pouvez-vous nous dire quelques mots là-dessus ?

R : OK, Laura. Système d’extraction cosmique.

Q : (L) Que récupère le système d’extraction cosmique ?

R : Souvenez-vous, l’informatique a été inspirée par des forces cosmiques et reflète le système d’intelligence universel de récupération de la réalité.

Q : (T) Il s’agit d’un réseau informatique, oui ou non ?

R : Étrange mode de pensée.

Q : (T) Ce que vous avez décrit, à une très grande échelle, complexe…

R : Grande échelle, pas loin.

Q : (T) Puis-je y accéder grâce à notre système informatique terrestre ?

R : En un sens, mais pas directement pour l’instant. Mais patience.

[Pause]

Q : (L) OK, nous sommes de retour les gars. Nous avez-vous écoutés ?

R : Nous sommes toujours avec vous désormais.

Q : (L) Avec nous tous ?

R : Nous avons ajouté Jan et Terry. Ajouterons plus si nécessaire.

Q : (J) Les appels téléphoniques que je reçois les matins sont-ils d’un type spécifique ?

R : Non.

Q : (J) Un quelconque agent extérieur fait-il sonner mon téléphone pour m’aider à me réveiller quand j’en ai besoin ?

R : Non. Simple coïncidence.

Q : (J) Le nombre élevé de raccrochages qui ont lieu sur nos deux lignes téléphoniques a-t-il une quelconque signification ?

R : Trois appels ont été surveillés à cause de l’implication dans le MUFON.

Q : (L) Les téléphones de Terry et Jan sont sur écoute ?

R : Les « écoutes » téléphoniques ne sont plus nécessaires.

Q : (L) Pourquoi ?

R : Avancées technologiques.

Q : (L) Voulez-vous dire qu’ils peuvent nous écouter sans mettre nos téléphones sur écoute ?

R : Oui.

Q : (L) Peuvent-ils nous écouter par le biais des téléphones même s’ils sont raccrochés ?

R : Le peuvent.

Q : (T) Peuvent-ils nous écouter par le biais de la télé, par fréquence infrarouge ?

R : À nouveau, la technologie a progressé au-delà de ça. Les murs ont des « oreilles ». Les satellites peuvent surveiller n’importe quelle conversation ou rencontre.

Q : (J) Cette conversation est-elle surveillée en ce moment ?

R : Non.

Q : (T) Est-il possible de pister nos mouvements grâce aux systèmes d’allumage électroniques installés dans nos voitures ?

R : Pas nécessaire. Vous n’avez pas encore pris conscience de l’ampleur de « l’aide » reçue par les humains en termes d’avancées technologiques.

Q : (T) De l’aide reçue de qui ?

R : Cela requiert une réponse longue et complexe.

Q : (T) L’objectif d’un tel système d’allumage électronique, d’après ce que j’ai entendu, même si je ne peux pas dire si la source est valide ou non, mais j’en ai eu une étrange confirmation, du moins partiellement…

R : Attention à la désinformation. Elle distrait votre attention de la réalité, vous laissant ainsi exposés à la capture, à la conquête, et peut-être même à la destruction.

Q : (L) Les informations concernant les systèmes d’allumage électroniques sont-elles justes ?

R : La désinformation provient de sources qui paraissent fiables. Il est extrêmement important que vous n’accumuliez pas de fausse connaissance, car c’est encore plus dommageable que pas de connaissance du tout. Rappelez-vous que la connaissance protège et que l’ignorance expose au péril. Les informations dont tu parles, Terry, t’ont été données délibérément parce que toi, Jan et d’autres avez été pris pour cibles à cause de votre intérêt prononcé pour les sujets concernant les niveaux de densités quatre à sept. Vous avez déjà été catalogués comme des « menaces ».

Q : (L) Pouvez-vous dire à Terry ce qui s’est passé [en référence à la « confirmation » concernant les systèmes d’allumage électronique]?

R : Souvenez-vous, la désinformation est très efficace quand elle provient de sources très bien entraînées, car des techniques hypnotiques et transdimensionnelles sont utilisées, qui génèrent des dysfonctionnements électroniques encourageant à suivre des suggestions qui provoquent une confirmation (perçue comme telle).

Q : (T) Qui était le type dans la Camaro ?

R : Diversion.

Q : (T) Environ deux semaines après que j’ai regardé la cassette qui révélait ces informations, un type a débarqué de nulle part, dans une Camaro avec le moteur en surchauffe… (Jan : Non ! C’était le soir où nous étions en train de la regarder !) Nous l’avions déjà regardée avant, nous étions en train d’en discuter, et nous avons décidé de la regarder une deuxième fois. Ensuite, Gary et moi avons décidé d’aller promener le chien autour du quartier ; nous venions de rentrer et de mettre le chien sous le porche, et nous étions en train de fumer une cigarette dehors lorsque le type à la Camaro s’est garé dans l’allée. De la fumée s’échappait du capot de la voiture. Il demande s’il peut utiliser le tuyau d’arrosage. J’accepte. Il sort de la voiture — un type blond, en jean et tee-shirt, les cheveux en bataille — et dit : « Le moteur surchauffe. Je reviens de Gulfport, je rentrais à Ocala et je roulais sur l’autoroute inter-États », lorsque son moteur a eu une surchauffe. La sortie 275 n’est pas tout près, par rapport à chez moi, et il a fait un sacré chemin : il est passé devant une station-service et un garage, a quitté l’avenue principale, et a pris ma rue pour prendre de l’eau chez moi… ensuite, il s’est mis à parler des nouveaux systèmes d’allumage électronique, à dire qu’ils étaient conçus pour tomber en panne lorsque la voiture dépassait une certaine vitesse et que, pour parer à ça, il avait installé un système d’allumage spécial pour voitures de course, mais depuis, son moteur surchauffait… nous venions juste de regarder ce film sur les systèmes d’allumage électronique et nous étions abasourdis… Ce que je veux savoir, c’est : qui a le pouvoir et la faculté de mettre en place ce genre de « confirmations » ou synchronicités ?

R : Les mêmes forces qui répandent la désinformation : Fraternité/consortium/Illuminati/Nouvel Ordre Mondial/« Antéchrist »/Lézards.

Q : (T) Mais je ne suis personne, moi. Pourquoi se donner autant de mal pour m’envoyer quelqu’un dans une Camaro, le faire garer sur ma pelouse…

R : Plusieurs réponses suivent : Un : personne n’est « personne ». Deux : les forces susmentionnées n’ont absolument aucun mal à accorder une attention personnalisée à qui que ce soit. Trois : Terry a été pris pour cible, tout comme Jan et d’autres, parce qu’il est sur la bonne voie. Quatre : cette région est actuellement en pleine effervescence, et la prise de conscience est extrêmement rapide.

[Pause durant laquelle nous parlons de l’Expérience de Philadelphie]

Q : (L) Je suppose que vous nous avez écoutés discuter. Qu’avez-vous à dire à propos de l’Expérience de Philadelphie ?

R : Nous écoutons toujours. [Laura se trompe en épelant les lettres] Plus de café, Laura. [Terry remplace V__ à la planchette pour un certain temps.]

Q : (L) Faites-vous partie, en un sens, du système de réseau informatique de récupération cosmique ?

R : Tous en font partie d’une manière ou d’une autre.

Q : (L) Est-ce que l’Expérience de Philadelphie s’est produite comme l’a décrite le chef scout de Terry ?

R : Cette description n’était pas celle de l’Expérience de Philadelphie.

Q : (L) S’agissait-il du navire qui a pris part à l’Expérience de Philadelphie ?

R : L’un des trois.

Q : (L) Les effets que ce navire a connus résultaient-ils de l’Expérience de Philadelphie telle que nous la comprenons ?

R : Réalité moléculaire résiduelle.

Q : (L) L’Expérience de Philadelphie s’est-elle produite de la façon dont nous l’avons lu ?

R : Pas loin.

Q : (L) Al Bielek a-t-il participé à l’expérience ?

R : Oui.

Q : (L) Les informations qu’il a diffusées à ce propos étaient-elles factuelles ?

R : Pas loin.

Q : (L) Les informations qu’il a données sur le rajeunissement du corps et le nouveau corps qu’aurait habité son frère sont-elles exactes ?

R : Non.

Q : (L) Son frère, Duncan, est-il réellement ce qu’il prétend ?

R : Non.

Q : (L) Al Bielek est-il réellement ce qu’il prétend ?

R : Non. Était technicien, mais pas à bord d’un navire.

Q : (L) Donc, il n’a pas voyagé dans le temps ?

R : Exact.

Q : (T) Donc, il prétend être plus que ce qu’il n’est en réalité ?

R : Oui.

Q : (J) Il aspire à la célébrité ?

R : Non. C’est un agent du gouvernement.

Q : (T) Preston est-il aussi un agent du gouvernement ?

R : Oui.

Q (T) Pourquoi sortent-ils cette histoire ? Au-delà de la désinformation…

R : Lente révélation pour jauger la réaction du public.

Q : (L) V__ devrait-elle se mettre derrière Terry et poser ses mains sur ses épaules pour l’énergie ?

R : Inutile car l’énergie personnelle de Terry est adéquate. George Bush était impliqué dans l’Expérience de Philadelphie.

Q : (T) Il était dans la Marine lors de la Seconde Guerre Mondiale. (L) J’aimerais savoir ce qui est arrivé à Ambrose Bierce ?

R : Mort. Combustion spontanée.

Q : (L) Qu’est-il arrivé à Marcia Moore qui travaillait sur les contacts intersidéraux via les états modifiés de conscience amplifiés par des drogues ?

R : Victime d’enlèvement permanent par les Lézards.

Q : (L) Pourquoi ?

R : Trop proche de la vérité.

Q : (L) Eh bien, sommes-nous également proches de la vérité ?

R : Oui.

Q : (L) Serons-nous enlevés de façon permanente par les Lézards ?

R : La connaissance protège.

Q : (L) Mais n’avait-elle pas aussi beaucoup de connaissances ?

R : Brouillées par les drogues.

Q : (L) J’aimerais précisément savoir comment on fait pour voyager dans le temps.

R : Complexe.

Q : (L) Eh bien, donnez-nous au moins un indice.

R : Transfert transdimensionnel utilisant l’ajustement électromagnétique de la structure atomique pour modifier la vitesse de la convergence du cycle temporel.

Q : (L) Qui, ou que sont les individus qu’on appelle les « Men in Black » ?

R : Projections des lézards.

Q : (T) Voulez-vous dire qu’ils projettent simplement l’image d’un être ?

R : Oui.

Q : (T) Alors les MIB ne sont pas réels selon nos critères physiques ?

R : Partiellement exact. Vous ne comprenez pas la technologie, mais nous vous la décrirons si vous voulez.

Q : (L) On aimerait bien. Décrivez-nous ça, s’il vous plaît.

R : OK. Préparez-vous. D’abord nous devons expliquer plus avant le concept de « voyage » dans le temps, car les deux sont étroitement liés. La première étape consiste à induire artificiellement un champ électromagnétique qui permet d’ouvrir la porte séparant les différentes dimensions de la réalité. Ensuite, le participant doit canaliser ses pensées afin d’accéder au canal de fusion des réalités. Ensuite, il doit focaliser l’énergie sur le pont dimensionnel adéquat. Les électrons doivent être agencés selon l’onde de fréquence adéquate. Enfin, le triage doit être envoyé à travers un « rideau » qui sépare les mondes, afin d’équilibrer les perceptions à tous les niveaux de densité.

Q : (L) Les informations concernant l’événement doivent être équilibrées ou considérées en fonction de leur importance, afin que le programme tourne correctement. Est-ce la bonne interprétation du triage, au sens où vous l’entendez ?

R : En quelque sorte. Le triage se définit comme suit : 1. Matière, 2. Énergie, 3. Perception de la réalité. C’est cela, les amis.

Q : (L) Qui a enlevé Betty Andreasson ?

R : Les Gris.

Q : (L) Les informations que Betty Andreasson a reçues de ces êtres qui l’ont enlevée étaient-elles des informations-écran, de fausses informations ou de la désinformation ?

R : Tout cela et certaines factuelles.

Q : (L) Dans l’affaire Ann Haywood — décrite comme un cas de possession ou d’obsession démoniaque —, qui ou que sont les êtres qui tourmentent cette femme et sa famille ?

R : Anomalies énergétiques de section « B » de 3e densité identiques aux « poltergeists ».

Q : (L) Le livre The Haunted, sur la famille Smurl, évoque une multitude de phénomènes qui se seraient produits dans leur maison, dont l’apparition d’une créature de type Big Foot. Quelle est la source de ces phénomènes, dans ce cas précis ?

R : Idem.

Q : (L) Donc aucun de ces cas n’a de rapport avec les « aliens » ?

R : Exact.

Q : (L) Pourquoi y a-t-il des similitudes aussi nettes entre ces deux cas et le cas décrit par Karla Turner et d’autres cas d’enlèvements aliens ?

R : Les similitudes sont ouvertes à l’interprétation. La famille Turner était vulnérable à de multiples types de phénomènes en raison des interactions avec les Gris et d’autres.

Q : (L) Est-ce que ça se produit souvent lorsqu’il y a interaction avec les Gris ?

R : À l’excès, ce type d’activité ouvre des canaux ou des « fenêtres » par lesquels peuvent s’infiltrer toutes sortes de choses.

Q : (L) Qui sont ces vieilles sorcières qui ont des relations sexuelles avec les gens ?

R : Entités poltergeistiques.

Q : (L) C’est quoi une entité poltergeist ?

R : Se passe d’explication.

Q : (L) L’entité poltergeist est-elle générée par l’énergie subconsciente de l’individu qui subit le phénomène poltergeist ?

R : Comme tout le reste, interaction entre ce qui est perçu et celui qui perçoit.

Q : (L) Et qu’est-ce qui est perçu dans ce cas ? Est-ce une construction énergétique ou un être réel ?

R : Les deux. Souviens-toi Laura, toi aussi tu es une construction énergétique.

Q : (L) OK, lors de la régression de S__ au moment d’une entrevue sur un vaisseau, il y avait une femme qui ressemblait beaucoup à celle décrite dans d’autres cas. Qui est cette femme, ou qu’est-elle, et pourquoi était-elle là ?

R : Cette « femme » commence à devenir très populaire, n’est-ce pas ?

Q : (L) Qui ? La femme de l’hypnose ou S__ ?

R : La « Sorcière ».

Q : (L) Pourquoi devient-elle aussi populaire ? (J) Elle doit être douée !

R : Nous ne savons pas.

Q : (L) Quand ma fille A__ a pratiqué une vision spirituelle sur moi, elle a vu une corde qui me reliait à un astronaute bleu. C’était quoi cet astronaute bleu ?

R : Guide.

Q : (L) Mince, on l’a détaché. Aurait-on dû le laisser tranquille ?

R : À toi de voir.

Q : (L) Qui étaient les magnifiques nordiques que George Adamski a vus ?

R : Fruits de l’imagination extrêmement développée de George Adamski.

Q : (L) J’ai entendu parler à plusieurs reprises de grosses boîtes volantes rectangulaires. Je voudrais savoir à qui elles appartiennent.

R : Projections des Lézards.

Q : (L) Pourquoi ont-ils autant de types de vaisseaux différents ?

R : Ils ne leur appartiennent pas tous.

Q : (L) Bon. Nous sommes allés voir la personne que vous nous avez recommandée pour l’initiation Reiki. Recevons-nous désormais, en ce moment, la véritable initiation Reiki ?

R : Vous êtes en bonne voie. Devez laisser l’énergie se consolider. Comprends-tu le concept d’empreinte ?

Q : (L) Oui.

R : Alors tu sais.

Q : (L) Est-ce la pratique du Reiki qui consolidera la force ?

R : En partie.

Q : (L) Y a-t-il des symboles pour le Reiki qui sont encore plus anciens et puissants que ceux qu’on nous a donnés ?

R : Oui.

Q : (L) Les symboles originaux sont-ils en sanscrit ?

R : Oui.

Q : (L) Où allons-nous les trouver ?

R : Tu ne les trouveras pas.

Q : (L) Les Symboles Reiki que Sally nous a appris sont-ils les plus proches que l’on puisse obtenir ?

R : Oui. C’est suffisant.

Q : (L) Quand on reçoit l’initiation Reiki, est-ce que ça inverse le flux d’entrée et de sortie, la polarité positive ou négative du flux d’énergie dans les mains ?

R : Oui.

Q : (L) La main gauche devient alors la main de sortie ?

R : Oui.

Q : (L) Et la main droite la main d’entrée ?

R : Oui.

Q : (L) L’harmonisation Sui Ching que donne Sally est-elle plus puissante que tout ce qu’on pourrait avoir reçu de toute autre personne ?

R : Oui. Aie confiance.

Q : (L) Les exercices spirituels qu’elle enseigne sont-ils bénéfiques pour nous deux quand on les pratique ?

R : Ils conviennent.

Q : (L) Ils conviennent moyennement ou parfaitement ?

R : Souviens-toi que tu dois apprendre certaines choses par ton propre cheminement.

Q : (L) Qui ou que sont les « Malos » d’Amérique du Sud évoqués dans la littérature et qui sont décrits comme des entités grises, lippues, aux traits grossiers et vêtues d’uniformes gris ?

R : Projections des Lézards.

Q : (L) S’agit-il des êtres argileux que Betty Andreasson a vus, sauf que dans son récit, ils portaient des uniformes bleus ?

R : Oui.

Q : (L) Où Betty Andreasson a-t-elle été emmenée lorsqu’elle a vu le Phœnix lors de son enlèvement ?

R : Une autre dimension de réalité.

Q : (L) Betty a-t-elle raison de croire que ses expériences sont positives et la rapprochent de Dieu ?

R : Non.

Q : (L) Betty Andreasson se fait-elle des illusions ?

R : Non. C’est une victime.

Q : (L) Qu’est-il arrivé au pilote australien Frederick Valentich ?

R : Il a été pris par les Lézards et disséqué.

Q : (V) Ça devient de plus en plus sordide ! (L) Bien, je voudrais parler de cette plaque énergétique violette. Cela vaut-il le coup de dépenser de l’argent pour ça ?

R : Non. C’est bidon. Jolie couleur cependant.

Q : (L) Combien de temps dois-je attendre pour recevoir l’initiation au niveau de maître ?

R : À toi de voir.

Q : (L) Sally aime que ses élèves attendent six mois. Est-il nécessaire ou bénéfique pour moi d’attendre aussi longtemps puisque je pratique le Reiki depuis déjà pas mal de temps ?

R : À toi de voir.

Q : (V) Nous aimerions savoir pourquoi nous avons subi autant d’attaques dernièrement.

R : Parce que vous êtes désormais connectés à une source valide.

Q : (L) Bob Oeschler est-il un espion du gouvernement ?

R : À moitié.

Q : (L) L’atterrissage d’un ovni à Carp, dans l’Ontario, était-il un vrai atterrissage d’ovni ?

R : Oui.

Q : (L) Qui était impliqué dans cet atterrissage ?

R : Les Gris.

Q : (L) Personne d’autre ?

R : Non, mais le gouvernement veut s’en servir comme « occasion ». L’ovni lui-même n’a pas été mis en scène. L’histoire du Gardien, si.

Q : (L) L’ovni était réellement piloté par des aliens ?

R : Oui. Le gouvernement a des kilomètres de films d’ovnis en sa possession. Peut les utiliser à sa discrétion.

Q : (T) Qu’est-ce que ça signifie que l’histoire du Gardien a été mise en scène ? Comment ? La vidéo est-elle réelle ?

R : Utilisé l’enregistrement pour concocter une histoire autour de celui-ci.

Q : (T) L’individu qui se surnomme lui-même le Gardien a-t-il réellement filmé l’ovni ?

R : Non.

Q : (T) Qui l’a filmé ?

R : L’armée.

Q : (T) Comment savaient-ils pour se trouver au milieu de l’Ontario, au Canada, et filmer cet atterrissage ?

R : L’atterrissage a eu lieu à proximité de l’endroit où un régiment de l’OTAN s’entraînait.

Q : (T) A-t-il eu lieu là où ils l’on dit ?

R : À proximité.

Q : (T) La femme de la ferme faisait-elle partie de la machination ?

R : A vu l’ovni. Faisait partie d’une « vague ».

Q : (T) La femme de la ferme a-t-elle vu le même événement que celui sur la vidéo du Gardien ?

R : Non. Mais similaire.

Q : (T) Donc, on a une femme qui a vu un ovni atterrir, ils avaient une vidéo d’un atterrissage, et quand la femme s’est présentée pour parler de son observation, ils ont décidé de se servir de la vidéo pour corroborer son histoire, c’est ça ?

R : Oui.

Q : (T) La femme était-elle au courant des manœuvres de l’OTAN ?

R : Non.

Q : (T) Ces manœuvres avaient-elles lieu près de chez elle ?

R : Oui. Tous les exercices militaires importants sont infestés d’ovnis.

Q : (T) Le gouvernement a-t-il l’intention de mettre en scène une invasion extraterrestre pour terrifier la population mondiale au point qu’elle acceptera d’être totalement sous contrôle et sous domination ?

R : Ouvert. Mais si c’est le cas, ce sera un « flop ».

Q : (T) Pourquoi ?

R : Nombreuses raisons : 1. Les effets visuels seront inadéquats et présenteront des « anomalies ». 2. Une invasion réelle pourrait avoir lieu avant. 3. D’autres événements pourraient intervenir.

Q : (T) Du genre ?

R : Changements terrestres.

Q : (T) Ai-je raison de penser que certains de ces gros bonnets, de ces grosses légumes du gouvernement qui ont l’intention de prendre le contrôle du monde entier et de tout faire rouler sur des roulettes quand ils auront les choses en main, ne réalisent tout simplement pas que des changements importants vont se produire sur la planète ? Est-ce qu’ils loupent quelque chose, ici ?

R : Pas loin. Ils sont conscients, mais dans le déni.

Q : (T) Ces changements terrestres vont-ils avoir lieu avant l’arrivée de l’essaim cométaire ?

R : Non. Mais le « timing » est encore indéterminé.

Q : (T) Ai-je raison de dire que même s’ils savaient ce qui va se produire, ils poursuivraient malgré tout leurs stupides petits plans pour faire de l’argent et essayer de contrôler le monde ?

R : Oui. L’avidité est une maladie.

Q : (T) Existe-t-il réellement un projet comme l’« Alternative 3 » d’évacuer tous les cerveaux de la planète ?

R : Non.

Q : (T) C’est encore de la désinformation ?

R : Oui. Comme l’atterrissage sur Mars, mais pas les monuments de Mars.

Q : (T) Qui a construit les monuments sur Mars ?

R : Les Atlantes.

Q : (T) Les Atlantes avaient des capacités inter-planétaires ?

R : Oui. Avec facilité. Comparée à celle des Atlantes, votre technologie ressemble à l’âge de pierre.

Q : (T) Qui a créé les structures sur la Lune que Richard Hoagland a découvertes ?

R : Les Atlantes.

Q : (T) À quoi leur servaient ces structures ?

R : Points de transfert d’énergie pour charge/symbolique cristalline comme dans les monuments ou les statues.

Q : (T) À quelles statues faites-vous référence ?

R : Le visage est un exemple.

Q : (T) Quelle énergie ces cristaux recueillaient-ils ?

R : Soleil.

Q : (T) Leur était-il nécessaire d’avoir des stations de collecte énergétiques sur Mars et la Lune ? Cela augmentait-il leur puissance ?

R : Non, comme il ne vous est pas non plus nécessaire d’avoir un million de dollars. Vous voyez la corrélation ? Les Atlantes étaient assoiffés de pouvoir comme votre société a soif d’argent.

Q : (T) Est-ce l’accumulation de ce pouvoir énergétique qui a provoqué leur effondrement ?

R : Oui.

Q : (T) Ils en ont perdu le contrôle ?

R : Les a dominés tout comme vos ordinateurs vous domineront.

Q : (V) Est-ce comparable à obtenir la vie et acquérir leur propre intelligence ?

R : Oui.

Q : (L) Vous voulez dire que ces structures cristallines sont pour ainsi dire venues à la vie ?

R : Oui.

Q : (L) Et qu’ont-elles fait ensuite ?

R : Ont détruit l’Atlantide.

Q : (L) Mais je croyais que l’Atlantide avait été détruite à cause du passage rapproché d’un autre corps du système solaire ?

R : S’était remise des dégâts.

Q : (L) Donc, l’Atlantide a été ravagée par le passage rapproché de Mars ou autre, puis s’en est remise, c’est bien ça ?

R : Une partie de la masse continentale, mais pas la totalité, a été détruite.

Q : (L) Combien de destructions distinctes a connu l’Atlantide ?

R : Trois.

Q : (L) Une a été causée par le passage rapproché de Mars ?

R : Oui. Et des comètes.

Q : (L) Mars et les comètes étaient-elles vaguement en interaction ?

R : Oui.

Q : (L) Et par quoi a été causée la seconde ?

R : Vénus.

Q : (L) Et par quoi la troisième et ultime destruction a-t-elle été causée ?

R : Cristaux.

Q : (T) Les cristaux sont-ils toujours actifs ?

R : Triangle des Bermudes.

Q : (L) Je croyais que c’était un mythe.

R : Non.

Q : (L) Et que fait ce cristal ? Est-il continuellement actif ?

R : Non. Instable.

Q : (L) Est-il toujours actif au sens d’une entité consciente ou sensible ?

R : Non.

Q : (L) Qu’est-ce qui l’active ?

R : Nombreux facteurs.

Q : (L) Et quand il est activé, que fait-il ?

R : Une fenêtre transdimensionnelle s’ouvre en grand.

Q : (L) Si une personne navigue dans le Triangle des Bermudes, que la fenêtre s’ouvre en grand et que cette personne passe dedans, y est engloutie ou autre, dans quelle situation se retrouvera-t-elle ?

R : Quelque chose d’analogue à une animation suspendue.

Q : (L) Serait-elle consciente de son état d’animation suspendue, ou sa conscience serait-elle aussi suspendue ?

R : L’un ou l’autre.

Q : (L) Restera-t-elle dans cet état pour toujours, ou reviendra-t-elle, ou ressortira-t-elle ailleurs ?

R : Ouvert. Tous sont possibles. Il est arrivé la même chose aux participants de l’Expérience de Philadelphie.

Q : (L) Si un individu se trouve dans cet état interdimensionnel d’animation suspendue, cela signifie-t-il qu’il y est coincé pour toujours ?

R : Peut-être.

Q : (L) Il ne peut pas mourir, c’est ce que vous dites ?

R : Il peut avoir l’impression d’attendre des millions d’années.

Q : (L) N’y a-t-il personne ou aucun moyen qui puisse les sauver de cet état ?

R : Pourquoi penses-tu que ces marins étaient irrémédiablement fous ?

Q : (L) Hormis celui du Triangle des Bermudes, d’autres cristaux sont-ils encore actifs ?

R : Oui.

Q : (T) Le gouvernement les connaît-il ?

R : Partiellement.

Q : (L) Où se situent les autres ?

R : Au large du Japon ; au Brésil ; dans les montagnes de l’Oural de Russie ; Pôles Nord et Sud.

Q : (T) Ceux sur la Lune et sur Mars sont aussi actifs ?

R : Oui.

Q : (V) Sont-ils responsables de séismes comme celui du Japon ?

R : Oui.

Q : (L) Si l’on trouvait un cristal et qu’on déchiffrait la technologie, et qu’ensuite l’on en trouvait un autre, est-ce que ça augmenterait la puissance ?

R : Permettez-nous de répondre ainsi : Si les Néandertaliens trouvaient un 747, sauraient-ils l’utiliser ?

Q : (L) Quelles sont les dimensions physiques de ces cristaux ? Étaient-ils taillés ou poussaient-ils naturellement ?

R : Varié. Étaient synthétiques.

Q : (L) Étaient-ils facettés ?

R : Oui.

Q : (L) Quelle était la configuration générale de leur facettage ?

R : Pyramide.

Q : (L) Était-ce une pyramide au millimètre près avec les mêmes proportions que la Grande Pyramide de Gizeh par exemple ?

R : À peu près.

Q : (L) Quelle grandeur faisait la plus grande, de la base à l’apex ?

R : 1 500 mètres.

Q : (L) Quelle était la taille moyenne ?

R : 150 mètres.

Q : (L) Et celui qui faisait 1 500 m de haut, il existe toujours ?

R : Oui.

Q : (L) Où se trouve-t-il ?

R : 600 km pile à l’Est de vous ?

Q : (L) Il y a plusieurs années, un pilote a raconté avoir vu une pyramide près d’ici dans l’eau…

R : C’est seulement le sommet qui dépasse du plancher océanique. Il est enterré à 90 pour cent.

Q : (V) En méditation, j’ai vu des cristaux apparaître pendant les changements de la Terre. C’est ce qui va se passer ?

R : Oui.

Q : (L) Comment se fait-il que ce cristal ne se soit pas cassé ou brisé lors de la chute de l’Atlantide ?

R : Extraordinairement solide. Une bombe atomique ne le casserait pas. La réaction en chaîne d’une explosion thermonucléaire serait absorbée dans le cristal et convertie en énergie pure. C’est lié à la fonction de conception.

Q : (L) Et qu’arriverait-il ensuite ?

R : Dispersion de l’énergie à moins d’être concentrée comme l’avaient conçu les Atlantes.

Q : (L) Où ont-ils obtenu cette technologie ?

R : Ils l’ont développée.

Q : (L) Ils l’ont eux-mêmes inventée ?

R : Oui.

Q : (L) Étaient-ils en relation avec des aliens ?

R : Oui.

Q : (L) Ont-ils obtenus de l’aide de ces extraterrestres ?

R : Oui.

Q : (L) Et qui étaient ces aliens ?

R : Les Lézards.

Q : (L) Quel type de fréquence de puissance ces cristaux utilisaient-ils ?

R : Toute l’amplitude.

Q : (T) Combien de cristaux ont été découverts par les gouvernements dans le monde ?

R : Tous.

Q : (T) Est-ce qu’ils essaient de les utiliser ?

R : Vainement.

Q : (T) Ils essaient ?

R : Peut-être.

Q : (T) Est-ce pour cela qu’ils se sont retirés de la Lune et ont arrêté le programme spatial ?

R : Non. Le gouvernement ne comprend pas la technologie.

Q : (T) Ont-ils renoncé à leurs activités sur la Lune ?

R : Ouvert.

Q : (T) Est-ce à cause des cristaux qu’ils veulent autant aller sur Mars ?

R : Oui.

Q : (T) À cause des cristaux ou à cause de ce que renferment les monuments ?

R : Ni l’un ni l’autre.

Q : (T) Pourquoi veulent-ils aller sur Mars ?

R : Explore.

Q : (T) Ceux qui sont au plus haut échelon de la race humaine sont-ils aussi stupides qu’ils en ont l’air ?

R : Subjectif.

Q : (L) Peut-on utiliser la forme cristalline pour générer de l’électricité ?

R : Possible et a été fait.

Q : (L) Est-ce compliqué ?

R : Oui.

Q : (L) Porter de l’hématite a quel effet sur le corps physique ?

R : Ouvert.

Q : (V) Et à propos de ce gars, Stephenson ?

R : Si toutes les parties y croient.

Q : (V) Laura a-t-elle reçue un soin pour son cœur aujourd’hui ?

R : Oui.

Q : (V) D’où Stephenson tire-t-il ses informations ?

R : A lu cela.

Q : (L) Jan m’a demandé de faire un détachement d’esprits.

R : OK.

Q : (L) Elle souhaite savoir combien d’attachements elle a.

R : Trois. Deux positifs. Un négatif.

Q : (L) Terry ?

R : Quatre 3/1.

Q : (L) Comment les ont-ils attrapés ?

R : Découvrez.

Q : (L) Tout à l’heure, il a été suggéré d’hypnotiser Terry. Est-ce ça qu’ils disent qu’on devrait faire ?

R : Oui.

Q : (T) Puis-je faire confiance à Jerry ?

R : Peut-être.

Q : (T) Le Capitaine Kirk meurt-il à la fin du film ? (V) X-Files est-il influencé par les Lizzies ?

R : Non.

Q : (T) X-Files dit aux gens ce qu’ils doivent entendre ?

R : Oui.

Fin de la séance.

1.24 Séance du 24-novembre-1994

Séance du 24 novembre 1994

Participants : « Frank » et Laura

Q : (L) Bonjour.

R : Salutations.

Q : (L) Qui est avec nous ce soir ?

R : Peehmi.

Q : (L) Avez-vous déjà vécu sur Terre ?

R : Non. Il n’y a guère besoin de poser la question à chaque fois puisque ce canal est désormais bien ancré.

Q : (L) Cela veut-il dire que les vibrations ont été ajustées spécifiquement pour vous et que d’autres ne peuvent pas l’utiliser ?

R : Ne peuvent pas à moins que tu le demandes.

Q : (L) Êtes-vous au courant de la lettre que j’ai reçue de Karla Turner aujourd’hui ?

R : Nous sommes les Cassiopéens.

Q : (L) Ça veut dire que vous êtes au courant ?

R : Nous connaissons toute ton aura de vie.

Q : (L) Qu’est-ce qui l’a poussée à réagir aux informations canalisées comme elle l’a fait ? Quelque chose l’a, à l’évidence, contrariée. Qu’est-ce que c’était ?

R : Ennuyée par les références personnelles ; suspicieuse des motivations ; envoie-lui cette séance mot pour mot.

Q : (L) Très bien, que voudriez-vous lui dire… manifestement, elle pense que vous, en tant que source, avez été pris en flagrant délit de mensonge, et ça l’a rebutée. Que pouvez-vous répondre à cette accusation, si l’on peut dire ainsi ?

R : Il n’y a pas de mensonges.

Q : (L) Évidemment, c’est ce qu’on peut dire, mais comme vous n’avez pas directement décrit en détail tout ce qui concernait ces deux petits garçons de Caroline du Sud, le peu que vous avez dit, elle l’a interprété comme un mensonge. Que se passe-t-il d’autre qui…

R : Il n’y a pas de mensonges, seulement des interprétations.

Q : (L) Est-il important pour elle de recevoir des informations de cette source ?

R : Il est important pour chacun sur la planète d’apprendre à son propre rythme.

Q : (L) Le rythme de Karla est-il plus lent ?

R : C’est comparer des choux et des carottes.

Q : (L) J’aimerais aborder la question de la justesse. Comment pouvons-nous augmenter, ou déterminer, ou travailler sur la justesse ?

R : La justesse est un concept de 3e niveau.

Q : (L) Bon, vous comprenez qu’à ce niveau, on détermine si une information est exacte ou bonne en voyant si elle se produit ou devient vraie, surtout quand il s’agit de pronostics.

R : Oui.

Q : (L) Et si une source rate un pronostic, très souvent les gens perdent foi en cette source. Est-ce une attente irréaliste ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce parce que l’exactitude est une mission impossible en raison de la variabilité de la réalité ?

R : Si c’était possible, il n’y aurait pas d’existence. L’univers n’est rien de plus qu’un laboratoire d’apprentissage.

Q : (L) OK, très bien, à ce stade je me demande s’il y a un quelconque intérêt à écrire à Karla et partager nos informations avec elle ?

R : Bien sûr. Vous êtes tous en train d’apprendre. Partage l’information pour apprendre plus vite.

Q : (L) Que peut-on lui dire pour l’aider d’une manière positive ?

R : Aie de l’empathie. Elle a été éduquée à faire passer les autres avant elle.

Q : (L) D’accord. En parlant de ça, de l’existence des probabilités, Terry et Jan seront-ils avec nous samedi prochain ?

R : Oui. Mais ça dépend de vous. Demandez et l’on vous donnera.

[C’est ce que nous avons fait, et ils sont venus.]

Q : (L) Jan m’a raconté que Shannon et Sara, les amies de Terry, avaient gobé la thèse de MF m’assimilant à la méchante sorcière de l’Ouest. Est-ce que c’est vrai ?

R : Oui.

Q : (L) Pourquoi MF fait-il cela ?

R : Même raison que tous les autres ; c’est un monde au service de soi dominé par l’ego.

Q : (L) Y a-t-il en lui une méchanceté particulière à mon égard, inspirée par n’importe quelle raison précise ?

R : Il y en a, à cause de tes références au sexe.

Q : (L) Il est furieux parce que j’ai identifié que ses motivations envers Scarlett étaient en fin de compte sexuelles ? Était-ce vrai ?

R : Oui. Mais la vérité blesse.

Q : (L) Pouvez-vous nous parler de cette récente éruption volcanique ? Quelle en était la cause ?

R : « Réchauffement » de la Terre.

Q : (L) Quelle est la cause de ce réchauffement ?

R : Changements de fréquence vibratoire.

Q : (L) Quelle est l’origine de ces changements de fréquence vibratoire ?

R : Approche de l’Onde, comme nous l’avons déjà dit.

Q : (L) Cette Onde en approche est-elle si vaste, ou si ample, que ses effets sont ressentis des années avant qu’elle n’atteigne son point d’arrivée ultime ?

R : Dans la nature, toutes les ondes ont une phase de « contraction ».

Q : (L) Vous voulez dire comme pour une vague qui, juste avant d’atteindre le rivage, aspire tout à elle ?

R : Oui.

Q : (L) Donc nous sommes dans la phase d’aspiration [démonstration au moyen de mouvements de la main et d’effets sonores.]

R : Jolie analogie.

Q : (L) En 1981 et 1982, il est fréquemment arrivé que ma fille A__ voie derrière sa fenêtre ce qu’elle a décrit comme un alligator, et elle se réveillait en criant et nous nous levions. Et une fois, nous avons vu ce qui semblait être une silhouette se tenant debout dans un coin près du placard. Cette série d’événements s’est conclue par un rêve dans lequel j’étais confrontée à un dragon…

R : Lézard.

Q : (L) Que faisaient-ils à cette époque ?

R : Repérages.

Q : (L) Qu’ont-ils découvert à la suite de leurs repérages ?

R : Abductés potentiels.

Q : (L) Et ont-ils enlevé quelqu’un à ce moment-là ?

R : Non.

Q : (L) Pourquoi ?

R : Tu l’as empêché.

Q : (L) Comment l’ai-je empêché ?

R : La connaissance est ancrée dans la conscience.

Q : (L) Donc, c’est ma conscience qui l’a empêché ?

R : Pas loin.

Q : (L) Quand j’ai rêvé de ce combat avec le dragon, était-ce juste un rêve, un événement astral, ou bien une interaction réelle avec les Lizzies ?

R : Les trois.

Q : (L) Et quelle a été leur réaction face à ma résistance envers eux ?

R : Déception.

Q : (L) Ont-ils tenté de nous attaquer depuis lors ?

R : Oui.

Q : (L) Ont-ils réussi à d’autres occasions après cet épisode ?

R : Oui.

Q : (L) De quelle façon ?

R : Alice.

Q : (L) Par le biais de ma mère ?

R : Oui.

Q : (L) L’ont-ils enlevée ?

R : Embrouillé ses émotions.

Q : (L) Est-ce leur plus gros coup jusque-là ?

R : Oui.

Q : (L) Peut-il y avoir pire ?

R : Cela peut toujours être pire.

Q : (L) Alors nous devons tout le temps rester vigilants ?

R : Absolument, ne laissez pas les autres vous distraire. Vous avez fait l’objet de nombreuses tentatives de distraction pour vous éloigner de la vérité. Maintenant suivent des proclamations : Pause. Tout est leçon. L’école est infiniment vaste. Il n’y a aucune autre raison à l’existence. Même la matière inanimée apprend que tout est « illusion ». Chacun contient la totalité de la création dans son esprit. À présent, méditez là-dessus quelques instants. Chaque âme est toute-puissante et peut créer ou détruire toute existence à condition de savoir comment. Vous et nous, et tous les autres, sommes reliés les uns aux autres du fait de notre possession mutuelle de tout ce qui est. Vous pouvez créer des univers alternatifs à votre gré, et y habiter. Chacun de vous est une réplique de l’univers dans lequel il réside. Votre esprit représente tout ce qui existe. C’est « amusant » de voir jusqu’où l’on peut aller.

Q : (L) Pour qui est-ce amusant de voir jusqu’où l’on peut aller ?

R : Tous. Les défis sont amusants. D’après toi, quelles sont les limites de ton esprit ?

Q : (L) Les limites ?

R : Nous te le demandons.

Q : (L) Eh bien, j’imagine qu’il n’y en a pas.

R : S’il n’y en a pas, quelle différence y a-t-il alors entre ton esprit et le reste ?

Q : (L) J’imagine qu’il n’y a en fin de compte aucune différence, si tout est fondamentalement Un.

R : Bien. Et quand deux choses n’ont absolument aucune limite, elles sont précisément identiques.

Q : (L) Est-ce tout ce que vous allez nous donner pour ce soir ?

R : Ouvert. Pouvons donner plus une autre fois.

Q : (L) Mon mari voudrait savoir pourquoi ses oreilles bourdonnent constamment dernièrement.

R : Mouvement des Lézards.

Q : (L) Pourquoi ce mouvement des Lézards fait-il bourdonner ses oreilles ?

R : Ils se concentrent sur ceux qui ne sont pas protégés ou moins protégés par la connaissance.

Q : (L) Que peut-il faire pour que ça cesse ?

R : Ouvrir son esprit puis apprendre.

Q : (L) Et s’il ne le fait pas, quel sera le résultat ?

R : D’autres attaques.

Q : (L) L’autre soir, quand Terry et Jan étaient là, et que nous nous apprêtions à nous asseoir autour de la planchette, j’ai soudain ressenti une vive douleur dans mon oreille gauche comme je n’en ai jamais ressentie auparavant. Trois coups aigus. Qu’est-ce que c’était ?

R : Surtension nerveuse.

Q : (L) Provoquée par quoi ?

R : Changement de l’ADN.

Q : (L) [Ma fille] A__ ressent maintenant cette douleur omniprésente dans l’épaule. Est-ce parce que son ADN change ?

R : Oui.

Q : (L) Vous avez dit que chaque âme est toute-puissante et pouvait créer ou détruire toute existence… cela signifie-t-il qu’un individu pourrait créer ou détruire toute existence pour tous les autres ?

R : Oui. Mais plus complexe que cela, expliquerons davantage lors d’une autre séance.

Q : (L) Si nous posions des questions précises, techniquement parlant, seriez-vous capable de nous dire comment construire une machine à remonter le temps ou une sorte de véhicule transdimensionnel ?

R : Oui. Mais où allez-vous trouver tout le matériel ?

Q : (L) Eh bien, je n’ai pas dit que j’allais le faire, je voulais juste savoir si vous pourriez nous expliquer comment faire.

Q : (L) Y a-t-il quoi que ce soit que vous voudriez nous dire, en quelques mots, avant que nous en ayons terminé pour ce soir ?

R : Travaillez en réseau, mais prenez garde avec qui vous le faites.

Q : (L) Quelqu’un va-t-il très bientôt débarquer dans nos vies pour nous aider à ce sujet ?

R : Tu verras bien. Ce n’est que le début.

Q : (L) Nous vous remercions pour toute votre aide de ce soir. Allons-nous régulièrement recevoir des informations spontanées comme ça a été le cas aujourd’hui ?

R : Occasionnellement, quand les vibrations conviennent. Les vibrations suggèrent d’inviter les Rodemerk. L’énergie est meilleure avec eux.

Q : (L) Quand V__ est avec nous, cela lui serait-il utile de se tenir derrière nous et de nous faire du Reiki pendant qu’on est à la planchette ?

R : Si vous le souhaitez.

Q : (L) J’ai le sentiment que ça veut dire que ça n’a pas vraiment d’importance.

R : Ouvert. Bonne nuit.

Fin de la séance

1.25 Séance du 26-novembre-1994

Séance du 26 novembre 1994

Participants : « Frank », Laura, Terry et Jan

Q : Bonjour.

R : Merci d’avoir modifié la planche. [Nous avions installé davantage de signes de ponctuation.] Nous avons travaillé sur vos psychés pour que vous le fassiez.

Q : (L) Vous n’aviez pas besoin d’agir sur nos psychés pour que nous le fassions. Cela accélère aussi les choses pour nous. Nous voulions le faire.

R : Tout est interactif lorsqu’il est question de l’« esprit collectif ».

Q : (T) « Fin de mot » c’est pour la fin de chaque mot, pas pour la fin d’une phrase. Comme ça, on peut aisément distinguer les mots les uns des autres… (J) Je n’en ai pas besoin.

R : Tu sauras distinguer les mots à mesure qu’ils arriveront.

Q : (L) Maintenant, pour les questions…

R : Qui suis-je Laura ? Tu te laisses aller.

Q : (L) Eh bien, vous m’avez dit la dernière fois que je n’étais pas obligée de poser la question à chaque fois. D’accord, qui est avec nous ce soir ?

R : Humour.

Q : (L) Votre nom est Humour ?

R : Absurde.

Q : (T) Nous sommes absurdes ou nous allons passer une drôle de soirée absurde ?

R : Laura a besoin de se détendre un peu.

Q : (L) OK, pouvons-nous avoir votre nom s’il vous plaît ?

R : Murean.

Q : (L) Contents de vous avoir avec nous, Murean. [Tentative pour prononcer le nom]

R : Accent sur la 2e syllabe.

Q : (T) Bien, ce soir, il y a Laura, Frank et Terry à la planchette, et Jan à la transcription. Est-ce que ça convient ?

R : Bien sûr, Terry.

Q : (T) Merci.

R : De rien.

Q : (T) Samedi dernier, j’ai remarqué que vous aviez besoin de notre énergie pour faire marcher la planchette. Il n’est pas nécessaire que l’un ou…

R : Vous ajoutez de l’énergie.

Q : (T) J’ajoute de l’énergie ?

R : Et Jan.

Q : (L) Simplement en étant là ? (T) Eh bien, je ne veux pas avoir l’impression d’usurper la place de V__…

R : V__ est à un stade antérieur du processus d’apprentissage, donc moins d’énergie.

Q : (L) Eh bien, V__ fait partie du groupe et apprend avec nous, et nous sommes tous à différents stades d’une manière ou d’une autre. Elle possède un grand don de guérison qui est définitivement indispensable au groupe. (T) Et LM est pêcheur.

R : V__ est plus émotive à la façon d’une amoureuse « Gémeau ». Son Reiki est meilleur à cause de ses facultés émotionnelles.

Q : (T) Eh bien, je ne veux tout simplement pas qu’elle se sente blessée ou pense qu’on la remplace si je participe.

R : Détends-toi Terry.

Q : (J) J’ai rêvé que de la vigne poussait sur mes cheveux. Je passais devant un miroir et en voyant cela, je me suis dit « Je vais devoir me débarrasser de ce truc ! » Ce rêve a-t-il un sens ?

R : Aucun.

Q : (J) À quoi sont dus mes problèmes de sinus ?

R : Refoulement émotionnel.

Q : (J) De quoi ?

R : Des sentiments. Appris à ne pas être démonstrative dans l’enfance.

Q : (J) Il y avait beaucoup de refoulement des pensées et de la créativité chez moi quand j’ai grandi. Alors, que puis-je faire pour aider mes sinus ?

R : Sortir et fracasser quelques pots de fleurs. [Éclats de rire] Sérieusement. Sans danger pour les autres.

Q : (T) Eh bien, il y en a un paquet dehors. (J) Devrais-je identifier ce qui me met en colère et nommer les pots de fleurs quand je les fracasse ?

R : Si elle veut. Nous avons suggéré les pots de fleurs parce que tu en as trop. [Rires]

Q : (T) C’est vrai, carrément ! [Quelqu’un suggère de tirer dessus]

R : Les fusils peuvent blesser à moins d’être extrêmement prudent.

Q : (J) Pourquoi la maman de Terry avait-elle aussi peur de se faire opérer de la cataracte, pourquoi n’a-t-elle pas guéri et que peut-elle faire ? (T) Trop de questions. Ma mère vient juste de se faire opérer de la cataracte et plusieurs autres membres de la famille ont subi la même opération, et ils ont tous guéri correctement et rapidement. Elle ne guérit pas correctement et elle a une peur bleue de perdre la vue de cet œil. Elle était paniquée par cette opération, pourtant elle a subi d’autres opérations qui ne l’avaient pas effrayée.

R : Trop de modes de pensée.

Q : Pourquoi était-elle effrayée par cette opération ?

R : Sa nature est d’être effrayée.

Q : (J) Elle prétend qu’elle n’a jamais eu peur d’aucune opération.

R : Faux.

Q : Son œil va-t-il guérir ?

R : Si elle change ses pensées.

Q : (L) Avez-vous pratiqué le Reiki sur son œil ? (J) Non. (T) Eh bien, vas-y la semaine prochaine et fais-le.

R : Pas recommandé. Elle résistera fortement.

Q : (L) Qu’est-ce que Terry ou Jan pourraient faire… (J) ou que peut-elle faire…

R : Sa leçon, pas la vôtre. S’il vous plaît, limitez les demandes de nature personnelle.

Q : (T) C’est un univers de libre arbitre alors ils ne peuvent rien nous dire. Vous voyez, j’ai lu le livre !

R : Bravo, Terry. [Rires]

Q : (T) J’apprends lentement mais sûrement.

R : Pas si lentement.

Q : (L) Pouvons-nous au moins demander quelle sorte d’esprit animal auraient Jan et Terry ?

R : Jan, souris. Terry, serpent. [Rires]

Q : (T) Mon serpent totem fait-il référence aux lézards ou aux dragons ?

R : Non. On te l’a dit.

Q : (T) Eh bien, j’aime bien les dragons parce que je suis un mordu de littérature fantastique. Je ne suis pas vraiment fana des lézards.

R : Donjons et…

Q : (T) Donjons & Dragons, un de mes jeux préférés. Puisque j’aime bien Donjons et Dragons, et que j’ai ce penchant pour ce genre de choses…

R : On sait.

Q : (T) On a tous nos passe-temps. Pourquoi ai-je l’impression d’avoir un lien avec les armes blanches dans ma vie ? Quelle est l’origine de mon goût pour les jeux médiévaux, etc. ?

R : Épées. A été tué par un pirate en 1713.

Q : (T) Pourquoi ai-je été tué par un pirate en 1713 ? (L) Parce que tu étais là. (T) Mauvais endroit au mauvais moment !

R : Assez proche.

Q : (L) Quel était son nom lors de cette vie-là ?

R : George Caldwell. Vivait à Plymouth, en Angleterre. Métier : Marine.

Q : (L) Qui était le groupe de pirates qui lui ont enlevé la vie ?

R : Coupeurs de gorges britanniques.

Q : (T) Quel était mon grade ?

R : Lieutenant.

Q : (T) Comment s’appelait le navire ?

R : HMS Siderail.

Q : (T) Quel type de bateau était-ce ?

R : Goélette.

Q : (T) Alors ce n’était pas un bateau militaire ?

R : Si.

Q : (T) Eh bien, ce n’était pas un vaisseau de combat. (LM) Ils n’ont jamais utilisé de goélettes comme vaisseaux de combat.

R : Si. Réquisitionné, LM. [Rires]

Q : (T) La Marine britannique avait réquisitionné cette goélette ?

R : Oui.

Q : (T) Est-ce répertorié quelque part dans les archives de l’Amirauté britannique ? Y a-t-il quoi que ce soit de cela de consigné ?

R : Non. Dissimulé.

Q : (T) Reste-t-il des archives sur le personnel de la Marine ?

R : Oui. Va à Londres. Contacte New Scotland Yard pour y avoir accès.

Q : (T) Qui commandait la goélette ?

R : Ian Miller de Plymouth.

Q : (L) Terry était-il marié ?

R : Non.

Q : (T) À quel âge suis-je mort ?

R : 23.

Q : (T) M’étais-je amusé avant cela ?

R : Ouvert.

Q : (J) Pouvez-vous me parler d’un jeu précis auquel je jouais avec les autres filles quand j’étais au collège, surtout Margaret S ?

R : Le sous-sol de Margaret semble très sombre. Des bougies ou des points lumineux. Des mots prononcés de façon « rituelle ».

Q : (F) Que faisiez-vous ? (J) Oui. (L) Tu plaisantes ? (J) Non. (F) Que faisiez-vous ? (J) [Rit]

R : Nous voyons la scène dont tu parles dans le « temps » présent. C’est difficile à interpréter, car il semble y avoir un effort pour « dissimuler » aux autres les activités d’une façon quelque peu « sournoise ». Mais cela semble être une tentative pour influencer les événements ou jeter des « sorts ».

Q : (L) C’est vrai ? (J) Hum humm. (L) Ça a fonctionné ?

R : Ouvert.

Q : (J) Ne pouvez-vous rien obtenir de spécifique à propos des mots ?

R : Nous ne pouvons pas déchiffrer.

Q : (J) Et si je me concentrais davantage ?

R : Peut-être.

Q : (T) Souhaitez-vous nous dire quelque chose sans que nous posions de question ?

R : Clarifiez les vibrations. Il y a beaucoup d’interférence en ce moment.

Q : (T) Quelle est la source de cette interférence ?

R : Nombreuses et variées.

Q : (L) Est-ce notre tension ou notre attente vis-à-vis de ces mots qui ont créé des parasites ?

R : En partie. Mais rappelez-vous, l’objectif premier de cette communication est d’apporter à tous des informations d’importance universelle plutôt que des devoirs et des données personnelles. Nous voulons clarifier et développer la déclaration précédente. Aucun souci si vous préférez utiliser cette tribune pour des données et des gains personnels, car c’est le libre arbitre. Toutefois, si vous souhaitez que cette connexion conserve sa force, et en fait s’accroisse, alors il serait sage de limiter les demandes personnelles, car cela relève du domaine du service de soi, et ce domaine est limitant et finira par aboutir à une contamination par des forces orientées vers le service de soi, contrairement à celle-ci.

Q : (L) Je suis fatiguée. Avez-vous vraiment besoin de ma présence à la planche les gars ?

R : « Plus il y a de fous, plus on rit. »

Q : (L) Puis-je poser ma question maintenant ?

R : OK, Laura. Vas-y.

Q : (L) L’autre soir, nous avons parlé de la « marque de Caïn », et j’ai perdu une partie de l’enregistrement. J’aimerais revenir un petit peu plus sur le sujet cette fois. Quel véritable événement cache le récit sur la « Marque de Caïn » ?

R : Apparition de la jalousie.

Q : (L) Qu’est-ce qui a permis à la jalousie d’entrer en jeu dans les relations humaines ?

R : Prise de pouvoir par les Lézards.

Q : (L) La prise de pouvoir par les Lézards ne s’est-elle pas produite au moment de la Chute au jardin d’Éden ?

R : Oui.

Q : (L) L’histoire de Caïn et Abel faisait-elle partie de cette prise de pouvoir ?

R : Symbolisme du récit.

Q : (L) Cela symbolisait la prise de pouvoir par les Lizzies, l’apparition de la jalousie, et l’attitude de « frère contre frère », est-ce exact ?

R : En partie. La marque de Caïn renvoie au « facteur jalousie » instauré dans le cadre du changement facilité par la prise de pouvoir par les Lézards sur la fréquence vibratoire de la Terre. Le nœud au niveau de la colonne vertébrale est un vestige physique de la limitation de l’ADN délibérément ajoutée par les Lézards. Vous voyez ?

Q : (L) D’accord, Jan va passer sa main le long de mon dos. Faites-nous signe lorsqu’elle aura atteint le « nœud ».

R : OK.

Q : (L) Vous voulez dire la crête occipitale ?

R : Oui.

Q : (L) Quelle était la configuration de la colonne vertébrale et du crâne avant cet ajout ?

R : La colonne n’avait pas de crête à cet endroit. La jalousie émane de là, vous pouvez même la sentir.

Q : (L) Toutes ces émotions que nous avons mentionnées, celles qui ont été générées par la dégradation de l’ADN, certaines sont-elles liées à ce que Carl Sagan appelle le cerveau reptilien ?

R : Indirectement.

Q : (L) D’accord, à l’époque de l’apparition de cette marque de Caïn, y avait-il d’autres humains sur la planète qui ne possédaient pas cette configuration ?

R : Elle a été ajoutée à tous simultanément.

Q : (L) Comment s’y sont-ils pris physiquement pour accomplir cet acte ? Quel était le mécanisme de ce résultat, les détails techniques ?

R : Êtes-vous prêts ? Le cœur de l’ADN est une enzyme qui n’a pas encore été découverte et qui est liée au carbone. Des ondes lumineuses ont été utilisées pour neutraliser par combustion les dix premiers facteurs de l’ADN. Dès lors, un certain nombre de changements physiques ont eu lieu, dont l’apparition du nœud en haut de la colonne. Chacun d’eux se reflète en tous points dans l’éthérique.

Q : (L) Et c’est tout ?

R : Non. Mais, as-tu besoin de plus ?

Q : (L) Eh bien, ma question est : combien de gens y avait-il sur la planète, et ont-ils dû les prendre un par un pour procéder à ce changement individuellement ?

R : Ouh là !

Q : (L) Combien de personnes ?

R : 6 milliards.

Q : (T) C’est 500 millions de plus qu’actuellement.

R : Non, 200 millions.

Q : (L) Mais il y avait beaucoup de gens sur la planète, comment s’y sont-ils pris pour effectuer ce changement sur tous ?

R : Altération des ondes lumineuses.

Q : (L) Et les ondes lumineuses, les vraies ondes lumineuses, affectent l’ADN ?

R : Oui.

Q : (T) Quelle était l’origine de ces ondes lumineuses ?

R : Notre centre.

Q : (L) C’est quoi votre centre ?

R : Notre monde. SDA.

Q : (L) Alors comment les Lizzies s’y sont-ils pris pour utiliser la lumière provenant du monde du Service d’Autrui…

R : Ils ont utilisé une technologie sophistiquée pour interrompre les ondes de fréquence lumineuse.

Q : (L) Eh bien, ce que je déduis de vos non-dits, c’est qu’on a l’impression que, eh bien, il y a eu une bataille et que vous, les gars, vous l’avez perdue ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce la même bataille que celle dont parlent les Pléiadiens ?

R : Oui.

Q : (T) Sans vouloir digresser, mais c’est tout nouveau pour moi, vous êtes les Cassiopéens ?

R : Oui.

Q : (T) Êtes-vous aussi les Pléiadiens ?

R : Non.

Q : (T) Êtes-vous liés aux Pléiadiens ?

R : Oui, et d’autres le sont aussi.

Q : (T) Vous êtes tous de la famille de la lumière ?

R : Oui. Exactement. Tu as bien « fait tes devoirs ».

Q : (T) J’essaie. Alors, dans ce que nous appelons le passé, une autre force vous a vaincus et a utilisé le pouvoir de la lumière afin de nous altérer de différentes manières, est-ce exact ?

R : Oui. Maintenant, comprenez bien : tout cela fait partie d’un grand cycle naturel.

Q : (L) Si tout cela fait partie d’un grand cycle naturel, et corrigez-moi si je me trompe, on a presque l’impression que vous, les gars, les « gentils », et les autres, les « méchants », vous participez à tout ça juste pour vous amuser — façon de parler ; est-ce vrai ?

R : Non.

Q : (L) Mais vous dites que c’est une chose naturelle ou que cela fait partie d’un grand cycle naturel. Ce grand cycle naturel fait-il juste partie de l’interaction entre la lumière et l’obscurité, dont l’existence est tout simplement dans l’ordre des choses ?

R : Oui. Nous sommes en « première ligne » du système d’équilibre naturel de l’univers. C’est vers ce niveau qu’on s’élève, avant d’atteindre l’union totale avec « L’Un ». Le 6e niveau.

Q : (L) Aimez-vous être au 6e niveau ?

R : Aimez-vous être au 3e niveau ?

Q : (L) Franchement, non. (T) Si vous répondez en retournant la question, et comme on sait qu’on s’efforce d’atteindre un niveau supérieur, cela veut-il dire qu’il y a d’autres niveaux au-dessus du 6e ?

R : Oui. Un.

Q : (L) L’Union avec le Un.

R : Oui.

Q : (T) Bon, la bataille que vous avez menée contre l’autre camp…

R : Que nous menons.

Q : (T) Cette bataille se poursuit. … avez-vous récupéré le pouvoir de la lumière ?

R : Ne l’avons jamais perdue, vous oui.

Q : (T) D’accord, j’imagine que pour nous, les Lizzies sont la force principale, même si d’autres entités sont de leur côté…

R : Oui.

Q : (T) Ils ont pris notre lumière, pas la vôtre ?

R : Pas contre vous. Présentement en union avec vous.

Q : (T) Alors nous ne sommes qu’une bataille dans l’univers, au sein d’une lutte globale, permanente ?

R : Oui. L’équilibre est naturel. Rappelez-vous, tout n’est que leçons dans le grand cycle.

Q : (L) J’aimerais vraiment savoir… quand vous, les gars, vous vous « bagarrez » avec les Lizzies, comment vous y prenez-vous ? Je veux dire, de toute évidence, vous ne vous tirez pas dessus avec des armes, et vous n’avez pas de chars…

R : Trop compliqué à comprendre pour vous, parce que vous n’êtes pas encore au 4e niveau.

Q : (J) Quand vous vous battez, avons-nous la moindre possibilité de détecter cette bataille ?

R : Premièrement : nous ne nous « battons » pas. Deuxièmement, oui ; c’est la nature, du genre météorologie et changements terrestres.

Q : (T) Votre forme de confrontation prend la forme de changements physiques dans l’atmosphère et l’environnement de la planète ?

R : Et dans l’espace.

Q : (T) Mais c’est comme cela que nous la détectons ? Plus il y a d’activité [météorologique], plus le conflit est intense ?

R : Rappelez-vous, nous sommes la lumière. Ils sont l’obscurité. Nous sommes tous deux des formes pensées de niveau supérieur reflétées à tous les niveaux de réalité.

Q : (T) Donc, ce que nous percevons, c’est ce qui transparaît en 3e densité, mais ce n’est pas ce que nous percevrions si nous regardions depuis la 4e, la 5e ou la 6e.

R : Oui.

Q : (T) Nous parlons de la 4e densité vers la 3e. Est-ce à cela qu’Hoagland fait référence quand il parle de la forme tétraédrique qu’il a repérée dans les structures martiennes qu’il a étudiées et qu’il a postulées…

R : Oui. C’est un pont vers la 4e densité.

Q : (L) Le combat n’est-il pas quelque peu inégal ? Vous, les gars, au 6e niveau, vous vous battez contre les Lizzies, qui ne sont qu’au 4e niveau ?

R : Les « Lizzies » sont des représentants au 4e niveau des forces des ténèbres, non le 6e niveau, et vous en êtes des représentants au 3e niveau.

Q : (L) Y a-t-il un représentant au 6e niveau des forces des ténèbres ?

R : Oui.

Q : (L) Et sous quel nom est connu ce représentant du 6e niveau, à quoi ressemble-t-il, etc. ?

R : Orion dans votre « voisinage ».

Q : (L) Les Orions sont des êtres SDS de 6e niveau ?

R : Oui.

Q : (L) Sont-ils comme vous, des formes-pensées ?

R : Oui.

Q : (L) Apparaissent-ils jamais dans la matière physique ?

R : Le peuvent.

Q : (L) Et ils sont la force motrice qui contrôle les Lizzies ?

R : Pas loin.

Q : (L) Y a-t-il un intermédiaire entre les Orions du 6e niveau et les Lizzies du 4e niveau ; par exemple, une force ou un être au 5e niveau ?

R : Le 5e niveau est une zone de contemplation pour les deux « camps ».

Q : (L) Cela signifie-t-il qu’au niveau de la contemplation, il n’y a aucune activité ? (J) C’est comme un « temps mort » ?

R : Pas loin. Équilibreur.

Q : (L) Y a-t-il un représentant au 3e niveau des forces de la lumière ?

R : Oui.

Q : (L) Qui ou que sont-ils ?

R : N’existent pas sur votre planète.

Q : (L) Ont-ils une planète à eux ?

R : En ont des billiards.

Q : (L) Eh bien, à vous entendre, on est dans une sacrée panade, ici. Ce monde, c’est la Sibérie de l’Univers, comme disait Gurdjieff.

R : L’Univers est infiniment immense.

Q : (L) S’il y a des planètes où il y a des êtres 3D d’orientation SDS, autrement dit dans des corps physiques, est-ce qu’ils nous ressemblent ?

R : Vous êtes d’orientation SDS. Voulais-tu en fait dire SDA ?

Q : (T) Y a-t-il une race 3D SDA dans cet univers ?

R : Oui. Déjà répondu.

Q : (L) S’il y a des planètes avec des êtres SDA…

R : Certains vous ressemblent.

Q : (L) À quoi ressemble la vie dans ce genre d’endroit ? (T) Ils ne vont pas nous le dire. C’est quelque chose qu’on va devoir concevoir pour le découvrir.

R : Exactement.

Q : (J) Est-ce parce que nous sommes SDS que nous sommes autant axés sur les apparences ?

R : Pas une question physique au 3e niveau.

Q : (T) Qui donc me parle quand je me parle à moi-même dans ma tête ?

R : Toi.

Q : Est-ce que je parle à d’autres êtres ?

R : C’est arrivé.

Q : Faisons-nous tous cela ?

R : Non.

Q : (T) Laura communique-t-elle ainsi ?

R : C’est arrivé.

Q : (T) Frank ?

R : Idem.

Q : (T) Devrais-je continuer à communiquer avec qui que ce soit dont il s’agit ?

R : À toi de voir.

Q : (T) Sont-ils en lien avec vous ?

R : Non.

Q : (T) Savez-vous de qui je parle ?

R : Oui.

Q : (T) Pouvez-vous me dire qui ils sont ?

R : Lézards.

Q : (T) Pourquoi me parlent-ils ?

R : Tentent de te convertir. Rappelle-toi, Terry, ta dépression chronique est une zone de « combat ».

Q : (T) Je ne suis plus déprimé, mais ils me parlent encore plus. (J) Ils tentent de te replonger dans la dépression. (T) Mais ils ne font rien pour me convaincre de déprimer.

R : Sois vigilant !

Q : (T) Est-ce que je peux les débrancher ?

R : Oui.

Q : (T) Qui est « Sing » ?

R : Le leader de forces ayant pour mission de t’influencer.

Q : (T) Des forces ? Ça veut dire qu’ils sont nombreux à s’occuper de moi personnellement ?

R : Oui.

Q : (T) Et ils sont combien ?

R : Sept.

Q : (T) Est-ce qu’ils se servent de mes implants pour faire ça ?

R : Ça fait partie du processus.

Q : (T) Est-ce que j’ai des implants ?

R : Oui.

Q : (T) Ils se servent de ces implants pour contrôler et amplifier mes émotions de façon à pouvoir s’en nourrir ?

R : Pas contrôler, influencer.

Q : (T) Non, pas pour contrôler, influencer. Quand, disons, je me mets en colère, ça ne dure pas longtemps, mais quand ça dure longtemps, ça veut dire qu’ils ont utilisé cette technologie pour amplifier et exacerber cette colère, c’est bien ça ?

R : Oui. La connaissance protège, l’ignorance expose au péril.

Q : (T) Est-ce que je peux leur renvoyer ce que je veux, via leur technologie ?

R : Pas nécessaire.

Q : (T) Autrement dit, si je me mets en colère et que je réalise que je le suis plus que la normale, que je la transforme en quelque chose de positif et que je le leur renvoie pendant qu’ils ont leurs amplificateurs grands ouverts, est-ce que ça les affectera ? Est-ce que ça fera tout « capoter » chez eux ?

R : Là, tu « combats le feu par le feu ».

Q : (T) Et c’est ce que nous sommes censés faire ?

R : Ouvert. Mais qu’est-ce que cette phrase implique ?

Q : (L) Si tu leur renvoies la pareille… il me semble que ce qu’ils veulent dire, c’est que quand on sent qu’on se met en colère, la seule façon de stopper ça est d’arrêter d’être en colère, et se sentir heureux ou en paix. Quand on est heureux et en paix, alors on n’a aucun désir de renvoyer quoi que ce soit.

R : Bingo.

Q : (J) Convertir l’énergie en quelque chose de positif. (F) On ne peut pas combattre le feu par le feu. (LM) Eh bien, si, on peut en réalité. (T) Ce que je voudrais savoir, c’est s’il est possible de changer son état émotionnel en quelque chose de plus positif que ce qu’ils espèrent, et le leur renvoyer. Est-ce une possibilité ?

R : Pourquoi ?

Q : (T) Juste pour leur rendre la pareille, pour changer. (J) Tu veux les contrarier ? Tu les nourris encore de ton énergie comme ça. (L) Le seul changement que tu pourrais vraiment effectuer, ce serait l’émotion opposée, la paix, et si tu ressens véritablement la paix…

R : Les êtres SDS de 4e densité se nourrissent d’énergie négative.

Q : (J) Donc, ne leur donne rien. (T) Mais je pense à l’énergie… J’ai une nature… Ils se nourrissent d’énergie négative. Ils ont implanté quelque chose en moi, un truc technologique, parce qu’ils viennent dans la 3e densité pour nous embêter…

R : Oui.

Q : (T)… ce qui amplifiera l’émotion pour eux. La rendra encore plus forte.

R : Voici une analogie : quelle est l’efficacité de la douille d’une ampoule si elle n’est pas raccordée ?

Q : (T) Eh bien, à quoi sert la douille d’une ampoule sans prise… J’essaie d’apprendre là, alors laissez-moi une certaine latitude.

R : Comme ?

Q : (T) Si l’on prend une douille et qu’on retire la prise… si l’on enlève la prise, on n’a plus de lumière. (L) Eh bien, les Lizzies sont l’ampoule et tu es la source d’énergie, donc tu n’as qu’à débrancher leur prise. (J) Débranche-toi. (T) Je suis la prise ?

R : Quelle est l’efficacité d’un moteur qu’on ne met jamais en marche ?

Q : (J) Ne sois pas leur source. S’ils se nourrissent d’énergie négative, affame-les.

R : Les implants n’opèrent pas s’ils ne sont pas utilisés.

Q : (J) La source d’énergie doit être active pour qu’ils puissent utiliser l’implant pour extraire le jus ; et l’énergie, ce sont les pensées et les émotions négatives. (T) Mais je ne suis encore qu’un être de 3e densité. J’ai toutes les émotions d’un être de 3e densité, toute la gamme — c’est ce qui fait de moi un être de 3e densité. Je ne peux donc pas « éteindre » une émotion sans compromettre l’équilibre des autres émotions. Les émotions représentent presque une analogie de la lumière et de l’obscurité.

R : Non.

Q : (T) J’ai des émotions positives et des émotions négatives ; toutes les deux font ce que je suis.

R : Il est possible de choisir de n’avoir que des émotions positives.

Q : (T) Si je n’ai que des émotions positives — ce qui est une bonne chose, et ça me plairait — quel effet cela aura-t-il sur les capteurs des Lizzies ?

R : Les neutralisera.

Q : (T) Ils sont donc accordés sur les fréquences négatives ?

R : Oui.

Q : (T) Avoir des sentiments positifs neutralise les implants. Si je neutralise leurs capteurs en ayant des émotions positives, que feront les Lézards ?

R : Iront voir ailleurs.

Q : (L) Ai-je raison de penser que si l’on commence à « débrancher » tout ça, il est possible que les Lézards redoublent d’efforts pendant un certain temps, avant de réaliser qu’on a vraiment pris les choses en main et de partir pour de bon ?

R : Exactement.

Q : (L) Donc quand on commence à comprendre ce qui se passe et à maîtriser ses émotions, à faire face à tout ce qui nous arrive en acceptant et en comprenant que tout est une manifestation de notre propre création et, qu’en fin de compte, tout ça, c’est pour notre bien, il se peut que pendant un certain temps, ils redoublent d’efforts pour récupérer leur source de nourriture, mais une fois qu’ils réalisent que c’est impossible, ils lâchent prise pour de bon ?

R : Toi et Frank êtes en train d’en faire l’expérience en ce moment même.

Q : (L) C’est vrai. (F) Nous avons tous deux subi des attaques sévères dernièrement. Avec tout ce qui nous tombait dessus, c’était vraiment difficile de garder le cap. (L) Le plus dur était de rester dans le bon état d’esprit pour continuer. (J) Suis-je soumise à des attaques ?

R : Pas encore.

Q : (T) Ce que je subis depuis quelques mois est-il le premier assaut ?

R : Oui.

Q : (T) Maintenant ils essaient de me baratiner ?

R : Seulement le premier assaut.

Q : (T) Donc plus je deviens positif, plus ils vont persévérer ; puisque vous dites qu’ils sont sept à « s’occuper » de moi, j’imagine qu’ils me trouvent quelque chose d’intéressant, quelque chose qu’ils veulent conserver ?

R : Pas loin.

Q : (T) Est-ce que je devrais me réjouir du fait d’être suffisamment important au point d’en avoir sept qui se chargent de moi personnellement ? Devrais-je prendre ça comme un compliment ?

R : Non.

Q : (J) Est-ce le niveau de négativité de Terry qui les attire autant ? Son potentiel de forte négativité ?

R : Vice versa.

Q : (J) Expliquez, s’il vous plaît. (L) Bon, qu’ont-ils dit ? Est-ce sa négativité qui les attire ? Non. Il les a attirés et c’est ce qui le rend négatif ? Qu’est-ce qui le rend attrayant pour eux ?

R : Pas attrayant, une menace.

Q : (L) Ça, c’est une raison. Je crois qu’ils commencent à travailler très tôt sur pas mal de gens ; ils doivent lire ou scanner leur aura pour déterminer leur potentiel lumineux, et si le potentiel est grand, ils commencent à travailler sur eux quand ils sont jeunes et sans défense, pour essayer de les mettre hors-jeu, si je puis dire. (F) Pas seulement leur potentiel pour le bien, mais le potentiel de connaissance. (L) Est-ce le cas ici ?

R : Oui.

Q : (L) Voilà. Ce n’est pas ton potentiel de négativité, mais ton potentiel pour le bien.

(F) Exact. Quand on regarde autour de soi, qu’on voit les gens ordinaires, ils semblent simplement vivre leur vie et adorer se vautrer dans la matérialité. Ces gens n’ont pas l’air de souffrir autant.

(L) Apparemment, les Lizzies s’intéressent à deux catégories de personnes : les très faibles, qu’ils enlèvent pour les consommer ou s’en servir comme cobayes, et ceux qui ont un potentiel de force et de positivité.

(F) Pour donner un exemple, ceux qu’ils n’attaquent pas sont déjà sous leur coupe, donc ils n’ont pas besoin de s’occuper d’eux. Mais ceux qui ont le potentiel de dépasser l’orientation Service de Soi sont une menace. Et si tu regardes la plupart des gens qui « réussissent » dans ce monde, ce sont ceux qui sont généralement le plus violemment au service d’eux-mêmes.

(T) Très vrai.

(J) C’est comme ça.

(L) Et combien de fois a-t-on entendu ces maîtres « new age » dire : « Si vous avez l’impression que les gens qui possèdent des biens matériels sont négatifs, alors c’est ce que vous vous attirez et vous devrez vous concentrer encore plus sur la prospérité ». C’est une manière détournée de promouvoir la philosophie du Service de Soi. Ce n’est pas mal de posséder des choses, l’argent n’est pas mauvais, ce qui l’est c’est de se focaliser dessus envers et contre l’altruisme.

(T) Je voudrais vous raconter une petite histoire. Un gars pour lequel je travaille est un « chrétien né de nouveau ». Né de nouveau depuis seulement un an et demi. C’est son dada. Il recherche une hygiène de vie. Un jour, il a balayé d’un revers de la main la métaphysique et les philosophies New Age en général en disant : « Le New Age ! C’est l’œuvre du diable ! » Il n’a aucune idée de ce que c’est, mais il coupe court à tout ça parce que quelqu’un lui a dit de le faire et que ça fait partie de l’hygiène de vie. Je lui ai demandé d’où il tenait ça. Il a répondu : « C’est dans la Bible ». J’ai dit : « Ça veut dire quoi, c’est dans la Bible ? » Il a répondu : « Eh bien, c’est dans les livres ». Donc je lui ai demandé : « D’où viennent ces livres ? Certains ont été écrits il y a des centaines d’années, et les livres du Nouveau Testament ont été écrits des centaines d’années après la vie du Christ, donc, après les faits. »

Alors il a répondu : « Tu vois, ceux qui ont écrit la Bible ne l’ont pas réellement écrite, ils l’ont reçue du Saint-Esprit ». J’ai dit d’accord, je peux avaler ça. Le Saint-Esprit a écrit la Bible. Je peux l’admettre. Parfait. Je lui demande : « Comment savent-ils qu’il s’agissait du Saint-Esprit ? » Et je pose seulement une question, je ne le rabaisse pas. Alors, il rétorque : « Les livres disent que le Saint-Esprit est descendu et l’a fait, et puisque c’est dans le livre, ça doit être vrai ». J’ai répondu : « Attends une minute. Le Saint-Esprit est descendu et a écrit ces livres par l’intermédiaire de ces gens, leur a donné ces informations et les a aidés à le faire, et a écrit dans le livre que c’est le Saint-Esprit qui l’a fait. Donc, c’est vrai parce que celui qui a apporté ces informations a dit qu’il les avait apportées. Mais à un tout autre niveau, le Saint-Esprit a transmis ces informations à ces gens qui n’ont pas écrit les livres, alors n’ont-ils pas “canalisé” ces livres ? » Et là, il a eu un moment d’arrêt du style « Mince, je n’avais jamais vu ça sous cet angle ».

Et j’ai continué : « Tu viens juste de dire que tout ça c’était le diable, le New Age, le paranormal, les ovnis, les Rolling Stones… » Alors il a réfléchi une minute et il a répondu : « Mais là ça va. C’était le “bon” canal ! » Et j’ai dit : « Attends une minute ! Ralentis ! Rentre chez toi et réfléchis-y pendant quelques jours. Ces livres dans lesquels tu places ta foi, dont tu ne sais pas d’où ils viennent, ont été canalisés par des moyens que tu dis être l’œuvre du diable si n’importe qui d’autre les utilise. Et ta seule raison pour les accepter, c’est parce que dans ces livres, il est dit qu’ils sont l’œuvre du Saint-Esprit, mais c’est le Saint-Esprit qui leur a dit de le faire. »

(F) Et c’est le Saint-Esprit qui leur a dit que c’était le Saint-Esprit.

(T) Oui, exactement ! Je lui ai dit : « Penses-y. Réfléchis à ce que tu dis. » Mais il ne le voit pas.

(L) C’est de l’hypnose.

(T) Et il recherche une hygiène de vie. Il raconte : « J’ai entendu ce super groupe l’autre jour, c’est un groupe chrétien ». Et quelques jours plus tard : « Hé, as-tu entendu untel ou untel, ce sont des groupes chrétiens ». J’ai répondu : « La vache, James, tu connais de bons groupes musulmans ? » Je lui ai dit que j’aimais bien Garrison Keilor et il m’a dit que c’était une émission chrétienne. Je lui ai demandé d’où il tenait ça et il a répondu : « Mon pasteur a dit que ça l’était parce qu’il est du Minnesota ! »

(F) Eh bien, cela soulève deux points. Le premier c’est cette pensée circulaire et cette idée de suivre ce que les autres disent, ou ce qui a été écrit, sans rien remettre en question. On n’est pas censé penser. Et le second, cette source a dit un jour : « Ne prenez rien pour argent comptant, y compris ceci ». Une partie de la lumière de la connaissance, c’est qu’on sera toujours ouvert à de nouvelles informations.

(L) C’est la parabole des talents. J’insiste souvent sur celle-là, et un de ces jours, j’écrirai une petite monographie sur les paraboles de Jésus. La parabole des talents est introduite par la phrase : « Le Royaume des cieux ressemble à ceci : Un homme part en voyage… » et il appelle ses trois serviteurs et donne à chacun un certain nombre de talents. Les talents représentent la connaissance. Deux des serviteurs investissent leurs talents. Ils veulent prendre des risques et se défaire de ce qu’ils ont reçu pour en obtenir plus. Le troisième a peur de perdre le peu qu’il a et enterre son talent. Donc, les deux premiers ont accru leur connaissance en renonçant à leurs biens et en recevant plus. Le maître revient et les deux serviteurs lui montrent comment ils ont fait fortune sur le marché, et le maître est ravi. Mais le serviteur qui avait enterré son talent dit :  « Maître, je le savais : tu es un homme dur, tu récoltes où tu n’as pas semé. J’ai eu peur… » Et le maître le jette dehors dans la nuit. Mais souvenez-vous bien qu’on parle de connaissance. Il a pris son petit bout de connaissance, il s’est fermé et s’est accroché à ce petit bout de toutes ses forces…

(F) Encore une autre démonstration du Service de Soi. Il l’a enterré pour le conserver au lieu de le partager. On l’observe continuellement toujours et encore. Tout le monde à son unique petit talent et l’enterre comme si sa vie en dépendait.

(T) Tout à fait. Où en étions-nous ? Le simple fait d’être positif coupera aux Lizzies l’envie de me faire des embrouilles ?

R : Oui.

Q : (T) Et c’est tout ? Mais les implants seront toujours là ?

R : Et alors ?

Q : (T) Les implants servent-ils à autre chose qu’à transmettre la fréquence ?

R : Non.

Q : (T) Et tant que je suis négatif, ils transmettent, ce qui permet aux Lézards de me pister ?

R : Pas loin.

Q : (T) Si je les débranche par ma positivité, ils ne pourront plus me pister ?

R : Pourront pister, mais pas influencer.

Q : (T) Pourquoi m’ont-ils dit que je les avais autorisés à m’enlever ?

R : « N’importe quoi ! »

Q : (T) Si je leur dis que c’est des conneries, me laisseront-ils tranquille ?

R : Non.

Q : (T) Si je les débranche, continueront-ils à m’enlever ?

R : Non.

Q : (T) Le côté « victime », très peu pour moi. (L) Il y a un autre aspect. La connaissance mène à la conscience, ce qui te permet de détecter leurs tentatives d’influence subtiles ; au moindre signe, tu peux commencer à maîtriser ton mental et résister — c’est ça, la clé.

R : Assez proche.

Q : (L) Et il faut persévérer dans les pensées et les sentiments positifs, même dans les épreuves les plus pénibles. Personne n’a dit que ce serait facile, mais ça en vaut la peine. (T) Mes cartes de tarot me disent-elles la vérité ?

R : Peut-être. Assez parlé de ce sujet, s’il te plaît.

Q : (T) Une dernière question. Comment savoir si vous me dites la vérité ?

R : Ouvert. À toi de décider. Écoutez : des révélations suivent. Il serait « temps » pour vous, les amis, de réexaminer certaines prophéties très populaires sur les « changements planétaires ». Pourquoi, vous demandez-vous. Parce que, rappelez-vous, vous êtes des êtres de 3e densité et donc, les véritables prophéties vous sont présentées en termes que vous comprenez, c’est-à-dire le monde physique, c’est-à-dire les changements planétaires. Cela « peut » être symbolique. La majorité des chercheurs intéressés par le sujet comprendraient-ils les prophéties si elles étaient exprimées directement en « jargon » de 4e densité ?

Q : (L) Peut-on comparer ça à ma théorie sur la symbolique des rêves ? Prenons par exemple le rêve que j’ai fait d’un nuage tourbillonnant que je voyais au loin et dont je savais qu’il s’agissait de la mort, et que j’ai interprété comme une tornade, alors qu’en fait il s’agissait de l’accident de la navette Challenger. Je l’ai interprété comme une tornade, alors qu’en réalité, « j’ai vu ce que j’ai vu » : une force de mort dans le ciel, un vortex au loin. J’imagine que mon rêve était une représentation de 4e densité, mais j’ai tenté de l’interpréter en des termes qui m’étaient familiers. Est-ce bien ce que vous voulez dire ?

R : Pas loin. Mais pour la plupart des gens, il est facile de se perdre en interprétant les prophéties au pied de la lettre.

Q : (L) Avez-vous l’intention de nous livrer davantage d’informations à ce sujet ?

R : OK.

Q : (L) Juste une petite question. Les six de Gulf Breeze, comme on les appelle, qui auraient reçu des informations par le biais d’une planche Ouija, ont-ils reçu des sortes d’informations prophétiques ?

R : Oui.

Q : (L) Et de quelle source ont-ils reçu ces informations ?

R : Mélangé.

Q : (L) Leurs informations étaient-elles exactes ?

R : Mélangé.

Q : (L) Pourquoi ont-ils été emprisonnés, et leur planche et leurs transcriptions confisquées ? [La rumeur voulait qu’ils avaient été arrêtés par l’armée et que leur travail avait été confisqué et classifié.]

R : Paranoïa.

Q : (L) Edgar Cayce s’est taillé l’une des plus solides réputations du siècle pour ses pronostics sur les changements planétaires. Un grand nombre de ses prophéties ne se sont pas réalisées, et peuvent de ce fait paraître erronées. Par exemple, il avait prophétisé que l’Atlantide referait surface en 1969. Or, ça n’a pas été le cas, bien qu’au large des côtes de Bimini, on ait découvert certaines structures que beaucoup considèrent comme des vestiges de l’Atlantide. Il semble qu’elles aient émergé du sable à cette période-là.

R : Exemple d’une forme de symbolisme.

R : (L) Eh bien, en termes de symbolisme, ceci pourrait-il s’appliquer aux remarques que vous avez faites à propos des deux petits garçons qui ont disparu en Caroline du Sud ?

R : Oui.

Q : (L) Et ce symbolisme était que vous interprétiez cet événement de 3e densité en termes de 6e densité, pour nous le retransmettre ensuite en termes de 3e densité ? Et, même si l’idée transmise était exacte, les détails précis, en termes de 3e densité, se trouvaient être légèrement déformés. C’est bien à cela qu’on a affaire ?

R : 99,9 pour cent des gens ne comprendraient pas ce concept. La plupart recherchent toujours une traduction littérale des données. On peut comparer ça à un novice qui visite une galerie d’art, regarde une peinture abstraite et dit qu’il n’y comprend rien.

Q : (L) Bon, ne dénigrons pas les traductions littérales, ou du moins les tentatives pour présenter les choses de façon littérale. J’aime l’art réaliste. Je suis une réaliste dans mes préférences artistiques. J’aime que les arbres ressemblent à des arbres et que les gens n’aient que deux bras et deux jambes. C’est pourquoi j’aime aussi que les prévisions aient une certaine littéralité.

R : Sans excès, ça passe. Mais prudence, car sinon : « La Californie sombrera dans l’océan » sera toujours interprété comme « la Californie sombrera dans l’océan ».

Q : [Brouhaha général] (F) Attendez un instant, quelle était la question ?

(L) J’ai juste dit que j’aimais les prophéties concrètes.

(F) Oh, je vois ce qu’ils veulent dire. Les gens pensent que la Californie fera « splash ! » et que Phoenix se retrouvera sur la côte — qu’importe si cette ville se situe à cinq cents mètres d’altitude, elle s’affaissera tout bonnement jusqu’au niveau de la mer ; ou alors, le niveau de la mer montera, mais cela n’affectera en rien Virginia Beach, qui est pourtant au niveau de la mer ! Je veux dire que… d’une manière ou d’une autre, Phoenix va tout bonnement s’enfoncer sans qu’aucun bâtiment soit endommagé, même si la chute fait cinq-cents mètres…

(T) La chute sera progressive. Il y aura une stabilisation.

(F) Progressive ? Il faudrait que ce soit d’une lenteur invraisemblable !

(T) Ça fait cinq millions d’années que ça stabilise ; il doit y avoir moyen de continuer pendant un an et demi !

(F) Exact ! C’est là où je voulais en venir.

(T) Autrement dit, quand des gens comme Scallion, Sun Bear et d’autres disent que la Californie sombrera dans l’océan, ils ne disent pas que l’État tout entier, dans ses frontières, sombrera ; ils utilisent le terme « Californie » pour indiquer qu’il y a une probabilité de rupture et d’affaissement dans l’océan le long de la faille littorale parce qu’il s’agit d’une ligne de fracture majeure. Nous saisissons qu’il ne faut pas prendre ça au pied de la lettre. Êtes-vous en train de nous dire que ces prédictions en disent plus long qu’on ne le pense ?

R : Oui.

Q : (T) Comprenons-nous bien ce que vous dites ?

R : Dans une certaine mesure.

Q : (T) Donc, quand nous disons que la Californie sombrera dans l’océan, nous ne disons pas littéralement que l’État tout entier s’enfoncera dans l’océan ?

R : De toute manière, en admettant qu’il le fasse, combien de temps cela prendrait-il ?

Q : (LM) Cela pourrait prendre de trois minutes à trois cents ans. (T) Oui. Cela reste « ouvert », comme vous dites.

R : Oui. Mais la plupart de vos prophètes ne pensent pas que ce soit « ouvert ».

Q : (J) Oui, parce qu’ils pensent avoir la seule explication possible. (T) Tout à fait. Ils pensent donc que la Californie peut disparaître entièrement d’une minute à l’autre. C’est bien ce que vous voulez dire ?

R : Ou quelque chose d’approchant.

Q : (T) Donc, quand nous disons : « La Californie sombrera dans l’océan » — c’est juste un exemple ici — nous parlons en fait de l’éventualité de plusieurs séismes le long de la faille, séismes d’une ampleur inconnue…

R : Ou alors, cela pourrait symboliser autre chose.

Q : (L) Comme quoi ? (J) Tous les cinglés de Californie vont tous se mettre à débloquer en même temps. (L) Symboliser quoi ?

R : À vous d’examiner et d’apprendre.

Q : (L) Eh, une minute ! Ça revient à nous demander de traduire un livre écrit en latin sans nous donner de dictionnaire.

R : Non, pas du tout. Nous vous avons demandé d’envisager un réexamen.

Q : (L) Vous nous avez dit qu’un essaim de comètes en interaction avec notre système solaire pénétrait dans le plan de l’écliptique tous les trois mille six cents ans. C’est bien ça ?

R : Oui. Mais cette fois, il sera porté par l’onde-frontière qui vous sépare de la 4e densité, où toutes les réalités sont différentes.

Q : (L) D’accord. Donc l’essaim de comètes est porté par l’onde-frontière de mondes. Cela veut-il dire que quand il atteindra le système solaire, son effet sur ce dernier ou sur ses planètes, pourra ou non être atténué par cette transition ? Est-elle un facteur d’atténuation ?

R : Sera atténué.

Q : (T) Est-ce que c’est de ça dont parle le film de Star Trek Generations ?

R : Possible.

Q : (T) Est-ce que vous, ou quelqu’un dans la Fédération, influencez les scénaristes de ce programme ?

R : Ouvert.

Q : (L) Est-ce que ça veut dire que les changements terrestres qui ont été prédits pourraient en réalité ne pas se produire dans la réalité physique, telle que nous la comprenons ?

R : Et comment !

Q : (L) Alors, ça veut dire que toute cette effervescence, cette agitation dans tous les sens pour s’installer ici ou là, et faire ceci ou cela……

R : Tout ça relève strictement d’un raisonnement de 3e densité.

Q : (L) Bon, si c’est un raisonnement de 3e densité et si tout est en grande partie symbolique, alors j’imagine qu’il s’agit de symboles de mouvements ou de changements d’énergie.

R : Oui.

Q : (L) Cela veut-il dire que, si ces changements énergétiques ont lieu, la population de la planète — peut-être en groupes ou en ensembles de groupes spécifiques — représente ces énergies qui, dans les prophéties, subissent des changements lors d’événements cataclysmiques de grande ampleur ? Pourrait-on voir ça comme un cataclysme de l’âme, individuellement ou collectivement ?

R : Pas loin.

Q : (L) Quand l’énergie évoluera vers la 4e densité — et vous nous avez déjà dit que les gens qui basculeront en 4e densité au moment de la transition vivront une sorte de processus de rajeunissement — il leur poussera une nouvelle dentition, ou autre — qu’arrivera-t-il aux gens qui ne passeront pas en 4e densité, et qui ne savent rien de tout ça ? Seront-ils aussi emmenés sur l’Onde, autrement dit, portés par ceux qui sont conscients et sont déjà en train de changer de fréquence, ou bien iront-ils ailleurs, pour faire autre chose ?

R : Étape par étape.

Q : (T) Autrement dit, nous parlons du fait que ce qui est sur le point d’arriver est une onde qui va permettre à l’espèce humaine de passer en 4e densité ?

R : Et la planète, et tout votre secteur d’espace-temps.

Q : (T) Alors, tout ce plan, c’était pour ça — pour autant que je puisse tous nous compter dedans ! Nous, des êtres de lumière qui nous sommes incarnés ici sous forme humaine, est-ce pour l’Onde que nous ancrons cette fréquence ? Pour qu’assez de monde soit prêt à son arrivée, et que la fréquence soit fixée, de sorte que le changement planétaire puisse se produire de la manière prévue ?

R : Oui.

Q : (L) Quand cela arrivera, est-ce qu’on portera sur notre dos ceux qui seront encore inconscients ?

R : Ouvert.

Q : (T) D’accord. Lorsque les gens parlent de changements terrestres, lorsqu’ils parlent en termes précis de survivants, de morts, de destruction et ainsi de suite, dans la réalité des 3e, 4e et 5e niveaux, il ne s’agit pas de la destruction de la planète en termes physiques de 3e densité, ou de la disparition de quatre-vingt-dix pour cent de la population de 3e densité parce qu’ils sont morts, mais parce qu’ils vont se retrouver en 4e densité ?

R : Ouah ! Tu « chauffes ».

Q : (T) OK. Donc, nous sommes en train d’ancrer cette fréquence. Donc, quand ils parlent de la disparition de quatre-vingt-dix pour cent de la population, ce n’est pas que les gens mourront, mais qu’ils se transformeront. Nous monterons d’un niveau. N’est-ce pas ce que raconte tout ce mouvement Amour et Lumière ?

R : Ou une autre possibilité serait que les cataclysmes physiques ne se produiront que pour ceux qui « resteront en arrière », sur la Terre de 3e densité.

Q : (T) D’accord. Ce que vous êtes en train de dire, c’est que nous sommes en train d’ancrer la fréquence de manière à ce qu’un maximum de gens soient emmenés en 4e densité quand l’Onde arrivera, et qu’ils se libèrent de l’emprise que les « T-shirts Noirs » exercent sur cette planète. Ceux qui resteront en arrière n’auront plus assez d’énergie, de sorte que la planète n’intéressera plus les « T-shirts Noirs ». Ils seront moins nombreux, si bien que la planète pourra se régénérer, et ils pourront poursuivre leurs leçons sans interférences ?

R : Pas loin.

Q : (L) À ce stade de la transition dimensionnelle, ce que nous sommes en train de faire — c’est-à-dire ancrer une fréquence — créera une sorte de réseau de « supercordes » qui créera littéralement une autre Terre en 4e densité, une Terre qui existera alors en 4e densité, en plus de l’ancienne Terre de 3e densité — un peu comme la division d’un organisme unicellulaire, sauf qu’ici, une moitié bascule dans une autre dimension, est énergisée et littéralement créée à partir de la fréquence d’ancrage, tandis que l’autre moitié reste là et fait l’expérience de la réalité de 3e densité ?

R : Étape par étape.

Q : (L) Sommes-nous en train d’ancrer une fréquence pour créer une division ?

R : Développement d’un conduit.

Q : (L) Nous sommes en train de développer un conduit ?

R : Oui. Un.

Q : (J) De combien de conduits avons-nous besoin ?

R : Ouvert.

Q : (T) Ce conduit permettra-t-il à ceux qui resteront en arrière de passer plus facilement en 4e densité quand ils seront prêts ?

R : Non.

Q : (L) À qui ce conduit va-t-il servir ?

R : À vous et à ceux qui vous suivront.

Q : (T) Ah, c’est pour nous autres qui passerons en 4e densité. Nous transiterons et ils nous suivront par le conduit. (J) Oh, d’autres qui sont prêts ?

R : Votre groupe ici ce soir.

Q : (L) Cela implique-t-il que des gens nous suivront ou s’agit-il juste de nous ici et maintenant ?

R : Ouvert. Ça dépend de vous.

Q : (L) Ce conduit… La planète entière transitera-t-elle à travers lui ?

R : Vous en êtes un. Il y en a d’autres.

Q : (L) Il y a d’autres planètes…

R : Non. Conduit.

Q : Nous sommes un conduit et il y en a d’autres…

R : Non. En train de se développer.

Q : (J) Alors, en ce moment, nous sommes en train de développer un conduit ?

R : Oui.

Q : (T) Il y a d’autres groupes sur cette planète qui sont en train de développer leurs propres conduits ?

R : Oui.

Q : (T) Ces conduits nous permettront de passer en 4e densité ?

R : La connaissance est la clé qui permet de développer un conduit.

Q : (T) Je me base sur l’hypothèse que nous tous ici faisons partie de la famille de la lumière. Est-ce le cas ?

R : Oui.

Q : (T) Et nous avons été attirés les uns vers les autres afin de développer ce conduit à partir d’où nous nous trouvons ?

R : Oui.

Q : (T) Y en a-t-il d’autres dans cette région ?

R : Oui.

Q : (T) Sont-ils censés se joindre à nous, ou travaillent-ils de leur côté ?

R : Ouvert.

Q : (T) OK. Donc rien n’est arrêté : nous pouvons nous joindre à eux, ils peuvent se joindre à nous, ou nous pouvons tous travailler indépendamment.

R : Tout dépend de la publicité que vous parviendrez à faire.

Q : (T) Voulons-nous faire de la pub à ce propos ?

R : Ouvert.

Q : (L) Cela nous aiderait-il ?

R : Ouvert.

Q : (T) Nous sommes en train de créer un conduit pour passer de la 3e à la 4e densité. Une fois que nous aurons traversé ce conduit, cela voudra-t-il dire que nous aurons accompli notre « mission » ici-bas, c’est-à-dire ancrer la fréquence ?

R : En partie.

Q : (T) Ce conduit est-il une sorte de sas de secours ?

R : Pas loin.

Q : (L) Récapitulons. Quand nous emprunterons ce conduit, est-ce que les autres…

R : Vous vous retrouverez sur une Terre de 4e densité, par opposition à une Terre de 3e densité.

Q : (L) Ce que j’essaie de faire ici — moi, la Laura pragmatique de toujours — c’est de comprendre tout ça en termes pratiques. Cela veut-il dire qu’une Terre de 4e densité coexistera avec une Terre de 3e densité ? Les deux seront côte à côte ?

R : Pas côte à côte, des mondes totalement différents.

Q : (L) Ces mondes s’interpénétreront, mais seront dans des dimensions différentes…

R : Pas loin.

Q : (L) Donc, en d’autres termes, un être, disons, de 6e densité, pourrait regarder cette planète que nous appelons Terre tournoyer dans l’espace, et voir plusieurs dimensions de cette dernière, et pourtant, le point d’occupation spatio-temporel reste le même, c’est-à-dire que tout est simultané. (J) Ils peuvent regarder en bas, mais nous ne pouvons pas regarder en haut.

R : Oui.

Q : (L) Donc, en d’autres termes, ça veut dire que pendant toute cette activité cataclysmique qui aura lieu sur la Terre de 3e densité, nous nous trouverons sur notre Terre de 4e densité, où tout ça n’aura pas lieu, et nous ne verrons pas les gens de 3e densité, et eux ne nous verront pas, parce que nous serons dans des densités différentes qui ne sont pas « en rapport », pour ainsi dire ?

R : Tu comprends le concept ; maintenant, à toi de décider si c’est factuel.

Fin de la séance

1.26 Séance du 27-novembre-1994

Séance du 27 novembre 1994

Participants : « Frank », Laura, et LM

{L1} Q : Bonjour.

{L2} R : Bonjour. Illo.

{L3} Q : (L) Votre nom est Illo ? Qui êtes-vous et d’où venez-vous ?

{L4} R : Cassiopée.

{L5} Q : (L) J’aimerais poser quelques petites questions. Je sais qu’elles sont personnelles, et je connais votre position quant aux questions personnelles, mais ces questions ont leur importance. La première est : pourquoi, à chaque fois que je pense à me mettre à la planchette, mon oreille gauche se met-elle à faire des choses bizarres ?

{L6} R : Réponse de l’ADN.

{L7} Q : (LM) Pourquoi, ou comment, l’ADN peut-il faire mal à une oreille ?

{L8} R : Changements.

{L9} Q : (L) Comment une modification de l’ADN peut-elle affecter une oreille, ou une épaule, par exemple ?

{L10} R : Complexe ; lis « Les messagers de l’aube ».

{L11} Q : (L) Mon mari est vraiment préoccupé par sa camionnette. Cela pourrait avoir l’air d’être une broutille, mais pour nous, ça ne l’est pas, car on ne peut tout simplement pas se permettre de dépenser de l’argent pour des réparations qui pourraient ne pas être les bonnes. Nous avons besoin de savoir ce qui cloche afin de la réparer avec un minimum de frais.

{L12} R : Le pot catalytique.

{L13} Q : (LM) Il n’y en a pas. (L) Elle n’en a pas. Qu’est-ce qui cloche avec la camionnette ?

{L14} R : Endroit où le pot devrait se trouver.

{L15} Q : (LM) Quiconque peut dire ça n’y connaît franchement rien en mécanique. Aucune camionnette de 1978 n’a de pot catalytique.

{L16} R : Vérifie. C’est ce que tu affirmes. Conduit d’essence bouché à l’extrémité où le « pc » devrait se trouver. [C’était absolument exact ! L’absence d’un capuchon en caoutchouc avait causé l’obstruction, et LM fut ébahi.]

{L17} Q : (L) Est-il possible de réaliser des progressions hypnotiques dans l’avenir qui donnent, dans l’ensemble, des informations justes ?

{L18} R : Oui.

{L19} Q : (L) Dans le livre Visions du futur de l’humanité, ces visions qui ont été statistiquement analysées sont-elles en quoi que ce soit exactes ?

{L20} R : En un sens.

{L21} Q : (L) Puisqu’elles présentent plusieurs scénarios différents, est-il possible… pourquoi ai-je cette sensation étrange en ce moment même ?

{L22} R : Hypoglycémie/anémique.

{L23} Q : (L) Donc, ce n’est pas une réaction émotionnelle à l’hostilité de mon mari ? [LM avait quitté la pièce.]

{L24} R : Peut-être.

{L25} Q : (L) Eh bien, à ce sujet, j’aimerais savoir.

{L26} R : Savoir quoi ?

{L27} Q : (L) Êtes-vous sûr d’être un Cassiopéen ?

{L28} R : Oui.

{L29} Q : (L) Bon, vous n’avez pas l’air d’être vraiment en phase, ou rigoureux, avec ce qui se passe ici ce soir. [Je présupposais que la réponse à propos de la camionnette était fausse.]

{L30} R : En phase, mais vos énergies sont basses ; « il faut être deux pour danser le tango ».

{L31} Q : (L) Bon, hier soir, vous avez dit que vous aviez affecté nos psychés pour que nous procédions à des modifications sur la planchette. Il m’est venu à l’idée que vous pourriez avoir la capacité d’altérer l’électromagnétisme du corps, ce qui affecterait ensuite le corps physique. Est-ce exact ?

{L32} R : Peut-être.

{L33} Q : (L) Alors, pourriez-vous me faire un soin électromagnétique, je veux dire, sur le corps éthérique ou spirituel, qui se manifesterait ensuite dans le corps physique ?

{L34} R : Faisons.

{L35} Q : (L) Vous le faites ? Eh bien, j’aimerais en recevoir plus, plus souvent. J’aimerais que vous accélériez le processus parce que mon état physique est vraiment pitoyable. Est-ce possible ?

{L36} R : Le cycle passera.

{L37} Q : (L) Je voudrais savoir pourquoi mon bras me fait autant souffrir, et pourquoi j’ai l’impression d’avoir un éléphant assis sur le cœur ?

{L38} R : Énergie au plus bas.

{L39} Q : (L) Le repos est-il simplement la solution ?

{L40} R : Oui. Absolument. La dernière séance a été particulièrement épuisante. N’en fais pas trop, trouve le bon rythme.

{L41} Q : (L) Bien, revenons à la camionnette. Pensez-vous que vous pourriez vous brancher sur un mécanicien et nous dire…

{L42} R : Le problème de la camionnette sera résolu par vous demain, et sera facile à résoudre.

{L43} Q : (L) J’ai parlé à Tom M. ce soir, et je me demande s’il voudra bien, et pourra, dédommager Frank pour la facture d’électricité.

{L44} R : Oui. Mais explique en détail. Et mets en avant sa chance.

{L45} Q : (L) Je veux un nouveau véhicule. Lisez l’avenir pour moi s’il vous plaît, et dites-moi ce qui m’attend au coin de la rue, est-ce une voiture ou une jolie grande camionnette ?

{L46} R : L’un ou l’autre.

{L47} Q : (L) Est-ce imminent ?

{L48} R : Peut-être.

{L49} Q : (L) Maintenant, par rapport à cette activité, j’aimerais savoir quel pourcentage de notre énergie ce processus de channeling utilise ? Est-ce, disons, 60 % pour Frank et 40 % pour moi ?

{L50} R : Varie.

{L51} Q : (L) La séance est-elle plus dynamique quand Jan et Terry sont là ?

{L52} R : Oui.

{L53} Q : (L) La présence de davantage de gens dans la pièce aide-t-elle ?

{L54} R : S’ils ne sont pas hostiles.

{L55} Q : (L) L’hostilité diminue-t-elle l’énergie ?

{L56} R : Énormément ainsi que les pensées négatives.

{L57} Q : (L) LM est-il plus hostile et négatif qu’il ne le croit ou qu’il ne le dit ?

{L58} R : Varie.

{L59} Q : (L) Pourrez-vous agir sur ma psyché afin que je perde beaucoup de poids sans que j’aie besoin de me concentrer sur ce problème ?

{L60} R : Inutile, une fois le projet lancé, ton énergie augmentera considérablement, et la perte de poids s’ensuivra.

{L61} Q : (J) J’ai plusieurs fois rêvé que je me trouvais à bord d’un train. Que signifient ces rêves pour moi ?

{L62} R : Insignifiants.

{L63} Q : (L) Et les rêves où je me maquille ?

{L64} R : Te dissimuler.

{L65} Q : (L) De quel niveau sont les Pléiadiens que canalise Barbara Marciniak ?

{L66} R : 6e densité.

{L67} Q : (L) Bien, j’aimerais savoir où est AG et ce qu’elle fait en ce moment.

{L68} R : Caroline du Nord, soins infirmiers.

{L69} Q : (L) Est-elle toujours avec Tom ?

{L70} R : Non.

{L71} Q : (L) Pourquoi ?

{L72} R : Séparation.

{L73} Q : (L) Où est-il ?

{L74} R : Tarpon Springs.

{L75} Q : (L) Pourquoi est-il là-bas ?

{L76} R : Ingénieur.

{L77} Q : (L) Et CS ?

{L78} R : À Atlanta. Artiste.

{L79} Q : (L) J’ai parlé à CP l’autre jour, elle avait l’air hostile. Est-ce bien le cas ?

{L80} R : Pas loin.

{L81} Q : (L) Pourquoi l’est-elle ?

{L82} R : Pas sur la même longueur d’onde.

{L83} Q : (L) Devrais-je tout simplement l’oublier ?

{L84} R : À toi de voir.

Fin de la séance

1.27 Séance du 1-décembre-1994

Séance du 1er décembre 1994

Participants : « Frank », Laura, J__ et A__ (deux enfants de Laura)

Q : (L) Bonjour.

R : Bonjour. Vous êtes comme des chiots.

Q : (L) Et qui est avec nous ce soir ?

R : Romommea.

Q : (L) Qui êtes-vous et d’où venez-vous ?

R : Cassiopée.

Q : (L) A__ devrait-elle participer ?

R : Devrait rester tranquille ; elle est à un âge « sensible ».

Q : (L) Cela veut-il dire qu’il serait mieux pour elle ne pas utiliser la planchette ?

R : Oui. De mauvaises influences sont tout près.

Q : (L) De mauvaises influences sont tout près ? Et quelles sont ces « mauvaises » influences ?

R : « Gargouilles » désincarnées.

Q : (L) Pourquoi sont-elles tout près ?

R : A__ est proche de la planche.

Q : (L) Devrait-elle s’asseoir sur l’autre chaise ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce mieux maintenant ?

R : Oui.

Q : (L) Et qu’est-ce que ces gargouilles aimeraient faire ?

R : S’emparer de la communication.

Q : (L) Eh bien, ouste ! du balai ! Est-ce que ça a marché ?

R : Non.

Q : (L) Alors dites-leur de ficher le camp.

R : Nous sommes libre arbitre, nous pouvons conseiller.

Q : (L) Eh bien, conseillez-leur de partir alors, s’il vous plaît.

R : Ouvert. Il y a beaucoup d’interférence.

Q : (L) Que pouvons-nous faire de notre côté pour améliorer la communication ?

R : La communication est meilleure quand elle est pure.

Q : (L) Qu’est-ce qui n’est pas pur ce soir ? Est-ce mon attitude ou mes activités ?

R : Non.

Q : (L) Qu’est-ce qui n’est pas pur ?

R : Interférence.

Q : (L) Qu’est-ce qui provoque cette interférence ?

R : Nous ne sommes pas sûrs.

Q : (L) Peut-on faire quoi que ce soit… les enfants devraient-ils quitter la pièce ?

R : Peut-être.

Q : (L) S’ils quittent la pièce, pourrez-vous mieux communiquer ?

R : Des modes de pensée présentent des parasites.

Q : (L) Mes modes de pensée présentent des parasites ?

R : Ceux de quelqu’un.

Q : (L) S’agit-il de quelqu’un dans cette pièce ?

R : Peut-être mais pas clair. C’est quelqu’un éloigné du canal.

Q : (L) Que font Mike F et Scarlett en ce moment ?

R : Illisible.

Q : (L) Pourquoi cela ?

R : Champ énergétique parasite.

Q : (L) Les parasites pourraient venir de là ?

R : Possible.

Q : (L) [J___ part se coucher] Bon, ça a aidé ?

R : Souvenez-vous, les enfants sont plus vulnérables quand une attaque est en cours. Vous subissez actuellement un assaut psychique.

Q : (L) OK. [A___ part se coucher] Est-ce mieux ?

R : Mieux, mais vous êtes définitivement en train d’être délibérément attaqués par une source en ce moment même.

Q : (L) Eh bien, mes oreilles bourdonnent à tout rompre. Quelle est cette source ?

R : Terrestre.

Q : (L) L’initiatrice de cette énergie négative est-elle Mme Scarlett H qui prétend avoir pratiqué la sorcellerie dans sa jeunesse ?

R : Peut-être.

Q : (L) Un autre de ces agresseurs est-il Mike F qui prétend aussi avoir pratiqué la sorcellerie dans sa jeunesse ?

R : Oui.

Q : (L) Et encore un autre, Mr Andrew B qui prétend être le plus grand sorcier de toute la Floride, si ce n’est du monde ?

R : Peut-être.

Q : (L) Sont-ils tous de mèche ?

R : Peut-être.

Q : (L) Ne pouvez-vous pas me donner une réponse définitive sur cette situation ?

R : Parasites autour de tous les mentionnés. Le téléphone a ouvert une ligne d’attaque, un agresseur croit avoir le pouvoir de te nuire.

Q : (L) Cet agresseur est-il Mike F ?

R : Peut-être.

Q : (L) Bon, quel que soit le point de vue, la situation est que Mike et Scarlett m’ont vraiment mal traitée et j’ai vraiment essayé d’être relax, compréhensive et indulgente par rapport à tout ça. Mais quand j’ai appris ce qu’ils m’avaient volé, je suis devenue furieuse. Alors, ai-je bien fait de demander à mon avocat d’envoyer une mise en demeure à Scarlett ?

R : Cela reste à voir.

Q : (L) Eh bien, j’ai décidé qu’il était temps de prendre mes responsabilités. Ces gens continueront leurs magouilles aussi longtemps que je voudrai bien tolérer de ne pas faire valoir ma position. Je n’aurais jamais cru que ces gens pouvaient être aussi malveillants.

R : Partageront-ils tes croyances ?

Q : (L) Probablement pas, mais je dois réagir. Et effectivement, ça rue dans les brancards.

R : Oui.

Q : (L) Depuis votre position où vous savez tout et voyez tout, pouvez-vous me conseiller à ce sujet ?

R : Personne ne « sait tout » et ne voit tout.

Q : (L) D’accord, vous ne pouvez pas voir Andrew, Mike ou Scarlett, c’est bien ça ?

R : Parasites.

Q : (L) Qu’est-ce qui crée ces parasites autour d’eux ? Accomplissent-ils quelques rituels lizzie ?

R : Machinerie d’un certain type est utilisée pour créer des parasites.

Q : (L) Le font-ils pour se protéger d’une sorte d’attaque imaginaire venant de moi (car je suis sûre que Scarlett les a convaincus que j’étais une méchante sorcière) ?

R : Assaut contre Laura directement.

Q : (L) Ils utilisent une sorte de machinerie pour m’attaquer directement ?

R : Oui.

Q : (L) Quelle sorte ?

R : Lumières, sonneries, fumée, sirène, oscillateur, ondes EM.

Q : (L) Ils vont essayer de réduire ma maison en cendres ?

R : Ouvert.

Q : (L) Je dois savoir, c’est sérieux.

R : Ne pouvons pas dire.

Q : (L) Eh bien, ce que vous avez décrit ressemble à un camion de pompiers.

R : La connaissance protège. Nous t’avons aidée à acquérir la connaissance.

Q : (L) Donc, je devrais juste être vigilante et attentive ?

R : Bonne idée.

Q : (L) Andrew B a-t-il appelé Mike F ?

R : Probable.

Q : (L) Est-ce Mike F qui a appelé plus tôt dans la soirée ?

R : Était une sorte de dispositif.

Q : (L) Qui a appelé après l’arrivée de Frank et n’a pas laissé de message ?

R : Idem.

Q : (L) Comment se fait-il que tout ça ait commencé aujourd’hui ?

R : Flux énergétique et « rebuffade » de John W. À distance.

Q : (L) Comment Mike F peut-il m’attaquer à distance ?

R : Il peut essayer la machinerie.

Q : (L) Quelle sorte de machinerie pourrait incendier ma maison ?

R : Ne pourrait pas, pense que ça pourrait. Les machines effraient Scarlett.

Q : (L) Quelle est la probabilité pour que Scarlett me rembourse ce qu’elle me doit ? C’est beaucoup d’argent.

R : Dépend du cours des événements.

Q : (L) Et quelles sont les évolutions possibles ?

R : 956 000 possibilités.

Q : (L) Vaut-il mieux que les enfants ne prennent pas de mélatonine ce soir, au cas où Mike F essaierait d’incendier ma maison ?

R : Qu’importe.

Q : (L) Aurais-je dû ne rien dire ou faire ?

R : Tu ne peux pas rien « avoir dû » faire.

Q : (L) Les gars, j’aimerais aussi vous demander d’utiliser vos capacités pour contrer une partie de cette influence, comme un ultime bouclier.

R : La connaissance est le bouclier.

Q : (L) Pourquoi A__ est-elle déprimée ?

R : Changements biologiques.

Q : (L) Ce n’est qu’une phase ?

R : Pas loin. Scarlett « s’effondre ».

Q : (L) Pourquoi s’effondre-t-elle ?

R : Sentiments contradictoires.

Q : (L) Ce qu’elle m’a fait, l’a-t-elle fait délibérément ?

R : Forte influence de Mike F.

Q : (L) Que pense-t-elle de Mike F maintenant ?

R : Commence progressivement à « avoir la trouille ».

Q : (L) De lui ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce qu’elle comprend à quel point il est cinglé ?

R : Subjectif.

Q : (L) Shannon et Sara S croient-elles à l’Évangile selon Mike F ?

R : Naïves.

Q : (L) Ce fiasco va-t-il leur ouvrir les yeux ?

R : Ouvert.

Q : (L) Que devrais-je savoir d’autre à propos de cette situation ?

R : Sois juste attentive.

Q : (L) Pourrai-je dormir en sécurité ce soir ?

R : Devrais, mais prie.

Q : (L) Et qui devrais-je prier ?

R : Comme d’habitude.

Q : (L) Saint-Michel existe-t-il ?

R : En un sens.

Q : (L) Quel être supérieur est plus à même d’aider une personne en danger ?

R : L’Univers.

Q : (L) Prier l’Univers ?

R : Réfère-toi à une séance récente.

Q : (L) Et à quoi dois-je me référer dans cette séance récente ?

R : 26 novembre.

Q : (L) Qu’y avait-il dans cette séance ?

R : Univers.

Q : (L) Il était question des univers, des univers alternatifs, etc. ?

R : Oui.

Q : (L) Autre chose que je dois savoir ?

R : Non.

Q : (L) Cela pose-t-il un problème si Chuck participe ?

R : Bon garçon !

Q : (L) Très bien, alors bonne nuit.

R : Bonne nuit.

Fin de la séance

1.28 Séance du 3-décembre-1994

Séance du 3 décembre 1994

Participants : « Frank », Laura, VG

Q : Bonjour.

R : Bonjour.

Q : (L) Qui est avec nous ce soir ?

R : Wasanna.

Q : (L) V__ a vécu un drôle d’épisode à l’école : un petit tas de poudre est apparu sur ses livres après qu’elle a posé sa tête dessus. Qu’est-ce que c’était ?

R : Des pensées matérialisées qui ont traversé le lobe frontal.

Q : (V) Eh bien, c’était stupéfiant.

R : La stupéfaction est amusante.

Q : (V) J’aimerais connaître la source de la tension qui existe entre ma mère et moi.

R : Influences maternelles. Angoisse psychologique. Rivalité mère-fille pour l’attention masculine. Assez de tergiversations personnelles. Long message à suivre. Pause : explosion chimique ou nucléaire en Ukraine. Crash à Hawaï ; aviation, implication probable des militaires. Nouvelles activités sismiques en Californie après le 1er de l’an à San Diego, San Bernardino, North Bakersfield, Barstow : toutes sont des points de rupture. Hollister, Palo Alto, Imperial, Ukiah, Eureka, Point Mendocino, Monterrey, au large de San Luis Obispo, Capistrano, Carmel : tous ces lieux sont des points de tension et de rupture successifs. La « date » est indéfinie. Attendez-vous à une destruction graduelle de l’économie californienne concomitante à un début d’exode massif. Le mont Shasta entre en éruption ; activité du Lassen. Le fond de l’océan commence à s’effondrer. Laissez le canal ouvert et marquez une pause : Grave maladie du sang de la Reine Elizabeth. Tentative de suicide de la princesse Diana. Explosions de gaz dans le N. E. des États-Unis, au Texas et dans d’autres États. Supernova et météo inhabituelle partout. Secousses à Memphis. À Minneapolis, scandale bancaire en rapport avec une mystérieuse Alliance nordique. Scandale sexuel impliquant une personnalité de l’Église évangélique. Découverte d’or en Californie à la suite d’un séisme. Augmentation spectaculaire des Ovnis, Gulf Breeze en regorge et devient une énorme « Mecque ». Laura observe encore plus d’activités ovnis. Grande vague d’Ovnis. Toutes formes et origines. Attendez de voir : vous en aurez des frissons et des nœuds à l’estomac. De nombreux aliens vont apparaître, et nous serons visibles aussi. Voyez ça comme une Convention. Tous doivent s’y éveiller. C’est en train d’arriver maintenant. Chacun, dans toute la population, jouera un rôle selon sa fréquence individuelle. Ce n’est que le début. Tu ne perds rien pour attendre, « Henry Higgins » !

Q : (L) Vous êtes fans de Rodgers et Hammerstein ? [Même si j’avais bien dit « Rodgers et Hammerstein » et que les créateurs de My Fair Lady étaient en réalité Lerner et Loew, l’intention générale de la question était « comédie musicale ».]

R : Oui.

Q : (L) Qui êtes-vous par rapport aux Pléiadiens ?

R : Les Pléiadiens communiquent avec de nombreux autres. Nous faisons irruption sur la scène avec vous, mais en essence, nous sommes les mêmes ; nous nous trouvons juste à des points de focalisation légèrement différents sur la frontière entre les mondes.

Q : (L) Et pourquoi toute cette activité maintenant ?

R : Le grand cycle est sur le point de se terminer, offrant ainsi une opportunité unique.

Q : (L) Vous voulez dire qu’il s’agit d’une opportunité unique de changer le futur ?

R : Le futur, le passé et le présent.

Q : (L) Eh bien, j’en conclus que si la situation ne change pas en ce point-ci du grand cycle, les choses pourraient sacrément mal tourner. Exact ?

R : Mais ça n’arrivera pas. Tu n’as pas saisi le concept.

Q : (L) Si, si, j’ai compris. Ça fait juste partie du cycle. Tout ça est un cycle. Je veux dire, leur présence ici est liée à notre présence ici-bas…

R : Tu en es sûre ??? [Un point d’interrogation géant s’inscrit sur la planchette]

Q : (L) Sûre de quoi ?

R : Tu as affirmé avoir compris le concept. Vraiment ? Apprends.

Q : (L) Eh bien, puisque vous êtes capables de ça les gars [en référence au gros point d’interrogation], pourquoi ne pouvez-vous pas nous apprendre les symboles de Pouvoir qui amélioreront notre Reiki ?

R : Vous n’êtes pas prêts.

Q : (L) Mais si nous travaillons le Reiki, nous apprendrez-vous d’autres symboles de Pouvoir ?

R : D’accord, nous allons vous en donner un. [Dessin d’un symbole]

Q : (L) Comment s’appelle ce symbole ?

R : Anuki. Se prononce : AH-NIOU-KI.

Q : (V) Et, par rapport au Reiki, que fait-il ? Que représente-t-il ?

R : Maintien de l’énergie à l’endroit qui en a le plus besoin.

Q : (V) Et donc, si on travaille sur quelqu’un, il faut utiliser ce symbole au début ou à la fin ?

R : Le Reiki que vous avez appris jusqu’à présent fait passer l’énergie de guérison. Ce symbole-là implique un maintien prolongé pour une puissance renforcée, d’où les résultats.

Q : (L) D’où le tenez-vous ?

R : L’accès est Universel.

Q : (L) Le Dr Usui l’a-t-il lui aussi reçu et oublié par la suite ?

R : Usui n’a pas tout révélé à Takata.

Q : (L) Pourquoi ?

R : On lui a dit que la connaissance était inestimable et ne devait pas être gaspillée par une trop large diffusion, particulièrement auprès de ceux qui ne brûlaient pas du désir de vérité. Ceux qui en brûlaient, comme toi aujourd’hui, trouveraient le moyen d’accéder à la connaissance.

Q : (V) Nous est-il aussi conseillé de ne pas divulguer ces informations ?

R : Comme toujours, soyez discrets.

Q : (L) Devrions-nous transmettre ce symbole à [deux praticiens Reiki locaux de notre connaissance] ?

R : Ouvert.

Q : (L) Est-il nécessaire d’aligner les points et la ligne ascendante avec une précision géométrique ?

R : Oui.

Q : (L) Et ensuite le cercle allongé, ou un cercle plus parfait ?

R : [Démonstration du dessin du cercle du symbole]

Q : (V) N’y a-t-il pas eu un crop circle qui ressemblait à ça ? Ça ressemble à un crop circle que j’ai vu.

R : Précisément. Tout est interconnecté.

Q : (L) Est-il vrai que les crop-circles sont une espèce de grand Reiki administré à la planète ?

R : Mais aussi des messages et des leçons.

Q : (L) Peut-on donc également affirmer que les symboles Reiki appliqués au corps sont des messages éthériques au corps éthérique ?

R : Oui.

Q : (L) Communiquent-ils de l’information à notre champ, si l’on peut dire ?

R : Tout ce qui existe, à tous les niveaux, n’est que leçon.

Q : (L) Eh bien, dans le cas du Reiki, ce que je veux savoir en particulier, c’est si, quand un individu est - disons - psychiquement, spirituellement, karmiquement ou autre, blessé ou déconcerté, l’application de symboles Reiki transmet des messages au champ électromagnétique pour reformer ou réarranger la configuration selon le parfait modèle voulu ?

R : Oui.

Q : (L) Et leur application répétée peut apporter la guérison non seulement au niveau physique, mais aussi éthérique ? Karmique, etc. ?

R : Oui.

Q : (L) Ainsi, notre utilisation constante du Reiki et son application à nous-mêmes et aux autres nous nettoieraient littéralement de nos fardeaux et mémoires karmiques, ou nos cicatrices de l’âme ?

R : Oui.

Q : (V) C’est cette « convention » dont il a été question qui m’inquiète…

R : La Convention, c’est à cause du passage de la frontière entre mondes.

Q : (L) Et pourquoi une Convention viendrait-elle assister à ce passage de frontières entre mondes ? Je veux dire, ça va être un « super spectacle » ?

R : C’est une opportunité.

Q : (V) Du genre, les fenêtres s’ouvrent toutes en même temps, de sorte que tous ces êtres peuvent entrer simultanément ?

R : Dans le sens d’une opportunité d’affecter l’univers entier. Imaginez une interprétation cosmique de Pomp and Circumstance, alias The Land of Hope and Glory.

Q : (L) Comment un rassemblement de toutes sortes d’êtres de races et d’origines différentes, en train de converger vers une planète grosse comme une tête d’épingle, au bout d’une galaxie insignifiante perdue aux confins de cet immense univers, peut-il affecter le tout ?

R : Ça, c’est ta perception.

Q : (L) Eh bien, est-ce que cette perception est correcte ? Est-ce que la planète Terre, ses habitants et ce qui se passe en ce point de l’univers — spécifiquement sur la Terre — sont plus importants que nous n’aurions tendance à le penser ?

R : La Terre est un point de Convergence.

Q : (L) A-telle toujours été un point de convergence ? Était-elle destinée à être un point de convergence ? Ou est-ce uniquement cette fois-ci qu’elle va devenir un point de convergence ?

R : Trop de questions d’un coup.

Q : (L) Était-elle destinée dès le départ à être un point de convergence ?

R : Fonction naturelle.

Q : (L) A-telle toujours été un point de convergence ? C’est pour ça qu’il s’y passe toutes ces choses étranges ?

R : Il est difficile de répondre, parce que vous ne comprenez pas ce qu’est le « temps ».

Q : (V) Ce type de convention a-t-il déjà eu lieu sur d’autres planètes, avec d’autres groupes d’êtres ?

R : A eu, a, et aura lieu.

Q : (L) Donc, autrement dit, il y a d’autres planètes — pas forcément similaires en termes de structure ou d’occupation — qui sont des points de convergence. (V) Est-ce que ce sont des univers parallèles ?

R : Tu dérives.

Q : (L) Si ces points de convergence sont disséminés dans tout l’univers, la convergence de ce passage de frontière entre mondes va-t-elle se produire simultanément en tous les points de convergence de l’univers ?

R : Non.

Q : (L) Ça ne se produit que, disons, en un point ou en des points de convergence définis, à tel ou tel moment donné ?

R : Pas loin.

Q : (L) Alors, les frontières entre mondes ont quelque chose à voir avec le lieu ?

R : Les frontières entre mondes sont portées par des ondes.

Q : (L) Et d’où viennent ces ondes ?

R : Elles forment un cycle constant.

Q : (L) C’est la Terre qui se dirige vers elle, ou bien c’est elle qui vient vers nous ?

R : L’un ou l’autre.

Q : (F) Est-ce que cette convention ou convergence tient au fait qu’il y a des êtres vivants sur Terre ?

R : Oui. Et parce que vous êtes à un point critique de votre développement.

Q : (L) Au sujet des prophéties, j’aimerais savoir si celles que vous nous avez données lors de la première séance sont toujours valables et sur le point de se réaliser.

R : Elles évoluent.

Q : (L) Est-ce que ça veut dire qu’elles sont en voie de se réaliser ?

R : Fluides.

Q : (L) Est-ce que ça veut dire qu’il est possible que certaines ne se réalisent pas ?

R : Oui.

Q : (L) Et les prophéties que vous avez faites ce soir, sont-elles aussi susceptibles de changer ?

R : Peut-être.

Q : (L) Sont-elles plus stables ?

R : Ouvert.

Q : (L) J’aimerais savoir avec qui communique Ken Carey. De qui reçoit-il ses informations ?

R : Multitude.

Q : (L) Ces individus sont-ils des « gentils », selon notre perspective ?

R : Oui, certains. Certains sont corrompus.

Q : (L) Certaines des informations qu’il canalise sont corrompues ?

R : Pas encore.

Q : (L) Quand vous dites que ce sont des Passagers transitoires qui nous ont génétiquement créés ou placés sur Terre, parlez-vous des Orions de 6e densité, qui sont eux aussi qualifiés de « Passagers transitoires » ?

R : Pas loin. Ils chevauchent l’Onde.

Q : (L) « Chevaucher l’Onde » est-il une des caractéristiques des Passagers transitoires ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce que ça leur plaît de chevaucher cette onde ?

R : Est-ce que tu trouves ça « fun » de vivre sur Terre ?

Q : (L) Eh bien, vivre sur Terre me plaît bien ; ce qui me plaît moins, c’est la douleur et la souffrance, l’inhumanité de l’homme envers l’homme, et voir les autres souffrir.

R : Vis-tu sur Terre pour le « fun » ?

Q : (L) J’aimerais bien, mais je n’ai pas eu beaucoup de moments de rigolade depuis que j’ai remis les pieds ici. Ça me plairait, une vie sur cette planète où les choses seraient agréables…

R : Tu as mal compris.

Q : (L) Je vois ce que vous voulez dire. C’est là qu’ils vivent parce que c’est comme ça.

R : Oui.

Q : (F) Autrement dit, a-t-on choisi de vivre sur Terre parce qu’on a acheté un ticket ? (L) J’ai compris, Frank. Je voudrais parler de Un cours en miracles qui est censé être des canalisations de Jésus-Christ ou du Saint-Esprit. Est-ce vrai ?

R : Non.

Q : (L) Quelle est la source qui est canalisée ?

R : Diverses sources.

Q : (L) Est-ce que ce sont des gentils ?

R : En partie.

Q : (L) Donc, même Un cours en miracles doit être pris avec des pincettes ?

R : Bonne idée.

Q : (L) J’ai envoyé les réponses à Karla, est-ce ce qu’elle souhaitait ?

R : Oui. En ce moment, son attention est détournée par d’autres.

Q : (L) Est-il possible de réaliser des progressions hypnotiques dans l’avenir et d’obtenir des réponses justes ?

R : Oui.

Q : (L) Dans le livre Visions du futur de l’humanité, 4 scénarios sont décrits ; ces scénarios sont-ils exacts globalement parlant ?

R : Futurs possibles.

Q : (L) Donc, quand quelqu’un fait une progression dans l’avenir, il voit un futur possible et pas nécessairement…

R : Dépend de la qualité du canal.

Q : (L) Donc, certaines personnes peuvent aller dans le futur sous hypnose et ramener des informations réelles ?

R : Oui.

Q : (L) Dans la description de la Pentecôte, il est dit que les disciples se rassemblèrent dans une pièce et prièrent pendant des jours et des jours. Et soudain, un vent a empli la pièce et des langues de feu ont dansé au-dessus de leurs têtes et ils se sont tous mis à parler dans d’autres langues. J’aimerais savoir si cet événement ou quelque chose d’approchant s’est produit.

R : Non.

Q : (L) Autrement dit, le véritable baptême du « Saint-Esprit » a eu lieu quand Jésus a soufflé sur ses disciples et leur a transmis une sorte d’initiation Reiki ?

R : Pas loin.

Q : (L) Il y a plusieurs années, j’ai vécu une expérience dans une église où il m’a semblé que je parlais en langues. Est-ce bien ce qui m’est arrivé ?

R : Suggestion.

Q : (L) Cela m’a été suggéré et donc, ça s’est produit ?

R : Oui.

Q : (L) Un quelconque phénomène psychique s’est-il produit en moi à ce moment-là ?

R : Pas loin.

Q : (L) Qui, ou quelle énergie, se trouve derrière Jacques Vallée, le grand scientifique, auteur et enquêteur ? Parfois on dirait qu’il est à côté de la plaque, et parfois il donne l’impression d’être le seul à savoir ce qui se passe.

R : Il veut bien faire et ses intentions sont pures et bonnes.

Q : (L) À quoi ressemblait Jésus ? Quelle taille faisait-il ?

R : 1,80.

Q : (L) Quelle était la couleur de ses yeux ?

R : Bleu.

Q : (L) Quelle était la couleur de ses cheveux ?

R : Blond vénitien.

Q : (L) Et sa peau ?

R : Claire.

Q : (L) Combien pesait-il ?

R : 72.

Q : (L) Était-il musclé ?

R : Moyennement.

Q : (L) Était-ce un bel homme, selon nos critères ?

R : Ouvert.

Q : (L) Frank ou moi connaîtrions-nous quelqu’un dont le visage lui ressemble ?

R : Peut-être.

Q : (L) Pourriez-vous dire son nom ?

R : Balayage…

Q : (L) Bon, quel était son métier ?

R : Charpentier.

Q : (L) Avait-il sa propre maison ?

R : Non.

Q : (L) Jean le Baptiste a-t-il vraiment été décapité ?

R : Non.

Q : (L) Le livre La Prophétie des Andes donne-t-il une bonne description du niveau d’existence après la transition en 4e densité ?

R : Pas loin.

Q : (L) Le procédé de datation au carbone 14 est-il relativement précis ? Si non, quel est son principal défaut ?

R : Dans une certaine mesure.

Q : (L) Quel est son principal défaut ?

R : Le même que vous.

Q : (L) C’est-à-dire ?

R : Le « temps » n’existe pas.

Q : (L) À quand remonte le dernier passage de la frontière entre mondes pour la Terre ?

R : Tel que vous le mesurez sur Terre, à 309 000 ans.

Q : (L) En quoi consiste cette onde, du point de vue énergétique ?

R : Sensibilité.

Q : (L) Cette onde est sensible ? Est-ce une onde d’émotion ?

R : Sensation hyperkinétique.

Q : (L) Qu’est-ce que ça veut dire ?

R : Tout.

Q : (L) Nous ne comprenons pas.

R : Trop complexe pour ce moyen de communication.

Q : (L) OK. Combien de fois cette onde est-elle venue affecter la Terre telle que nous la connaissons ?

R : Nombre infini.

Q : (L) J’aimerais savoir si le Suaire de Turin a jamais enveloppé Jésus.

R : Non.

Q : (L) Enveloppait-il un crucifié ?

R : Non.

Q : (L) Comment a-t-il été fabriqué ?

R : Enveloppait un ouvrier romain.

Q : (L) D’où vient l’image du suaire ?

R : Huiles pour le corps, hormones et autres substances chimiques physiologiques.

Q : (L) Ça fait longtemps que les gamins me demandent de poser cette question, mais j’oublie à chaque fois. Il y a une femme qui a été emmenée aux urgences en Californie. Plusieurs préposés et un médecin se sont évanouis pendant qu’ils la soignaient et il y a eu tout un foin à propos de sang contaminé.

R : Pesticides répandus par le système d’air conditionné.

Q : (L) Les tabloïds ont récemment parlé d’un prétendu journal secret d’Edgar Cayce. Ce journal a-t-il existé ?

R : Non.

Q : (L) J’ai reçu de Piers un article au sujet des expériences d’un certain Persinger, destinées à reproduire des « abductions » en soumettant des gens à des champs électromagnétiques dans un caisson d’isolation sensorielle. J’aimerais bien que vous commentiez cela, et deuxièmement…

R : Absurde. La peur ferme l’esprit de certains.

Q : (L) Ce qui m’inquiète, c’est que s’il fait cela — et nous avons évoqué le fait que l’énergie électromagnétique créait des brèches entre dimensions — mon souci est que ce genre d’expériences pourrait se révéler nuisible à ceux qui les subissent ; est-ce possible ?

R : Oui.

Q : (L) À quoi de tels champs électromagnétiques exposent-ils les gens ?

R : Cessation du corps.

Q : (L) Autrement dit, ça peut les tuer ?

R : Oui.

Q : (L) Cela peut-il aussi ouvrir des portes entre dimensions et permettre à des choses étrangères de pénétrer ?

R : Oui.

Q : (L) Cette méthode les expose-t-elle à la possession par des esprits ou des démons ?

R : Oui.

Q : (L) Risquent-ils aussi, avec cette méthode, d’être reprogrammés par des aliens ?

R : Oui.

Q : (L) Autre chose à ce sujet ?

R : Gardez en permanence l’esprit ouvert.

Q : (L) Ce type d’expérimentation pourrait-il avoir des effets psychologiques ?

R : Peut-être.

Q : (L) Quelles méthodes ou techniques sont utilisées pour établir une connexion continue entre un abducté et son ravisseur ? S’agit-il d’un lien psychique ?

R : Pas loin.

Q : (L) Est-il établi grâce à la technologie ?

R : En partie.

Q : (L) Il y a tellement d’histoires sur le processus de « subjugation » par le regard où l’alien contrôle l’abducté en le fixant dans les yeux et l’abducté ressent plein d’amour et d’harmonie et pense alors que l’expérience est bénéfique. Ce qui me pousse à demander : quel est au juste le but de cette subjugation par le regard ?

R : Hypnotique.

Q : (L) Cela forme-t-il aussi un lien ?

R : Oui.

Q : (L) Quelle est la substance de ce lien ? Y a-t-il un cordon ou une connexion psychique, et est-il vrai que la même…

R : Canal faiblit… [le pointeur tourbillonne sur le Ouija]

Q : (L) C’est tout ce que vous allez nous dire à ce sujet ?

R : S’il te plaît, dis bonne nuit.

Q : (L) Pourquoi ?

R : L’énergie disparaît.

Q : (L) Es-tu fatigué Frank ? (F) Pas particulièrement. (L) Eh bien, leur énergie n’a jamais lâché auparavant… et puisqu’il s’agissait de cette question spécifique… avez-vous une raison de ne pas répondre à cette question en particulier ?

R : Économie…

Q : (L) Bonne nuit.

Fin de la séance

1.29 Séance du 5-décembre-1994

Séance du 5 décembre 1994

Participants : « Frank », Laura, VG

Q : (L) Bonjour.

R : Bonjour.

Q : (L) Les types célestes ! [Laura et V__ avaient essayé d’établir le contact avant l’arrivée de Frank et faisaient des commentaires sur le fait qu’il n’y avait pas beaucoup d’activité en provenance de la planchette.]

R : Voyez cela comme un signe.

Q : (L) Un signe de quoi ?

R : Soyez gentils d’enlever le rebord du Ouija.

[Ajustements effectués]

R : Éloignez le Ouija du centre de la table.

Q : [Autres ajustements] (L) C’est mieux ?

R : OK.

Q : (L) Maintenant, voir quoi comme un signe ?

R : Channel.

Q : (L) Channel ? En quoi est-ce un signe de channel ? Je ne saisis pas.

R : Qui ? [un gros point d’interrogation se dessine]

Q : (L) Qui ?

R : Est.

Q : (L) Oh, vous voulez dire qui est le channel ?

R : Oui.

Q : (L) Ils essaient de nous dire que Frank est le channel. Qui est avec nous ce soir ? [Il était évident que c’était Frank qui se sentait menacé par le fait que quelqu’un essaie de canaliser sans lui, comme cela deviendrait totalement limpide ultérieurement.]

R : Urua.

Q : (L) J’ai préparé plusieurs questions. Maintenant, les premières questions peuvent paraître un petit peu personnelles, et nous comprenons que vous êtes SDA. Mais nous avons besoin d’un petit service ce soir. Cela pose-t-il un problème ?

R : D’accord, mais vous êtes censés évoluer vers le SDA.

Q : (L) Eh bien, c’est ce que nous faisons. Les réponses à certaines de ces questions stabiliseront certains aspects de nos vies, ce qui nous permettra de nous consacrer plus pleinement à l’aide d’autrui. Est-ce compréhensible ?

R : Tournez la planche s’il vous plaît.

Q : (L) Dans quel sens ?

R : Peu importe, tournez-la légèrement.

Q : (L) Ça ira ?

R : OK.

Q : (L) Première question pour le voisin en bas de la rue : quelle est la nature de ce phénomène de grenouilles ?

R : Drogues.

Q : (L) Quel est le rapport avec les drogues ?

R : Influence résiduelle.

Q : (L) D’où viennent ces grenouilles ?

R : L’énergie les amène.

Q : (L) C’est son énergie qui les manifeste ? Ou l’énergie de la drogue ?

R : Pareil.

Q : (L) Pareil ? Donc, elles sont la manifestation de la fréquence de l’usage de drogue. Est-ce une manière de le dire ?

R : Ancien usage de drogue.

Q : (L) Le sien et pas celui de quelqu’un d’autre dans la maison ?

R : Oui.

Q : (L) Que signifient les grenouilles ? Quel est le symbolisme des grenouilles ?

R : Pas signifient, conséquence.

Q : (L) Est-ce que ce sont des grenouilles réelles, physiques, qui viennent de quelque part ?

R : Amenées.

Q : (L) Je ne comprends pas. Est-ce qu’on tourne en rond ?

R : Ta perception.

Q : (L) Eh bien, si vous êtes SDA, n’est-ce pas notre perception qui compte ? Ceux que vous servez en explicitant ?

R : Servons en aidant à apprendre, apprendre en utilisant l’esprit. Les réponses directes n’aident pas à apprendre.

Q : (L) Bien, que peut faire cet individu pour…

R : Que ferais-tu ?

Q : (L) Dans sa situation ? Eh bien, je cesserais toute drogue, je commencerais à méditer, et j’essaierais par tous les moyens de me recadrer parce qu’un tas de grenouilles desséchées qui apparaissent subitement dans toute la maison, ça me ferait probablement flipper.

R : Oui, et ? [Grand point d’interrogation]

Q : (L) Apparemment, je suis censée penser à quelque chose d’autre…

R : TDE.

Q : (L) Qu’est-ce que ça veut dire ? Est-ce une abréviation ?

R : Oui. Tu as beaucoup utilisé les deux mots ensemble récemment. OK, fait partie d’un titre de livre.

Q : (L) La thérapie par détachement d’esprits ?

R : Oui.

Q : (L) D’accord, donc cette personne a besoin d’un détachement d’esprits ?

R : Bingo !

Q : (L) Et donc, que venons-nous d’apprendre de tout ça ?

R : Comment utiliser ton esprit.

Q : (L) OK, donc, il souffre d’attachements. BP, l’amie de V__, dit qu’elle canalisait par le passé. Qui canalisait-elle ?

R : Les Lézards.

Q : (V) Lorsqu’elle canalisait, est-ce qu’elle réalisait… bon, à l’évidence, elle ne réalisait pas…

R : La plupart les canalisent.

Q : (V) Donc, il ne serait pas souhaitable de comparer les informations qu’elle a canalisées avec celles-ci ?

R : À vous de voir.

Q : (L) Ma mère voudrait des informations sur la condition physique de la dame dont elle s’occupe et qui s’appelle MF. Y a-t-il quoi que ce soit qu’elle puisse faire pour améliorer l’état de cette femme ? Ou, pouvez-vous dire combien de temps cette femme restera dans ce plan ?

R : Frictionner pour la circulation.

Q : (L) Est-il possible que son état s’améliore jusqu’à pouvoir se déplacer plus ou moins toute seule ?

R : Toujours possible.

Q : (L) Quelle est la probabilité qu’elle accepte d’aller mieux rapidement ?

R : Ouvert.

Q : (L) D’accord. Son choix de partir est-il visible dans le futur immédiat ?

R : Ouvert.

Q : (L) Ma mère voudrait aussi que je demande s’il est recommandé d’investir des fonds dans la commercialisation de ma crème pour le visage.

R : Comprenez s’il vous plaît que nous ne sommes pas ici pour vous tenir par la main, car cela interférerait avec votre libre arbitre, alors que c’est ainsi que vous apprenez, ainsi que vous progressez.

Q : (L) Tout bien considéré, j’aimerais tout de même savoir si investir de l’argent dans ce projet serait l’une des meilleures actions à entreprendre pour générer une source de revenus.

R : Que venons-nous juste de dire ?

Q : (L) Oui, oui. Paul Z va-t-il accepter les papiers de cession d’hypothèque tels qu’ils ont été rédigés ?

R : Que vas-tu faire pour t’aider ?

Q : (L) Eh bien, en fait je demande ça en guise de question-test pour voir votre capacité de prédiction, car cela importe peu s’il les accepte tels qu’ils sont rédigés, parce que s’il souhaite qu’on les modifie, on peut toujours le faire. Ce n’est pas un drame.

R : Cela dégénère en tribune personnelle.

Q : (L) Eh bien, quelque part, je ne trouve pas que ce soit mal de poser des questions personnelles pour tester notre source, car c’est notre seul moyen pour pouvoir déterminer le type d’informations que nous recevons.

R : Pose des questions-tests qui touchent potentiellement tout le monde. Paul Z n’est pas particulièrement célèbre à Katmandou, par exemple.

Q : (L) J’aimerais vous interroger sur le livre The « I AM » Discourses. Pourriez-vous nous dire la source de ce livre ?

R : Bonne.

Q : (L) De quel niveau de densité est la source de ce livre ?

R  : Sixième niveau.

Q : (L) Pouvez-vous nous dire le nom du groupe à l’origine de ce livre ?

R : Tous sont un seul et même groupe.

Q : (L) Pouvons-nous avoir une voyance de santé pour rendre service à une autre personne ?

R : Cela bénéficie-t-il à tous ?

Q : (L) Eh bien, cela veut-il dire que nous allons être éternellement restreints à des questions générales qu’on ne peut pas vérifier ?

R : La vérification ne dépend pas de la nature personnelle. Ce n’est pas SDA si cela limite.

Q : (V) Donc, demander pour une seule personne n’est pas du service à tous, seulement du service à cette personne ?

R : Et vous.

Q : (L) Eh bien, je commence à me demander… Je veux dire, si je n’avais pas à revenir et tout recommencer sur une Terre préhistorique, dans la soupe primordiale, je penserais que cette voie SDA est un petit peu dure.

R : On n’a rien sans mal.

Q : (L) Je ne veux plus de mal !

R : Alors tu es au mauvais endroit.

Q : (F) Je pense que cela mérite d’être noté. Si Karla Turner prétend qu’on ne peut pas avoir confiance en ce qui sort de cette source parce qu’elle ne nous dit que ce qu’on veut entendre et ainsi de suite, cela prouve que cette source ne fait pas que nous dire ce qu’on veut entendre. (L) Sans l’ombre d’un doute. [Sur un ton sarcastique] (F) Parfois elle nous dit ce qu’on n’a pas envie d’entendre, et parfois elle nous dit ce dont elle a envie. Autre chose à relever. À chaque fois que tu tentes une manœuvre pour vérifier quelque chose, elle continue à répondre que la vérification ne dépend pas d’informations personnelles. (L) Ça veut dire que je dois remballer mes trois dernières questions ?

R : Les choses de signification universelle ne sont-elles pas plus importantes ?

Q : (L) Eh bien, quand je posais des questions relatives aux divers événements de ces deux dernières années, n’avez-vous pas dit que leur connaissance constituait une protection ? Si c’est le cas, pourquoi ne puis-je plus poser ce type de questions maintenant ?

R : Oui, mais nous t’avons à plusieurs reprises dit tout ce que tu devais savoir pour ta protection.

Q : (L) Au sujet de ma protection et de celle de V__ et de Frank, et ce sera la dernière de cette série de questions, V__ et moi avons toutes les deux reçu des cartes d’Ann B qui, comme vous le savez, fréquente le groupe de l’église métaphysique. J’ai aussi reçu une carte de Susan V, qui traîne avec Gene et Judy [également acoquinés avec l’église métaphysique/le coven]. Ces individus ont-ils une motivation sous-jacente pour envoyer ces cartes, et devrions-nous simplement les ignorer ?

R : À vous de voir.

Q : (F) Bon, Laura, tu ne peux pas demander des conseils à tout bout de champ sur la façon de se comporter avec chaque personne que tu connais. (L) Je sais. (V) Ai-je été enlevée le mois dernier ?

R : Non.

Q : (V) Devons-nous interpréter nos rêves par le biais de cette source ?

R : Pourquoi pas ?

Q : (L) Vous voulez dire que vous discuterez de nos rêves ?

R : À vous de voir.

Q : (L) Quel soulagement ! Une concession ! Bon, la nuit dernière, j’ai rêvé de grands « V » mécaniques volant avec des ailes métalliques qui battaient à la manière des chauves-souris. Ils m’effrayaient. Ensuite, j’étais en famille ; nous allions voir ma cousine décédée, et elle venait juste d’avoir un bébé. Le bébé marchait, parlait et citait Shakespeare. Ma tante était très en colère. Elle disait que c’était inconvenant, parce que le bébé était illégitime. Puis elle est partie. Le bébé n’avait que dix jours. Ma tante est sortie en courant, affirmant qu’il était maléfique.

R : Une suggestion : va sur le Net le plus vite possible.

Q : (L) Autrement dit, je dois à tout prix démonter mon ordinateur, faire réparer le lecteur de disquettes, etc., et aller sur le réseau ?

R : Oui.

Q : (V) Quel est le rapport avec le rêve ? (L) Je pense que c’est en rapport avec la séance où Terry et Jan étaient là et où nous parlions des rêves. Les Cassiopéens nous avaient suggéré de nous connecter au réseau, de discuter et partager les rêves. Comme un forum sur les rêves — ce genre de choses. Y a-t-il un sens aux dix jours, dans ce rêve ?

R : Quand tu travailleras en réseau, ta vie entière s’améliorera immédiatement de manière spectaculaire ! Tu vois, nous donnons parfois des conseils, quand c’est approprié.

Q : (L) Très bien. Reçu 5 sur 5. Pourriez-vous s’il vous plaît expliciter le concept que les abductions sont « le fléau de Dieu » et se manifestent de manière à ce que la conscience puisse se développer et se différencier par un refus d’accepter l’expérience négative dans ce monde matériel illusoire ?

R : Balivernes !

Q : (L) Eh bien, voilà qui était précis ! Voudriez-vous commenter le commandement biblique de ne pas faire d’idoles ? Pourquoi ce commandement a-t-il été proféré ?

R : Afin d’empêcher le contrôle par trop de sources.

Q : (L) Comment le fait de ne pas faire d’idoles empêche le contrôle d’autres nombreuses sources ?

R : Imposture.

Q : (L) Qui a ordonné ce commandement de ne pas faire d’idoles ?

R : Central.

Q : (L) C’est quoi « Central » ?

R : Niveau 7.

Q : (L) Quel est le véritable symbolisme du scarabée égyptien, et pourquoi a-t-il été inventé ?

R : Opération.

Q : (L) C’était un symbole d’opération ? Que voulez-vous…

R : Était une opération.

Q : (L) Comment un scarabée était-il une opération ?

R : Réfléchis. Action.

Q : (L) Le scarabée est un bousier. Il fait de petites boules de bouse. Suis-je sur la bonne piste ?

R : Continue.

Q : (L) Et le scarabée symbolisait soi-disant la vie éternelle parce qu’il représentait le déplacement du soleil… oh, attendez une minute… le déplacement du soleil dans le ciel, c’est ce que comprenaient les Égyptiens… mais le bousier fait simplement de petites boules de bouse… c’est ça l’opération dont vous parlez ? Faire rouler de petites boules de bouse ?

R : Pas loin.

Q : (L) Bon, c’est tout ce que je sais sur le scarabée, alors il va falloir m’aider là.

R : Cycle vital.

Q : (L) OK, le cycle de la vie. J’aimerais savoir quelle force a soutenu l’ascension et la domination d’Oliver Cromwell ?

R : Les Lézards.

Q : (L) OK, il y a une femme qui s’appelle Jane Allyson qui canalise une entité du nom de Zeena. J’aimerais savoir qui ou ce qu’est Zeena ?

R : Juste Jane.

Q : (L) Donc, elle ne canalise qu’elle-même ? Quelle est la signification du nombre 444 que répète Cytron, un robot canalisé par Jane Allyson, un super cyborg ?

R : Que dalle. [Éclats de rire]

Q : (L) J’aimerais connaître les conséquences karmiques du meurtre de ces deux petits garçons en Caroline du Sud commis par leur mère ? Tout le monde aux États-Unis sera intéressé, peut-être pas à Katmandou, j’en conviens.

R : La douleur enseigne.

Q : (L) Et, dans ce cas, est-ce la mère qui ressent la douleur ?

R : Et tous les autres impliqués, y compris la nation entière. Tout est leçon.

Q : (L) Ces deux petits garçons s’étaient-ils portés volontaire pour venir dans ce but ?

R : Oui. Étaient des êtres de densité supérieure en mission.

Q : (L) Les SDA de 4e densité se nourrissent-ils d’énergie de 3e densité ?

R : Non.

Q : (L) J’aimerais parler de Semence d’étoiles. Je voudrais en savoir plus sur le Peuple des Oiseaux. Quelle est cette source ?

R : Ken Carey ne canalise que son autre moi.

Q : (V) Qui sont les bons channels alors, si tous ceux sur qui on pose des questions se canalisent eux-mêmes ou sont de faux channels ? Vers qui se tourner pour trouver un canal pur ?

R : Nous vous avons déjà donné un exemple.

Q : (L) Barbara Marciniak ?

R : Cette séance.

Q : (L) The « I AM » Discourses ?

R : Revois. Idoles.

Q : (L) Pourriez-vous me dire quelle source d’information était…

R : Archives akashiques.

Q : (V) Je voulais en parler et j’avais totalement oublié ! Les archives akashiques sont-elles la même chose que la source que vous appelez « Centrale » ?

R : Non.

Q : (L) Les archives akashiques et The « I AM » Discourses ont-ils la même source ?

R : Tout est un à la base mais différentes « branches ».

Q : (L) Nostradamus tirait-il ses informations des archives akashiques ?

R : Oui.

Q : (L) Donc, si on les interprète correctement, les quatrains de Nostradamus seraient fondés.

R : L’interprétation est la clé.

Q : (L) Si on consacrait une série de séances aux quatrains de Nostradamus, pourriez-vous nous aider à les interpréter ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce que le jeu en vaudrait la chandelle ?

R : À vous de voir.

Q : (L) Vous avez dit que les individus SDS de 6e densité étaient les Orions. Je comprends que ce sont les mêmes êtres qui ont génétiquement conçu l’humanité, ou l’ont créée, c’est bien ça ?

R : Non.

Q : (L) Ce sont les premiers à nous avoir altérés après la création ?

R : Pas loin.

Q : (L) Les Orions de 6e densité sont-ils aussi connus sous le nom de Passagers Transitoires ?

R : Oui.

Q : (L) Donc, il y a des Passagers Transitoires SDA et aussi des SDS ?

R : PT est « nomade ».

Q : (L) Et c’est quoi un nomade ?

R : PT.

Q : (L) Eh bien, selon le Ra Material, le concept de Nomades désigne des êtres de 4e ou 5e densité qui ont choisi de revenir en 3e densité pour nous aider. Serait-ce le même type de Nomade ?

R : 5e ou 6e densité.

Q  : (L) Frank est-il un Nomade ?

R : Ouvert.

Q : (L) Et moi ou V__ ?

R : Ouvert.

Q : (V) Et si nous avions l’impression de l’être ?

R : Vérifiez.

Q : (L) Comment ?

R : Comment, crois-tu ?

Q : (V) La foi, j’imagine, et ce que je ressens. Que proposez-vous d’autre ?

R : Pas de réponse, essaie encore.

Q : (L) L’hypnose serait-elle la solution ?

R : Bingo !

Q : (L) OK. Maintenant j’aimerais savoir, dans l’intérêt de tous les théosophes de par le monde, quelle était la source des informations présentes dans le livre Isis dévoilée d’Helena Blavatsky ?

R : Orions SDS et SDA. 6e densité.

Q : (L) Donc, ses informations provenaient des deux camps ? Et c’est au lecteur de deviner quelles informations proviennent de quel camp ?

R : Bonne idée.

Q : (L) Est-il possible que les informations que nous obtenons de cette source soient d’orientation SDS ?

R : Oui. Toujours possible.

Q : (L) Je voudrais connaître la définition d’un rideau dimensionnel ; pourriez-vous nous en donner une description ?

R : Cela va de soi. Réfléchis.

Q : (L) Quand nous parlons de rideaux dimensionnels, nous parlons de séparations à l’intérieur d’un même niveau de densité, n’est-ce pas ?

R : Peut-être.

Q : (L) Peut-il y avoir des rideaux dimensionnels entre dimensions du même niveau de densité ?

R : Oui.

Q : (L) Existe-t-il également des rideaux dimensionnels entre niveaux de densité ?

R : Oui.

Q : (L) Un rideau dimensionnel est donc un endroit où se produit une sorte de changement… Quelle est la cause de ce changement ?

R : La nature.

Q : (L) En se référant à la manière précise dont cela fonctionne, qu’est-ce qui définit ce changement ?

R : L’expérience.

Q : (L) Cela a-t-il un quelconque rapport avec la physique atomique ou quantique, ou le mouvement des atomes ?

R : Oui.

Q : (L) OK. Prenons un atome de 3e densité. Qu’est-ce qui le distingue d’un atome de 4e densité ?

R : La réalité.

Q : (L) Qu’est-ce qui distingue deux mondes entre eux ?

R : Les aprioris.

Q : (L) D’accord. Nos aprioris et nos attentes déterminent la façon dont nous percevrons cet atome, suivant la réalité où nous nous trouvons. C’est bien ça ?

R : Pas loin.

Q : (L) Qu’est-ce qui détermine nos aprioris ?

R : L’expérience.

Q : (L) Mon expérience des atomes est qu’ils s’assemblent de manière à former de la matière solide…

R : Tout ce qui existe n’est que leçon.

Q : (L) D’accord ; donc, une fois que nous avons appris certaines leçons, et fait l’expérience de certaines choses, alors nos aprioris changent ?

R : Oui.

Q : (L) Bien. L’Onde qui approche va-t-elle nous faire vivre une expérience qui changera nos aprioris ?

R : Cercle vicieux : une moitié de la réponse est qu’il vous faut changer vos aprioris pour pouvoir vivre l’Onde de manière positive.

Q : (L) Et en quoi cette Onde consiste-t-elle, dans l’absolu ?

R : Frontière entre mondes.

Q : (L) Cette frontière entre mondes est-elle comme un point de séparation entre une réalité et une autre ?

R : Oui.

Q : (L) Cette frontière de monde, c’est comme un rideau dimensionnel ?

R : Oui.

Q : (L) Donc, la planète Terre va traverser un rideau dimensionnel ?

R : Ou une Terre. Tout n’est que leçons et rien, absolument rien d’autre.

Q : (L) Eh bien, d’après mon expérience, les leçons sont en général douloureuses. Le passage de cette frontière ou cette expérience de fusion seront-ils quelque chose que nous, en troisième densité, pourrions, ou que je pourrais percevoir comme douloureux ?

R : Tu verras bien.

Q : (V) Cette frontière entre mondes est-elle de 3e densité ?

R : Avons répondu ; arrête et réfléchis.

Q : (L) Que sont exactement les crop circles, et comment se forment-ils ? Je sais qu’on a déjà posé des questions à ce sujet, mais j’aimerais connaître le mécanisme spécifique de leur formation ?

R : Pas la question, mais vortex énergétique.

Q : (L) Ce vortex énergétique surgit-il de l’intérieur même de la Terre ?

R : Non.

Q : (L) D’où sort ce vortex énergétique ?

R : D’ici. Sixième densité.

Q ; (L) Voulez-vous nous en dire plus sur l’Onde ou le rideau entre mondes ?

R : Non, pas pour le moment. Vous en avez suffisamment pour l’instant. Bonne nuit.

Fin de la séance.

1.30 Séance du 9-décembre-1994

Séance du 9 décembre 1994

Participants : « Frank » et Laura

Q : (L) Bonjour.

R : Bonjour.

Q : (L) Qui est avec nous ce soir ?

R : [Nom perdu]

Q : (L) Et d’où venez-vous ?

R : Cassiopée.

Q : (L) Maintenant, dites-moi le nom des êtres que Diana M a perçus comme des mantes religieuses lors de sa séance d’hypnose ?

R : Son essence.

Q : (L) Mais, dans cette réalité, n’ont-elles pas un nom ?

R : Trop complexe pour répondre adéquatement par ce moyen de communication.

Q : (L) Bon, vous avez dit que les [mantes religieuses] que V__ avait rencontrées étaient des Minturiens. Ne sont-ce pas les mêmes ?

R : Non.

Q : (L) Y a-t-il une différence entre l’essence d’un être et son incarnation ?

R : Oui.

Q : (L) Donc, il y a une nette différence. Bon, qui étaient les genres de fourmis/mouches qu’elle a décrites ?

R : Également son essence.

Q : (L) Et ces créatures serpentines du genre limaces qu’elle a vues, c’était quoi ?

R : Idem.

Q : (L) Êtes-vous en train de dire que toutes ces bestioles, c’est ce qu’elle est ? Toutes ces horribles créatures et ces…

R : Dans certaines réalités alternatives.

Q : (L) Mon essence aussi est-elle constituée de créatures comme ça ?

R : Oui.

Q : (L) Mon essence est aussi horrible, sombre et répugnante ?

R : Subjectif.

Q : (L) Mais ces créatures horriblement répugnantes mangeaient bien des petits enfants, non ? C’était bien de vrais enfants humains ?

R : À votre avis, comment les chevreuils vous perçoivent-ils, par exemple ?

Q : (L) Eh bien, je peux imaginer ça sans peine. J’ai déjà vu ça. Je veux dire, les vaches et les poulets nous percevraient comme ça. Franchement, c’est vraiment dégueu.

R : Les cafards aussi.

Q : (L) C’est pour ça que la veille de la séance avec Diana, j’ai rêvé de fourmis ? J’aurais pu les piétiner et les écraser, mais je ne l’ai pas fait parce que je refusais d’ôter la vie même à une seule fourmi.

R : Oui.

Q : (L) Est-ce que ce rêve me préparait à ce que j’allais vivre lors de cette séance ?

R : Oui.

Q : (L) Alors, que devons-nous faire au sujet de ces parties de nous-mêmes qui constituent notre essence ? Je veux dire, je n’aime pas l’idée d’avoir en moi quelque chose qui tient du prédateur. Je voudrais ne pas l’avoir en moi, ou bien m’en débarrasser ou le transformer, je ne sais pas.

R : Tu verras bien.

Q : (L) Bon, vais-je devoir me souvenir d’avoir commis des actes de ce genre pour pouvoir l’accepter ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce que ça va m’arriver, est-ce que des souvenirs similaires vont remonter à la surface ?

R : Oui.

Q : (L) Eh bien, je n’arrive déjà pas à accepter ça chez quelqu’un d’autre ; comment vais-je y arriver pour moi-même ?

R : Tu y parviendras.

Q : (L) Est-ce quelque chose que nous devrons tous faire ?

R : Tous les éligibles.

Q : (L) Et qui est éligible ?

R : Candidats à la 4e densité.

Q : (L) Frank aussi va devoir se rappeler de ces choses ?

R : Oui.

Q : (L) Comment sait-on qu’on est candidat à la 4D ?

R : Vous vous « réveillez » progressivement.

Q : (L) Mes enfants sont-ils candidats ? Et mon mari ? Vous devez me le dire. Si je dois affronter ça, laissez-moi-le faire petit à petit.

R : Tu n’es pas dans le bon état d’esprit.

Q : (L) Eh bien, ça a l’air sinistre.

R : Attends la réponse.

Q : (L) Attendre jusqu’à quand ?

R : Que tu sois prête.

Q : (L) Donc, autrement dit, des gens devront laisser femmes, enfants et parents, c’est bien vrai ?

R : Si oui, seront préparés.

Q : (L) Y a-t-il un moyen de dire si quelqu’un est candidat à la 4D ?

R : Lui demander.

Q : (L) Et il saura ?

R : Oui, à un certain niveau. En un sens. Ceux qui sont élus le sentent. Tu sauras.

Q : (L) Eh bien, il m’arrive de penser que ma famille est extrêmement spéciale.

R : Comme tout le monde.

Q : (L) J’ai consacré beaucoup de temps et d’attention aux questions spirituelles. Est-ce parce que ça m’obsédait, ou m’ont-ils choisie pour cette raison ?

R : Ouvert.

Q : (L) Les Minturiens, les mantes religieuses que V__ a perçues lors de sa régression, est-ce qu’elles mangent les gens ?

R : Trop complexe pour ton mode de pensée à cette séance. Tu es bouleversée.

Q : (L) Eh bien, est-ce ça qui cloche chez moi ce soir ? Vous ne me dites pas grand-chose.

R : Biologique, et nous te disons beaucoup, tu n’« entends » pas, car des facteurs biologiques t’ont temporairement renfoncée encore plus dans la 3D.

Q : (L) Est-ce que ça serait une bonne idée de faire des exercices de Reiki pour arrêter le cycle ?

R : Ton cycle pourrait s’arrêter rapidement de toute façon.

Q : (L) Bon, est-il vrai que cet exercice, lorsqu’il arrête votre cycle, arrête aussi le processus de vieillissement ?

R : Légèrement.

Q : (L) Est-ce que ce serait bénéfique ?

R : Peut-être.

Q : (L) Mais je croyais que vous aviez dit que j’avais un autre bébé qui attendait de venir ?

R : Ne signifie pas nécessairement qu’il le fera.

Q : (L) Donc, suis-je en train de connaître la transformation en ce moment ?

R : Pas encore.

Q : (L) Quand cela commencera-t-il ?

R : Ouvert.

Q : (L) Scarlett va-t-elle me rembourser l’argent qu’elle me doit ?

R : Peut-être.

Q : (L) Quelles sont les chances ?

R : Dépend de tes efforts.

Q : (L) Est-ce que ça veut dire que je dois lui envoyer une lettre recommandée de mon avocat ?

R : À toi de voir.

Q : (L) Et si je le fais, elle paiera ?

R : Peut-être.

Q : (L) Les B__ ont-ils envoyé leur dernier paiement à Fleet ?

R : Pas encore.

Q : (L) Paieront-ils lundi ?

R : Probablement.

Q : (L) Quand recevrai-je mon chèque certifié ?

R : Dans les 10 jours ?

Q : (L) Quand recevrai-je mon chèque mensuel ?

R : Même délai.

Q : (L) Et à combien se montera le rappel de salaire ?

R : Environ 3 000.

Q : (L) Et combien recevrons-nous de Paul avec l’acte de propriété ?

R : Ouvert.

Q : (L) Il y a environ un an, quand nous avons communiqué avec Keith par l’intermédiaire de la planchette — et vous avez confirmé qu’il s’agissait de Keith — il nous a donné une série de numéros [de loterie] qui sont sortis dans les 8 jours après. Maintenant, si un esprit attaché au plan terrestre a été capable de nous donner des numéros qui sont sortis dans les 10 jours, ne pourriez-vous pas faire la même chose ?

R : Peut-être, si tout convient.

Q : (L) Autrement dit, si je ne suis pas d’humeur maussade ?

R : C’est ça.

Q : (L) Devons-nous obtenir certaines compétences pour recevoir les numéros du loto ? Devons-nous faire, être, penser, ou dire quelque chose en particulier ?

R : Intention totalement pure, c’est-à-dire ouverte.

Q : (L) Totalement ouverte ?

R : Sans anticipation.

Q : (L) Notre anticipation restreint le canal quand nous demandons ce type d’information ?

R : Oui.

Q : (L) Nous devons être totalement indifférents au fait de les obtenir ou non, pour ainsi dire ?

R : Une attitude insouciante aide. Comme tu l’étais avant.

Q : (L) Donc, dès que nous sommes soucieux, tendus, dans l’attente, et attachés à une idée, nous resserrons le flux ?

R : Oui.

Q : (L) Lors d’une séance précédente, vous avez dit que vous procédiez à des arrangements financiers pour nous. Eh bien, sans vouloir faire pression à ce sujet, cela a-t-il un rapport avec Martie T et les recommandations pour les séances d’hypnose ?

R : Peut-être. N’anticipe pas. La foi ma chère.

Q : (L) Merci et bonne nuit.

R : Bonne nuit.

Fin de la séance

1.31 Séance du 10-décembre-1994

Séance du 10 décembre 1994

Participants : « Frank », Laura, Terry et Jan

Q : (L) Bonjour.

R : Bonjour. Poinsettia.

Q : (L) Quoi ?

R : Nous est juste venu à l’esprit.

Q : (L) Est-ce dans nos esprits ?

R : Non, le nôtre.

Q : (L) Qui est avec nous ce soir ?

R : Appel de Cassiopaea.

Q : (L) Quel est votre nom ?

R : Rodann.

Q : (L) Au bénéfice de Terry et Jan, je voudrais vous demander à nouveau ce qu’étaient, ou qui étaient, les êtres que DM a vus lors de sa régression hypnotique l’autre soir ?

R : Son essence.

Q : (L) S’agissait-il d’êtres physiques sur la Terre que nous occupons dans l’espace-temps où nous nous trouvons en ce moment même ?

R : Non.

Q : (L) C’est arrivé dans ce qu’on pourrait appeler une réalité alternative ?

R : Ça continue.

Q : (L) Donc, dans une réalité alternative, DM est une mante religieuse qui mange des petits enfants ?

R : Et vous aussi. Et tous les autres.

Q : (L) De quoi est-ce l’essence ?

R : Son être.

Q : (L) Ces aspects de nous-mêmes se dirigent-ils en ce moment même vers la Terre dans le cadre du passage de la frontière entre les mondes ?

R : Oui.

Q : (L) Devrons-nous tous faire face à ces aspects de nous-mêmes sous forme d’êtres différents ?

R : Oui.

Q : (L) Y a-t-il d’autres parties de nous-mêmes, dans la totalité des mondes, qui sont en train de faire d’autres choses en ce moment ?

R : Oui.

Q : (L) Et en quoi [tous ces aspects] seront-ils affectés par le passage de la frontière entre les mondes ?

R : Fusionneront.

Q : (L) Devons-nous avoir recours à l’hypnose de manière poussée pour faire émerger ces aspects de nous-mêmes et y faire face petit à petit ?

R : Se passera involontairement. Sera comme une explosion thermonucléaire. Un message suit : Observez la configuration. Orion, les Pléiades, Arcturus, Cassiopée ; vérifiez les distances à partir de la Terre ; lieu de progression de l’Onde, combiné avec les références terriennes d’espace-temps. À vous de faire le travail. Comparez les dates de publication des messages canalisés avec leurs lieux de transmission. Nous sommes où nous sommes.

Q : (L) Que voulez-dire par vous êtes où vous êtes ?

R : Recoupez les données spatiales et temporelles.

Q : (L) Avec quel livre devons-nous recouper ces données ?

R : N’importe quelle carte du ciel et Marciniak, le channel d’Arcturus, les ouvrages sur Orion, et nous. Nous vous parlons depuis la « crête » de l’Onde, maintenant, où sommes-nous ?

Q : (L) Est-ce une devinette ?

R : Depuis, pas de.

Q : (L) Vous nous parlez depuis la crête de l’Onde ? (T) Êtes-vous portés par l’Onde ?

R : Oui.

Q : (L) Vous avez dit lors d’une autre séance que vous vous trouviez à dix mille kilomètres…

R : Fenêtre de transmission.

Q : (L) Nous espérons que vous allez rendre tout ça parfaitement simple et limpide.

R : Ça l’est.

Q : (L) Eh bien, pouvez-vous nous aider à comprendre, nous pauvres créatures à 2 brins d’ADN ?

R : À quelle distance se trouve Cassiopée ?

Q : (L) Avons-nous besoin de distances précises ?

R : Générales, c’est suffisant.

Q : (L) Donc, si nous déterminons simplement les distances générales… et ces amas d’étoiles représentent-ils chacun une zone générale de l’Onde ?

R : Chacun représente un repère dans l’espace-temps. Vous pouvez estimer la vitesse et la date probable d’arrivée en comparant les distances avec les dates de publication [des canalisations mentionnées ci-dessus – NdT] et les dates de transmission de nos propres messages.

Q : (L) J’ai compris ! Vous voulez dire que vous êtes les Arcturiens, les Pléiadiens et, à présent, vous êtes les « Cassiopéens », parce que vous « êtes du lieu où vous êtes » ! Et vous êtes portés par l’Onde. Est-ce que cette Onde est une ligne droite qui relie toutes ces constellations ?

R : Itinéraire sinueux ou cyclique.

Q : (L) Alors, c’est comme une spirale ?

R : Oui.

Q : (L) Donc, il faut vraiment que nous dressions une carte pour y tracer l’itinéraire ?

R : Oui.

Q : (L) Quand on parle depuis Orion, on est des « Orions ». Quand on parle depuis les Pléiades, on est « Pléiadien », etc.

Donc, tous ces livres de channeling que vous avez mentionnés proviennent en essence de la même source, par l’intermédiaire de différents channels avec lesquels elle peut communiquer de par les différentes positions qu’elle occupe dans l’espace-temps et en fonction du niveau de préparation des « channels ». Est-ce bien cela ?

R : Pas loin. Nous vous avons donné un repère de la crête de l’Onde. Nous sommes d’où nous sommes et d’où nous parlons. Compris ?

Q : (L) Vous êtes la crête de l’Onde ?

R : Nous sommes les Pléiadiens de Marciniak. Nous sommes où nous sommes.

Q : (T) Alors, vous n’êtes pas vraiment des Cassiopéens de la constellation de Cassiopée ?

R : Nous sommes des Passagers Transitoires.

Q : (T) Donc, quand l’Onde atteindra la Terre et que vous communiquerez avec quelqu’un quelque part ailleurs, vous vous présenterez comme des « Terriens » ?

R : Quand l’Onde atteindra la Terre, nous fusionnerons avec vous.

Q : (L) Quand vous étiez sur Orion, avez-vous fusionné avec les Orions ?

R : Pas sur la fréquence requise pour le passage de la frontière entre mondes.

Q : (L) Quel effet l’Onde a-t-elle eu sur le secteur d’Orion ?

R : Aucun. Déjà au niveau de la 4e densité.

Q : (L) Quel est le point d’origine de cette Onde ?

R : Pas de point d’origine.

Q : (L) A-t-elle toujours fait le tour de l’univers ?

R : Pas loin.

Q : (T) Bon, vous chevauchez donc la crête de cette Onde en 6e densité. C’est bien ça ?

R : Oui. Nous sommes vous dans la 6e densité.

Q : (T) Vous êtes nous, c’est-à-dire moi Terry, Laura, Jan et Frank ?

R : Oui.

Q : (L) Êtes-vous des « nous » alternatifs qui se prolongent dans des densités supérieures ?

R : Au point de référence où vous vous trouvez actuellement dans l’espace-temps, nous sommes vous dans le futur.

Q : (T) Nous sommes votre destin ?

R : Et vice versa.

Q : (L) Par hasard, vous ne seriez pas une de ces créatures bizarres qui ressemblent à des fourmis ou des mantes religieuses ?

R : Oui et non.

Q : (T) Vous êtes simplement une autre partie de nous-mêmes ? Vous, nous, les Lézards, les fourmis, les Gris, les arbres…

R : Nous sommes votre être entier, c’est–à-dire vous/nous en 6e densité.

Q : (T) Alors, ce que nous nous efforçons de devenir, c’est Vous ? Vous êtes nous ?

R : Oui.

Q : (T) Donc, quand nous arriverons en 4e densité et que nous deviendrons la totalité de nous-mêmes, nous vous connaîtrons aussi pendant une brève période ?

R : Pas encore totalement soi-même en 4e densité.

Q : (T) Mais pour passer en 4e densité…

R : Plus proche.

Q : (T) Nous, dans cette pièce, sommes plus proches que les autres ?

R : Non. Plus proches quand serez en 4e densité.

Q : (L) Quand Scarlett était sous hypnose, elle a décrit une escadrille de vaisseaux spatiaux « portés par une onde », et ça l’a perturbée. Elle a ressenti cette onde comme quelque chose de terrifiant, d’agressif — comme une invasion. Était-ce vous et votre Onde qu’elle a perçus ?

R : L’Onde est un moyen de transport.

Q : (L) Est-ce un moyen de transport pour de nombreux êtres ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce que vous venez nous envahir ?

R : Non, fusionner.

Q : (L) Est-ce que d’autres viennent avec l’intention de nous envahir ?

R : Oui.

Q : (L) Et fusionner avec vous nous permettra-t-il de résister et de nous défendre ?

R : L’Onde est « bondée ».

Q : (T) Donc, tous ceux qui, dans tout l’Univers, veulent jouer un rôle dans les événements qui vont se dérouler sur Terre voyagent sur cette Onde ?

R : Au passage de la frontière entre mondes.

Q : (L) Laissez-moi poser quelques rapides petites questions, histoire de s’en débarrasser, à moins que vous n’ayez vraiment quelque chose… Je veux dire, vous nous avez quasiment dit tout ce dont nous avons besoin à ce sujet… ces informations que nous avons reçues ici…

R : Oh, vraiment ?

Q : (L) Bon, je suppose qu’ils me disent que nous n’avons pas reçu tout ce dont nous avions besoin à ce sujet. Mais on peut y revenir.

R : Tu peux poser des questions si tu le souhaites.

Q : (L) Eh bien, je ne veux déranger personne. (T) Oh, vas-y, c’est déjà bondé sur l’Onde de toute façon. (L) D’accord, voici une transcription que j’ai reçue dans ma boîte aux lettres d’un groupe qui s’appelle « Conscience Cosmique »…

R : Dezinformatzia.

Q : (T) J’aime quand un être de 6e densité a le sens de l’humour. (L) La base de la Zone 51 a-t-elle été déplacée à Kirtland comme ce truc le dit ?

R : Non.

Q : (T) Y a-t-il une base dans la Zone 51 ?

R : Oui. Kirtland connaît un nouvel ajout.

Q : (L) Est-ce dans la base de la Zone 51 que notre armée et les aliens travaillent main dans la main ?

R : Ils ont récupéré un appareil des Gris, mais le personnel humain et le personnel alien ne travaillent pas ensemble là-bas.

Q : (T) Ils s’emparent vraiment d’appareils ?

R : Récupéré après un écrasement.

Q : (T) Des aliens ont-ils donné un appareil au gouvernement ?

R : Non.

Q : (L) Pourquoi cela ?

R : Donneriez-vous des postes de télé à des souris ?

Q : (L) Ces êtres insectoïdes, ces autres manifestations de nous-mêmes, comment considèrent-ils notre façon de traiter les insectes sur cette planète ?

R : Indifférents.

Q : (L) Est-ce parce que les insectes sur notre planète ne sont pas des êtres conscients ?

R : Différent.

Q : (L) Comment les insectoïdes gèrent-ils les insectes sur leur planète ?

R : Ils sont les insectes sur leur planète.

Q : (L) Ont-ils des nuisibles sur leur planète, comme des humains miniatures qui courent partout et dévastent leurs provisions ? (T) Pas de lapin Duracell ?

R : Humour !

Q : (L) Mais vraiment, ont-ils des nuisibles ?

R : Non.

Q : (L) Bon, sérieusement, ont-ils des nuisibles sur leur planète, comme nous ?

R : Non. Microbien.

Q : (L) Eh bien, est-ce qu’ils les exterminent comme nous ?

R : Non.

Q : (L) Pouvons-nous considérer que nos nuisibles nous ont été infligés par les Lizzies ? Je me suis toujours demandée pourquoi Dieu avait créé les moustiques.

R : Non.

Q : (L) Quand nous irons en 4e densité, serons-nous libérés des moustiques, des cafards, des vers gluants, des limaces, etc. ?

R : Non.

Q : (L) Conjointement aux modifications de l’ADN, y a-t-il une similitude entre la race humaine et l’idée de la transformation de populations de sauterelles en locustes, par exemple ?

R : Oui.

Q : (L) Quand les sauterelles se transforment en locustes, elles essaiment si leur population devient trop importante.

R : Tout fait partie d’un processus cyclique naturel.

Q : (L) La modification de l’ADN que nous vivons a-t-elle été programmée en nous afin, qu’après de nombreuses générations, ces modifications se fassent en quelque sorte sentir ?

R : Pas loin.

Q : (L) Donc, nous avons tous choisi, avant de nous incarner; des corps de premier choix pour cette programmation ?

R : Êtes-vous prêts à être hermaphrodites ?

Q : (L) Est-ce ce que nous allons devenir ?

R : Vous verrez bien.

Q : (T) Puisque vous chevauchez cette onde pour communiquer, puisque vous vous servez de l’Onde pour faire converger ce contact, et vous êtes qui vous pouvez être selon la position de l’Onde, vous avez donné des informations à Barbara Marciniak sous le nom des « Pléiadiens ». C’est ce que vous nous dites. Avez-vous dit aux autres, comme Barbara Marciniak, que vous contactiez d’autres personnes ?

R : Non.

Q : (L) Donc, Barbara peut ne pas savoir que ce sont les mêmes contacts, mais sous différents noms ?

R : Non.

Q : (L) Est-ce parce qu’elle ne l’a pas demandé ?

R : Information progressive. Mais aussi, le système est comme une mosaïque.

Q : (L) Cela veut-il dire que différentes personnes reçoivent différents fragments de la mosaïque ?

R : Oui.

Q : (T) Mais, vous nous avez dit que vous aviez contacté d’autres personnes sous d’autres noms ?

R : Oui.

Q : (T) L’avez-vous dit aux autres ?

R : Non.

Q : (T) Pourquoi n’avez-vous pas contacté les autres pour le leur dire ?

R : Venons de répondre. Progressif.

Q : (T) Êtes-vous toujours en contact avec Barbara ?

R : Pas en ce moment. Elle est en mode pause.

Q : (T) Le sait-elle ?

R : Oui. Écrivez-lui et dites-lui d’appeler « Cassiopée ». Le prochain arrêt est le Lion.

Q : (T) À un moment donné dans le futur, le prochain point d’émission sera le Lion. Cela signifie-t-il qu’à un moment donné, nous ne pourrons plus vous contacter ?

R : Nous venons juste de vous dire qui appeler.

Q : (T) Eh bien, ce que j’ai du mal à comprendre, c’est pourquoi on doit appeler un certain point de l’espace. Nous sommes actuellement en contact. Ce canal ne reste-t-il pas ouvert ?

R : Point de référence.

Q : (T) Donc peu importe du moment qu’on se rencontre régulièrement pour parler avec vous ?

R : Oui.

Q : (T) Barbara peut continuer à vous parler même si vous n’êtes plus les Pléiadiens ?

R : Elle pourrait parler à quelqu’un d’autre.

Q : (T) Êtes-vous en train de dire, qu’en ce moment, elle canalise une autre source ?

R : Peut-être.

Q : (L) J. Z. Knight canaliserait Ramtha. Qui était Ramtha ?

R : Source valide à l’origine.

Q : (L) Cela a-t-il changé ?

R : Cupidité.

Q : (T) Donc, elle l’a simulé ?

R : Oui.

Q : (L) Je voulais revenir sur un élément de la séance d’hier. Je n’ai pas encore retranscrit la cassette, mais vous avez parlé de candidat à la 4e densité, et c’est la première fois que vous avez utilisé ce terme. Qu’est-ce qu’un candidat à la 4e densité ?

R : Se passe d’explication.

Q : (L) Comment devient-on candidat à la 4e densité ?

R : Progression naturelle.

Q : (L) Tout le monde sur cette planète est-il candidat à la 4e densité ?

R : Non.

Q : Combien il y en a-t-il ?

R : Ouvert.

Q : (L) Un non-candidat peut-il le devenir du jour au lendemain ?

R : Oui.

Q : (T) Combien de brins d’ADN possédons-nous ?

R : Terry, 4 ; Frank, 4 ; Jan, 3 ; Laura, 3.

Q : (L) Ça alors… le sexe joue-t-il un rôle ?

R : Non.

Q : (L) Êtes-vous en train de nous dire que Frank et Terry sont plus intelligents que Jan et moi ?

R : Tu es en train de développer ton 4e, ton 5e, et ton 6e en ce moment même.

Q : (T) Si l’on examinait notre ADN dans la 3e densité, est-ce que ça se verrait ?

R : Vous l’appelleriez ADN poubelle.

Q : (T) Est-ce qu’on remarquerait que c’est un nouvel ADN ?

R : Peut-être.

Q : (F) Il faudrait le comparer à un point de référence.

Q : (L) L’Atlantide et la Lémurie sont-elles les plus anciennes civilisations terrestres ?

R : Non.

Q : (L) Quelles civilisations évoluées ont existé avant l’Atlantide et la Lémurie ?

R : Nombreuses.

Q : (L) Y a-t-il eu d’anciennes civilisations évoluées dans ce qu’on appelle dorénavant l’Antarctique ?

R : Oui.

Q : (L) Comment s’appelait cette civilisation ?

R : Gor.

Q : (L) Quelle sorte de gens vivaient à Gor ?

R : 5 mètres et demi de haut.

Q : (L) Étaient-ils humanoïdes ? Nous ressemblaient-ils ?

R : Proche.

Q : (L) Y avait-il des hommes et des femmes comme pour nous ?

R : Oui.

Q : (L) Pouvaient-ils voyager dans l’espace ?

R : Pas intéressés.

Q : (L) Reste-t-il des vestiges de cette civilisation ?

R : Oui.

Q : (L) Vivaient-ils seulement en Antarctique ?

R : Non.

Q : (L) Ils habitaient le monde entier ?

R : À peu près.

Q : (L) Reste-t-il des vestiges en Floride ?

R : Non.

Q : (L) Où pourrait-on trouver des vestiges ?

R : Amérique du Sud.

Q : (L) Où ça en Amérique du Sud ?

R : Amazone. Ancienne légende des Amazones.

Q : (L) Nos scientifiques en ont-ils connaissance ?

R : Oui.

Q : (L) Reste-t-il des vestiges de l’Atlantide et de la Lémurie ?

R : Oui.

Q : (L) Nos scientifiques en connaissent-ils ?

R : Oui.

Q : (L) Cachent-ils sciemment ces informations ?

R : Oui.

Q : (L) Ont-ils l’intention de nous en parler ?

R : Non.

Q : (L) Conservent-ils des reliques de cela ?

R : Oui.

Q : (L) J’aimerais savoir ce que Tom G pourrait faire pour mieux se rétablir de son cancer ?

R : AMP. Attitude mentale positive.

Q : (L) Dans notre culture, les jeunes se livrent à beaucoup de pratiques très étranges. Il y a entre autres le fait d’écouter de la musique extrêmement fort jusqu’à faire littéralement vibrer les cellules de leur corps au point de les transformer en gelée. Pourriez-vous me dire les effets physiologiques à long terme de l’exposition du corps humain à ce vacarme retentissant ?

R : Étranges modes de pensée.

Q : (L) Quels effets ces sons extrêmement forts ont-ils sur les gens ?

R : Variable.

Q : (L) Ces effets sont-ils négatifs ?

R : Ouvert.

Q : (L) Ces effets sont-ils plus que défavorables à une santé optimale ?

R : Peut-être.

Q : (L) Qu’est-ce que ces boums très puissants peuvent faire au corps ?

R : Lui faire faire « boum boum ». [Éclats de rire]

Q : (L) Le concert des Blue Cheer de 1969 ; le groupe l’a annoncé comme le plus fort ayant jamais été donné, et c’était vrai. J’étais assise à trois mètres des enceintes et trois heures après, j’étais encore sourde et mes oreilles ont bourdonné pendant plusieurs jours. Je ne suis plus jamais retournée à un concert. (L) Cela fait-il partie d’un complot pour détruire l’esprit et le corps des jeunes ?

R : Peut-être.

Q : (J) Ou est-ce qu’ils sont tout simplement stupides ?

R : Bonne réponse.

Q : (L) À deux reprises vous avez mentionné les Andariens. Je n’avais jamais entendu parler d’eux auparavant. Qui sont-ils et pourquoi en avez-vous parlé ? D’où venaient-ils et à quoi ressemblaient-ils ?

R : Une question à la fois.

Q : (L) Qui sont les Andariens ?

R : Formes pensées pour SDS.

Q : (L) À quel niveau de densité se trouvent-ils ?

R : 5e.

Q : (L) Donc, ils se trouvent au niveau contemplatif ?

R : Oui.

Q : (L) D’où viennent-ils ?

R : 5e niveau.

Q : (L) Pouvez-vous nous dire à quoi fait référence le Pont de l’Arc-en-ciel dans les Messagers de l’aube. Est-ce de cela dont vous parliez quand vous avez dit que notre groupe était un conduit ?

R : Oui.

Q : (L) Que se passe-t-il au niveau psychique au moment de l’orgasme ?

R : Pour qui ?

Q : (L) Pour n’importe qui. Juste d’une manière générale. Se passe-t-il quelque chose, au niveau psychique, quand on atteint l’orgasme ?

R : Ouvert.

Q : (L) Est-ce différent pour chacun ?

R : Pas loin.

Q : (L) Est-ce différent selon qu’on est un homme ou une femme ?

R : Généralement.

Q : (L) Si je demande ça, c’est parce qu’un certain Wayne Cook a découvert en faisant de la radiesthésie, qu’après l’orgasme, le corps humain avait le même « taux vibratoire » qu’un cadavre. Pourquoi cela ? (T) Soutirage d’énergie.

R : Oui.

Q : (L) Et où s’en va l’énergie soutirée ?

R : Vers l’éther.

Q : (L) Est-ce que l’énergie va à l’un ou l’autre des partenaires ?

R : Peut-être.

Q : (L) Se peut-il que, durant ce genre d’activités, des Lizzies ou d’autres êtres rôdent aux alentours et pompent cette énergie ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce que c’est fréquent, d’une manière générale ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce une des raisons pour lesquelles le sexe est à ce point encouragé et mis en avant dans notre société…

R : Oui, oui, oui.

Q : (T) Est-ce que quelqu’un traînait autour de nous la nuit dernière ? (L) Terry !

R : Mais oui, pourquoi pas ?

Q : (T) On est aussi bons que ça ? (L) Terry ! Maintenant, Otto Muck en est venu à la conclusion que l’ultime destruction de l’Atlantide s’est produite le 5 juin 8498 av. J.-C. Est-ce relativement proche ?

R : Pas loin.

Q : (L) Qu’est-il arrivé aux Mayas ?

R : Emmenés dans le cosmos en 4D par les Lézards. « Lizzieland. »

Q : (L) Que leur font-ils là-bas ?

R : Nombreuses possibilités.

Q : (L) Ces possibilités incluent-elles de les avoir pour le dîner ? Désolée, je n’ai pas pu m’empêcher. (J) « Serveur de Maya ». C’est servi !

R : Peut-être.

Q : (L) Quelle superficie faisait la principale île de l’Atlantide ?

R : 3 507 000 km carrés.

Q : (L) Il y a une femme, Jane Allyson, qui canalise un robot qui s’appelle Cytron. Est-ce un canular, ou canalise-t-elle réellement un super cyborg ?

R : Inepties.

Q : (T) Danger, Danger, Dr Smith ! (L) Il y a quelques mois, j’ai mis A__ en transe pour réaliser une vision spirituelle pour plusieurs personnes. Dans plusieurs cadres de références, elle a vu un drôle de petit homme souriant aux oreilles pointues, qui portait des bottes noires et tenait un fouet, aller et venir à toute vitesse et se cacher derrière les gens. Qui était ce petit individu ?

R : C’était une forme pensée charnelle.

Q : (L) Et qui a créé cette forme pensée charnelle qui filait ?

R : Hôte.

Q : (L) Qui était l’hôte ?

R : Le sujet à qui il est apparu. Signe d’un individu ayant de nombreuses pensées charnelles.

Q : (L) J’aimerais savoir… mon ami, Keith Laumer, qui est mort l’année dernière — je suis un peu curieuse puisqu’il a traîné autour de moi pendant quelque temps après sa mort — se connaissait-on dans une vie antérieure, et si oui, quelle était la dynamique ?

R : Oui. Tu dois apprendre cela toi-même. Mais apprends-tu ? Tu continues à poser des questions de 3e niveau.

Q : (T) Vous parlez de SDA et de SDS. Cependant, vous nous dites que nous devons apprendre à être SDA. Pourquoi y a-t-il une différence entre ce que nous devons faire et ce que vous faites ?

R : Le SDA est équilibre car on sert le soi en servant les autres.

Q : (T) Vous avez dit plusieurs fois que vous êtes SDS en étant SDA. N’est-ce pas ?

R : Oui. Déjà répondu.

Q : (T) Du genre : on récolte ce que l’on sème ?

R : Oui.

Q : (T) Le SDA est-il un moyen de parvenir à ses fins pour les SDS ?

R : Non. SDA est équilibre. SDS est déséquilibre.

Q : (T) Comment pouvez-vous être SDS en étant SDA si le SDS est déséquilibre ?

R : Le SDA se diffuse vers l’extérieur et atteint tout, y compris le point d’origine ; le SDS se diffuse vers l’intérieur et n’atteint que le point d’origine.

Q : (T) Eh bien, dans ce que je suis en train de lire, ils disent qu’ils sont SDS par l’intermédiaire du SDA. (L) Ils servent le soi en servant les autres. (T) C’est ce qu’ils veulent dire ? (L) Oui. (T) Et c’est ce qu’on est censé faire, nous servir en servant les autres ? (L) Oui ! Parce qu’on récolte ce qu’on sème. Si tu sers les autres, alors ça te revient. (F) Car, quand on se sert soi-même, on n’a qu’un nombre infini d’individus servant le soi. (T) Il n’y a pas d’échange d’énergie, pas de synergie au sein du groupe ; il n’y a aucun échange. (F) Tout est centrifuge. (T) Il n’y a pas de partage, pas de progrès, il n’y a rien. (F) Pas d’interconnexion. (T) Exact ! Il n’y a pas d’apprentissage. (L) En termes de SDS au sens large — et dans le cas où il y aurait un lien — pouvez-vous nous révéler la nature d’un Trou noir ?

R : SDS à grande échelle.

Q : (L) Est-ce comparable à un être qui aurait atteint un tel niveau de SDS qu’il aurait littéralement implosé sur lui-même, pour ainsi dire ?

R : Bonne analogie.

Q : (T) Toute une civilisation SDS peut-être ?

R : Non.

Q : (L) Eh bien, c’est peut-être impossible pour une civilisation car ça implique d’œuvrer ensemble. Ça doit être un unique individu.

R : Les Trous noirs sont une force naturelle reflétant le schéma de conscience du Libre arbitre SDS. Remarquez que les Trous noirs se trouvent au centre de forces d’énergie en spirale, tout le reste rayonnant vers l’extérieur.

Q : (L) Vous parlez de forces énergétiques en spirale, et vous avez aussi dit que cette Onde est une spirale. Le centre de cette Onde en spirale est-il un trou noir ?

R : Non.

Q : (L) Est-ce une onde qui se propage ?

R : Il en est ainsi dans toute la Création : tout n’est qu’onde rayonnante.

Q : (L) Où s’en va l’énergie aspirée dans un Trou noir ?

R : Vers l’intérieur, la non-existence absolue.

Q : (L) Si un trou noir continue à aspirer des trucs, est-il possible qu’il finisse par aspirer toute la création ?

R : Non.

Q : (L) Pourquoi cela ?

R : L’univers englobe tout. Les Trous noirs sont la destination finale de toute énergie SDS.

Q : (F) Alors, ça veut dire que nous, ou tous ceux qui sont classés SDS, si on reste sur cette voie, on finira au bout du compte dans un trou noir ?

R : Pas loin.

Q : (L) Eh bien, c’est agréable. Et qu’arrive-t-il à l’énergie qui est « non-existence absolue » ?

R : La non-existence absolue équilibre l’existence absolue. Et qu’est-ce que l’existence absolue ?

Q : (L) Eh bien, est-ce une sorte de force équilibrante ?

R : « Dieu ».

Q : (T) Est-ce qu’on parle du dieu créateur comme chez les Pléiadiens ?

R : Pas les Pléiadiens. Créateur primordial.

Q : (T) Quelle est la différence entre le Créateur Primodial et « Dieu » ?

R : Aucune. Aussi longtemps que vous existez, vous faites partie du Créateur primordial.

Q : (L) Ce qui va dans les Trous noirs, vers la non-existence, ne fait donc pas partie du Créateur primordial ?

R : Exact.

Q : (L) Comment le Créateur primordial peut-il perdre une partie de Lui-même ?

R : Le Créateur primordial ne « perd » rien.

Q : (L) Alors, comment décririez-vous cette énergie qui existait et n’existe plus parce qu’elle est devenue un Trou noir, ou s’en est allée dans un Trou noir ?

R : Reflet est régénéré au niveau 1.

Q : (L) Donc, cette énergie va dans un Trou noir et… ressort-elle de l’autre côté ?

R : Non.

Q : (L) Devient-elle une sorte d’atome primitif ?

R : Non.

Q : (T) Retourne-t-elle dans le cycle ?

R : Non. Le reflet est régénéré sous forme d’atomes primitifs.

Q : (L) Donc, cette énergie qui est aspirée dans les Trous noirs… qu’est-ce qui… (T) Quand nous émettons de l’énergie — positive ou négative — il y a des êtres qui, à d’autres niveaux, se nourrissent de cette énergie, exact ?

R : Oui.

Q : (T) OK. Et vous dites que les Lizzies se nourrissent d’énergie négative ?

R : Oui.

Q : (T) Qui se nourrit de l’énergie positive ?

R : Vous.

Q : (T) Comment faisons-nous ?

R : Progression vers l’union avec le Un, c.-à-d. le niveau 7.

Q : (L) Autrement dit, on alimente son propre générateur au lieu d’alimenter celui de quelqu’un d’autre. (T) Vous êtes au niveau 6, de quoi vous nourrissez-vous ?

R : Concept erroné. Nous donnons aux autres et recevons d’autres SDA. Nous nous nourrissons mutuellement.

Q : (L) Donc, en vous nourrissant les uns les autres, vous progressez et vous vous développez ; ceux de la voie SDS ne se nourrissent pas les uns les autres, et doivent donc se nourrir d’autrui. (T) Vous êtes pourtant en train de nous parler. C’est considéré comme SDA ?

R : Oui.

Q : (T) Nous fournissons de l’énergie pour le canal, cette énergie va-t-elle aussi vers vous ?

R : Non.

Q : (F) Tu ne suis pas le programme, Terry. (L) Que voulez-vous de nous ?

R : Un pur SDA ne veut rien. Nous sommes venus parce que VOUS le vouliez. Mais ça reste SDS tant que vous ne le partagez pas avec d’autres.

Q : (L) Donc, il est nécessaire qu’on partage ces informations ?

R : À vous de voir, c’est un choix qui relève du libre arbitre.

Q : (L) Courons-nous un risque en partageant ces informations ?

R : À un certain niveau, mais tout comporte un « risque ».

Q : (T) J’ai une question : d’où tenez-vous tous vos jolis petits clichés et vos expressions ?

R : Par accès à la condition humaine.

Q : (L) Dans l’un de mes numéros du magazine Fate, j’ai lu l’histoire d’un gars qui a découvert une énorme structure dans une grotte où il s’était caché pendant la guerre alors qu’il était blessé. C’était quelque part en Europe. Je visualise l’image. Quelle était cette chose que cet homme a trouvée dans cette grotte ?

R : Paroi de magnésium réalisée par les Lézards. Construite il y a 309 448 ans. Elle faisait partie d’une base. Elle a été ensevelie lors de cataclysmes.

Q : (L) Qu’est-ce qui est enterré à Oak Island ?

R : Régénérateur.

Q : (L) Qu’est-ce qu’un régénérateur ?

R : Remolécularisateur.

Q : (L) Qui l’a mis là ?

R : Les Lézards.

Q : (L) Quand l’ont-ils mis là ?

R : Il y a 10 000 ans environ.

Q : (L) S’en servent-ils de temps en temps ?

R : Non.

Q : (L) Est-ce qu’il fonctionne encore ?

R : Il pourrait.

Q : (T) À quoi sert un remolécularisateur ? (L) Oui, c’est pour faire quoi ? Amuser ses amis quand on fait la fête ?

R : Régénérer la matière.

Q : (L) Comme des corps physiques ?

R : Oui.

Q : (L) Donc on va juste se poster à côté ou dedans ou que sais-je, et ça nous régénère ?

R : N’importe quelle matière.

Q : (L) Eh bien, ce serait bien pratique d’en avoir un dans la grange. Est-ce qu’il existe un moyen de le sortir de là-dessous ?

R : Peut-être. Prévoyez-vous une expédition ?

Q : (L) Non, nous sommes simplement curieux. À quelle profondeur est-il enterré ?

R : Profond.

Q : (T) Eh bien, on peut envoyer ça à un magazine de chasseurs de trésors et leur donner une idée de jusqu’où ils devront aller. (L) Oui, dis leur ce que c’est et ils feront n’importe quoi pour l’avoir. (T) Ouais. C’est un régénérateur. « Un quoi ? » Ben, un remolécularisateur. Qu’est-ce qui cloche chez vous ? Vous sortez d’où ? Vous n’avez jamais eu envie de vous faire régénérer ? Vous aussi, vous pouvez devenir un Seigneur du Temps ! (L) Étonnez vos amis, déconcertez vos ennemis, vous pouvez hypnotiser une femme à distance par la puissance de votre… régénérateur ! (T) Ouah ! Regardez la taille de son régénérateur ! [Éclats de rire] Merci.

R : Bonne nuit.

Fin de la séance.

1.32 Séance du 17-décembre-1994

Séance du 17 décembre 1994

{Diana M est la femme dont il est question dans les deux séances précédentes et qui, sous hypnose, avait décrit avoir été enlevée par des mantes religieuses qui mangeaient des enfants. Comme précisé dans le Chapitre Deux de L’Onde, elle était professeur de sciences dans un lycée, avait divorcé d’un professeur d’histoire de l’Université de Floride du Sud, et avait une fille adolescente assez sauvage pour qui elle se faisait beaucoup de soucis. Nous venions d’aller à une soirée dans une librairie New-Age où officiait un présumé expert en cosmologie maya et/ou en enseignements ésotériques. Des boissons alcoolisées avaient été servies, et nous avions tous bu quelques verres, ce dont je n’avais absolument pas l’habitude.}

Participants : « Frank », Laura, VG, Diana M

Q : (L) Bonjour.

R : Bonjour.

Q : (L) Les types célestes !

R : C’était adorable !

Q : (L) Qui est avec nous ce soir ?

R : Porsonea.

Q : (L) J’imagine que vous étiez avec nous à cette soirée ? [En parlant de l’intervenant qui était l’invité d’honneur] Quel était le sujet de sa conférence ?

R : Les Mayas, Laura.

Q : (L) L’alcool que nous avons consommé est-il mauvais pour nous ?

R : Seulement si en excès.

Q : (L) En ai-je trop bu ?

R : Un peu.

Q : (L) Nous voudrions vous demander quelle est l’origine des verrues que Diana et la femme d’Eddie Page ont à divers endroits de leur corps ? {Eddie Page : supposé abducté qui donnait de nombreuses conférences dans les milieux ufologiques. Je pensais que c’était un charlatan, mais DM était vraiment captivée par ses inepties. Sa femme était littéralement couverte de centaines de verrues sur toutes les parties exposées de son corps. D était moins affectée et n’en avait qu’une douzaine environ.}

R : Orientation des gènes.

Q : (L) Cela veut-il dire que les verrues sont génétiques ?

R : Orientation.

Q : (L) Est-ce la même chose pour toutes les deux ?

R : Pas exactement.

Q : (L) Comment des verrues peuvent-elles être liées à la génétique ?

R : Progression vers la 4e densité.

Q : (L) Pourquoi cela doit-il être aussi dur ?

R : De nombreuses choses le sont. Les maux de dos, par exemple.

Q : (L) Le mal de dos, c’est une chose, mais les verrues, c’est très désagréable.

R : Désagréable est subjectif.

Q : (L) Comment Diana peut-elle se débarrasser de ses verrues ?

R : Pas la question.

Q : (L) C’est quoi la question ?

R : Progression naturelle. Les verrues ne sont pas le problème. Tous ont des symptômes, mais ce ne sont pas tous les mêmes.

Q : (DM) Que puis-je faire pour m’en débarrasser ? Je me sens tellement mal à cause de ces verrues.

R : Ajuste tes sentiments.

Q : (DM) Est-ce parce que je vais passer en 4e densité que j’attrape ces verrues ?

R : Tous se dirigent vers la 4e densité. Alors, quelle importance ; souvenez-vous, la transformation s’accompagne toujours de certaines difficultés.

Q : (L) Qu’est-il possible de faire physiquement pour aider Diana avec ses verrues ?

R : Peut être accompli, essaie l’ajustement de l’esprit et de l’alimentation. Tu manques de potassium. Tu dois aussi ajuster ton esprit.

Q : (L) C’est-à-dire ?

R : Mesures antistress.

Q : (L) Mme Page doit-elle faire la même chose ?

R : Pourrait aider mais pas guérir.

Q : (L) Qu’est-ce qui marchera pour elle ?

R : Des compresses.

Q : (L) Quelle sorte de compresses ?

R : Boue riche en minéraux. Vérifiez auprès d’un horticulteur.

Q : (L) Comment trouver un horticulteur ? En travaillant en réseau ?

R : Travaillez toujours en « réseau ». Le travail en réseau est un concept de 4e densité SDA qui s’infiltre dans la 3e densité du fait du passage imminent de la frontière entre les mondes.

Q : (DM) Il faut travailler en Réseau pour, du 3e niveau, arriver à quelque chose au 4e niveau ?

R : Se propage du 4e niveau au 3e en raison de l’influence de l’Onde.

Q : (DM) Ainsi, chacun développe une compétence, et nous nous aidons mutuellement. (L) Nous faisons tous partie d’un corps.

R : C’est le mode de vie SDA ! Diana à la planchette, V__ écrit. Ne te reproche rien V__, tu y retourneras. Soyez patients. Salut, Diana.

Q : (L) Eddie Page dit avoir été enlevé par des êtres qui nous ressemblent. Qui était-ce ?

R : SDS d’Orion de 4e densité.

Q : (V) Eh bien, il a l’impression que ce sont des Pléiadiens. Pourquoi il…

R : Tout peut créer une fausse impression.

Q : (V) Eh bien, il prévoit de quitter sa famille et la planète dans 6 mois et de décoller vers les Pléiades.

R : Libre arbitre.

Q : (V) Son libre arbitre va le propulser vers les Pléiades ?

R : Votre libre arbitre vous propulsera toujours.

Q : (DM) Le Pléiadien dont il parle, c’est son père, c’est bien ça ?

R : Non.

Q : (DM) Êtes-vous en train de dire qu’il n’est pas un hybride ? C’est cela ?

R : S’il choisit d’être hybride, alors c’est son choix.

Q : (L) Êtes-vous en train de dire… (DM) Comment être hybride peut-il être un choix ?

R : Comment se peut quoi que ce soit ?

Q : (L) Vous voulez dire que cette impression relève d’un choix subjectif ? (DM) Son père est-il pléiadien ?

R : Non.

Q : (L) Pourquoi pense-t-il que son père l’est ? (DM) Est-ce qu’il donne de fausses informations ?

R : Il croit ce qu’il dit.

Q : (DM) Donc, ce qu’il dit, il croit que c’est la vérité ?

R : Oui.

Q : (L) Mais, est-ce la vérité ?

R : Oui, mais à quel niveau ? Là est la question.

Q : (L) À quel niveau ? (DM) Est-ce la 5e densité ?

R : OK, il est temps d’apprendre… [Grognements de consternation] Le passé et le futur sont tous les deux dans le présent !

Q : (DM) Donc, nous parlons de différents niveaux tous simultanés…

R : Mais tu sais déjà ça, Diana.

Q : (L) OK, à un certain niveau… (DM) Ses niveaux sont-ils tous rassemblés maintenant ?

R : S’intègrent.

Q : (DM) Donc, il s’unifie, c’est cela ?

R : Assez proche.

Q : (DM) Est-ce que ça signifie que dès qu’il se sera unifié, il quittera cette planète ?

R : Si c’est son choix.

Q : (DM) Et c’est ce qu’il choisira, c’est bien ça ?

R : Ouvert.

Q : (L) Eh bien, ce qui m’inquiète, c’est qu’ils disent que les SDS ont mis la main sur lui, et ça, ce n’est pas bon. (DM) Eddie est-il SDS ?

R : Vous l’êtes encore tous. Vous vous dirigez tous vers la qualification SDA.

Q : (F) Nous sommes tous encore SDS ?

R : Oui.

Q : (L) Eh bien, ce que je ne comprends toujours pas à propos d’Eddie… (DM) Pourriez-vous m’expliquer à nouveau ce qu’implique le service d’autrui ?

R : Absence totale de préoccupation pour soi.

Q : (L) Eh bien, c’est très difficile. (DM) Cela reviendrait à ressembler au Mahatma Gandhi, c’est cela ?

R : Plus proche.

Q : (DM) Alors y a-t-il quelqu’un que je connais qui ferait ça ?

R : Connais-tu quelqu’un de la 4e densité ?

Q : (L) Évidemment non. (DM) Je n’en suis pas sûre. (V) Donc, quand on passe de la 3e densité à la 4e densité, on perd ce besoin de service de soi ?

R : Si vous faites la transition, vous êtes prêts à le faire si vous le choisissez.

Q : (DM) Donc, c’est instantané ? Dès qu’on est prêt, on y est !

R : Non. Passage de la frontière entre mondes.

Q : (L) Au moment du passage de la frontière entre les mondes, ceux qui ont la bonne fréquence vibratoire pour changer de niveau le feront en un clin d’œil, comme il est dit dans la Bible. Presque instantanément. On se prépare… on doit être au moins à un certain niveau… tout cela a un rapport avec la venue de cette Onde…

R : Nous sommes portés par l’onde.

Q : (L) Qui Eddie Page canalise-t-il ?

R : Nombreux.

Q : (L) De nombreux quoi ? (DM) Est-ce qu’il canalise son père ?

R : Pas au sens où tu l’entends. Tous sont « pères » en un sens.

Q : (DM) Donc, quand il parle à son père, il parle à une multitude, car multiple est le père ? Alors, son père serait un assemblage d’ADN composite ?

R : Non. Réunion de conscience.

Q : (DM) La conscience universelle ?

R : Pas loin.

Q : (V) une conscience masculine ?

R : Non.

Q : (L) OK, vous dites qu’il ne s’agit pas de son père au sens de lignée génétique, c’est bien ça ?

R : OK.

Q : (L) Eddie Page a-t-il subi une mutation ou une altération génétique quelconque ? {Il prétendait avoir deux cœurs et le sang noir ; toutefois, il n’en a jamais fourni aucune preuve et lorsque j’en avais exigé, on m’avait considérée comme une hérétique.}

R : Non. Pas dans cet espace-temps.

Q : (L) Donc, autrement dit, ce qu’il capte pourrait être semblable à ce que Diana a capté lors de sa séance d’hypnose sous forme de mantes religieuses carnivores — un autre aspect de lui-même, et il prend à tort cet aspect de lui-même pour ce qu’il est et qui il est actuellement ?

R : Ne prend pas à tort.

Q : (L) Est-ce qu’il comprend pleinement ce qui se passe ?

R : Non. Toi non plus.

Q : (DM) Est-ce que je vais rencontrer des Pléiadiens mardi soir à 22 h ? Viendront-ils chez moi ? {Eddie Page lui avait dit que les Pléiadiens allaient lui rendre visite. Elle lui avait fait un gros don après ça !}

R : En un sens. Revois le concept.

Q : (L) Au cas où tu ne l’aurais pas compris, tout ça est un processus d’apprentissage. Les Cassiopéens nous font faire toute une gymnastique pour qu’on pige.

R : Si tu réexamines, tu apprends. La connaissance protège.

Q : (DM) Mais, les Pléiadiens vont-ils me rendre visite ?

R : Mettez Diana « à la page ».

Q : (DM) OK, alors je peux m’attendre à une connexion psychique avec vous si vous êtes liés aux Pléiadiens ?

R : Nous apparaissons rarement sous forme humaine.

Q : (DM) Des humains vont venir chez moi mardi soir et ce seront des Pléiadiens ?

R : Non.

Q : (L) Qui sera chez moi mardi soir à 22 h ?

R : Des gens gentils.

Q : (DM) Mais sont-ils des Pléiadiens ?

R : Revois.

Q : (DM) Vais-je comprendre ce qui va se passer mardi quand ça arrivera ?

R : Garde l’esprit ouvert.

Q : (V) Qu’est-ce qui est censé arriver mardi soir chez toi ? (DM) Eddie Page m’a dit que les Pléiadiens allaient me rendre visite.

R : Tu verras bien.

Q : (DM) OK, c’est cool. (F) Eh bien, ils t’ont dit de garder l’esprit ouvert et que tu verrais bien. (DM) Mais ils ne disent pas non !

R : L’esprit n’est pas ouvert actuellement.

Q : (DM) Pourquoi ?

R : Attentes influencées par diverses sources.

Q : (DM) Alors, Eddie est l’une de ces sources, c’est ça ?

R : Oui.

Q : (L) Devrait-elle être surprise si rien du tout ne se produit ?

R : À Diana de voir.

Q : (DM) Je ne pense pas que je serai surprise. Mais pourquoi mon esprit n’est-il pas ouvert ? (L) Peut-être parce que tu as décidé de croire ce qu’Eddie t’a dit, c’est ça ?

R : Ouvert.

Q : (DM) Eh bien, quelqu’un va venir chez moi mardi ! (L) Bon, je suis vraiment perplexe au sujet d’Eddie. Vous dites qu’il est enlevé par les Orions SDS. Quel est le niveau des êtres qui pratiquent cette abduction ?

R : A été.

Q : (L) A-t-il été enlevé par d’autres groupes ?

R : Oui.

Q : (L) Quels autres groupes ?

R : Les Gris.

Q : (V) Eh bien, il pense que les Gris sont des types parfaitement sympas. (DM) Les Gris sont SDA ?

R : Non. Cybergénétiques.

Q : (L) Qui a dit à Eddie que les Gris étaient gentils ? Pourquoi en est-il convaincu ?

R : Nombreux.

Q : (DM) Suis-je en train de canaliser ça ?

R : Commence à le faire.

Q : (DM) Et je canalise aussi les questions ?

R : Sara va bien. [La fille de DM]

Q : (DM) Je voulais poser des questions sur Sara.

R : Dans ta tête. Lâche du lest.

Q : (DM) Suis-je trop dans le contrôle ?

R : Oui, et trop inquiète.

Q : (DM) Est-ce que son petit ami se drogue ?

R : L’a fait.

Q : (DM) Est-ce qu’elle se drogue ?

R : Pas en ce moment.

Q : (L) Est-il vrai que c’est le choix de Sara et ses leçons ?

R : Comme pour tous.

Q : (DM) Est-ce que son père l’influence ?

R : Non.

Q : (DM) A-t-il l’intention de le faire ?

R : Les intentions sont passagères.

Q : (DM) Quelles mesures pourrais-je prendre pour aider Sara ?

R : Ouvert. Libre arbitre.

Q : (DM) Vais-je avoir un problème avec son père avant octobre ?

R : OK maintenant. Ne t’inquiète plus.

Q : (L) Pouvons-nous poser des questions sur John Reed ?

R : Pourquoi tant d’intérêt pour des élèves spécifiques ?

Q : (L) C’est un élève ?

R : Tous le sont. Nous aussi.

Q : (DM) Tout le monde a un créateur.

R : Nous ne sommes pas plus créateurs que vous ne l’êtes. Nous sommes tous créateurs !

Q : (L) Sur la route, Diana m’a raconté qu’Eddie Page lui avait parlé d’un événement qui lui était arrivé pendant son enfance [à elle]. Elle a vu cela comme une démonstration de capacité médiumnique et donc de bonté. Pouvez-vous me dire comment peut-il avoir cette capacité médiumnique s’il est influencé par les SDS ?

R : Tous ont la capacité, dépend de la façon de l’utiliser.

Q : (L) Eddie Page a-t-il été tué au combat ? {Au Vietnam — son titre de gloire : être mort et avoir été sauvé par des aliens.}

R : Oui.

Q : (L) Et les aliens l’ont ressuscité ?

R : Oui.

Q : (L) Qui l’a ressuscité ?

R : SDS d’Orion.

Q : (L) Dans quel but l’ont-ils ressuscité et ramené à la vie ?

R : But déjà déterminé.

Q : (L) Et c’est… ?

R : Nombreuses facettes.

Q : (L) Quel est le but premier ?

R : Complexe.

Q : (L) On sait que c’est complexe, donnez-nous un…

R : Très important pour vous tous de revoir, que se passe-t-il au passage de la frontière entre les mondes ?

Q : (L) On passe en 4e densité, c’est bien ça ?

R : En partie.

Q : (L) On choisit de faire la transition en tant que SDS ou SDA, c’est ça ?

R : En partie.

Q : (L) Et on le fait en s’appuyant sur la connaissance, exact ?

R : En partie.

Q : (L) Et Eddie Page a reçu un certain…

R : Qu’est-ce que les SDS de 4e densité ont l’intention de faire ?

Q : (L) Les êtres SDS de 4e densité ont l’intention de faire en sorte de pouvoir régner sur nous et se nourrir de nous dans la 4e densité. Ils veulent rallier tout le monde à leur façon de penser et à leur domination pour qu’on leur donne notre énergie et qu’on abandonne notre libre arbitre… (DM) Donc, on se fait piéger. (F) Eh bien, ça en fait partie. Souvenez-vous de la bataille qui est censée s’ensuivre, qui a déjà commencé à un certain niveau, et qui déterminera en partie si l’on sera SDS ou SDA – ce qu’on sait déjà à un certain niveau… (L) Eddie Page a-t-il été subverti et programmé pour fourvoyer les gens ?

R : Non.

Q : (L) Alors, je ne comprends pas.

R : Tu cherches midi à quatorze heures.

Q : (DM) Qu’est-ce qu’elle interprète mal dans cette histoire ?

R : Page fait l’expérience, vous êtes les observateurs, c’est tout !!

Q : (L) Quelle expérience fait-il ?

R : On te l’a déjà dit.

Q : (L) Il fait l’expérience de… (DM) On l’observe se rassembler. (L) C’est ce qu’on observe, son intégration ?

R : Oui.

Q : (L) Il s’unifie, on observe. Il s’unifie… (DM) Il se rassemble à tous les différents niveaux… c’est tout. (L) Est-ce vrai ?

R : Oui.

Q : (L) Bon, lors d’une autre séance, on nous a dit qu’Eddie Page propageait beaucoup de désinformation destinée à entuber les gens, exact ?

R : Oui.

Q : (L) Quelle est la source de cette désinformation ?

R : SDS d’Orion.

Q : (L) Est-ce qu’ils essaient de « prendre son âme », pour parler simplement ?

R : Non.

Q : (L) Est-ce qu’ils essaient de gagner la bataille pour le dominer en 4e densité ?

R : Et toi et tous les autres.

Q : (L) Eh bien, c’est agréable…

R : On te l’a déjà dit, la connaissance protège, l’ignorance expose au péril.

Q : (L) Comment…

R : Toute connaissance est bonne.

Q : (L) Comment quelqu’un comme Eddie peut-il se défendre contre des êtres dotés de capacités de contrôle de l’esprit tellement supérieures qu’ils peuvent littéralement lui implanter des idées dans la tête. Je veux dire, quelle chance aurait n’importe qui ?

R : Il a participé au processus.

Q : (L) Donc, à un certain niveau, il a choisi la voie SDS, c’est ce que vous voulez dire ?

R : Oui.

Q : (L) Et ça fait partie de la voie SDS de partir et d’abandonner sa famille, c’est ça ?

R : Pas loin. Mais ne tire pas de conclusions hâtives. Ouvre ton esprit.

Q : (DM) Est-ce quelque chose que l’on devra voir dans l’avenir ?

R : OK. Apprenez à connaître Page.

Q : (DM) À quel égard ?

R : Ouvrez votre esprit. Il fait l’expérience, vous observez. Regardez et voyez. Observez, écoutez et apprenez.

Q : (L) Très bien, merci et bonne nuit.

R : Bonne nuit.

Fin de la séance

1.33 Séance du 23-décembre-1994

Séance du 23 décembre 1994

{DM apparaît dans un certain nombre de séances. Elle est d’âge moyen et professeur de sciences dans un lycée, divorcée d’un mari professeur d’université, avec une fille adolescente très perturbée. Elle est mentionnée dans l’Onde comme l’individu qui, sous hypnose, a vu des êtres de type mante religieuse mangeant de petits enfants.}

Participants : « Frank », Laura, Diana M

Q : Bonjour.

R : Pas de rituel.

Q : (D) Expliquez s’il vous plaît ?

R : Pas de rituel.

Q : (F) Quelqu’un a-t-il fait un rituel ? (L) Non. En as-tu fait un dans ta tête Diana ? (D) Je me suis juste frottée les mains. (L) Non, je ne pense pas qu’ils parlent de cela. C’est parce qu’on discutait des rituels et de la raison pour laquelle on n’en fait pas. Bien, pourquoi nous avez-vous dit « pas de rituel » ?

R : Diana. Attention.

Q : (L) Veuillez dire à Diana pourquoi nous ne faisons pas de rituels.

R : Les rituels restreignent. Qui sommes-nous ?

Q : (L) Quel est votre nom s’il vous plaît ?

R : Oplea.

Q : (L) Êtes-vous un désincarné ?

R : Non, Cassiopéen.

Q : (L) Permettez-moi de vous interroger sur votre façon d’épeler le mot « Cassiopée ». Vous utilisez l’orthographe archaïque et non celle actuellement en vigueur. Toutefois, la dernière partie du mot tel que vous l’épelez donne le mot « péan » qui est un « signal » sonore, une annonce, ou un message. « Quelque chose qui attire l’attention des gens ». Y a-t-il une symbolique voulue dans votre choix de cette orthographe ?

R : Non, mais jolie analogie.

Q : (D) Je tiens beaucoup à vous remercier pour le conseil que vous m’avez donné. Cela me préoccupait énormément et votre conseil a probablement évité que ma fille ne fugue.

R : De rien.

Q : (D) Je vais abuser de votre gentillesse et j’espère que vous ne m’en voudrez pas. Le père de Sara a une influence sur elle ; dois-je la mettre en garde contre lui ? {En parlant de sa fille}

R : Ne t’inquiète pas.

Q : (L) Est-ce que ça veut dire que moins Diana en dira, plus vite Sara comprendra d’elle-même ?

R : Ouvert.

Q : (D) Sara arrivera-t-elle à se débrouiller si je quitte l’État ?

R : Tu ne pars pas.

Q : (L) Eh bien, c’est plutôt définitif. Va-t-elle obtenir… (D) M’êtes-vous utiles là ?

R : Ton utilité est ton parcours d’apprentissage.

Q : (D) Mon parcours… Je ne comprends pas… (L) Autrement dit, ils peuvent ne pas spécialement t’être utiles au sens de te servir, mais ton parcours d’apprentissage, c’est ce que tu es en train de faire ici. (D) Je suis censée apprendre et rester ici jusqu’à ce que j’aie appris ?

R : Oui. Tout le monde apprend continuellement.

Q : (L) Pourquoi dites-vous qu’elle ne part pas ? C’est une déclaration plutôt définitive, et d’habitude vous ne faites pas ce genre de déclarations définitives.

R : Parce qu’elle ne part pas.

Q : (D) Vais-je travailler avec Eddie Page ?

R : Tu verras bien.

Q : (D) J’ai eu le sentiment que j’allais vendre ma maison et faire quelque chose d’important, et que ce serait en Caroline du Nord… (L) Eh bien, tu finiras peut-être en Caroline du Nord. Je voulais aller au Montana et j’ai fini dans l’avenue Montana. J’imagine que c’est le mieux que je puisse faire.

R : Forcer ne fonctionne pas.

Q : (D) Eh bien, j’essayais de forcer les choses. (L) C’est ce que je faisais aussi, et ça m’arrive encore de temps en temps, mais ça ne marche jamais… J’apprends à laisser les choses se faire.

R : La maison se vend, mais le déménagement n’est pas loin. Tu aimes New Port Richey ?

Q : (D) Eh bien, je ne sais pas, il y un poste disponible, ou qui va l’être, et je connais des gens là-bas et…

R : Bingo !

Q : (L) Pourquoi ne nous dites-vous pas des trucs pareils à Frank et à moi ? Vais-je vendre ma maison ? Je veux aussi déménager !

R : Nous disons ce qui a besoin d’être dit.

Q : (L) Eh bien, vous dites des trucs à Diana, et pas à moi. Ce n’est pas juste.

R : Si, à toi aussi !

Q : (L) Serait-ce une bonne idée pour Diana d’être initiée au Reiki ?

R : À Diana de voir. Tu forces encore les choses.

Q : (D) Eh bien, je comprends que Laura voudrait que je le sois et elle m’a expliqué pourquoi. Pour l’instant, j’écoute et je rassemble les informations… je le ferai probablement.

R : Tu le sais. Tu es trop discrète.

Q : (D) J’ai découvert que si je mettais de l’huile de vitamine E sur mes verrues, ça évitait qu’elles me démangent…

R : Potassium.

Q : (D) Oui, je mange des bananes ! J’ai aussi mis de l’huile antibiotique dessus et j’ai pu en retirer une partie, et ça a arrêté de me démanger autant. Je suis sûre que le potassium a aidé. J’ai mangé des bananes. (L) Bien, tout à l’heure, nous avons parlé des synchronicités qui se sont produites durant l’année qui a précédé ce contact, et j’aimerais savoir si vous, les gars, aviez en partie orchestré ces événements.

R : Ouvert.

Q : (L) Qu’est-ce qui faisait que mes yeux et autres tissus mous de mon corps enflaient régulièrement ?

R : Apprendre se fait en découvrant.

Q : (D) Tu étais en train de découvrir. On te conduisait. (L) Oh, regarde ce qu’ils disent. (D) Tout comme j’ai été conduite à vivre ici et à travailler avec vous. (L) Diana fait-elle partie du conduit ?

R : Vous verrez. D’abord le forum.

Q : (D) Ça veut dire oui. (L) Dans le processus de formation de ce conduit, est-ce que celui-ci, en plus de nous apporter de l’énergie, peut nous permettre de voyager dans d’autres dimensions ? Est-ce que ça marche dans les deux sens ?

R : Apprends en découvrant !

Q : (L) Autrement dit, fais-le ! Nous avons installé le programme pour internet, et selon vous, nos vies devraient soudain changer de façon spectaculaire une fois que nous serons connectés. (D) Ne sommes-nous pas suffisamment prêts ?

R : Découvrez.

Q : (L) Vous nous avez dit que si l’on créait un dédale dans le jardin et qu’on l’empruntait, cela modifierait nos vibrations au point que nous serions capables de vous voir. Si on le faisait en groupe, quel serait le résultat ?

R : Idem.

Q : (L) Un groupe qui évoluerait dans cette forme d’énergie créera-t-il une plus grande énergie que, disons, un seul individu ?

R : Oui.

Q : (D) Donc, si l’on rassemblait plein de monde pour le faire ? (L) Ils nous ont dit que c’était similaire à ce qu’ils faisaient à Stonehenge, que marcher en suivant un motif, comme un dédale par exemple, concentrait l’énergie. Une spirale.

R : [Le pointeur fait une démonstration en traçant une spirale de plus en plus grande, puis de plus en plus petite.]

Q : (L) Nous dessinez-vous le motif qui devrait être utilisé ?

R : Cycle.

Q : (L) Est-ce que cela contribuera fortement à nous dynamiser et accélérera l’empaquetage de l’ADN ?

R : Vous verrez bien.

Q : (L) Autrement dit, vous voulez simplement qu’on fasse des choses, faire avancer ces projets, organiser les transcriptions, construire un labyrinthe, tournoyer…

R : Nous voulons que vous fassiez comme bon vous semble.

Q : (L) Eh bien… (D) Merci beaucoup… (L) Je suppose que cela revient à se libérer, être heureux…

R : Et par-dessus tout, apprendre.

Q : (D) Que pouvons-nous faire pour aider les autres ?

R : Trouver l’instinct, travailler en réseau.

Q : (D) Vous voulez dire le réseau informatique ?

R : En général.

Q : (D) Attendez une minute. Ils veulent peut-être dire nouer des relations avec des gens utiles. (L) Est-ce que travailler en réseau signifie en général, comme le dit Diana, contacter des gens, faire passer le message, rallier les autres, ce genre de choses ?

R : Pourquoi Sara a-t-elle autant de virus ?

Q : (L) Que voulez-vous dire ? Qui a autant de virus ?

R : Sara.

Q : (L) Eh bien, est-ce que Sara a beaucoup de virus ? Pourquoi a-t-elle autant de virus ?

R : Nous vous le demandons.

Q : (D) Eh bien, elle se fait enlever les amygdales mardi. Je ne sais pas pourquoi.

R : N’as-tu pas remarqué ?

Q : (D) Eh bien, je n’avais pas fait le rapprochement. (F) C’est vrai ? (D) Oui. Elle a différentes sortes de virus… (L) Bon, allez-vous nous donner un indice à ce sujet ?

R : Les émotions se reflètent dans le corps physique.

Q : (L) Quelle est la nature de sa contrariété émotionnelle ?

(D) C’est son père. Est-ce son père ?

R : Non.

Q : (L) Qu’est-ce alors ? (D) A-t-elle été enlevée ?

R : Ce n’est pas la question.

Q : (L) Quelle est la nature de ses virus émotionnels ?

R : Complexe, mais la connexion spirituelle mère-fille est inhabituellement forte dans ce cas !

Q : (L) Combien de vies Diana et Sara ont-elles vécues ensemble ?

R : 59.

Q : (L) Eh bien, c’est beaucoup. (D) Laissez-moi vous dire une chose. La dernière fois, je l’ai tuée…

R : Jumelles.

Q : (L) Laquelle…

R : La dernière était tragique.

Q : (D) J’ai tué Sara… (L) Pouvez-vous nous parler de la dynamique de cette dernière vie qui était aussi puissante…

R : Diana révèle.

Q : (L) Diana devrait-elle le faire par l’hypnothérapie ?

R : OK, mais a déjà fait le travail.

Q : (L) Qu’aurait pu faire Diana pour, ou à, ou avec, Sara dans cette vie antérieure qui affecte puissamment cette vie-ci, pour résoudre le problème à l’époque ?

R : Pas important, celle-ci l’est !

Q : (L) Que doit-elle faire maintenant ?

R : Sur la bonne voie depuis mardi.

Q : (L) Qu’as-tu fait mardi ? (D) Mardi… (L) Que s’est-il passé d’aussi important mardi ?

R : Découvrez.

Q : (L) Cela a-t-il un rapport avec les patins à roulettes que Diana a achetés à Sara mardi ?

R : Là vous apprenez, alors nous aiderons. Vous voyez maintenant ?! Elle a besoin de l’enfance qu’elle n’a jamais eue.

Q : (L) Pourquoi n’a-t-elle jamais eu d’enfance ? (D) Parce qu’elle a été agressée sexuellement par son père, elle a toujours eu l’impression qu’elle devait être l’adulte ; elle devait s’interposer entre son père et moi ; elle devait tout coordonner. Elle a toujours ressenti cette responsabilité, et elle… oh ! Je vois ! Merci ! Je l’ai emmenée faire les magasins. On est allé au centre commercial. Elle a vu des choses qu’elle n’a jamais eues quand elle était gamine et je lui ai expliqué qu’elle n’était plus une enfant et que ces choses pourraient ne pas vraiment lui plaire, mais qu’elle pourrait apprécier des choses qui sont plus de son âge. Elle a déprimé, et elle a vu des babioles qu’elle avait toujours voulues. (L) Eh bien, achète-lui. Non ? (D) Si ! (L) Est-ce la réponse ? Lui offrir des trucs de gamin ?

R : Continue…

Q : (D) J’irai lui acheter ces trucs demain.

R : OK. L’enfance est le tremplin vers le développement spirituel dans toute vie.

Q : (D) Je veux vous remercier !

R : Nous t’aidons à ce sujet, car tu dois absolument résoudre ce problème avant de pouvoir décemment passer à une importante mission, vois-tu ?

Q : (D) Je dois résoudre ça… (L) Ils viennent juste de te dire que tu avais une importante mission, c’est presque une prophétie… Ai-je bien compris ? Diana a une importante mission et vous avez des projets pour elle ?

R : Oui. Diana a été « chamboulée ».

Q : (L) Tu as été chamboulée ? (D) Je peux le gérer. (L) Avez-vous quelque chose d’autre à ajouter pour l’aider à résoudre ce problème par rapport à une question qu’on n’a peut-être pas posée ? (D) Je crois que je dois juste profiter de ma fille plutôt que d’essayer de la contrôler…

R : Maintenant, tu es sur la bonne voie.

Q : (D) Je n’ai pas critiqué son père, et je lui ai dit, je l’ai encouragée… Je lui ai pardonné… Et aujourd’hui, j’ai raconté à MT que j’avais appris de Sara que c’était son père qui l’avait emmenée se faire avorter, qu’il avait payé l’avortement, et j’ai parlé de sentiments partagés, tout n’est pas mauvais. Il y a du bon dans tout, et je lui ai indiqué divers passages de différents livres… page 29 dans The Ra Material, ne pas montrer de colère… et c’est ce que j’ai fait : montrer de la colère, exprimer cette émotion et nourrir les Lizzies… et attraper des rides, des cheveux gris et des verrues… les verrues ?

R : Oui.

Q : (D) Ils ont dit de s’extirper des situations stressantes. (L) Je dirais presque que tu viens d’apprendre que c’est toi-même qui générais une grande partie de ton stress… (D) Exactement… chapeau bas, les gars, je vous remercie…

R : Maintenant Diana, veux-tu encore déménager en Caroline du Nord ?

Q : (D) Non. C’est super ! Merci beaucoup. Je n’ai plus besoin de fuir ! Je peux rester. (L) Je suppose que c’est pour ça que tu devais être ici ce soir. (D) Je pensais que j’allais aider l’humanité, et c’est moi qui ai été aidée…

R : Ce n’est que le début de ce travail !

Q : (D) Comment puis-je les remercier ?

R : Inutile, car nous œuvrons ensemble.

Q : (D) J’ai aussi commencé à parler à Sara de spiritualité, de Dieu, etc., et je lui ai dit que la première chose à comprendre, c’est que le péché n’existe pas… (L) Tout n’est que leçons… (D) Il n’y a pas de péché, et ensuite je lui ai énuméré toutes les émotions négatives et je lui ai dit qu’il fallait en éprouver beaucoup moins, et ressentir plus d’amour, d’attention, de partage, ce genre de choses… et elle a vraiment écouté ! Donc, j’ai commencé à lui enseigner. Et je voudrais qu’elle… Oh ! Voilà une bonne question : pourriez-vous m’aider et me conseiller un livre qui serait bien pour Sara ?

R : Non, c’est à Sara de voir. Tout n’est que leçon pour chacun. C’est tout ce qu’il y a, rien d’autre.

Q : (L) J’imagine que c’est comme danser. On suit les gestes et la musique pour savoir quel pas faire ensuite. Cale-toi sur le rythme de Sara.

R : Il n’y a rien, absolument rien, d’autre que des leçons.

Q : (L) Je suppose que c’est un grand laboratoire et que nous sommes les cochons d’inde.

R : Non, tout ce qui existe dans toute la création est une leçon, il n’y a pas de laboratoire.

Q : (L) Désolée, les gars. (F) Donc, absolument tout est une leçon. (L) Permettez-moi de vous demander si mardi, quand Diana lisait et s’est endormie, elle a été visitée ou contactée par une autre source ?

R : Hypnotise-la pour accéder à cette information.

Q : (D) S’est-il passé quelque chose de pertinent cette nuit-là ?

R : Découvrez.

Q : (D) OK, donc nous devrions le découvrir grâce à l’hypnose. (L) Les Pléiadiens sont-ils venus ?

R : Laura, tu es un sacré numéro !

Q : (L) Eh bien, j’ai pensé que je pourrais essayer de leur glisser celle-là. Je voudrais vous demander si, la nuit où le grand boomerang noir a survolé ma maison, moi ou l’un de mes enfants avons été enlevés ?

R : Pourquoi crois-tu avoir appris l’hypnose, pour en faire un sujet de conversation poussiéreux peut-être ?

Q : (L) Êtes-vous en train de dire que je devrais moi-même me faire hypnotiser ?

R : D’autres. Les enfants auront des réponses.

Q : (L) Oh, parfait, c’est malin ! Je n’y avais jamais pensé. C’est comme ça que je trouverai. C’est trop simple. Je commence à avoir l’impression d’être débile. Pourquoi ai-je eu autant d’ennuis avec mes yeux l’année dernière ?

R : C’est ce que font les yeux en 3e densité.

Q : (D) J’ai eu le même genre de problèmes. (F) Je suis devenu myope l’année dernière. (L) Quelqu’un a d’autres questions ? (D) Pas moi, je viens d’avoir un énorme, énorme, problème de résolu en seulement quelques mots… que voudrais-je savoir d’autre ? Si, il y a quelque chose… David N, comment s’intègre-t-il dans ma vie ?

R : Ouvert.

Q : (D) Est-ce un type bien ? (L) Ils ne te le diront pas.

R : Subjectif.

Q : (L) Je suppose que ça dépend de ton point de vue. Je suis sûre qu’Hitler pensait être quelqu’un de bien. C’est subjectif. Le bien et le mal sont subjectifs. (D) Sommes-nous compatibles ?

R : Découvre par toi-même. Libre arbitre.

Q : (L) Eh bien, il y a un moyen pour toi de pouvoir découvrir quelque chose. Puisque tous les esprits sont Un, ça ne dérange pas les Cassiopéens de te dire ce qu’une autre personne pense, ou sa façon de penser. Que pense David N de Diana ?

R : Modes de pensée chaotiques.

Q : (L) Ce David N que Diana a rencontré, est-ce le même David N que Sally B connaissait à St Petersburg ?

R : Combien portent le même nom ?

Q : (L) Eh bien, ils sont probablement plusieurs, mais je ne pense pas que, dans la région, ils fréquentent tous la communauté métaphysique. Ça réduit les possibilités. Sally B interprétait-elle correctement la situation quand elle disait que le David N qu’elle connaissait était un peu obsédé par le sexe ?

R : Beaucoup le sont.

Q : (L) OK, quelles sont les intentions de David N envers Diana ?

R : Ouvert.

Q : (D) Aimerait-il me mettre dans son lit ?

R : Nous pourrions te retourner la question.

Q : (L) Quelles sont tes intentions ? (D) Je n’en ai aucune tant que je ne sais pas s’il a, oui ou non, de bonnes intentions. Je ne vais pas batifoler avec quelqu’un tant que je ne sais pas s’il tient vraiment à moi. Donc, c’est pour ça que je pose la question.

R : OK.

Q : (L) Je ne pense pas qu’ils t’aideront à ce sujet. Le mieux qu’on puisse obtenir c’est que ses pensées sont chaotiques et que c’est probablement le même type que Sally connaissait.

R : La « chambre à coucher » n’est pas notre spécialité.

Q : (D) La mienne non plus, heureusement, ou malheureusement. (L) Bon, demandons à propos de JR. A-t-il lu les transcriptions, en totalité ou en partie, et si oui, quelle est sa réaction ?

R : Personne rêveuse.

Q : (L) Que voulez-vous dire par là ? Il rêve beaucoup ?

R : Explicite.

Q : Donc, « personne rêveuse », c’est sa réaction aux transcriptions ?

R : C’est une personne rêveuse.

Q : (L) Est-ce que ça veut dire qu’il vit dans ses rêves et pas dans la réalité ? (D) Ou est-ce quelqu’un qui amorce ses réflexions dans l’état onirique ?

R : Nous rapportons seulement nos observations.

Q : (L) A-t-il lu les transcriptions ?

R : Certaines.

Q : (L) Quelle a été sa réaction ?

R : Plonger dans l’état onirique.

Q : (D) Oh, il lisait et ça lui a évoqué quelque chose ? (L) Est-ce que c’est ce que dit Diana ?

R : Peut-être.

Q : (D) Eh bien, ça lui a évoqué quelque chose et il s’est mis à rêvasser. Donc, ça a touché une partie de sa réalité. Je voudrais poser des questions à propos de Martie : est-ce qu’Eddie Page et elle vont renouer le dialogue ? (L) Je ne savais pas qu’ils étaient en froid. Mais je ne les connais pas assez bien pour poser des questions. (D) Eh bien, apparemment, l’histoire c’est que Martie a dit à quelqu’un qu’Eddie avait des aventures avec d’autres femmes et c’est revenu aux oreilles de sa femme.

R : Les gens ont des défauts.

Q : (D) Vont-ils se réconcilier ?

R : Ouvert.

Q : (L) Martie a-t-elle relayé un mensonge à propos d’Eddie ? (D) C’est ce qu’a dit Eddie en tout cas.

R : Subjectif.

Q : (D) Elle a dit qu’Eddie avait des maîtresses.

R : Ce n’est pas important.

Q : (D) OK, d’accord. (L) Le jour où l’on a vu Eddie - je crois que c’était samedi dernier - il nous a dit qu’il avait été enlevé trois jours avant. Était-ce une abduction physique ou dans une réalité virtuelle ?

R : Cette dernière.

Q : (L) Des nombreuses abductions qu’il prétend avoir vécues, combien sont de type réalité virtuelle ?

R : La moitié environ.

Q : (L) Lors d’une abduction de type réalité virtuelle, est-ce qu’une partie de la personne va réellement dans une autre dimension ?

R : Réplication de l’âme.

Q : (L) Donc, une réplique de l’âme, comme son ombre pour ainsi dire, peut-être une partie holographique de l’âme, est déplacée dans une autre dimension et vit les événements ; est-ce que c’est ça que vous voulez dire ?

R : Ça s’en rapproche.

Q : (L) Donc, quand une personne connaît une abduction de type réalité virtuelle, c’est pratiquement réel au sens où ça lui arrive à un certain niveau, ou à une certaine partie d’elle-même ?

R : C’est réel.

Q : (L) Mais son corps physique n’est pas enlevé et ne va nulle part ?

R : Pas l’original.

Q : (L) C’est intrigant. (D) Est-ce que c’est comme… (L) C’est une réplication de l’âme.

R : Pensez à un photocopieur, concept similaire.

Q : (L) Une photocopie ? Donc, la moitié des abductions d’Eddie se sont passées dans une réalité virtuelle…

R : Oui.

Q : Et l’autre moitié sont de véritables abductions physiques ?

R : Oui.

Q : (L) Par qui est-il enlevé ? Je sais qu’on a déjà posé la question, mais je voudrais clarifier quelque chose…

R : SDS d’Orion.

Q : (L) Et de quel niveau de densité sont ceux qui l’enlèvent ?

R : 4e niveau.

Q : Donc, le groupe SDS d’Orion du 4e niveau enlève Eddie Page. À quoi ressemblent-ils ?

R : Ils changent d’apparence.

Q : (L) Pour ressembler à quoi ? Il perçoit…

R : Tout ce que l’abducté peut anticiper.

Q : (L) Eh bien, il m’a dit qu’ils étaient magnifiques. (D) Il a dit que son père était l’un d’eux. La manière dont je conçois des gens magnifiques, c’est du point de vue du cœur… pas de la beauté physique… (L) Les a-t-il trouvés magnifiques physiquement ?

R : C’est subjectif.

Q : (L) Et puisque vous dites qu’ils modifient leur apparence, dans leur état naturel, avant cette modification, à quoi ressemblent-ils ?

R : État naturel est variable.

Q : (D) Est-ce que ce sont des robots ?

R : Certains.

Q : (L) À quoi ressemblent ces robots ?

R : Gris.

Q : (L) D’accord, à quoi ressemblent les autres ? (D) Est-ce que ce sont des robots de 3,50 mètres de haut ? (L) J’ai l’impression qu’ils ne veulent pas répondre à cette question…

R : Pensée de 3e densité.

Q : (L) Je suis désolée. Je suppose que vous voulez simplement qu’on apprenne grâce à cet exercice, c’est ça ?

R : Revois les transcriptions.

Q : (L) À quoi ressemblent les Orions SDS de 4e densité ? Je connais la réponse… des Lizzies ?

R : Certains.

Q : (L) Donc, Eddie Page est enlevé par les Lizzies et les Gris et ils prennent une apparence qui lui semble sympathique, c’est bien ça ?

R : Laura, 3 et 4 ne s’accordent pas.

Q : (L) Est-ce que ce sont des Lizzies du 3e niveau ?

R : Ils sont tous du 4e et voyagent parfois dans le 3e où les règles sont totalement différentes de la 4e densité, n’as-tu pas encore compris cela ?

La cassette était finie. Et comme nous étions fatigués, nous avons décidé d’arrêter là la séance.

Fin de la séance

1.34 Séance du 28-décembre-1994

Séance du 28 décembre 1994

Participants : « Frank », Laura, VG

Q : Bonjour.

R : Bonjour. Pays merveilleux.

Q : (L) À quoi se rapporte ce « Pays merveilleux » ?

R : Juste venu à l’esprit.

Q : (L) Puisqu’il arrive de temps en temps qu’un mot ou une phrase bizarre surgisse au moment de la connexion, est-ce parce que cette pensée particulière occupe le point de l’espace-temps où s’établit le contact ?

R : Laura, quelle forte imagination tu as, ma chère !

Q : (V) Je pense qu’ils veulent juste dire qu’ils voient les festivités de Noël, et ainsi de suite… (L) Eh bien, pourquoi ces petites phrases « surgissent » - elles ? C’est curieux.

R : Pourquoi pas ?

Q : (L) Qui est avec nous ce soir ?

R : Rollaea ?

Q : (L) N’avons-nous pas déjà été en contact ?

R : Non. Et oui.

Q : (L) Bon, nous avons deux ou trois choses au programme ce soir. La première concerne Suzanne Konicov…

R : D’où sommes-nous ?

Q : (L) Désolée, d’où venez-vous ?

R : Cassiopée. Si tu ne demandes pas, comment sauras-tu qui nous sommes ?

Q : (L) Eh bien, bonne remarque. Si vous étiez les Lizzies et que je posais la question, ne répondriez-vous pas que vous êtes les Cassiopéens pour me berner ?

R : Ils ne le feraient pas.

Q : (L) Eh bien, n’ont-ils pas dit à Eddie Page qu’ils étaient les Pléiadiens ?

R : Pas les Lizzies.

Q : (L) D’accord, qui a dit à Eddie Page être les Pléiadiens ?

R : SDS d’Orion.

Q : (L) Bon, si vous étiez des SDS d’Orion, et que nous vous demandions qui vous êtes, ne répondriez-vous pas que vous êtes les Cassiopéens ?

R : Non. Pléiadiens. C’est « tendance » et donc trompeur.

Q : (L) Revenons à ma question. À un moment, dans la transcription des anciennes séances, vous avez dit que vous ne pouviez pas aider les Juifs ou les Amérindiens qui avaient fait appel à vous, et pourtant, vous dites que lorsqu’on fait appel à vous, vous pouvez nous aider. Quelle est la différence ?

R : N’avons pas dit ça, revois la transcription sur-le-champ !

Q : (L) Eh bien, je me souviens vous avoir demandé si notre race allait être exterminée par les Lizzies, et la réponse était « peut-être ». Et ensuite… c’est bon je l’ai… OK, il est écrit : « Mais nous n’avons pas envie d’être abductés. Ne pouvons-nous pas l’empêcher ? » Et vous avez répondu : « Peu probable. Ils ont plus de pouvoir que vous. » Ensuite j’ai demandé : « Pourquoi ne pouvez-vous pas nous aider ? » et vous avez répondu : « Interférerait avec la progression naturelle de votre race et de la leur. Les Juifs ont fait appel à nous pour les sauver, et nous n’avons pas pu. Et les indigènes de votre pays ont fait appel à nous et nous n’avons pu les sauver de votre race — Nous n’avons pas pu empêcher cela non plus. Progression naturelle, voyez-vous ? » Alors j’ai demandé : « Allons-nous être anéantis par les aliens, dans le cadre de cette progression naturelle ? » Réponse : « Peut-être ». Donc, dans un sens, la question se rapportait spécifiquement au fait d’empêcher les abductions, et vous avez répondu que non, vous ne le pouviez pas et que vous n’aviez pas pu sauver les Juifs ou les Amérindiens parce que ça aurait interféré avec la progression naturelle… pourtant vous dites que vous pouvez nous aider individuellement si l’on vous appelle à l’aide… Quelle est la différence ?

R : Nous ne pouvons pas interférer pour aider ; la connaissance protège, l’ignorance expose au péril. Vous pouvez vous aider vous-mêmes en acquérant la connaissance, nous pouvons être le « conduit ».

Q : (V) Donc, c’est une mauvaise interprétation de notre part de la nature que cette aide pourrait revêtir ? (L) Nous avons discuté de plusieurs autres choses cet après-midi et je suis sûre qu’on voudrait tous en savoir plus. La première : pourrions-nous avoir une petite consultation pour notre amie Sandra D qui était à l’hôpital ? Quelle est la cause du problème et comment pouvons-nous l’aider, ou que peut-elle faire pour aller mieux ?

R : Sandra a choisi son parcours karmique. Son problème se manifeste en plusieurs endroits : le cœur, le poids affecte tous les autres organes du corps.

Q : (L) Sandra souffre-t-elle d’attachements lui causant des problèmes physiques ?

R : Pas la question. Reflet physique.

Q : (L) Si elle change son alimentation, sa santé s’améliorera-t-elle ?

R : Elle ira mieux seulement si tel est son choix. Nous ne pouvons pas interférer, mais elle peut toujours choisir d’explorer son subconscient, mais nous devons prévenir que ce ne sera pas une « mince affaire ».

Q : (L) Maintenant, avant que Frank n’arrive, V__ et moi avons discuté de physique et de psychologie, et d’après mon expérience et mes études, je comprends que les émotions, telles que les êtres humains les appellent, ont un lien avec la physiologie, les substances chimiques, et peuvent être contrôlées par la pensée. Et si l’on fait le choix de changer ses émotions, il suffit de changer ses pensées. Est-ce exact ?

R : En partie.

Q : (V) C’est vrai ce que tu dis, et c’est bien joli, mais combien de personnes dans la population peuvent y parvenir ? Ou même croire qu’elles pourraient y parvenir ? (L) Pas des masses. Moins de dix pour cent. (V) Alors, comment la définition…

R : Ce n’est pas la question.

Q : (L) Eh bien, c’est quoi la question alors ?

R : Karma.

Q : (L) Est-ce que les émotions, qui sont karmiquement transférées, affectent le corps physique où elles surgissent d’une manière chimique ?

R : Peuvent.

Q : (V) Donc, l’hypothèse de Laura que toutes les émotions découlent des substances chimiques n’est pas nécessairement vraie dans l’absolu ?

R : OK.

Q : (L) L’âme a-t-elle ses propres émotions au sens où nous, êtres humains, l’entendons ?

R : Pas loin.

Q : (L) Quelles émotions l’âme ressent-elle ?

R : Complexe.

Q : (L) L’âme peut-elle indéniablement éprouver de la haine par exemple ?

R : Pas le même état.

Q : (L) Bon, en matière de psychologie, quelle serait la meilleure approche… quel est le véritable aspect de soi ou de l’être que l’on devrait examiner pour guérir ?

R : Le subconscient.

Q : (V) Est-il juste de dire que la psychologie étudie les émotions ?

R : Non. Le subconscient est identique dans le corps ou en dehors.

Q : (V) Le subconscient fait partie de l’âme ?

R : Une seule et même chose.

Q : (V) Le moi supérieur est-il la même chose que l’âme et le subconscient ?

R : Oui.

Q : (V) Veuillez me définir la véritable psychologie s’il vous plaît.

R : Semi.

Q : (L) Qu’entendez-vous par semi ? Semi quoi ?

R : Semi-spiritualité.

Q : (V) Pensez-vous qu’associer la partie spirituelle à la partie subconsciente soit une bonne façon d’approcher la psychologie comme j’envisage de le faire ?

R : Fais attention aux « influences », tu es facilement influencée.

Q : (V) Cela s’adresse-t-il à moi et à mon idée de psychologie spirituelle ?

R : Oui. Et non.

Q : (V) Quelles influences ?

R : N’importe lesquelles.

Q : (V) C’est assez ouvert, non ? (L) Eh bien, vous n’avez pas répondu à la question sur la « véritable » psychologie. Vous avez seulement dit « semi ». C’est quoi la véritable psychologie ? Est-ce l’investigation du subconscient ?

R : Seulement la moitié de la véritable psychologie.

Q : (L) Et c’est quoi la véritable psychologie ? Une définition ? Est-ce, comme je l’ai dit, une investigation du subconscient ?

R : Étude de l’esprit dirigée physiologiquement.

Q : (L) Les effets de l’esprit sur la physiologie, les hormones, les taux de glycémie et ainsi de suite, les entrées et sorties des divers organes et la façon dont cela peut affecter les processus cognitifs, c’est bien cela ?

R : Pas loin.

Q : (L) Et cela représente la moitié. Quoi d’autre ?

R : Le spirituel est la moitié manquante.

Q : (L) Et sur quoi la personne qui travaille sur la moitié spirituelle devrait concentrer son énergie ? Est-ce que ce serait les techniques de méditation, comprendre la nature de l’univers ? Cela aurait-il un rapport avec la physique ? Quel domaine ?

R : Aucun rapport.

Q : (L) Tout ça n’est en rien comparable à l’application spirituelle de la psychologie que vous proposez ?

R : Non. L’esprit n’a rien à voir avec la psychologie que vous connaissez.

Q : (L) Mais dans cette psychologie théorique dont vous nous parlez, l’aspect spirituel, comment s’y intègre-t-il ?

R : Restructure totalement la théorie.

Q : (L) OK, et comment présenteriez-vous cette théorie totalement restructurée ?

R : Beaucoup trop complexe.

Q : (L) Au cours de notre discussion sur la psychologie, à l’évidence vous pensez, dans votre façon d’en parler, que quelque chose a échappé à V__, ou lui échapperait à cause des influences d’autres sources, c’est bien ça ?

R : Oui.

Q : (L) Concernant ces sources qui l’influencent, par quels moyens systémiques, de son système organique ou spirituel, ces influences accèdent-elles à son être ?

R : Visuels et auditifs.

Q : (L) D’accord, donc elle voit et entend des choses qui l’influencent, c’est bien ça ?

R : Oui.

Q : (L) Et où voit-elle ou entend-elle ces choses généralement ?

R : Scolaire.

Q : (L) Donc, vous parlez de milieu scolaire. À l’école, elle entend et voit des choses qui l’influencent et qui ne lui seront pas utiles pour aboutir à ce qu’elle vise, c’est bien ça ?

R : Bingo !

Q : (L) Ce qu’elle voit et entend, est-ce que ce sont des gens et ce qu’ils disent, ou des images dans des films, ou juste généralement…

R : Tout cela.

Q : (V) OK, les gars, écoutez maintenant : si je ne vais pas à l’école pour être formée, et autrement dit, obtenir le diplôme et la crédibilité, comment vais-je pouvoir un jour travailler ? (L) As-tu envisagé que les gens avec qui tu voudrais travailler n’iront pas consulter quelqu’un qui a un diplôme traditionnel ?

R : Laura, laisse-nous répondre.

Q : (L) Je suis désolée. Je la ferme.

R : Pourquoi penses-tu avoir besoin d’un diplôme ?

Q : (V) Eh bien, le monde professionnel, ici sur la planète Terre, est bâti autour des diplômes. Je suis sûre que vous êtes au courant.

R : Faux !

Q : (L) Des diplômés font la queue à la soupe populaire… Désolée. Je me tais. (V) Mais bonté divine… alors, donc je…

R : Désinformation intelligemment et soigneusement orchestrée.

Q : (L) Dans quel but ?

R : Pour égarer.

Q : (V) Égarer dans quel sens ? De quoi m’éloigne-t-on ?

R : Pas seulement toi.

Q : (V) Tous les étudiants en psycho sont égarés ?

R : Tous les humains.

Q : (L) Êtes-vous en train de dire que le système scolaire public, y compris le système universitaire, est délibérément conçu et instauré pour remplir la tête de fausses connaissances, afin de perpétuer le règne des Lizzies ?

R : Pas loin, mais se manifeste aussi aux niveaux inférieurs.

Q : (V) Bon, je vais poser cette question… sommes-nous la seule espèce dans l’univers à étudier ce concept de psychologie ? Est-ce qu’il y a des psychologues dans la constellation d’Orion, ou de Cassiopée ?

R : Concept limité.

Q : (L) Que voulez-vous dire par concept limité ? (V) Je pense, je pense… (L) Comprends-tu ce qu’ils veulent dire ? (V) Non, mais ce que je veux dire c’est : sommes-nous les seuls genres de personnes pensantes, intelligentes qui… (L) Je ne pense pas que c’est ce qu’ils voulaient sous-entendre. (V) Bon, je m’exprime mal. Vous savez, je suis là et j’essaye de formuler les choses avec des mots, mais c’est vraiment difficile…

R : Élargis ton esprit.

Q : (V) J’essaye. (L) Comment ?

R : Moins d’a priori.

Q : (L) Je parie que tu n’aurais jamais pensé qu’on te dirait que tu as des idées préconçues, n’est-ce pas ? (V) À quel sujet ? Je ne crois pas qu’ils parlent des noirs et des blancs… (L) Je sais, mais il y a d’autres sortes de…

R : L’univers est une illusion sans fin.

Q : (V) Mon Dieu ! Vous, les gars…

R : Nous ne sommes pas Dieu.

Q : (V) Ce n’était qu’une exclamation… (L) Ils le savent. Je crois qu’ils font de l’humour. (V) Ha, ha. Bon, alors, je suppose… OK, si vous dites que l’univers est une illusion sans fin, alors pourquoi ne pas fermer les yeux, éteindre les lumières, et l’illusion est terminée.

R : Cesse de te focaliser de manière aussi étroite et rigide.

Q : (V) Je trouve cela injuste car j’assiste tout le temps aux séances sans me focaliser de manière restrictive… (L) Je ne sais rien ! Ils m’ont déjà dit de la fermer ! Très bien les gars, vous feriez mieux d’aider V__ là, car elle ne suit pas… (V) Eh bien, je suis, je suis…

R : Ouvre grand ton esprit.

Q : (V) Très bien. Vous avez dit que vous êtes constamment avec nous, alors vous devez savoir que je pense tout le temps aux possibilités… sans même penser aux possibilités, simplement accepter qu’il y a des possibilités infinies, illimitées, et avancer chaque jour en fonction de ce point de vue ?

R : C’est un bon début.

Q : (V) Eh bien, si j’ai l’esprit ouvert — je veux dire que je pense avoir l’esprit pas mal ouvert — que considérez-vous comme un esprit ouvert ? Quelqu’un dans cette pièce a-t-il l’esprit ouvert par excellence ? (L) Ne m’implique pas là-dedans… Je ne veux pas qu’ils s’attaquent à moi ! (V) Non, je veux dire comment… en tant qu’êtres tridimensionnels, jusqu’à quel point pouvons-nous avoir l’esprit ouvert ? Vous ne pouvez pas dire que je n’essaye pas.

R : Tu te diriges vers le 4e niveau, mais tous n’ont pas le même degré de progression.

Q : (L) Êtes-vous en train de dire que V__ est bien plus avancée que beaucoup de gens ?

R : Non.

Q : (L) Bon, êtes-vous en train de dire qu’elle a bien démarré ? (V) Est-ce que je fais… disons-le comme ça : si je poursuis ma progression, quelles sont les choses les plus essentielles que je fasse qui accélèrent ma progression, la font se produire ? Les choses clés que je fais…

R : Association avec des individus qui accélèrent tes progrès.

Q : (V) Et naturellement, il s’agit de Laura et Frank, n’est-ce pas ?

R : Peut-être. C’est à toi de voir.

Q : (V) OK, s’associer à des individus qui accélèrent mes progrès, c’est l’une des choses que je fais bien, c’est bien ce que vous avez dit ?

R : OK.

Q : (V) Est-ce la seule chose essentielle que je fasse ?

R : Apprendre implique la découverte.

Q : (V) Très bien. Alors, est-ce que je perds mon temps précieux à aller à l’école pour obtenir un diplôme de psychologie ?

R : Ouvert.

Q : (L) Je crois simplement que si aller à l’école te rend heureuse, fais-le, mais ne le prend pas trop au sérieux. (V) Dites-vous que je peux être tellement influencée que je…

R : L’influence ne vient pas de l’expérience mais de la croyance.

Q : (V) Eh bien, si vous, les gars, ne m’aviez pas fait comprendre que ce que je fais, ma formation, est également fortement influencée, est-ce que j’aurais la croyance dont vous parlez ? Faites-vous partie de l’influence ? (L) Que veux-tu dire ? (V) L’influence ne vient pas de l’expérience, mais de la croyance… Avant ça, je ne croyais pas que je pourrais… (L) OK, en d’autres termes, vous l’avez alertée au sujet des influences, donc, maintenant, cela ne pose pas de problèmes si elle poursuit son chemin tel qu’il est actuellement établi parce qu’elle a été avertie et en a conscience, c’est bien ça ?

R : Pas loin.

Q : (V) Ce que je comprends de toute cette histoire de psychologie – parce que Frank critique ça tout le temps, vous savez – c’est que même si les enseignements de Freud et de tous les autres, Erikson, Horney, etc., peuvent ne pas s’appliquer à l’univers entier, ils s’appliquent à l’espèce en tant que société…

R : Application est subjectif.

Q : (L) Donc V__ peut poursuivre sa voie actuelle, et elle tire un tas de bénéfices du fait d’aller à l’école, comme le travail en réseau, tel qu’elle le conçoit… (V) Oui, je sème plein de graines en allant à l’école…

R : OK mais attention aux influences.

Q : (L) Eh bien, j’imagine que c’est ça. Maintenant tu le sais et tu es parée.

R : Mais tu pourrais acquérir bien plus de connaissances par l’étude indépendante et la méditation.

Q : (V) Eh bien, si je veux acquérir des connaissances en psychologie et à l’école, c’est pour aider les autres à grandir. (L) Je pense que ce qu’ils veulent dire, c’est que ce n’est pas là-bas que tu acquerras la connaissance que tu souhaites. C’est toute la question.

R : Pourquoi as-tu le sentiment d’avoir besoin d’un diplôme ?

Q : (V) Comme je l’ai dit, c’est pour la crédibilité. Il y a aussi l’aspect légal quant à la pratique. On ne pratique pas…

R : Balivernes !

Q : (V) Mais vous n’allez pas me dire comment je pourrais faire autrement, n’est-ce pas ?

R : Nous venons juste de le faire mais comme tu n’es pas encore ouverte, tu ne l’as pas réalisé.

Q : (V) Donc, étudier indépendamment et méditer, c’est le véritable moyen pour moi de trouver comment aider les autres ?

R : Oui.

Q : (V) Alors, autrement dit, si cela doit arriver, cela va arriver. Inutile de forcer les choses, hein ? Bien, dès que ce sera publié et que les gens commenceront à savoir ce qu’on fait, que chercheront-ils ?

R : Tout.

Q : (L) Vous nous avez bien dit que dès que nous serions connectés au réseau, les choses arriveraient de façon soudaine et spectaculaire. Eh bien, comme vous devez maintenant le savoir, j’ai eu un accident de voiture le lendemain [même] de ma première connexion au réseau (la veille de Noël) ! Je suis rafistolée avec des vis et du sparadrap ! Je suis surprise qu’ils ne m’aient pas gardée plus longtemps à l’hôpital. Ce qui est curieux, c’est que quelques minutes à peine avant l’accident, tandis que je conduisais, je pensais très fortement au fait que vous, Cassiopéens, étiez avec moi, et je vous disais mentalement que je souhaitais que vous aidiez aussi mon amie, Sandra, qui était à l’hôpital. Je projetais de terminer rapidement les emplettes du Réveillon de Noël et d’aller à l’hôpital pour lui donner une séance de Reiki. Et ensuite, crac boum ! Je me suis fait emboutir l’arrière. Pourquoi est-ce arrivé ? Qu’ai-je mal fait ? Est-ce cela que vous entendiez par « soudain et spectaculaire » ?

R : Tout arrive pour une bonne raison.

Q : (L) Étais-je censée apprendre quelque chose de cette collision ?

R : Si c’est le cas, apprends-le par la méditation.

Q : (L) Y a-t-il quelque chose de particulier dans la condition de notre être pour qu’on se fasse emboutir alors qu’on était assis là à nourrir des pensées d’amour pour son prochain ?

R : Médite.

Q : (V) Y a-t-il un lien direct entre son accident et l’accès au Net ? (L) Eh bien, ils ne m’ont pas tuée, même s’ils ont essayé ! (V) Revenons à ma question…

R : Pas la peine d’y répondre.

Q : (L) Est-ce parce que je connais la réponse ?

R : OK.

Q : (L) Et ma réponse est qu’il existe manifestement un lien entre l’accident et le fait de m’être connectée à internet, est-ce exact ?

R : Tu explores bien.

Q : (L) Je pense que… quand même, à l’impact, toute ma colonne vertébrale a claqué comme un fouet et j’ai eu une commotion cérébrale [et une vertèbre fracturée]… et mon épaule est vraiment dans un sale état… Il va me falloir pas mal de temps pour me remettre.

R : Tu dois être une « morveuse ».

Q : (L) Le réseau informatique donnera-t-il lieu à quelques résultats positifs ? Je veux dire, pour un début, c’est plutôt douloureux.

R : Que t’avons-nous dit ?

Q : (V) Eh bien, allons tout de suite nous connecter.

R : Bonne idée.

Q : (L) Bonne nuit.

Fin de la séance

1.35 Séance du 31-décembre-1994

Séance du 31 décembre 1994

Participants : « Frank », Laura, Terry, Jan, Diana M, VG, et plusieurs autres.

Le réveillon du Nouvel An avait déjà démarré lorsque nous nous sommes assis à la planche.

Q : Bonjour.

R : Bonjour. Avez-vous reçu le dernier message ?

Q : Oui, le dernier message était : Nous sommes heureux de voir plus de monde ici.

R : Oui. Saluez Mark, Billy, Luanne, Glenn et les autres. Vous avez des visiteurs dans le plan éthérique à cause du rassemblement pour les fêtes, et nous en avons amené 4 ici, car il est temps de se faire connaître. Continue Terry, il y aura des trucs importants ce soir.

Q : (L) OK, qui doit être à la planchette ? Vous avez demandé Terry. Puis-je échanger avec Diana ?

R : OK maintenant. Diana.

Q : (DM) Salut.

R : Moins de pression. Très important : cette mesure temporelle annuelle représente de grands changements.

Q : (L) Des changements de quel genre ?

R : Spirituels liés au physique sur la planète.

Q : (L) Je suppose que vous allez nous le dire ?

R : Terry à la planche. Garde les doigts dessus.

Q : (T) C’est difficile, vous allez tellement vite ce soir. L’énergie est forte.

R : L’énergie est instable. [Nombreux tours autour de la planche]

Q : (T) Eh bien, bonne année aussi à vous tous !

R : Nous voulons que vous réussissiez tous cette année.

Q : (DM) Réussir quoi ?

R : À envoyer des messages.

Q : (DM) Merci.

R : Diana relâche la pression.

Q : (T) Vous bougez tellement vite ce soir qu’on doit s’accrocher. (DM) J’essaye seulement de suivre.

R : Tu fais comme il faut.

Q : (V) Êtes-vous prêts pour quelques questions ?

R : OK.

Q : (V) J’ai trouvé ça à la librairie métaphysique de Tampa. [Montre un caillou] C’est censé être un morceau de météorite. Que pouvez-vous m’en dire ? On m’a dit que ça servait à la transformation.

R : Bidon. [Rires]

Q : (DM) C’est drôle, le mot m’est venu à l’esprit !

R : Nous passons à travers toi et Frank ce soir. Du calme, Diana. Diana vend la maison ce mois-ci.

Q : (DM) Oui ! Pouvez-vous me donner une date ?

R : Le 19. Baisse le prix, 2 000 dollars.

Q : (DM) C’est faisable.

R : Alors, c’est pour toi.

Q : (DM) Est-ce que je devrais baisser le prix ou négocier ?

R : Baisse-le maintenant.

Q : (V) Abordons cette lettre. Aujourd’hui, j’ai reçu une lettre par la poste qui nous rend tous perplexes. Pouvez-vous me dire de quoi il s’agit ?

R : Tierce partie a mis la main sur des infos confidentielles.

Q : (T) Qui est cette tierce partie ?

R : Amos Sanders.

Q : (V) Mes informations confidentielles ?

R : Non. Consortium.

Q : (L) Quelle est l’intention de cette lettre ?

R : Tierce partie a piqué les fichiers de ta bio.

Q : (V) Quels fichiers ?

R : Réseau informatique.

Q : (T) Quel réseau informatique ?

R : FBI.

Q : (T) C’est le FBI qui a préparé cette lettre ?

R : Non. Amos Sanders s’est introduit dans le système.

Q : (V) En quoi suis-je mêlée à tout ça ? (T) Qui est Amos ? (DM) C’est peut-être un acronyme.

R : Nouveau permis.

Q : (V) J’ai eu un nouveau permis en novembre. (T) Un permis de conduire ? (V) Oui. (T) Est-ce le système informatique du Département d’enregistrement des véhicules ?

R : FBI.

Q : (V) Pourquoi V__ se trouve-t-elle dans le système informatique du FBI ?

R : Vous êtes tous fichés.

Q : (L) Ce « tous » désigne-t-il tout le monde dans le pays, ou juste nous en particulier ?

R : Vous et d’autres.

Q : (V) Eh bien, qui dois-je contacter… la police… quelle action dois-je entreprendre à ce sujet ? C’est de la fraude…

R : Ignore-la.

Q : (T) Cette lettre est-elle un coup monté ?

R : Non, Amos est « cinglé ». « Génie » fou. S’introduit dans les fichiers.

Q : (T) Le type mentionné dans la lettre est « Wilbur ».

R : Faux nom.

Q : (V) Donc, ce n’est en rien… ce n’est pas une menace pour moi financièrement ou plus tard, au plan juridique… quelqu’un…

R : Mais tu es dans les fichiers du FBI.

Q : (T) Pourquoi est-elle dans les fichiers du FBI ? (V) Parce que j’en sais trop ?

R : Piano.

Q : (T&L) Piano ? (V) J’ai une dette sur un piano. Pourquoi est-ce que ça serait dans les fichiers du FBI ? (J) Quoi ? (V) Y a-t-il un mandat d’arrestation contre moi ? [Rires] (T) Pourquoi l’ont-ils dans leurs fichiers pour une dette sur un piano ?

R : Trace. Ils savent tout et gardent une trace de tout le monde et de tout.

Q : (T) Cela cache-t-il quelque chose de plus qu’un flicage généralisé des dettes et des permis auxquels un cinglé aurait accédé ?

R : Pas encore.

Q : (T) Eh bien, hormis la dette, quel intérêt auraient-ils à la surveiller ?

R : Vos activités.

Q : (L) Lesquelles en particulier ?

R : Métaphysiques.

Q : (T) Le FBI surveille les gens qui s’intéressent à la métaphysique ?

R : Et aux ovnis.

Q : (T) Bon, ils ont toujours surveillé le milieu ufologique… (DM) Est-ce qu’ils surveillent des gens comme Eddie Page ?

R : Eddie Page fichier « un ».

Q : (T) C’est quoi un fichier « un » ?

R : Priorité absolue.

Q : (V) Eh bien, espérons que mon fichier soit un « 200 ». Quel est le niveau de priorité de mon fichier ?

R : Quatre.

Q : (T) Et qu’est-ce qu’un fichier de niveau « quatre » ?

R : 4e plus important.

Q : (V) Bon, et pour Frank ? (T) Eddie Page dit-il la vérité ?

R : En partie.

Q : (DM) Sur quoi ne dit-il pas la vérité ?

R : Trop de choses.

Q : (T) Donc, son histoire est en majeure partie fausse ?

R : Il croit.

Q : (V) Ces fichiers du FBI en rapport avec les trucs métaphysiques et ufologiques et tout ce qu’on veut, est-ce que ça concerne plus que le gouvernement ? Sont-ils liés à…

R : Écoutes-tu ?

Q : (V) Si j’écoute ? Bien sûr que j’écoute.

R : Le FBI surveille tout le monde.

Q : (V) OK, donc pas de souci à se faire. (T) J’imagine à quoi peut ressembler mon fichier ! (L) Les systèmes informatiques sont tellement perfectionnés que ce n’est même pas un problème pour eux de savoir la couleur du papier toilette qu’on achète. [Rires] Je veux dire, au magasin, le caissier indique la couleur du papier toilette sur le ticket… « Lotus : bleu »…

R : V__ préfère le vert.

Q : (L) Tu préfères le vert ? (V) Oui, mais j’en ai du blanc. Voulez-vous dire que je suis censée utiliser du papier toilette vert ? (T) Ils peaufinent leur humour 3D au 4e niveau. [Rires]

R : Plaisanterie.

Q : (T) Vous devenez très bons ! (DM) J’aimerais savoir de quoi ils ont l’air. (L) As-tu lu les transcriptions ? On a déjà posé la question. (DM) Non, je n’en suis pas encore là.

R : Nous sommes des êtres de lumière, nous sommes vous dans le futur.

Q : (L) Susanne K m’a parlé d’Al Bielek. Premièrement, vous avez dit auparavant qu’Al était un agent du gouvernement qui disséminait de la désinformation, et deuxièmement qu’il était conscient d’être un agent du gouvernement. La confusion règne quelque peu autour de sa participation au Projet Philadelphie. J’ai trouvé une référence à lui dans un livre d’Ivan Sanderson publié il y a quelque temps. Susanne dit que ce pauvre type a du mal à joindre les deux bouts, et elle trouve difficile à croire qu’il soit un agent du gouvernement étant donné qu’il vit dans une telle misère. Des commentaires sur Al Bielek et ses activités, s’il vous plaît ? (T) Al est-il un agent du gouvernement ?

R : Al a de multiples facettes. La pauvreté est subjective.

Q : (L) Est-il un agent du gouvernement ? (T) Ils disent qu’il a de multiples facettes.

R : Oui. Mais il prend part à des activités.

Q : (T) Dans une séance où vous avez parlé d’Al Bielek, vous avez indiqué qu’en fait, il n’était pas impliqué dans l’Expérience de Philadelphie, qu’il était technicien à terre, et qu’il dispensait désormais des informations qu’on lui fournissait, ou qu’il disposait de connaissances bien au-delà de son implication dans l’expérience…

R : Pas loin.

Q : (T) OK, s’il travaille en partie pour le gouvernement, et en partie pour ses propres fins, qu’espère-t-il retirer de tout ça ?

R : Médiatisation.

Q : (T) Qu’attend-il de la médiatisation ?

R : Il veut que les gens sachent.

Q : (L) Est-il possible qu’il donne de vraies informations parmi la désinformation afin que les bonnes informations puissent être extraites ? Se pourrait-il que ses intentions soient…

R : Pensées confuses.

Q : (L) Les miennes ou celles d’Al ?

R : Bingo ! Celles de Laura.

Q : (T) Al sait-il qu’il diffuse de fausses informations… sait-il que les informations que le gouvernement lui fournit sont fausses ?

R : Il est tellement impliqué que vous ne le croiriez pas.

Q : (T) Il est impliqué dans la dissimulation du gouvernement ?

R : Dans sa totalité. Il sait que ce qu’il dit est faux, mais il n’a pas le choix, car il est pris au piège dans la toile. Ils se servent de lui.

Q : (L) Qu’en est-il de cette lettre émanant d’une autre source que Susanne a relayée et qui déclare que Jésus était un personnage mythique ?

R : Non, Jésus n’était pas mythique.

Q : (T) Et au sujet des informations de cet Acharya ?

R : Blabla.

Q : (L) Quel est l’intérêt de ce truc ? C’est très bien fait. Pourquoi essaient-ils de prouver que Jésus n’a jamais existé ?

R : Inepties. C’est de la désinformation. Desinformatzia. Russki.

Q : (T) Ça vient de Russie ?

R : Non, nous jouions avec les mots.

Q : Humour ! Humour ! (T) Y a-t-il des gens pour reproduire ce truc et y croire ?

R : Certains.

Q : (T) UFO Library va-t-il publier ça ?

R : Qui sait ?

Q : (T) Eh bien, je ne serais pas surpris de le voir dans le prochain numéro mensuel.

R : On y trouve un tas d’âneries tous les mois.

Q : (L) Bon, je change de sujet mais Mark a-t-il déjà été enlevé par des aliens ?

R : Oui, a commencé à l’âge de trois ans. Te souviens-tu du « fantôme à la fenêtre en encoignure » à trois ans ?

Q : (M) Je me souviens très vaguement de quelque chose. Je crois que j’ai raconté l’histoire à Frank. Il s’est passé quelque chose et je crois que je me suis réveillé en criant. J’ai vu quelque chose. Quand était-ce la dernière fois ?

R : À 22 ans.

Q : (V) Combien de fois Mark a-t-il été enlevé ?

R : 23 fois.

Q : (M) Vais-je encore être enlevé ?

R : Oui.

Q : (M) Quand ?

R : Cela dépend de ton centre de croyance.

Q : (L) Je pense que le fait d’être à nouveau abducté et dans quelles circonstances peut dépendre du niveau de connaissances que tu acquiers.

R : Grand-père t’a initié aux secrets de la vie.

Q : (M) Oui, oui. Il m’a beaucoup appris et je crois que c’est ce qu’ils veulent dire.

R : C’était une « Âme de Priorité Un ».

Q : (L) Qu’est-ce qu’une « Âme de Priorité Un » ?

R : Une âme qui sacrifie les plaisirs de la vie pour enseigner aux autres. C’était ton maître. Tu es chanceux, Mark. Il t’a évité les « ennuis ».

Q : (L) Qui a enlevé M__ ?

R : Les Gris.

Q : (L) Quel était le but de l’abduction de Mark ?

R : Étudier son esprit. Son esprit et sa détermination sont très forts.

Q : (L) Lui ont-ils mis un implant ?

R : Oui.

Q : (L) Et que font-ils avec cet implant ?

R : Surveillent. De fréquents bourdonnements dans les oreilles indiquent une activité de surveillance.

Q : (F) As-tu fréquemment les oreilles qui sifflent ? (M) Oui. (L) Une oreille plus que l’autre ? (M) Oui. Comme une sorte de tonalité. (T) Au cours de la dernière séance à laquelle j’ai assisté, vous nous avez donné des informations quant à la manière de calculer la date où l’Onde atteindra la Terre. J’ai pu déterminer deux points sur quatre pour la distance, mais deux d’entre eux étaient des constellations. Je suis incapable de calculer ces distances.

R : Examine la troisième étoile la plus lointaine de Cassiopée et l’étoile du milieu dans la ceinture d’Orion, l’étoile la plus proche du Lion. Accueillez Mark à la planche. [Diana cède sa place à Mark à la planchette]

Q : (M) Bon, dites-moi ce qu’il faut faire.

R : Salut, Mark. Nous sommes heureux de t’avoir ici avec nous ce soir. Cela fait 18 ans, tel que vous mesurez le temps, qu’on essaye de te contacter.

Q : (M) Pourquoi ?

R : Tu es destiné tout comme les autres, et tu le sais intérieurement. Nous nous sommes donné beaucoup de mal pour te contacter. C’est pourquoi tu as été amené ici avec Frank. Ne te souviens-tu pas de t’être alors senti différent ?

Q : (M) Qu’est-ce que ça veut dire ? (V) Eh bien, quand tu as rencontré Frank, t’es-tu senti différent ? (M) Oui, je suppose. (L) Tous ceux qui rencontrent Frank se sentent différents ! (M) Amen ! Merci ! (J) J’aimerais faire remarquer qu’il n’y a que des énergies masculines à la planche. C’est différent !

R : Toi et Terry vous connaissiez lors de ta dernière vie, te souviens-tu ?

Q : (M) Eh bien, non, je ne me rappelle pas. (V) Tu t’en rappellerais probablement si tu te mettais à méditer. (L) Tu peux faire des régressions dans tes vies antérieures. (T) Ce n’était pas ce type qui m’a eu avec l’épée quand j’étais dans la Marine britannique, n’est-ce pas ? Ces coupeurs de gorges ?

R : Non, mais sur le même bateau ! C’est pourquoi tu es retourné en Angleterre !

Q : (V) Pourquoi es-tu retourné en Angleterre ? Étaient-ils frères ?

R : Non.

Q : (L) Mark est né en Angleterre.

R : Que tu es revenu à la mer. Tu adores l’eau.

Q : (M) Je suis désorienté. (T) Donc, Mark et moi, on se connaissait dans notre dernière vie ? Quand était-ce ?

R : Années 1700.

Q : (T) On n’a pas eu d’autres vies entre les années 1700 et maintenant ?

R : Pas pour Mark. Il était commandant de vaisseau et portait le même nom. Toi Mark, tu es ton arrière, arrière, arrière, grand-père Simon E__.

[Pause pour la Nouvelle Année]

1er janvier 1995 : Poursuite de la séance du 31 décembre après une pause pour fêter la Nouvelle Année.

Q : (L) Qui est avec nous ce soir ?

R : Appel de Cassiopaea. Sorrona.

Q : (L) Et qui sont nos invités ?

R : Vous devez travailler en réseau ce soir, car il y a ceux qui attendent votre message comme promis.

Q : (L) Vous voulez dire faire la séance et la transmettre sur le réseau ?

R : Ouvert.

Q : (V) As-tu promis à quelqu’un d’autre avec qui tu collabores que nous… (L) Non, on a promis sur le réseau…

R : Vous avez promis.

Q : (L) Frank et moi avons promis qu’on canaliserait en ligne. Oui, on s’est connecté et on a fait cette annonce, et le lendemain j’ai eu mon accident. {accident de voiture.} On m’avait promis que ma vie changerait subitement et radicalement.

R : Elle change.

Q : (L) Ma vie est transformée ?

R : Oui. En cours.

Q : (L) Nous voudrions savoir qui sont les visiteurs éthériques de ce soir… (T) Et sont-ils partis avec tout ce tintamarre ?

R : Mary, Laura, John, Ruth, Terence, Todd, Vance, Il y a un Ronald.

Q : (L) La Laura est-elle de ma famille ?

R : Mamie.

Q : (L) Un de ces noms évoque-t-il quelque chose à quelqu’un d’autre ? (V) Je reconnais John, mon oncle. Est-ce que chacun de ces noms est comme un guide pour l’un de nous ?

R : Non. Visiteurs. Attirés par le centre d’énergie.

Q : (V) Ai-je déjà été en contact avec John ?

R : Oui. Oncle.

Q : (T) Ai-je un lien avec… (V) Mon oncle qui est mort récemment ?

R : Oui.

Q : (L) Terry est-il parent avec l’une de ces personnes ?

R : Oui.

Q : (L) Qui ?

R : Vance.

Q : (T) Qui est Vance ? (V) Ont-ils des messages pour nous ? (L) Qui est Vance ?

R : Grand-oncle.

Q : (L) Une de ces personnes a-t-elle un message pour l’un de nous ?

R : Non.

Q : (V) Il y a environ 5 ou 6 semaines, j’ai été entourée par une odeur de…

R : Oui.

Q : (V) C’était mon oncle Wayne ?

R : Oui.

Q : (V) Il s’appelait John Wayne… (L) Diana a-t-elle déjà été enlevée ?

R : Oui.

Q : (L) Quand était-ce la première fois ?

R : À 2 ans.

Q : (L) Combien de fois ?

R : 59.

Q : (V&L) Tu tiens le record ! (T) Combien étaient physiques ?

R : Mode de pensée incorrect.

Q : (L) En un sens, toutes les abductions sont physiques ? Combien étaient de type réalité virtuelle ?

R : Tout l’est.

Q : (L) Bon, combien d’abductions de niveau 1 ?

R : 9.

Q : (T) Combien d’abductions en état alpha ?

R : Senti des « fourmillements » il y a deux semaines.

Q : (V) Eh bien, il a deux semaines, c’était le jour de la soirée à la libraire de Tampa. (L) OK, Luanne a-t-elle déjà été enlevée ?

R : Oui.

Q : (L) Combien de fois ?

R : 17.

Q : (LE) J’y crois pas ! (L) Quand cela s’est-il produit la première fois ?

R : Quand elle vivait dans la maison rouge.

Q : (L) Tu as déjà habité dans une maison rouge ? (B) Oui, on a habité dans une maison en briques. (L) Quel âge avais-tu ? (LE) C’était quand j’avais cinq ans.

R : 4.

Q : (LE) Exact. On a emménagé là quand j’avais 4 ans, juste avant mes cinq ans. (L) A-t-elle un implant ?

R : Non.

Q : (L) Est-ce que Diana a un implant ?

R : Elle en a 4.

Q : (D) 4 implants ?

R : Oui.

Q : Où se trouvent-ils ?

R : Dans le cerveau.

Q : (L) Dans son cerveau ? Arrrgh ! (LE) J’ai beaucoup d’allergies. (D) À quoi servent-ils ?

R : Surveillent.

Q : (L) C’est ce qu’ils font tous, surveiller. (D) Mais, pourquoi ?

R : Tu sais.

Q : (L) Ils veulent te surveiller parce que tu es informée. (T) Ils n’ont pas le câble… (L) Susan va-t-elle bientôt arriver ?

R : Ouvert.

Q : (L) Nous aimerions savoir quelle sorte d’énergie soutient Budd Hopkins ?

R : Divergente.

Q : (L) Est-il sur la bonne piste avec ses recherches ?

R : À moitié.

Q : (T) Le cas de Linda Cortile est-il un coup monté pour le discréditer ?

R : Non.

Q : (T) Tout ce qu’elle raconte lui est vraiment arrivé comme elle le dit ?

R : Dans la 4e densité.

Q : (T) Bon, l’abduction a eu lieu en 4D, mais a-t-elle réellement été extirpée de son appartement au 17e étage, ou je ne sais combien, pour être aspirée dans un rayon de lumière ?

R : Dans la 4e densité.

Q : (T) Qu’ont vu les gens de 3e densité ?

R : Seuls ceux qui étaient en phase l’ont vu.

Q : (L) Il y a des gens qui n’ont rien vu ?

R : Oui.

Q : (T) Qui ou comment étaient les gens qui n’ont rien vu ?

R : Sans importance.

Q : (L) Maintenant, Whitley Strieber. (T) Peut-on enlever des implants ?

R : Non.

Q : (L) Quelle est l’énergie qui alimente Whitley Strieber et son travail ?

R : Les Gris.

Q : (L) C’est un agent des Gris ?

R : Non. Instrument des Gris.

Q : (T) Donc, tous ses écrits sont corrompus par les Gris ?

R : Influencés par eux.

Q : (T) Ça, il le dit aussi. (L) Eh bien, il pense maintenant que ces expériences lui ont appris à être accompagné par Dieu.

R : Wolfen reflète la réalité lizzie.

Q : (L) Qui a lu le livre, de quoi ça parle ? (T) J’ai vu le film, mais je n’ai pas lu le livre. Je ne supporte pas son style gothique. (L) Je n’arrive pas non plus à lire ses trucs. (T) Je n’ai réussi à lire que la moitié de Communion, après j’ai abandonné. (L) Tant qu’on parle d’écriture, Anne Rice canalise-t-elle les concepts qu’elle dépeint dans ses livres de vampire ?

R : Elle est aussi influencée par les Gris. { Je n’ai pas aimé cette réponse, car Anne est l’une de mes auteurs préférés.}

Q : (T) Et pour Stephen King ?

R : Influences charnelles.

Q : (T) Ce sont ses cojones qui l’inspirent, hein ? [Rires]

R : OK, Terry.

Q : (L) Avez-vous d’autres commentaires à faire ou voulez-vous que nous allions tout de suite nous connecter ?

R : Oui.

[Pause — discussion animée. Quelqu’un mentionne à V__ que son comportement reflète une grande projection d’énergie sexuelle à partir de ses chakras inférieurs.]

R : V__, ne sois pas outrée, nous apprenons tous.

Q : (V) Eh bien, merci à tous dans cette pièce pour votre honnêteté, j’apprécie vraiment. (LM) Je n’étais pas honnête, ne m’en veux pas. (V) [Gene murmure à V__ une question que celle-ci pose] À partir de quel niveau de chakra Gene fonctionne-t-il ?

R : Les chakras sont comme des escaliers mécaniques, vous choisissez votre marche et montez à partir de là.

Q : (G) Bon, j’espérais qu’ils me donneraient un chiffre. Je ne sais pas grand-chose sur les chakras.

R : Apprends.

Q : (T) Le truc c’est qu’on est censés apprendre par nous-mêmes. Ils nous indiquent la bonne direction, mais ensuite nous sommes censés nous mettre au travail. Si tu n’apprends pas par toi-même, tu n’apprends pas vraiment. Tu dois te lancer et trébucher plusieurs fois pour apprendre à marcher. (V) Eric vient de me raconter un incident. Pouvez-vous me dire ce qu’il en est ?

R : Imagination.

Q : (V) Est-ce que les garçons vont bien ? Est-ce qu’ils sont OK ?

R : Les garçons resteront des garçons.

Q : (V) Ils ont cru voir une sorcière. (T) C’était qui ? Encore la voisine ? (L) Où était-elle et que faisait-elle ? (V) Que veux-tu dire au-dessus d’une voiture qui venait de démarrer ? C’est juste leur imagination.

R : Comment les consommateurs de peyotl voient-ils le Père Noël ? [Rires]

Q : (V) Les garçons ont-ils pris de la drogue ce soir ?

R : Nan. [Commentaire de Gene inaudible parmi les rires] Quand as-tu vu cela pour la dernière fois à Rochester, Gene ?

Q : (G) Jamais ! [Éclats de rire]

R : Bingo !

Q : (V) Ça me rappelle trop la remarque de Frank : « Quand as-tu pu voir ça à Half-Moon Bay, V__ ? » (L) D’où crois-tu que Frank sorte ça ? (V) Nous recevons tous ces enseignements, non ? (T) Est-ce que…

R : Frank est channel. Les autres prennent rapidement le pli.

Q : (T) Les autres parmi nous ?

R : Oui. En train de former un conduit.

Q : (V) Vous étiez très contents de nous voir tous ensemble ici ce soir…

R : Oui.

Q : (V) Pouvons-nous espérer un plus grand groupe et une plus grande assemblée au cours de l’année ?

R : Oui.

Q : (T) Y aura-t-il un moment où il y aura trop de monde ?

R : Non.

Q : (V) Cela ressemble-t-il à un rassemblement communautaire ? Une société ?

R : Un conduit.

Q : (T) Si je ne suis pas censé être chez Home Shopping [son employeur], où suis-je censé être ?

R : Découvre.

Q : (T) Suis-je censé faire un autre genre de travail ou quelque chose de totalement différent ?

R : Découvre.

Q : (L) En prendra-t-il conscience après avoir fait de l’hypnothérapie et intégré des choses ?

R : Ouvert.

Q : (V) Je peux élever mes chakras grâce à la méditation et la pratique métaphysique, n’est-ce pas ?

R : Oui.

Q : (V) Le dévouement ?

R : Oui.

Q : (V) Tout est dans les buts que je me définis ?

R : Oui.

Q : (L) [Montrant un petit dinosaure en plastique] Vous aimez notre petite mascotte sur la table ?

R : OK.

Q : (V) Avez-vous des messages pour nous avant qu’on se dise au revoir ?

R : Non. Bonne nuit.

Q : (L) Merci beaucoup.

Fin de la séance

2 Année 1995

2.1 Séance du 1-janvier-1995

Note : Cette séance est incluse dans celle du 31 décembre 1994.

1er janvier 1995 : Poursuite de la séance du 31 décembre après une pause pour fêter la Nouvelle Année.

Q : (L) Qui est avec nous ce soir ?

R : Appel de Cassiopaea. Sorrona.

Q : (L) Et qui sont nos invités ?

R : Vous devez travailler en réseau ce soir, car il y a ceux qui attendent votre message comme promis.

Q : (L) Vous voulez dire faire la séance et la transmettre sur le réseau ?

R : Ouvert.

Q : (V) As-tu promis à quelqu’un d’autre avec qui tu collabores que nous… (L) Non, on a promis sur le réseau…

R : Vous avez promis.

Q : (L) Frank et moi avons promis qu’on canaliserait en ligne. Oui, on s’est connecté et on a fait cette annonce, et le lendemain j’ai eu mon accident. {accident de voiture.} On m’avait promis que ma vie changerait subitement et radicalement.

R : Elle change.

Q : (L) Ma vie est transformée ?

R : Oui. En cours.

Q : (L) Nous voudrions savoir qui sont les visiteurs éthériques de ce soir… (T) Et sont-ils partis avec tout ce tintamarre ?

R : Mary, Laura, John, Ruth, Terence, Todd, Vance, Il y a un Ronald.

Q : (L) La Laura est-elle de ma famille ?

R : Mamie.

Q : (L) Un de ces noms évoque-t-il quelque chose à quelqu’un d’autre ? (V) Je reconnais John, mon oncle. Est-ce que chacun de ces noms est comme un guide pour l’un de nous ?

R : Non. Visiteurs. Attirés par le centre d’énergie.

Q : (V) Ai-je déjà été en contact avec John ?

R : Oui. Oncle.

Q : (T) Ai-je un lien avec… (V) Mon oncle qui est mort récemment ?

R : Oui.

Q : (L) Terry est-il parent avec l’une de ces personnes ?

R : Oui.

Q : (L) Qui ?

R : Vance.

Q : (T) Qui est Vance ? (V) Ont-ils des messages pour nous ? (L) Qui est Vance ?

R : Grand-oncle.

Q : (L) Une de ces personnes a-t-elle un message pour l’un de nous ?

R : Non.

Q : (V) Il y a environ 5 ou 6 semaines, j’ai été entourée par une odeur de…

R : Oui.

Q : (V) C’était mon oncle Wayne ?

R : Oui.

Q : (V) Il s’appelait John Wayne… (L) Diana a-t-elle déjà été enlevée ?

R : Oui.

Q : (L) Quand était-ce la première fois ?

R : À 2 ans.

Q : (L) Combien de fois ?

R : 59.

Q : (V&L) Tu tiens le record ! (T) Combien étaient physiques ?

R : Mode de pensée incorrect.

Q : (L) En un sens, toutes les abductions sont physiques ? Combien étaient de type réalité virtuelle ?

R : Tout l’est.

Q : (L) Bon, combien d’abductions de niveau 1 ?

R : 9.

Q : (T) Combien d’abductions en état alpha ?

R : Senti des « fourmillements » il y a deux semaines.

Q : (V) Eh bien, il a deux semaines, c’était le jour de la soirée à la libraire de Tampa. (L) OK, Luanne a-t-elle déjà été enlevée ?

R : Oui.

Q : (L) Combien de fois ?

R : 17.

Q : (LE) J’y crois pas ! (L) Quand cela s’est-il produit la première fois ?

R : Quand elle vivait dans la maison rouge.

Q : (L) Tu as déjà habité dans une maison rouge ? (B) Oui, on a habité dans une maison en briques. (L) Quel âge avais-tu ? (LE) C’était quand j’avais cinq ans.

R : 4.

Q : (LE) Exact. On a emménagé là quand j’avais 4 ans, juste avant mes cinq ans. (L) A-t-elle un implant ?

R : Non.

Q : (L) Est-ce que Diana a un implant ?

R : Elle en a 4.

Q : (D) 4 implants ?

R : Oui.

Q : Où se trouvent-ils ?

R : Dans le cerveau.

Q : (L) Dans son cerveau ? Arrrgh ! (LE) J’ai beaucoup d’allergies. (D) À quoi servent-ils ?

R : Surveillent.

Q : (L) C’est ce qu’ils font tous, surveiller. (D) Mais, pourquoi ?

R : Tu sais.

Q : (L) Ils veulent te surveiller parce que tu es informée. (T) Ils n’ont pas le câble… (L) Susan va-t-elle bientôt arriver ?

R : Ouvert.

Q : (L) Nous aimerions savoir quelle sorte d’énergie soutient Budd Hopkins ?

R : Divergente.

Q : (L) Est-il sur la bonne piste avec ses recherches ?

R : À moitié.

Q : (T) Le cas de Linda Cortile est-il un coup monté pour le discréditer ?

R : Non.

Q : (T) Tout ce qu’elle raconte lui est vraiment arrivé comme elle le dit ?

R : Dans la 4e densité.

Q : (T) Bon, l’abduction a eu lieu en 4D, mais a-t-elle réellement été extirpée de son appartement au 17e étage, ou je ne sais combien, pour être aspirée dans un rayon de lumière ?

R : Dans la 4e densité.

Q : (T) Qu’ont vu les gens de 3e densité ?

R : Seuls ceux qui étaient en phase l’ont vu.

Q : (L) Il y a des gens qui n’ont rien vu ?

R : Oui.

Q : (T) Qui ou comment étaient les gens qui n’ont rien vu ?

R : Sans importance.

Q : (L) Maintenant, Whitley Strieber. (T) Peut-on enlever des implants ?

R : Non.

Q : (L) Quelle est l’énergie qui alimente Whitley Strieber et son travail ?

R : Les Gris.

Q : (L) C’est un agent des Gris ?

R : Non. Instrument des Gris.

Q : (T) Donc, tous ses écrits sont corrompus par les Gris ?

R : Influencés par eux.

Q : (T) Ça, il le dit aussi. (L) Eh bien, il pense maintenant que ces expériences lui ont appris à être accompagné par Dieu.

R : Wolfen reflète la réalité lizzie.

Q : (L) Qui a lu le livre, de quoi ça parle ? (T) J’ai vu le film, mais je n’ai pas lu le livre. Je ne supporte pas son style gothique. (L) Je n’arrive pas non plus à lire ses trucs. (T) Je n’ai réussi à lire que la moitié de Communion, après j’ai abandonné. (L) Tant qu’on parle d’écriture, Anne Rice canalise-t-elle les concepts qu’elle dépeint dans ses livres de vampire ?

R : Elle est aussi influencée par les Gris. { Je n’ai pas aimé cette réponse, car Anne est l’une de mes auteurs préférés.}

Q : (T) Et pour Stephen King ?

R : Influences charnelles.

Q : (T) Ce sont ses cojones qui l’inspirent, hein ? [Rires]

R : OK, Terry.

Q : (L) Avez-vous d’autres commentaires à faire ou voulez-vous que nous allions tout de suite nous connecter ?

R : Oui.

[Pause — discussion animée. Quelqu’un mentionne à V__ que son comportement reflète une grande projection d’énergie sexuelle à partir de ses chakras inférieurs.]

R : V__, ne sois pas outrée, nous apprenons tous.

Q : (V) Eh bien, merci à tous dans cette pièce pour votre honnêteté, j’apprécie vraiment. (LM) Je n’étais pas honnête, ne m’en veux pas. (V) [Gene murmure à V__ une question que celle-ci pose] À partir de quel niveau de chakra Gene fonctionne-t-il ?

R : Les chakras sont comme des escaliers mécaniques, vous choisissez votre marche et montez à partir de là.

Q : (G) Bon, j’espérais qu’ils me donneraient un chiffre. Je ne sais pas grand-chose sur les chakras.

R : Apprends.

Q : (T) Le truc c’est qu’on est censés apprendre par nous-mêmes. Ils nous indiquent la bonne direction, mais ensuite nous sommes censés nous mettre au travail. Si tu n’apprends pas par toi-même, tu n’apprends pas vraiment. Tu dois te lancer et trébucher plusieurs fois pour apprendre à marcher. (V) Eric vient de me raconter un incident. Pouvez-vous me dire ce qu’il en est ?

R : Imagination.

Q : (V) Est-ce que les garçons vont bien ? Est-ce qu’ils sont OK ?

R : Les garçons resteront des garçons.

Q : (V) Ils ont cru voir une sorcière. (T) C’était qui ? Encore la voisine ? (L) Où était-elle et que faisait-elle ? (V) Que veux-tu dire au-dessus d’une voiture qui venait de démarrer ? C’est juste leur imagination.

R : Comment les consommateurs de peyotl voient-ils le Père Noël ? [Rires]

Q : (V) Les garçons ont-ils pris de la drogue ce soir ?

R : Nan. [Commentaire de Gene inaudible parmi les rires] Quand as-tu vu cela pour la dernière fois à Rochester, Gene ?

Q : (G) Jamais ! [Éclats de rire]

R : Bingo !

Q : (V) Ça me rappelle trop la remarque de Frank : « Quand as-tu pu voir ça à Half-Moon Bay, V__ ? » (L) D’où crois-tu que Frank sorte ça ? (V) Nous recevons tous ces enseignements, non ? (T) Est-ce que…

R : Frank est channel. Les autres prennent rapidement le pli.

Q : (T) Les autres parmi nous ?

R : Oui. En train de former un conduit.

Q : (V) Vous étiez très contents de nous voir tous ensemble ici ce soir…

R : Oui.

Q : (V) Pouvons-nous espérer un plus grand groupe et une plus grande assemblée au cours de l’année ?

R : Oui.

Q : (T) Y aura-t-il un moment où il y aura trop de monde ?

R : Non.

Q : (V) Cela ressemble-t-il à un rassemblement communautaire ? Une société ?

R : Un conduit.

Q : (T) Si je ne suis pas censé être chez Home Shopping [son employeur], où suis-je censé être ?

R : Découvre.

Q : (T) Suis-je censé faire un autre genre de travail ou quelque chose de totalement différent ?

R : Découvre.

Q : (L) En prendra-t-il conscience après avoir fait de l’hypnothérapie et intégré des choses ?

R : Ouvert.

Q : (V) Je peux élever mes chakras grâce à la méditation et la pratique métaphysique, n’est-ce pas ?

R : Oui.

Q : (V) Le dévouement ?

R : Oui.

Q : (V) Tout est dans les buts que je me définis ?

R : Oui.

Q : (L) [Montrant un petit dinosaure en plastique] Vous aimez notre petite mascotte sur la table ?

R : OK.

Q : (V) Avez-vous des messages pour nous avant qu’on se dise au revoir ?

R : Non. Bonne nuit.

Q : (L) Merci beaucoup.

Fin de la séance

2.2 Séance du 2-janvier-1995

Note : J’étais de très mauvaise humeur pendant cette séance parce que Frank avait passé des heures à parler de choses les plus pathétiquement triviales qu’on puisse imaginer !

Séance du 2 janvier 1995

Participants : « Frank » et Laura

Q : (L) Bonjour.

R : Bonjour.

Q : (L) Qui est avec nous ?

R : Rivia.

Q : (L) Et d’où venez-vous ?

R : Cassiopée.

Q : (L) Avez-vous entendu la complainte de Frank sur ses malheurs et ses souffrances ?

R : Oui.

Q : (L) Qu’avez-vous à répondre au sujet de ses malheurs et de ses souffrances ? Puisque c’est lui le principal channel, il me semble qu’il vous incombe de lui donner quelques conseils.

R : Ouvert.

Q : (L) Qu’entendez-vous par « ouvert » ? Est-ce qu’il va…

R : Est attaqué, comme décrit précédemment.

Q : (L) Eh bien, ne devrait-il pas éviter de réagir de façon négative, que ce soit en pensée, en parole ou en acte, et gérer tout cela du mieux qu’il peut, en étant convaincu que tout finira par s’arranger ? Parce que, quand il se laisse submerger, il émet des énergies négatives…

R : Ses méthodes accomplissent la tâche.

Q : (L) Donc en d’autres termes, c’est bon pour lui d’exploser et d’éructer tous ces…

R : Cela repousse les attaquants, parce que ce qu’ils aiment, c’est la passivité blasée.

Q : (L) Eh bien, nous ne parlons pas de passivité ici. Êtes-vous sûrs que vous êtes un Cassiopéen ? On dirait que vous conseillez à Frank de se lâcher… Je crois qu’on attire les Lizzies là, à cause de ta négativité…

R : Inexact, tu as ta « manière » de repousser les attaques, et Frank a la sienne.

Q : (L) Eh bien, je ne vois tout simplement pas comment un tas d’énergies négatives exprimées en pensée et en acte peut repousser des êtres qui se nourrissent d’énergie négative. Je veux dire, ils doivent jubiler de le rendre malheureux au point de déclencher ce type de comportement qui me mine.

R : Ne mine pas quand repousse.

Q : (L) Eh bien, le problème est que quand il agit ainsi, tous ceux qui l’entourent en font les frais, alors, où voulez-vous en venir ici ?

R : Subjectif, tes méthodes peuvent aussi être perçues comme minantes.

Q : (L) Oui, je le sais bien, mais je m’efforce d’être totalement hermétique aux attaques. N’est-ce pas le but ultime ?

R : Tant que ça marche, on ne touche à rien.

Q : (L) Donc quand quelque chose me mine ou que je suis attaquée, je devrais simplement pester, déblatérer et gueuler, et continuer comme ça ?

R : Ce n’est pas ce que tu fais, toi tu ripostes extérieurement. Frank riposte intérieurement. La manifestation externe est un simple défoulement verbal sans conséquence si reconnu comme tel.

Q : (L) Selon ma compréhension, le Service d’autrui implique une absence totale d’égotisme. Donc, l’objectif est de ne pas du tout penser à soi, si bien que dans un tel état d’abnégation, lorsqu’on se sent attaqué, tourmenté ou harcelé, on n’y prête tout simplement aucune attention, et l’on continue son chemin de façon paisible. Est-ce que j’ai mal compris ?

R : Pas mal compris, mal interprété.

Q : (L) Donc j’interprète mal le manque de considération de Frank pour mes sentiments parce qu’il fulmine et que ça me mine… son attitude est en fait SDA, et c’est simplement ma subjectivité qui fait que je le prends mal, et donc, je devrais éliminer ma subjectivité pour lui rendre service afin qu’il puisse continuer à vomir sa bile et donc ne pas me miner, c’est ce que vous voulez dire ?

R : À côté de la plaque.

Q : (L) C’est pourtant ce que vous dites.

R : Tu veux croire que c’est ce que nous disons, mais ce n’est pas le cas ; nous disons que tous devraient s’efforcer d’être objectifs.

Q : (L) Eh bien, je ne pense pas qu’il soit très objectif de partir en vrille à la moindre infortune ou coup du sort. Je pense qu’une partie du processus consiste à apprendre à traverser toutes ces épreuves de façon sereine. Et ce que vous dites, vous, c’est que ça ne pose pas de problème de traverser des crises, qu’il n’y a qu’à se lâcher…

R : Vous êtes tous en train d’apprendre, y compris Frank.

Q : (L) Bon, laissons tomber ça. Il n’y a rien de logique.

R : Ta perception, tout ce processus a bien d’autres manifestations à d’autres niveaux, des niveaux autres que le 3e…

Q : (L) Bon, je pense que vous ne comprenez pas vraiment ce qui se passe. Je pense que c’est…

R : Si, nous comprenons. Toi, tu ne comprends pas. Ouvre ton esprit.

Q : (L) Eh bien, la seule chose que je puisse changer dans toute cette affaire, c’est simplement d’arrêter d’écouter Frank râler et se lamenter à propos de choses que tous les autres ont endurées sans se plaindre et rouspéter, car cela m’énerve vraiment à l’extrême de devoir écouter ça alors que tous les autres y ont fait face en restant impassibles.

R : Si Frank essayait de rester « impassible », cela le détruirait à cause de sa constitution qui ne correspond pas à celle de la plupart des autres ; essaie de reconnaître les différences.

Q : (L) Eh bien, j’admets les différences mais moi aussi, je ne suis qu’un être humain.

R : Si l’on te demandait de rester passive face à des agresseurs, que ressentirais-tu ?

Q : (L) Eh bien, je croyais que c’était ce que j’étais censée pratiquer, et en fait c’est ce que je fais. Je pensais qu’il était question d’avoir des actes et des pratiques qui nous rendent différents de ce qu’on a été programmé à être.

R : Lorsque cela reste entièrement dans ta « zone de confort », pas avant ; souviens-toi, dans « Les messagers de l’aube», il est dit de faire ce qui ne demande pas d’efforts.

Q : (L) D’accord, il est dit de faire ce qui ne demande pas d’efforts. Ça demande beaucoup d’efforts de supporter Frank quand il est comme ça, donc il devra jurer ses grands dieux qu’il ne se plaindra plus jamais auprès de moi. OK. Ça me demande beaucoup trop d’efforts de gérer ça.

R : Entraînerait un retour karmique.

Q : (L) Eh, une minute là. Vous venez juste de dire de faire ce qui ne demande pas d’efforts. J’ai expliqué que ça exigeait beaucoup d’efforts de ma part pour supporter ce genre de choses, et maintenant vous dites que ça me créera un retour de karma ?

R : Non, nous avons dit de « faire » ce qui ne demande pas d’efforts, l’« acceptation » est une tout autre question.

Q : (L) Qu’est-ce que ça veut dire ? (F) Je pense que ça veut dire que faire est une chose, accepter en est une autre. Si j’ai un travers que tu n’aimes pas, ce n’est pas faire. Que tu l’acceptes ou non, cela n’a rien à voir avec les actes. Je t’accepte avec tes travers et tout, mais tu dis que tu refuses tout simplement de… (L) Mais je ne t’agresse pas non plus. (F) Je ne t’agresse pas. (L) Mais ça revient au même pour moi. Devoir écouter sans cesse des lamentations et des plaintes équivaut à être agressée. J’écoute les problèmes de tout le monde toute la journée, et j’en ai marre des gens qui se plaignent et ne font jamais rien pour les régler. (F) Bon, tu ne dis pas que mes problèmes te dérangent, ce sont les problèmes de tout le monde, et il est bien dit qu’il y a là un sens karmique. Ce qui veut dire que tu dois t’être mise dans une situation où tu es entourée de gens qui se plaignent et maugréent sur leurs problèmes. Et ça, tu l’as choisi. Si tu ne voulais pas écouter les problèmes des autres, pourquoi t’être mariée et avoir des enfants ? (L) Eh bien, on pourrait penser que mes amis savent que je n’ai pas besoin qu’on décharge ses problèmes sur moi… (F) Qui se décharge de ses problèmes sur toi ? Tu continues à dire cela comme si quelque part… (L) Bon, laissons tomber. Je voudrais demander : l’autre nuit, Frank a lu les lignes de ma main et m’a donné plusieurs éléments d’information. Quand il lit les lignes de la main, est-ce qu’il canalise directement ces informations ?

R : Certaines.

Q : (L) D’où proviennent les autres informations qu’il obtient quand il lit les lignes de la main ?

R : Varié.

Q : (L) Eh bien, il m’a parlé d’un truc enterré dans ma cave. Y a-t-il réellement quelque chose d’enterré dans ma cave ?

R : Découvre.

Q : (L) Comment puis-je le découvrir sans tout retourner ?

R : La patience ouvrira la voie.

Q : (L) Est-ce un indice que quelque chose est enterré sous les marches de l’escalier de la cave plutôt que sous la cave elle-même ?

R : Non.

Q : (L) Eh bien, j’y suis allée aujourd’hui — j’ai demandé aux enfants de vider la cave — je me suis promenée en tapotant et en cognant, et…

R : Oui.

Q : (L) Je me suis servie d’un pendule. J’ai repéré un endroit à l’aide du pendule, j’ai trouvé un endroit. J’ai pris la masse et j’ai fracassé une partie de la dalle de la cave, j’ai creusé à une profondeur d’un mètre et il n’y avait rien. Maintenant, je ne suis pas pressée de faire ça sur une surface de 3mx2m, et je n’ai certainement pas l’intention d’abattre tous les murs…

R : Partie du processus de découverte, teste l’aptitude radiesthésique sur des entités connues afin d’affiner le procédé.

Q : (L) Eh bien, ne pourrait-on pas dire que soit la radiesthésie marche, soit elle ne marche pas ? La tester sur des entités connues…

R : Dépend de l’aptitude du radiesthésiste comme pour tous les talents psi.

Q : (L) Eh bien, l’idée que j’en retire, c’est que je pourrais ne pas être la personne qui doit manier le pendule, c’est bien ça ?

R : Si tu prends une leçon de piano et échoues à jouer du Chopin, cela signifie-t-il que tu devrais abandonner le piano ?

Q : (L) Bon, permettez-moi de vous demander une réponse claire et nette à ce sujet : y a-t-il dans la cave quelque chose qui justifie de poursuivre cette entreprise ?

R : Oui.

Q : (L) Cela vaut-il la peine de démolir cette satanée cave pour la trouver ?

R : À toi de voir.

Q : (L) Bon, puis-je demander si ça vaut 5 000 dollars ?

R : Pour certains.

Q  : (L) Est-ce que ça vaut 10 000 dollars ?

R : Découvre.

Q : (L) Qu’est-ce que c’est ? (F) De l’argent, ça pourrait être de l’or, ou des bijoux, ou un certificat d’actions de valeur. (L) En parlant de certificat d’actions, j’en ai un vieux pour une part dans l’ Elk’s Club. Il est très très ancien. Vaut-il quelque chose et est-ce que je devrais le faire expertiser ?

R : Oui.

Fin de la Séance

2.3 Séance du 5-janvier-1995

Séance du 5 janvier 1995 :

Participants : « Frank » et Laura

Q : (L) Bonjour, qui est avec nous ce soir ?

R : Turoian.

Q : (L) D’où venez-vous ?

R : Cass.

Q : (L) Cass ? On abrège Cassiopée maintenant ?

R : Mais oui, pourquoi pas ?

Q : (L) Bon, je suis persuadée que vous êtes au courant de l’émoi d’hier avec la confirmation des informations reçues il y a quelque temps à propos de la dernière incarnation de J_ où il était pilote au Vietnam…

R : Oui.

Q : (L) Eh bien, j’aimerais des détails supplémentaires sur ce G_ R_ K_. Est-ce réellement l’individu qui s’est réincarné dans mon fils ?

R : Probablement, mais à toi de découvrir afin d’apprendre. Souviens-toi, tout n’est que leçon.

Q : (L) Eh bien, j’aimerais obtenir de vous des informations et ensuite pratiquer une séance sur J*** afin de les comparer, pour avoir une sorte de ligne conductrice. Est-ce que ça irait ?

R : Dac.

Q : (L) Première chose : G_ R_ K_, l’individu probable, pourriez-vous nous dire quel type d’avion il pilotait ?

R : EC 121.

Q : (L) Combien d’autres personnes y avait-il dans cet avion ?

R : 15.

Q : (L) Et cet avion a été abattu ?

R : Oui.

Q : (L) Il ne s’est pas simplement écrasé, exact ?

R : Oui.

Q : (L) Qu’était-il en train de faire lorsqu’il a été abattu ?

R : Mission combinée de reconnaissance et bombardement.

Q : (L) Qui pilotait l’avion ?

R : Ils étaient deux.

Q : (L) Comment s’appelaient-ils ?

R : G_ et G_. Les « Deux G ».

Q : (L) Maintenant, la sœur de G_ R_m’a appelée — comment a-t-elle réagi à ces informations ?

R : Anticipation.

Q : (L) Qu’anticipe-t-elle ?

R : Retrouvailles.

Q : (L) À cause de ces informations, A_ a évidemment demandé qui elle était lors de sa dernière vie. Pourriez-vous me le dire ?

R : Rebecca Rendell.

Q : (L) Où vivait-elle ?

R : Géorgie.

Q : (L) Quand était-elle née ?

R : 1900.

Q : (L) Quand est-elle morte lors de cette vie ?

R : 1963.

Q : (L) Est-ce la vie dont elle s’est rappelée sous hypnose où elle se trouvait assise à attendre et disait que tout le monde était parti, l’avait abandonnée, qu’elle était seule ?

R : Oui.

Q : (L) Quelle était la situation ? Pourquoi se sentait-elle aussi abandonnée et seule ?

R : Alcoolisme.

Q : (L) Elle était alcoolique ?

R : Oui.

Q : (L) Elle était seule et abandonnée à cause de son alcoolisme ?

R : Problèmes, mari.

Q : (L) Elle avait des problèmes avec son mari à cause de son alcoolisme ou ses problèmes conjugaux ont entraîné son alcoolisme ?

R : Entremêlés.

Q : (L) Avait-elle des enfants dans cette vie ?

R : Un.

Q : (L) Quand cet enfant est-il né ?

R : 1919.

Q : (L) Est-il toujours en vie aujourd’hui ?

R : Non.

Q : (L) Avait-elle des petits-enfants ?

R : Trois.

Q : (L) L’enfant était-il un garçon ou une fille ?

R : Fille. Fonora Jean. {Ou Nora Jean}

Q : (L) La question suivante concerne A_. Qui était A_ lors de sa dernière vie ?

R : En as-tu fini avec J_ ?

Q : (L) Eh bien, je suppose que je pourrais poser quelques autres questions à son sujet. Que pourrais-je demander d’autre ?

R : Poumons brûlés par les flammes.

Q : (L) Est-ce arrivé lors de l’écrasement ?

R : Immédiatement après la frappe du missile.

Q : (L) Dites-nous en plus sur ce que vous voyez en ce moment.

R : Respire du feu.

Q : (L) Était-ce la cause de la mort ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce la raison pour laquelle J_ s’est mis à avoir de l’asthme ?

R : Oui.

Q : (L) Et précédemment, vous avez dit que sa jambe avait été arrachée par la frappe du missile, c’est bien ça ?

R : Oui.

Q : (L) Y a-t-il eu d’autres blessures qui pourraient lui provoquer une réaction violente dans cette vie-ci ?

R : Colonne vertébrale cassée en 17 endroits.

Q : (L) Est-ce pour cela qu’il a mal au dos ?

R : Oui.

Q : (L) D’autres symptômes physiques ou expériences ?

R : Psychologiques.

Q : (L) Lors de cet épisode, combien de temps après la frappe du missile a-t-il véritablement quitté son corps ?

R : 14 secondes.

Q : (L) C’était assez instantané.

R : À peu près.

Q : (L) Pourtant, dans ces circonstances, 14 secondes ça peut paraître une éternité. (F) Sans blague. Le temps ne s’écoule plus. (L) Quelles furent les dernières pensées de G_ R_ avant de quitter son corps ?

R : Il a pensé à sa famille et à la maison de son enfance.

Q : (L) Si j’emmenais J_ voir la maison où G_ R_ a grandi, s’en souviendrait-il ?

R : Ce n’était que l’une de ses maisons.

Q : (L) Se souvenait-il de sa première maison ?

R : Oui !

Q : (L) Était-il particulièrement proche de sa sœur R_ ?

R : Plus proche des frères.

Q : (L) Est-ce que…

R : Rivalités, les autres frères et sœurs étaient plus affirmés.

Q : (L) Autre chose que nous devrions savoir ?

R : Les restes du corps étaient douteux.

Q : (L) Ils ont pu enterrer les mauvais restes dans la tombe de G_ R_ ?

R : Ouvert.

Q : (L) Eh bien, que voulez-vous dire par « les restes étaient douteux » ?

R : Tout le dira.

Q : (L) C’est tout ce que vous allez nous dire à ce sujet ?

R : Oui.

Q : (L) Eh bien, voilà qui est vraiment curieux. Bonté divine. OK, j’aimerais savoir qui était A_ lors de sa dernière vie ?

R : Luther Meinhardt.

Q : (L) Où vivait Luther Meinhardt ?

R : Deutschland.

Q : (L) Et en quelle année est né Luther Meinhardt en Deutschland ?

R : 1904.

Q : (L) Quand est mort Luther Meinhardt ?

R : 1947.

Q : (L) De quoi est mort Luther Meinhardt ?

R : Dysenterie.

Q : (L) Y avait-il un lien entre Luther et moi lors de cette vie ?

R : Était officier dans la Gestapo.

Q : (L) Est-ce que je connaissais cet officier dans la Gestapo ?

R : Pas directement, ou de nom.

Q : (L) Eh bien, si je ne connaissais pas cette personne directement ou de nom, a-t-elle eu un effet sur ma vie ?

R : Oui.

Q : (L) Quel effet cette personne a-t-elle eu sur ma vie ? Qu’a-t-elle fait ?

R : Arrêté ton mari.

Q : (L) Et quand mon mari a été arrêté, que s’est-il passé ?

R : Rien d’important.

Q : (L) Qu’est-il arrivé à mon mari après son arrestation ? Pourquoi a-t-il été arrêté ?

R : Judisch.

Q : (L) Il a été arrêté parce qu’il était juif ?

R : Oui.

Q : (L) Étais-je aussi juive ?

R : Non.

Q : (L) Combien avais-je d’enfants ?

R : Quatre.

Q : (L) Quelle conséquence a eu l’arrestation de mon mari ? A-t-il été emmené dans un camp de concentration, a-t-il été tué, ou autre ?

R : Tué.

Q : (L) Comment a-t-il été tué ?

R : Fusillé.

Q : (L) Est-ce là que je me suis suicidée en me jetant par une fenêtre ?

R : Oui.

Q : (L) Bien, il y avait les quatre enfants ; que leur est-il arrivé ?

R : Emmenés au camp « Orphelinat ».

Q : (L) Que leur est-il arrivé à tous les quatre ?

R : Différents destins.

Q : (L) Quel était le nom du plus âgé ?

R : Rita.

Q : (L) Qu’est-il arrivé à Rita ?

R : Morte au camp.

Q : (L) Quel âge avait Rita lorsqu’elle est morte dans le camp ?

R : 17.

Q : (L) Quel était le nom du deuxième ?

R : Gerta.

Q : (L) Qu’est-il arrivé à Gerta ?

R : Morte au camp.

Q : (L) Quel âge avait Gerta lorsqu’elle est morte ?

R : 15.

Q : (L) Quel était le nom du suivant ?

R : Klaus.

Q : (L) Qu’est-il arrivé à Klaus ?

R : A fait l’objet d’expériences, a survécu, vit en Autriche ou en Hollande.

Q : (L) Pourquoi vit-il dans l’un ou l’autre  de ces pays ?

R : Difficile à décrypter en raison de ses mouvements.

Q : (L) Est-ce qu’il se déplace d’un endroit à l’autre ?

R : S’est déplacé ou se déplace.

Q : (L) Et Klaus est toujours en vie. Quand Klaus est-il né ?

R : 1929.

Q : (L) Comment s’appelait la famille ?

R : Gerspringer.

Q : (L) Qu’est-il arrivé au plus jeune des enfants ?

R : Ernst. Mort en 1987.

Q : (L) Donc, Ernst a survécu au camp. Est-ce que dans les enfants que j’ai maintenant certains sont la réincarnation de mes enfants de l’époque ?

R : Non.

Q : (L) Cette situation comporte-t-elle des ramifications auxquelles je dois faire face ?

R : Surveille les relations karmiques avec A_. Tu peux éprouver une colère dissimulée.

Q : (L) Mais A_ est un bébé tellement adorable ! Pourquoi a-t-elle décidé de venir dans ma famille si elle faisait partie de la Gestapo qui a détruit ma famille ?

R : Culpabilité.

Q : (L) Elle a voulu venir pour soulager sa culpabilité ?

R : Était de la Gestapo mais les intentions n’étaient pas mauvaises, juste des « ordres ».

Q : (L) Et qui était mon mari dans cette vie-là ?

R : Gerhard.

Q : (L) Qui est-il dans cette vie-ci ? S’est-il déjà réincarné ?

R : Non.

Q : (L) Ne m’aviez-vous pas dit qu’il s’était réincarné et que c’était G_ M_ ?

R : Si, mais est apparemment décédé et une autre entité te l’a dit, pas nous.

Q : (L) Donc, la fois où ces questions ont été posées, l’entité qui nous a répondu était une influence corrompue ?

R : Pas corrompue, juste autre.

Q : (L) C’est un autre cassiopéen qui m’a dit ça ?

R : Vérifie les enregistrements.

Q : (L) Je ne comprends pas. Bon, puisque vous avez soulevé le sujet, essayez-vous de dire que l’entité dans cette personne est morte et qu’une autre entité a pris sa place ?

R : Non. G_ était époux, mais autre vie.

Q : (L) Je crois que je vois. Bien, où se trouve la personne qui était mon mari dans cette vie-là ? Flotte-t-il quelque part ?

R : Oui.

Q : (L) OK. Dans quelle vie G_ était-il mon mari ?

R : Avant-dernière.

Q : (L) Quand était-ce ?

R : Années 1800.

Q : (L) Lors de cette vie en particulier, quelles étaient les relations karmiques, la dynamique ?

R : Mari et femme. Deutschland, Prusse.

Q : (L) Quel était son nom ?

R : Gunther Steinbrandt.

Q : (L) Quel était mon nom lors de cette vie-là ?

R : Wilhelmina.

Q : (L) Avions-nous des enfants ?

R : Non.

Q : (L) Quel était le métier de Gunther Steinbrandt ?

R : Soudeur.

Q : (L) Il travaillait aux soudures ?

R : Oui.

Q : (L) Je ne savais pas que la soudure existait à l’époque. Cette vie a l’air franchement ennuyeuse. S’est-il passé quelque chose de dramatique ou d’intéressant lors de cette vie ?

R : Subjectif.

Q : (L) Il semble y avoir un fort karma entre mon mari actuel et moi. Quelle en est l’origine ?

R : Étiez amants en Perse.

Q : (L) Et c’était dans les années 1600, comme on nous l’a dit auparavant, c’est bien ça ?

R : Oui.

Q : (L) Y a-t-il un karma particulier non résolu entre moi et l’un de mes enfants ? Un karma non résolu avec un ou plusieurs de mes enfants ?

R : A_.

Q : (L) Et avec A_ ?

R : Non.

Q : (L) Qui était A_lors de sa dernière vie ?

R : Brian Jones.

Q : (L) Quand Brian Jones est-il mort ?

R : 1889.

Q : (L) Quand Brian Jones est-il né ?

R : 1803.

Q : (L) Tous mes enfants sont-ils fortement liés à moi, que ce soit en termes d’affection, de karma, ou autre ?

R : Comme toujours.

Q : (L) À quand remonte la dernière vie où Frank et moi étions ensemble ?

R : Années 1700.

Q : (L) Qui était Frank dans les années 1700 ?

R : Fils d’un propriétaire terrien bavarois.

Q : (L) Qui étais-je dans cette vie-là ?

R : Fille.

Q : (L) J’étais la fille de Frank ?

R : Non, la sœur.

Q : (L) Était-ce la même existence que celle où j’étais la femme de G_ ?

R : Non. As passé trois vies dans ce qui est aujourd’hui l’Allemagne.

Q : (L) Ma mère était-elle avec moi dans cette vie ?

R : Non.

Q : (L) Dans cette vie en tant qu’enfants d’un propriétaire terrien bavarois, comment s’appelait Frank ?

R : Heinrig.

Q : (L) Et moi ?

R : Sheila.

Q : (L) Que faisions-nous dans cette vie ? Nous nous disputions ?

R : Existence protégée.

Q : (L) Des talents ou aptitudes exceptionnels ?

R : Piano et harpe.

Q : (L) Donc, tout ce que je faisais, c’était m’asseoir et jouer du piano et de la harpe à longueur de temps ?

R : Pas loin.

Q : (L) Et lire des livres ? Que faisait Frank, il fumait des cigares et regardait par la fenêtre ?

R : Lisait.

Q : (L) Ça devait être sympa, Frank. Dans quelle région de Bavière était-ce ?

R : Près de München. Au Sud de là-bas. Sur Braunau.

Q : (L) Était-ce une très grande maison ?

R : Château.

Q : (L) De mieux en mieux. Est-ce que le château existe encore ?

R : Oui.

Q : (L) Le connaîtrions-nous de nom ?

R : Non.

Q : (L) Quel était notre nom de famille ?

R : Von Endersohn.

Q : (L) Avons-nous eu des vies longues, épanouissantes et heureuses ?

R : Ouvert.

Q : (L) Avons-nous connu des tragédies ?

R : L’époque était tourmentée.

Q : (L) Bon, à quel âge suis-je morte ?

R : 43.

Q : (L) À quel âge Frank est-il mort ?

R : 43.

Q : (L) Étions-nous jumeaux ?

R : Non.

Q : (L) Qui était le plus vieux, moi ou lui ?

R : Un an d’écart.

Q : (L) De quoi est-il mort ?

R : Crise cardiaque.

Q : (L) De quoi suis-je morte ?

R : Pneumonie.

Q : (L) À notre mort, est-ce que nous vivions toujours dans notre château ?

R : Oui.

Q : (L) L’un de nous a-t-il eu des enfants ?

R : Non. Étiez protégés de l’agitation visant les riches.

Q : (L) Comment étions-nous protégés de ces troubles ?

R : Viviez isolés. Ne vous êtes jamais mariés.

Q : (L) Eh bien, je présume que c’est un moyen de se protéger de l’agitation, ne jamais sortir, tout simplement. Nous restions simplement là, à jouer du piano et de la harpe et à lire des livres. À mes oreilles, ça sonne comme une existence pour le moins rêvée. Est-ce que nous montions aussi à cheval ?

R : Oui.

Q : (L) Je suppose que nous travaillions dur à nous distraire. (F) Ce doit être pour ça que nous aspirons tous les deux à la sécurité, à lire paisiblement, et ainsi de suite. (L) J’ai toujours voulu vivre en Europe. Cela me rendrait-il heureuse de le faire ?

R : À toi de voir.

Q : (F) Eh bien, c’est probablement pour ça que tu aspires à vivre en Europe, parce que tu as vécu trois existences dans cette partie du monde. (L) Si j’utilisais l’hypnose, pourrais-je améliorer mon piano ? Et pourrais-je automatiquement jouer de la harpe ?

R : Ouvert.

Q : (L) Cela a-t-il déjà été tenté auparavant ?

R : Oui.

Q : (L) L’autre soir, lors du réveillon du Nouvel An, vous avez dit qu’il y avait tout un groupe de visiteurs célestes, et parmi eux, vous avez cité mon arrière-grand-mère, Laura, c’est bien ça ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce que ça veut dire qu’elle n’est pas allée dans la lumière ou ceux qui y sont allés peuvent-ils revenir ?

R : Cette dernière.

Q : (L) J’aimerais savoir ce que ma grand-mère pense du fait d’être morte ?

R : Soulagement.

Q : (L) Je crois que si elle a tenu aussi longtemps, c’est parce qu’elle s’inquiétait pour moi. Je pense beaucoup à elle. Le sait-elle quand je pense à elle ?

R : Peut-être.

Q : (L) Pour en revenir au concept des walk-ins que Ruth Montgomery a fait connaître, est-ce que cela arrive ?

R : Rarement.

Q : (L) Et dans le cas de celui qui se faisait appeler Lobsang Rampa ? Lobsang Rampa était-il un walk-in ?

R : Non.

Q : (L) Quelle était la source des écrits de Lobsang ?

R : Une imagination débridée.

Q : (L) Donc, les livres de Lobsang venaient essentiellement de son imagination et n’étaient aucunement canalisés ?

R : Ouvert.

Q : (L) Est-il possible qu’il ait canalisé certaines informations ?

R : Oui.

Q : (L) J’ai envoyé plein de courrier aujourd’hui, j’ai envoyé une copie à MF avec une lettre d’accompagnement, etc. Je suis curieuse de savoir si ça lui ouvrira les yeux sur le fait que [cette expérience] est bien plus intéressante que ce qui se passe avec Scarlett.

R : Douteux.

Q : (L) J’ai également envoyé une copie à L_ S_ et à ce groupe métaphysique près d’ici au n°54, et aussi à J_ et G_ B_… Comment M_ N_ va-t-elle réagir à nos informations ?

R : Ouvert.

Q : (L) Allez-vous me donnez des indications sur la façon dont ces gens vont réagir à ces informations ? Pouvez-vous regarder dans l’avenir et me donner une idée de ce que je peux attendre de ces différentes personnes ?

R : Tu verras bien.

Q : (L) Jusqu’à présent, de ce que j’ai pu voir du réseau [internet], tant que je n’aurais pas une ligne d’accès, il semble que notre usage va être sévèrement limité.

R : Renseigne-toi sur le numéro gratuit.

Q : (L) Eh bien, pour avoir un numéro gratuit, il faudrait que la compagnie le propose. Je vais me renseigner, mais je ne le pense pas. Maintenant, cette personne sur [internet], IrishSir, j’ai décidé que je n’allai pas lui répondre, car il est très agressif dans ses propos. C’est comme s’il tentait de me mettre dans une situation où il peut attaquer. Ce plan d’action est-il acceptable ?

R : Ouvert.

Q : (L) Y a-t-il quoi que ce soit que je pourrais lui dire qui l’affecterait ?

R : Bien sûr.

Q : (L) Un indice sur l’approche à adopter ?

R : À toi d’apprendre à communiquer avec les provocateurs.

Q : (L) L’autre soir lorsqu’on parlait de Jésus, j’ai demandé s’il y avait une personne historique qui lui ressemblait et vous avez répondu que vous faisiez un balayage.

R : Non.

Q : (L) Quel était le vrai nom de Jésus ?

R : Jesinavarah.

Q : (L) Quelle est l’origine de l’aversion de [ma fille aînée] pour ce que je fais et pense ?

R : Orientation différente.

Q : (L) Et quelle est son orientation ?

R : Matérielle.

Q : (L) A_ est-elle candidate à la 4e densité ?

R : Ouvert.

Q : (L) Il y a eu beaucoup de formations nuageuses de forme inhabituelle ces derniers temps. À quoi est-ce dû ?

R : Convergence de vents à haute altitude.

Q : (L) Quand cela arrive, est-ce représentatif de quoi que ce soit dans d’autres dimensions ? Ou cela a-t-il un rapport avec les formations d’ondes électromagnétiques émanant de la Terre ?

R : Vague.

Q : (L) Pour le dire autrement : ces vents de haute altitude et ces étranges formes nuageuses pourraient-ils être des interactions de 4e, 5e, ou 6e densité ?

R : Peut-être.

Q : (L) Ces configurations nuageuses pourraient-elles être la conséquence d’étranges formations électromagnétiques sur Terre, comme celles qui annoncent des séismes et des éruptions volcaniques ?

R : Peuvent.

Q : (L) Une éruption volcanique ou un tremblement de terre va-t-il se produire d’ici, disons, dix jours ?

R : Oui.

Q : (L) Lequel des deux ?

R : Tremblement de terre. Andes. 7,6 Pérou.

Q : (L) Y a-t-il quoi que ce soit que nous devrions savoir avant d’arrêter là pour ce soir ?

R : Non.

Q : (L) À quelle heure G_ R_ est-il né ?

R : Matin. 6 h 21.

Q : (L) Je m’excuse d’avoir posé autant de questions personnelles, mais cette histoire concernant [mon fils] a définitivement donné beaucoup de crédibilité à cette source.

R : Bonne nuit.

Fin de la séance

2.4 Séance du 7-janvier-1995

Séance du 7 janvier 1995 :

Participants : « Frank », Laura, Terry, Jan, V, D, T

Q : (L) Bonjour.

R : Bonjour. V_ victime. [Rires]

Q : (L) Qui est avec nous ce soir ?

R : Talc.

Q : [Du talc est saupoudré sur la planche] (L) J’imagine que maintenant vous voulez aussi de l’après-rasage.

R : Après-rasage, s’il vous plaît.

Q : (L) Qui est avec nous ce soir ?

R : Lomarra.

Q : (L) Êtes-vous un désincarné ?

R : Non.

Q : Qu’êtes-vous ou qui êtes-vous ?

R : Être de lumière.

Q : (L) Et d’où transmettez-vous ?

R : Cassiopée.

Q : (L) Nous avons quelques questions intéressantes ce soir. Je pense que tout le monde a en tête les étranges événements survenus la nuit dernière et au petit matin, que Terry et Jan ont racontés, et qui sont comparables à ce que John dit avoir vécu, ainsi que le papa de Terry. De plus, quelque chose a réveillé A_ en sursaut, et moi-même je me suis réveillée avec une impression étrange. Cet événement nous a interpellés, et nous souhaiterions avoir des informations là-dessus. C’était quoi, au juste ?

R : Le tonnerre.

Q : (L) Cet impact semblait extraordinairement violent, et il semble avoir été perçu sur une grande distance, dans plusieurs directions. Où donc a frappé la foudre ?

R : La cellule était structurée uniformément sur toute la région.

Q : (T) Donc, c’est pour ça que nous avons tous entendu ce fracas particulier ?

R : Non. Chaque zone a été affectée par un profil EM similaire, d’où un événement particulièrement chargé dans chacune des zones.

Q : (L) Qu’est-ce qu’un profil EM ?

R : Électromagnétique.

Q : (L) Est-ce que cet impact avait une signification particulière, étant donné qu’aucun d’entre nous ne se rappelle avoir vécu une chose pareille — du moins, pas dans notre mémoire immédiate ? Quelles sont les implications de cet impact, en termes d’activités de 4e densité ?

R : Vous avez vécu des choses pareilles. Et, oui, comme toujours.

Q : (L) Cet impact était tellement violent. Qu’est-ce qui pouvait bien se passer en 4e densité pour produire un tel raffut ?

R : Chevauchement de densités pendant environ 1,3 seconde, selon vos mesures temporelles, c’est-à-dire que pendant 1,3 seconde, vous avez complètement vécu dans la 4e densité.

Q : (T) Donc il était important pour nous de remarquer cet événement ?

R : La constatation était plus importante que l’événement.

Q : (V) Puis-je demander… Donc, à chaque fois qu’il y a… ai-je tort de présupposer qu’à chaque fois qu’il y a du tonnerre, il y a un mélange avec la 4e densité ? (L) Non, non. (V) C’était uniquement cette fois-ci ? (T_) Et si l’on n’a rien remarqué ? Je n’ai rien entendu. (T) Quelle était la réponse ? (L) La constatation était plus importante que l’événement. (T) Donc il était important que nous sachions que quelque chose s’était passé…

R : Tu l’as remarqué à un autre niveau de conscience.

Q : (L) Cet événement a-t-il quelque chose à voir avec l’expérience de A_ ce matin, quand elle a été réveillée par un bruissement dans sa chambre et qu’elle a cru entendre une petite voix grinçante l’appeler par son nom ?

R : Oui.

Q : (L) OK, de quoi a-t-elle fait l’expérience ?

R : « Résident » de 4e densité.

Q : (L) De quelle sorte de résident de la 4e densité s’agissait-il ?

R : Om.

Q : (L) Qui est Om ? (V) Est-ce un nom ? (T) Om est-il le nom de cet être ?

R : Type.

Q : (L) Qu’est-ce qu’un type Om ?

R : Il vaut mieux que tu n’en saches rien !

Q : (L) Non, je préfère savoir. Si quelque chose doit rendre visite à ma fille dans sa chambre, je veux vraiment savoir de qui ou de quoi il s’agit.

R : Qui dit que cela se répétera ?

Q : (V) Donc, autrement dit, si ça ne doit pas arriver tout le temps, ne t’inquiète pas, c’est ça ?

R : Oui.

Q : (T) C’était juste un événement ponctuel ?

R : Oui.

Q : (V) Et A_ en était pleinement consciente. Est-ce dû au fait que, quand elle dort, elle est dans un état d’ouverture psychique totale ?

R : Oui.

Q : (V) Doit-elle faire quelque chose pour contrôler son ouverture psychique de manière à ne pas être affectée ?

R : Pourquoi contrôler quelque chose de bénéfique ?

Q : (V) Eh bien, c’est juste que Laura était inquiète parce que, vous savez… (T_) Est-ce quelque chose à laquelle nous sommes tous confrontés de temps à autre ?

R : Trois d’entre vous ont été confrontés… non, ça fait cinq. Terry, Tom, Frank, D_, Laura.

Q : (D) Les coups sourds que j’entends chez moi, ce n’est pas ma grand-mère, exact ?

R : Oui.

Q : (D) Est-ce que ce sont des visiteurs ?

R : Oui.

Q : (D) Que pouvez-vous m’en dire ?

R : Que veux-tu savoir ?

Q : (D) Est-ce que ce sont des Cassiopéens ?

R : Nous ne « cognons » pas. [Rires]

Q : (L) Quelle est la cause de ce phénomène de coups chez D_ ?

R : Visiteurs de 5e et 4e [densité] de diverses sortes que tes nombreuses activités ont attirés.

Q : (T) Sont-ils dangereux ? (D) Mes nombreuses activités comme… faire de la voyance ? (L) Non, non, arrête. Ces êtres sont-ils en général d’orientation SDS ou SDA ?

R : SDS.

Q : (L) Donc, diverses activités de D_ les ont attirés. Quelles activités D_ a-t-elle eues à l’origine qui ont ouvert la voie à ce type de manifestation ?

R : Travailler en réseau.

Q : (L) Travailler en réseau avec qui ou quoi ?

R : Ses récents contacts.

Q : (L) Avec qui ou quoi ?

R : Des gens.

Q : (L) Qui, plus précisément ? (D) S’agit-il d’E_ Page ?

R : C’en est un.

Q : (D) M_ T ?

R : Oui.

Q : (D) J_ H ?

R : Oui.

Q : (V) Laura et Frank ?

R : Non.

Q : (D) P_ K ?

R : Non.

Q : (D) Quelqu’un de l’église [métaphysique] ?

R : Oui.

Q : (D) B_ ?

R : Non.

Q : (D) D_ W ?

R : Oui.

Q : (D) Cela a-t-il commencé par ma collaboration avec D_ W ?

R : Oui.

Q : (D) Était-ce la première fois ?

R : Oui.

Q : (D) Comment puis-je faire cesser ces visites ?

R : Complexe.

Q : (D) Par quoi commencer ? Quelle est la première étape ? (L) Eh bien, tu as une ouverture EM. La fermer serait la première étape.

R : Tu as déjà commencé.

Q : (D) En lisant. (T) En demandant ?

R : Oui. Oui.

Q : (D) Quelle est l’étape suivante ?

R : Ce n’est pas un « processus étape par étape ».

Q : (L) Ce qu’elle doit acquérir, c’est la connaissance et la conscience ?

R : La lumière est connaissance, qui est protection.

Q : (L) Je suppose que ça veut dire que tu dois visualiser de la lumière autour de toi et de ta maison. (D) Je suppose que de la sauge et de l’eau bénite… (L) Non, non, non, non, aucun rituel. La connaissance. Uniquement le pouvoir de l’esprit. (T) Serait-ce un pas dans la bonne direction si elle arrête de fréquenter P_ et son groupe ?

R : Nous ne cautionnons pas les recommandations d’amitiés et de fréquentations ; cela relève du libre arbitre.

Q : (L) Donc, ils ne te diront pas qui fréquenter, cela relève de ton choix personnel. (J) Mais maintenant que tu as des connaissances, tu peux faire un choix informé. (D) Eh bien, il n’y a pas le choix… c’est ainsi.

R : À toi de voir.

Q : (L) Avant qu’on dévie et puisque T_ M est avec nous ce soir, j’aimerais parler de…

R : Salut T_.

Q : (L) T_ a quelques questions à poser sur le fait de déménager et la direction que prend sa vie — ce sera bref. Je vais le laisser poser ses questions.

R : Maintenant tu commences à voir ce qui arrive quand tu laisses les émotions prendre le contrôle, T_. Nous t’avons averti de manière subtile.

Q  : (T_) Que dois-je faire pour me remettre sur la bonne voie spirituellement ?

R : Nous te parlions directement dans les deux dernières réponses.

Q : (T) As-tu reçu une sorte d’avertissement ?

R : Te souviens-tu, T_ ?

Q : (T_) Non, je ne me souviens pas de l’avertissement.

R : OK, maintenant réfléchis bien, accède aux souvenirs du premier jour d’« union ».

Q : (T_) Est-ce que vous parlez de ma relation avec A_ ?

R : Nous restions discrets.

Q : (L) Tu as vendu la mèche, ils étaient discrets. As-tu reçu une sorte d’avertissement ? (V) As-tu eu une intuition ? (L) N’as-tu pas appris que ta relation t’éloignait de ta voie spirituelle ? (D) T’a-t-elle demandé d’abandonner quoi que ce soit ? (V) Est-ce que la relation te mettait mal à l’aise ? (D) Cela a-t-il déclenché chez toi des idées négatives vis-à-vis de la spiritualité ?

R : Laissez T_ trouver. C’est plutôt personnel.

Q : (T_) OK. Eh bien, je pense à…

R : T_ a tendance à être rebelle et cachottier.

Q : (J) Ce n’est pas un si mauvais mélange. (T) Ouais, j’y travaille… (V) Nous avons tous nos croix à porter… (L) T_ prévoit maintenant de… sa relation a créé des situations qui lui ont causé des désagréments ; maintenant il est prêt à parcourir la moitié du pays pour y échapper…

R : Syndrome récurrent.

Q : (T) Peu importe où tu vas, tu restes toi. (L) Le décor peut changer, mais tu resteras le même avec les mêmes problèmes tant que tu ne changeras pas. (T_) C’est vraiment parce que je sais que je pourrai mieux subvenir à mes besoins là-bas, et qu’on peut mieux gagner sa vie.

R : Comment sais-tu ça ?

Q : (T_) Parce que j’ai consulté les journaux, j’ai étudié ce qu’il y avait là-bas… Il y a plus de boulots, plus d’appartements, plus d’opportunités, de meilleures chances de réellement avancer… (L) Qui essayes-tu de convaincre ?

R : Vraiment ???

Q : (T_) J’ai simplement le sentiment qu’il est temps de changer.

R : Tu as souvent déjà eu ce sentiment.

Q : (T_) OK, laissez-moi demander si je pourrai trouver ma place là-bas, faire quelque chose d’indispensable ?

R : Beaucoup ont eu l’illusion que déménager améliorerait la destinée. Tous ont échoué.

Q : (L) Si tu ne réussis pas là où tu es, tu ne réussiras probablement pas non plus ailleurs. (J) Où que tu ailles, tu emportes toujours ta personnalité avec toi. Si c’est toi le problème, déménager ne changera rien. (L) Et en fait, ça peut même empirer les choses. (T) Oui, tu perds beaucoup, car tu perds tes relations et tes contacts, tes soutiens, ton réseau, tout. (T_) Eh bien, il y a aussi que j’ai simplement envie de partir. (L) Peut-être que vouloir partir est une partie de ton problème. (J) Es-tu en train de fuir ? (T_) Non. (L) Est-ce que T_ est en train de fuir. [Terry cède sa place à T_ à la planche.]

R : Oui.

Q : (L) Que pourriez-vous dire à T_ ?

R : La communauté qu’il envisage est beaucoup plus de 3e densité. Elle n’est pas axée sur la métaphysique.

Q : (L) Autrement dit, s’il déménage, il sera encore plus dans la panade ? [Pause pour discuter.] T_ pense qu’il peut y arriver… commentaires s’il vous plaît.

R : Eh bien, ce projet est lié à et dépend de considérations émotionnelles incertaines. Sa relation est instable et c’est la source du problème.

Q : (T_) Que dois-je faire pour stabiliser la relation ? (V) Oh, les jeunes ! « On va faire entrer cette cheville carrée dans ce trou rond, peu importe comment ! »

R : Ouvert.

Q : (T_) Pouvez-vous me donner un indice sur ce que je dois faire… (L) Ils disent que tu ne peux pas stabiliser cette relation… (J) Soit elle est stable, soit elle ne l’est pas.

R : Laissez T_ décider.

Q : (T_) Je veux juste demander si je peux stabiliser cette relation.

R : Découvre. Mais déménager ne la stabilisera pas.

Q : (T_) Je sais que je peux faire en sorte que ça marche, mais dois-je rester ici ?

R : Meilleure chance de survie de la relation si tu restes et résous tes problèmes.

Q : (T_) Mais sa meilleure amie est là-bas…

R : Les amitiés sont instables avec cet individu. (A_)

Q : (L) Ils disent qu’Andrea est incapable d’avoir une amitié solide et que ça peut s’étendre aux relations. (T_) Puis-je l’aider à atteindre la spiritualité ou un niveau d’éveil ?

R : Ce que nous avons dit dans la première réponse s’applique. N’a pas à être douloureux.

Q : (D_) Je me suis mariée deux fois. La veille d’épouser l’homme que je trouvais évidemment merveilleux, on m’a dit que personne n’allait me forcer à l’épouser et que si je voulais, je pouvais changer d’avis. J’avais des réserves, mais je ne pensais pas pouvoir reculer, car le mariage était déjà fixé. Et ça s’est avéré être un mariage et un divorce très destructeurs. Donc, ce que je te dis c’est que si tout n’est pas parfait chez ta copine, sur le plan de tes attentes et de tes besoins, s’il y a quoi que ce soit que tu penses pouvoir ou devoir changer chez cette personne, ou que s’impliquer avec toi la changera, tu as tort. On ne peut pas les changer, ils ne changeront pas, et la relation se détériorera de façon destructrice. Maintenant si tu demandes ce que tu dois faire pour « faire » que ça marche, c’est déjà engagé vers la destruction. Il n’est jamais trop tard pour reprendre ses esprits et faire marche arrière.

R : Oui.

Q : (L) Y a-t-il une vie antérieure ou un lien karmique entre T_ et Andrea ?

R : Comme toujours. À lui de le découvrir. Il est rebelle et n’écoute pas. Nous avons beaucoup donné, maintenant cela dépend de lui.

Q : (L) Y a-t-il quelqu’un dans cette pièce qui ne soit pas rebelle ? (En chœur) Moi ! (L) N’avons-nous tous pas appris à nos dépens ? (En chœur) Si, certainement… (V) Nous avons tous appris la leçon à laquelle T_ est confronté. C’est facile pour nous de savoir comment ça va finir, car on est tous passés par là. C’est facile pour nous de lui dire de faire marche arrière et de réfléchir à deux fois, car on a tous été obligés de le faire, mais on doit se rappeler combien ça a été douloureux pour nous à l’époque, et l’on a tous pensé que c’était la fin du monde. (L) Oui. On a tous pensé que mettre fin à une relation destructrice était la chose la plus difficile à faire… d’autres nous ont conseillés lorsqu’on était plus jeune, comme on conseille T_ maintenant, et l’on n’a pas écouté… Mais cela aurait été bien plus facile pour nous si l’on avait alors eu la sagesse de faire ce qu’on voit maintenant… (En chœur) Amen !

R : Le véritable amour n’est pas strictement hormonal.

Q : (T_) Donc, ils sont en train de dire que je peux faire que ça marche ici, mais pas là-bas ? (L) Non, T_, les chances sont aussi minces, mais ici tu as la chance d’avoir de l’entraide et ton réseau métaphysique. Là-bas, il est certain que ça échouera, et tu seras bouleversé affectivement, probablement brisé, et coincé loin de tout le monde. (V) Il n’y a pas de réponse toute faite à propos de ta relation, ils ont juste dit que si tu restes ici, les chances sont meilleures. Ils n’ont pas dit que si tu restes tu réussiras à coup sûr… Et si désormais tu recherches la spiritualité, c’est définitivement une mauvaise idée…

R : Oui.

Q : (L) Pour en revenir aux événements de ce matin, quand JW m’a raconté son expérience, il a dit que quand il avait ouvert les yeux, la lumière paraissait jaune… (V) J’ai remarqué le changement de couleur aussi… (J) Était-ce lié à l’événement ?

R : Oui.

Q : (J) Qu’est-ce qui a fait changer la lumière de couleur ?

R : Effets résiduels de la 4e densité.

Q : (L) C’est quelque chose qui se répétera de plus en plus souvent à mesure que nous progressons vers la 4e densité ?

R : Oui.

Q : (L) Cette charge électromagnétique de l’atmosphère — je suppose que c’est ce dont il s’agit, et que ça fait partie du processus de transition entre densités…

R : Oui.

Q : (L) Est-ce que cette charge électromagnétique de l’atmosphère est due à l’arrivée de cette Onde ? Et les effets que nous commençons à ressentir de plus en plus fort sont-ils dus à la présence de cette Onde ou à son approche ?

R : C’est une accumulation similaire aux effets qui précèdent l’arrivée d’une vague sur la mer.

Q : (T) Les vents très violents en Caroline du Nord et en Californie et les séismes au Japon ont-ils un rapport avec ce processus ?

R : Oui.

Q : (T) Oui. Les médias minimisent les faits… Des vents de 210 km/heure dans les Carolines ; et en Californie, ils atteignaient 240 km/h. (L) Eh bien, ils nous ont dit que nous aurions une météo vraiment bizarre. (T) Il y a eu un autre séisme au Japon aujourd’hui. Ça fait deux semaines que ça dure. Le Japon est censé disparaître. (V) Sylvia Brown est passée dans une émission TV. Sylvia Brown est considérée comme une très bonne voyante. Que pensez-vous de ses talents psi ?

R : OK.

Q : (V) Elle a dit qu’il y aurait un énorme tremblement de terre en Alaska… que pouvez-vous nous dire à ce sujet ?

R : Un des nombreux événements liés à l’accumulation qui s’étale sur des années, tel que vous mesurez le temps.

Q : (V) C’est intéressant car ça fait des années que je suis Sylvia Brown. (L) Petite question : j’ai reçu une lettre de Piers A où il me critique vertement et…

R : Piers est malavisé.

Q : (L) Eh bien, ma question c’est, outre cette lettre vraiment révoltante que j’ai reçue de ce pauvre type sur le réseau, est-ce que ces gens vont finir par ouvrir les yeux, comme je le souhaiterais vivement ?

R : Ceux qui le veulent le feront.

Q : (T) Vois ça comme ça : tu as l’esprit suffisamment ouvert pour laisser ceux qui ont l’esprit fermé rester fermés. Tu as essayé, inutile d’aller plus loin. (L) Vous avez dit que nous allions avoir une sacrée augmentation de l’activité ovni cette année. C’est exact ?

R : Bingo !

Q : (L) Et je suppose que ça a déjà commencé, parce qu’un gars au Michigan a filmé un ovni en plein jour, et cette histoire est passée aux informations pendant trois jours consécutifs ; et je ne pense pas que les journalistes étaient sarcastiques dans leurs commentaires… (F) Si, ils l’étaient. Ils en ont parlé sur la treizième chaîne et ils étaient clairement sarcastiques. (T) Ces types ont aussi perdu leur affiliation au réseau ! (L) L’ovni du Michigan, est-ce que vous pourriez l’identifier pour nous et nous dire à qui il appartenait ?

R : C’était les Gris.

Q : (L) Bon, est-ce que les Gris vont se laisser observer de plus en plus souvent dans la 3e densité, au cours des prochaines années ?

R : Oui.

Q : (L) Y a-t-il une raison à cette visibilité ?

R : Tous ces événements sont liés au processus qui vous est désormais familier.

Q : (L) Ça fait partie de leur manœuvre pour atterrir sur la planète, interagir avec les êtres humains, disons, via les médias… (T) Ils atterrissent déjà sur la planète…

R : Non, car tout est lié à l’arrivée prochaine de l’Onde. Quant aux détails, vous verrez bien avec le temps.

Q : (L) Au fait T_, tes informations sur les bases dans les Appalaches ont été confirmées. (T) Il y a des bases militaires dans les Appalaches ?

R : Oui.

Q : (L) Dissimulées ?

R : Oui.

Q : (T) Sont-elles destinées à l’assujettissement des États-Unis quand ils commenceront à mettre en œuvre les étapes finales du Nouvel Ordre Mondial dans ce pays ?

R : Reste à voir.

Q : (L) Existe-t-il des bâtiments ou des endroits dans ce pays qui serviront de crématoriums et de camps de travail, comme je l’ai lu dans plusieurs articles ?

R : Oui.

Q : (T) Quand ont-ils l’intention de lancer ce projet ?

R : Ouvert.

Q : (T) La dernière date que j’ai entendue, c’était mars 1995. (V) Bonté divine. (L) Ça fait des années que je dis, après avoir établi les cartes du ciel [astrologiques], que 1995 va être une année étrange. (V) Beaucoup d’autres personnes le disent aussi. (D) Une grosse organisation est censée T_ber… (L) Si nous visualisions un vortex de lumière et d’énergie dans le sens des aiguilles d’une montre, est-ce que cela améliorerait considérablement le flux d’énergie ?

R : Plus nécessaire.

Q : (V) Hier soir, j’ai subitement eu l’impulsion de lire le Tarot. Ça fait des mois que je ne l’avais pas fait, car je sais que ce n’est pas un canal super clair, mais j’ai eu le sentiment irrésistible qu’il convenait de le faire. La lecture que j’ai faite pour moi-même hier soir est-elle valide et factuellement vraie ?

R : Si tu souhaites qu’elle le soit.

Q : (V) Eh bien, j’espérais puiser dans votre énergie avec les cartes — était-ce le cas ?

R : Tu n’as pas besoin de cartes pour « puiser dans notre énergie ». Ton intense sentiment était de méditer pour obtenir des informations. Tu as interprété cela à tort comme un besoin de Tarot. Les cartes peuvent embrouiller, la méditation jamais.

Q : (V) Eh bien, c’étaient de bonnes cartes et j’ai eu un tirage magnifique ce matin… la dernière carte était la Lune… mais je n’ai pas réussi à ressentir si cette carte représentait l’énergie psychique ou l’illusion… quelle était sa signification ?

R : Nous avons déjà suffisamment fourni de données personnelles pour cette séance.

Q : (T) Quelle est la bonne façon de méditer ?

R : La façon qui ne vous « demande pas d’efforts ».

Q : (V) Bon, si l’on arrête avec les trucs personnels et qu’on passe à ce qui est plus général… J’aimerais savoir… dans le milieu métaphysique, il se dit couramment que lorsqu’une âme naît sur la planète, cette âme, ce petit bébé, possède une connaissance infinie et à mesure qu’on grandit et apprend, on est conditionné à perdre notre connaissance — est-ce vrai ?

R : Non.

Q : (L) Comment un bébé pourrait avoir une connaissance infinie, il a seulement l’empreinte de ses vies antérieures ? (V) Tu l’as aussi entendu dire…

R : C’est absurde.

Q : (V) Très bien… J’étais seulement… Je suis sûre que vous l’avez entendu…

R : Les âmes ne « naissent » pas sur cette planète. Les âmes ne sont jamais nées ! Et ne mourront jamais !

Q : (V) Je comprends, ma question était irréfléchie ; je suis désolée. (D) De nouvelles âmes sont-elles parfois créées ?

R : Juste répondu si tu te sers de ta tête. D_ ne connaît pas le concept réel du « temps ».

Q : (D) Eh bien, c’est un concept très difficile pour moi. (L) Pour tout le monde. On peut en parler et jouer avec… mais le temps n’existe pas vraiment. C’est une illusion, un mensonge… (T) Ça fait partie du monde de 3e densité que nous avons créé… (D) J’essaye très fort…

(F) OK, laisse-moi te donner un exemple : éloigne-toi de la planète, tellement loin que le Soleil n’est plus qu’un grain de poussière.

(D) D’accord, j’y suis…

(F) Maintenant, tu flottes dans l’espace… il n’y a pas de directions, tout est juste en dehors de toi… il n’y a pas de haut ou de bas, ni de côtés… rien… Partout où tu regardes, tu vois des étoiles, mais il n’y a aucun point d’orientation… Maintenant, n’étant plus sur la planète, le Soleil ne se lève pas, il ne se couche pas… tu n’as ni montre ni horloge… comment sais-tu ce qui était avant et ce qui est après…

(T_) As-tu déjà entendu parler des gens qui descendent dans des grottes pour faire des expériences de recherche, et ils ressortent en pensant que seulement 45 jours se sont écoulés alors qu’en fait c’est 65 ou 100… parce que le temps ralentit et s’arrête pratiquement. Le temps est un concept humain.

(F) J’ai lu le livre sur l’enlèvement de Barbara Mackle. Elle a été kidnappée par un type qui l’a mise dans un cercueil enseveli avec des gadgets pour l’aider à survivre, et elle a été enterrée… 83 heures plus tard, quand elle a été tirée de là, elle a cru qu’elle n’y avait passé qu’une nuit.

(L) Posons cette question : dans un état sans aucune considération artificielle comme la délimitation du jour et de la nuit, dans ce genre d’état, quel serait le cycle naturel du corps humain, au niveau du sommeil ou de l’alimentation, et ce qui renvoie à notre concept de temps. Autrement dit, combien de temps resterions-nous naturellement éveillés, et combien de temps dormirions-nous naturellement en général si nous n’étions pas contraints par des références temporelles artificielles ?

R : Toute votre existence serait radicalement différente et ne connaîtrait pas du tout les mêmes cycles.

Q : (L) Pourriez-vous nous dire comment ce serait ?

R : Ça dépend de l’environnement.

Q : (L) Donc, nous interagissons tellement avec notre environnement qu’on ne peut pratiquement pas s’en distinguer, c’est ce que vous dites ?

R : Pas loin.

Q : (L) Si notre système solaire était tel que, selon la façon dont nous définissons actuellement le temps, il y aurait des jours de 48 heures, et des nuits de 48 heures, y aurait-il de façon concomitante un allongement de notre durée de vie dans les mêmes proportions ?

R : Peut-être.

Q : (L) Sitchin a une idée intéressante à propos de sa planète hypothétique Nibiru. Il postule que son année solaire fait 3 600 de nos années et par conséquent, quand un an passe sur cette planète, 3 600 ans ont passé sur Terre. Et donc, en théorie, un être qui vivrait sur ce genre de planète avec une orbite de 3 600 ans, vivrait des milliers d’années. Ce concept tient-il la route dans la mesure où ça existe ?

R : C’est un entrecroisement de conceptualisations confus.

Q : (L) La confusion vient-elle de la façon dont je l’ai présenté ou de celle dont Sitchin l’a théorisé ?

R : C’est toute la bande.

Q : (T) On doit se rappeler que le temps se rapporte seulement à la Terre, et il apparaît ainsi uniquement à cause des mathématiques qui reposent sur une base 10. Si tu vas sur la Lune, le temps n’apparaît pas de la même manière qu’ici si tu devais le mesurer. On utilise le temps de la Terre sur la Lune. Si l’on allait sur Mars, le temps de Mars serait différent. Il repose entièrement sur la rotation et l’orbite, ce qui est seulement une façon de faire. Par exemple — ça n’a pas vraiment de rapport avec le temps — mais prend l’idée de « pi », 3,1416. Dans le programme SETI, ils envoient « pi » dans un programme radio en disant : « Une vie intelligente comprendra “pi”, parce que “pi” est un concept fondamental dans les mathématiques du cercle ». On doit découvrir « pi » pour pouvoir calculer la circonférence et le diamètre, etc., dans des cercles et des arcs. Donc, je me demande l’utilité d’envoyer « pi » en base dix si, disons, les Gris n’ont que 8 doigts ? C’est combien « pi » en base 8 ? 3,1416 ne signifie absolument rien pour quelqu’un qui travaille avec une autre base.

R : Les Gris sont des êtres cybergénétiques, par conséquent ils utilisent les mathématiques qu’ils sont programmés à utiliser.

Q : (T) Vous n’avez rien compris. Je comprends que les Gris sont…

R : Non, au contraire. Pourquoi regardez-vous « en l’air » quand vous nous parlez ?

Q : (L) Eh bien où devrions-nous regarder ?

R : N’importe où.

Q : (L) D’accord, les Gris sont programmés à utiliser des mathématiques. Je suppose qu’ils sont programmés à utiliser les mathématiques des Lézards, leurs créateurs, n’est-ce pas ?

R : Variable.

Q : (L) Bon, la question où je veux en venir c’est : quelle base les Lézards utilisent-ils ?

R : Les Lézards ont une forme de mathématiques dont vous ne comprendriez même pas les rudiments.

Q : (L) Eh bien, j’imagine. Maintenant, si une droite se définit par le mouvement d’un point dans une seule direction, un plan se définit par une droite devenant perpendiculaire à elle-même, la 3e dimension se définit par un plan devenant perpendiculaire à lui-même, et la 4e dimension se définit par un objet tridimensionnel devenant perpendiculaire à lui-même, alors on ne peut tout simplement pas saisir ce dont on parle en 4e densité. Si l’on regarde une pomme en trois dimensions, on voit seulement une tranche, pour ainsi dire, d’un objet quadridimensionnel. Si l’on pouvait voir la pomme dans son véritable état quadridimensionnel, on verrait probablement quelque chose ressemblant plus à un long cylindre rouge qui s’en va à l’infini. Est-ce le cas ?

R : Pas loin.

Q : (T) Et ensuite, il y a les 5e, 6e, et 7e niveaux de densité. Tout ça pour démontrer que le temps n’existe pas et n’est pas pertinent. On pourrait le définir d’innombrables façons.

R : Oui.

Q : (L) Regarde les Mayas… ils comptaient en base 20. (T_) Dès qu’on supprime toutes les références au temps, il ralentit pour finir par s’arrêter. (J) Oui, regarde ce qui arrive à ceux qui se trouvent dans un caisson d’isolation sensorielle. (T_) Exactement. (L) L’infini implose, pour ainsi dire.

R : Si tu étais dans l’espace, tu pourrais dormir pendant des milliers d’années, ou rester « éveillée » pendant des millions d’« années ».

Q : (T_) Ça renvoie à l’explication de Frank sur le fait de flotter dans l’espace et la façon dont le temps pourrait être perçu sans points de référence.

R : Ça n’a pas vraiment d’importance, car vous ne seriez plus sous l’illusion que le « Temps » pourrait ne serait-ce qu’exister.

Q : (L) Je vais un peu changer de sujet, mais comme on parle de flotter dans l’espace… Il me semble qu’à un moment, on a parlé des matrices des diverses planètes et de la façon dont nous percevons les planètes de notre système solaire, ces matrices étant quasiment des portes vers une autre densité, et que si nous étions dans le mode dimensionnel approprié, nous verrions les autres planètes de notre système solaire de manière tout à fait différente de la façon dont nous les voyons avec notre mode de 3e densité, et qu’en fait, si nous contemplions Vénus, qui ressemble un peu aux enfers dans la 3e densité avec sa température proche des 465 °C, on verrait quelque chose de totalement différent avec des êtres qui y vivent — c’est bien ça ?

R : Oui. Des êtres vivent absolument partout dans un monde ou un autre.

Q : (L) Les êtres qui vivent sur la planète Vénus connaissent-ils notre existence sur la planète Terre ?

R : Oui.

Q : (L) Y a-t-il aussi des êtres qui vivent sur Mars ?

R : Oui.

Q : (L) Sont-ils conscients de nous ?

R : Oui.

Q : (L) Les êtres de toutes les autres planètes de notre système solaire sont-ils conscients de nous ici, sur la planète Terre ?

R : Oui, parce qu’ils sont tous de densité supérieure.

Q : (L) Comment se fait-il que la Terre semble être la planète de densité inférieure et qu’on paraisse être en quelque sorte exclus ou sur la touche ? Ils ont connaissance de nous mais nous, nous ne pouvons pas les percevoir. Pourquoi cela ? Pourquoi sommes-nous isolés de ce point de vue ? (D) La Terre a-t-elle été créée après toutes les autres ?

R : Non, non, non.

Q : (T) Est-ce qu’ils interagissent avec nous ?

R : OK, stop, ouh là ! Une séance de révision suit : Qui est de 1re densité ?

Q : (L) Les roches et les minéraux, exact ?

R : Et ?

Q : (L) Les plantes ?

R : Oui. Maintenant, quelle conscience ont-ils de vous, d’après toi ?

Q : (L) Quelle conscience les roches et les plantes ont de nous ?! Mon Dieu ! (V) C’est une façon intéressante de le présenter. Un excellent exemple. (T) Si l’on demande pourquoi les êtres supérieurs ont conscience de nous alors qu’on n’a pas conscience d’eux, on doit se demander quelle conscience les êtres qui nous sont inférieurs ont de nous. (J) À l’évidence, pas plus que nous n’en avons de la 4e densité. (T) Mais si l’on joue de la musique à une plante, elle en a une certaine conscience parce qu’elle pousse mieux. (L) Mais la musique n’est pas un être. (T_) C’est une onde d’énergie. (J) Attendez une minute… ils disent qu’ils n’ont pas plus conscience de nous que nous, en tant qu’êtres de 3e densité, en avons des êtres de 4e densité. (T_) Est-ce que ça veut dire qu’ils interagissent avec nous comme on interagit avec les plantes ?

R : Qui est « au » 2e niveau.

Q : (L) Les animaux. (T) Les insectes, les formes de vie inférieures.

R : Maintenant, réfléchissez bien, quel niveau de conscience, et plus important, quelle compréhension, ont-ils de vous ?

Q : (L) Eh bien, je suppose qu’ils sont d’une certaine façon conscients de nous, mais ils ne nous comprennent pas… (T_) Certains si à un certain point… (T) Ils nous comprennent dans une certaine mesure… (F) Mais leur compréhension est totalement différente de notre façon de les comprendre. Autrement dit, ils voient ces gros balourds, mais ils ne savent pas ce qui se passe. (L) L’explication d’Ouspensky quant à la manière dont les animaux perçoivent les humains était-elle très proche de la vérité ?

R : Pas loin. Maintenant, qu’en est-il de la compréhension du 1er niveau et de la perception du 2e niveau ?

Q : (L) OK, la 1e densité, les minéraux et les plantes… les roches et les minéraux se combinent aux plantes par la croissance, la dissolution dans l’eau, l’érosion, etc., ils ont une existence vraiment limitée. Et ce qui arrive, c’est que la plupart des animaux viennent les manger. (F) Les abeilles pollinisent les fleurs. (L) Différentes sortes d’animaux vivent dans les arbres. (T) Certains animaux vivent dans le sol et des cavernes. (L) Donc, les roches, les minéraux et les plantes ont une compréhension réellement limitée des animaux au-dessus d’eux qui interagissent avec eux de diverses manières.

R : Oui, et vous avez une compréhension limitée des densités au-dessus de vous.

Q : (L) Eh bien, ça ne répond toujours pas à ma question, ma question était… (T) Par exemple, aujourd’hui on a tous fait l’expérience de ce qu’on appelle le tonnerre, mais on est tous conscients qu’il s’agissait de plus que cela. Il s’est produit un événement en 4e densité que nous avons ressenti d’une certaine manière, mais c’était une compréhension limitée de ce niveau.

R : Laura, débloque, est-ce que les roches et les plantes vous « voient » ?

Q : (J) Probablement pas. (D) On ne sait pas vraiment. (T_) Nous voyons les manifestations en 3e densité d’objets de 1e densité. On ne voit pas la perception de 1e densité elle-même. Donc, comment voyons-nous les manifestations de 4e densité ; ils nous voient au niveau de la 4e densité… mais pas nécessairement comme nous nous percevons nous-mêmes.

R : Tom, tu fais de rapides progrès. Laura ferait bien de prendre garde à ses fesses ! [Rires]

Q : (V) Je suis curieuse… comment les roches se voient-elles mutuellement ? (L) Oui, que voient les roches lorsqu’elles se regardent entre elles ?

R : Elles se sentent mutuellement.

Q : (L) Quel exemple de notre appareil sensoriel serait proche de ce que sent une roche qui est consciente d’une autre ?

R : C’est un entrecroisement de conceptualisations qui ne marchera pas.

Q : (L) Donc, nous n’avons aucun moyen de décrypter ce qu’une roche sent. Bon, un autre exemple de 1e densité, ce sont les plantes. On sait que les plantes peuvent réagir positivement à certaines personnes, et négativement à d’autres. Ils ont fait des expériences en les reliant à des polygraphes et ont mesuré ces réponses. (J) Elles réagissent aussi à la musique… (T_) Des réactions de 3e densité…

R : Oui.

Q : (L) Si les plantes interagissent entre elles, est-ce qu’elles ressentent, disons, de l’affection les unes pour les autres ?

R : Quelque chose d’apparenté.

Q : (L) Est-ce que les plantes ont mal quand on les mange ?

R : Est-ce que ça vous fait mal quand un « Lizzie » vous mange ?

Q : (T_) Oui, vous voyez, en 4e densité… nous sommes en 3e densité et nous mangeons la 1e et la 2e densités, la 4e densité nous mange. Q : (D) Si nous faisons souffrir les plantes en les mangeant, tout comme les Lizzies nous font souffrir quand ils nous mangent, comment sommes-nous censés survivre sans manger ?

R : Quand le désir de physicalité disparaît, le besoin de « manger » aussi.

Q : (L) Donc, une partie de la « chute » dans la physicalité — le passage de la Bible où l’on trouve le fameux « vous mangerez à la sueur de votre front », lors de la Chute de l’Éden — concerne l’état de physicalité et le besoin de manger ?

R : Lucifer, « l’Ange déchu ». C’est vous.

Q : (L) Alors « chuter » veut dire entrer dans une existence physique nécessitant de se nourrir d’autres vies, d’autres êtres, c’est bien ça ?

R : Oui.

Q : (T) Quand les plantes se nourrissent d’être de 1e densité comme les roches, l’eau, etc., ces derniers ressentent-ils de la douleur ?

R : C’est redondant. Nous avons déjà abordé cela.

Q : (T) Donc, quand une plante absorbe des nutriments… (L) Eh bien, une plante est de la même densité que les minéraux, donc c’est presque comme… (T) Comme deux entités distinctes ne faisant plus qu’une ? (V) Comme Jeffrey Dahmer… [Rires] (L) [Chante] « Mon saucisson a un prénom… » (LM) [Qui était entré dans la pièce quelques minutes plus tôt] Les minéraux se dissolvent dans l’eau et sont ensuite absorbés par la plante, quelle douleur pourrait-il y avoir là-dedans ?

R : Subjectif, L_.

Q : (L) Peut-être que la dissolution du phosphate dans l’eau, par exemple, équivaut à « mourir » pour lui.

R : Pas loin. Vous limitez lorsque vous percevez seulement au 3e niveau et pensez que votre perception est tout ce qui existe.

Q : (L) Donc, en d’autres termes, on devrait être capable de percevoir au 1er, au 2e et au 3e niveaux tout en travaillant à la compréhension du 4e ?

R : Non. Travaillez sur le 4e, 5e, et 6e.

Q : (L) N’est-il pas aussi bénéfique de comprendre les niveaux de 1e et 2e densités, par simple exercice de compréhension de ce qui nous est inférieur ?

R : Efforcez-vous toujours de vou